S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Concours poésie - Musique, Choixpeau !


Vous aviez peur de vous ennuyer cet été ? Tiiki vous propose un nouveau concours de poésie en vers : choisissez une année de rentrée et écrivez la chanson du Choixpeau magique !

Pour en savoir plus, c'est par ici.

Vous avez jusqu'au 1er septembre 2022 pour publier votre texte et l'ajouter à la série dédiée… juste à temps pour la Répartition !


De le 06/07/2022 16:56


Sélections du mois


Félicitations à Sifoell et Chrisjedusor, qui remportent la Sélection Fondateurs !

Ne partez pas trop vite en vacances ! En juillet, les Animaux Fantastiques (les films !) sont à l'honneur. Vous avez jusqu'au 31 juillet pour lire les 5 textes proposés par les membres et voter par ici.

Après cela, l'équipe prendra un mois de repos bien mérité. Mais elle revient en septembre sur le thème Femslash ! Vous avez deux mois (oui, deux mois !) pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

On nous souffle dans l'oreillette que si vous voulez vous occuper en août, la Sélection Fictions longues continue. Il vous reste 6 mois pour découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.




De Equipe des Podiums le 04/07/2022 17:49


Concours hommage à Barbara - Ma plus belle histoire


De plus loin, que nous revienne
L’ombre de nos amours anciennes,
Du plus loin, de la première écoute…


Durant l'été 2022 (juin à août), nous, Juliette54 et Amnesie, vous proposons de déclarer votre amour à Barbara.
En un concours en trois manches, nous vous proposons de (re)découvrir ses chansons et son univers. Le premier chapitre (de 500 à 5000 mots) doit être écrit et mis en ligne d'ici le dimanche 10 juillet à 23h et doit s'inspirer d'une chanson de Barbara de ton choix et du thème Ma plus belle histoire...

Pour t'inscrire, nous donner le lien vers ton chapitre et pour plus d'info, nous t'invitons à consulter ce post sur le forum HPF !

Notre plus belle histoire d'amour, c'est toi, Barbara...


De le 03/07/2022 11:03


125éme édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 125e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Délaissez le temps d'une soirée la plage et les cocotiers,
votre clavier vous appelle, vous avez plein d'histoires à raconter !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De Équipe des Nuits le 28/06/2022 07:52


Concours officiel HPFanfic


Les 25 ans de Harry Potter

 

L'équipe de modération HPFanfic vous propose un concours d'écriture afin de célébrer dignement les 25 ans de Harry Potter.

Vous avez jusqu'au 25 août 2022 pour publier votre texte ! Les votes seront lancés dans la foulée.

Laissez-vous tenter par l'aventure en suivant ce lien ! Vous y trouverez les différentes modalités de ce concours.

A bientôt !


De L'équipe de modération d'HPFanfic le 25/06/2022 17:25


Assemblée Générale Ordinaire 2022


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 24 juin 2022, à 22h.

Venez lire et discuter, et voter pour les candidats au conseil d'administration.

Bonne AG !
De Le CA le 17/06/2022 23:08


Manoir en T par Tiiki

[67 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour à tous et à toutes ! Cette fiction est une participation au concours de Catie et de SunonHogwarts, Les ombres du Manoir. Un grand "escape game d'écriture" en cinq actes !

          - Au cours du concours, nous allons être amené.e.s à nous déplacer dans 5 pièces, pour 5 textes.
          - À 1 pièce correspond 1 thème, c’est-à-dire 1 prompt différent à respecter pour chaque texte.
          - En plus de cela, il y aura des contraintes d’écriture différentes d’une pièce à l’autre.
          - À chaque tour une contrainte se rajoute et le niveau augmente.
          - Entre deux tours, nous avons deux semaines pour écrire et poster.
          - Cela peut être une histoire suivie ou des OS séparés, en original ou en fanfiction Harry Potter.
          - Les textes doivent faire entre 500 et 2000 mots chacun.

Je partage aujourd'hui avec vous le début de cette aventure un peu folle. À moins d'un alignement des astres et d'une inspiration soudaine quand je découvrirai le prochain thème, je pars plutôt sur un recueil d'OS qu'une histoire suivie. Un grand merci à ses organisatrices pour leur créativité et leur imagination incroyables ♥

Bonne lecture !

Note de chapitre:

Thème : Délicate ascendance

Contrainte : Votre chapitre doit se dérouler l'après-midi (13-18h)

« Qu’est-ce c’est que cette histoire que tu racontes partout, Dolorès ? »

La tasse au bord des lèvres, Ombrage s’était figée. Et avec elle la grande aiguille de l’horloge de porcelaine. C’était comme si le temps n’avançait plus. Que faisait-il là ? Que lui voulait-il ? Un minuscule Sorcier à la grande tête blonde et aux mains noires se tenait dans l’entrebâillement de la porte. Dans sa robe bleu marine... Ombrage déglutit. Sa robe couleur misère et manque d'ambition. Couleur embarras. Couleur humiliation.

Elle se leva dans la précipitation, de panique et un peu de rage aussi. Il n’avait pas frappé. Il l’avait prise au dépourvu, et maintenant en otage. Il lui avait imposé sa présence et était venu lui rappeler soudainement son existence. Mais de quel droit ? Que faisait-il là ? Oh, elle en avait peut-être une petite idée, mais elle ne s’était pas attendue à ce qu’il la confronte ainsi, en plein milieu du Ministère, en plein milieu de l'après-midi.

« Quelqu’un sait-il que vous êtes ici ? demanda-t-elle d’une voix encore plus aiguë qu’à l’accoutumée.
— En-dehors de lui… »

Il avait pointé avec un amusement maladroitement feint l’œil bleu et perçant incrusté entre deux planches de la porte.

« …pas que je sache. »

Elle le poussa brusquement à l’intérieur du bureau et ferma vite la petite porte de bois, après avoir jeté un coup d’œil pour s’assurer que personne ne les avait effectivement aperçus.



Alors seulement elle reprit ses esprits et commença à recomposer devant lui un masque d’apparente tranquillité. Elle commença par lisser sa robe de ses mains roses et impeccablement manucurées, puis resserra soigneusement l’énorme nœud, rose toujours, dans ses cheveux aux boucles brillantes et parfaitement dessinées, et pinça finalement délicatement ses lèvres, légèrement rosées, pour les humidifier uniformément. Elle était redevenue maîtresse d’elle-même et de la situation.

Le regard de son visiteur, las, avait vite délaissé ce spectacle. Il avait désormais les yeux rivés sur la théière encore fumante, sur les innombrables boîtes en fer, sur les pâtisseries élégamment disposées sur un petit présentoir de porcelaine, et sur la tasse qu’Ombrage avait reposée sur la table quelques instants auparavant.

« Je vois que je dérange.
Je ne rate jamais l’heure du thé. »

Elle pointa du doigt l’horloge de porcelaine surmontant la petite porte. C’était la vérité, elle n’aurait manqué son five o’clock tea pour rien au monde.

« Tu es devenue une femme du monde, pas vrai ? » soupira-t-il.

Elle ne répondit pas. Oui, c'était ce qu'elle avait toujours ardemment désiré. Sa remarque la troublait autant qu’elle l’agaçait. À vrai dire, le voir pénétrer si subitement dans l'univers qu'elle avait mis tant de soin et tant de temps à intégrer et à s'approprier la mettait dans une colère monstrueuse. Elle brandit sa baguette et, alors qu'il avait un léger un mouvement de recul, lança le sortilège :

« Evanesco ! »

Le contenu de la tasse s’était évaporé.

« L’eau était devenue tiède, se justifia-t-elle. Un bon thé brûle l’œsophage.
— Si tu le dis… »

D’un autre coup de baguette, elle fit apparaître un fauteuil à l’air particulièrement confortable ainsi que quelques petits coussins. Sur ces derniers, plusieurs chats brodés ronronnaient paisiblement. Enfin, elle lança un informulé et une nouvelle tasse, une soucoupe, ainsi qu’une petite cuillère virevoltèrent jusqu’à eux.

« Mais je vous en prie, quelle malpolie je fais, installez-vous.
— Dolorès, tu ne crois pas que…
— Qu’est-ce qui vous ferait plaisir, Orford ? le coupa-t-elle d’un air mielleux. Je peux vous proposer une grande diversité d’arômes et de parfums. De l’Earl Grey, bien sûr, c’est très classique pour un afternoon tea, une valeur sûre. Je dispose de grand nombre de thés verts, de thés noirs… même de quelques thés blancs. Regardez ! Il y a déjà dans ces boîtes de la cannelle, de la bergamote, du gingembre, de la vanille… Même du rosier…
— Je ne suis pas vraiment intéressé par une dégustation, Dolorès.
— Tu n’as jamais été un homme de goût, papa. »

Le tutoiement, intenable vomissement, s’était échappé de sa bouche.

« Laissez-moi choisir pour vous, se reprit-elle alors. Vous n’êtes certainement pas assez délicat pour choisir vous-même votre boisson. Fort heureusement, je pourrais l'être pour deux. Voyons voir… Oui… Pour quelqu’un d’une banalité écœurante, un thé sirupeux me paraîtrait des plus indiqués… Que diriez-vous d’un vulgaire thé à la menthe ?
— Quand vas-tu arrêter ton…
— Quant à moi, l’ignora-t-elle de sa voix haut perchée, je mérite le meilleur, bien entendu, le plus raffiné. Falky m’a ramené l'autre jour d’Asie un mélange de thés noir et vert particulièrement odorant que je me languissais d’essayer. Je le réservais pour une grande occasion qui est semble-t-il venue. Il est réputé pour avoir un accent floral marqué, comme je l’aime. Le thé des moines, je doute que vous connaissiez… »

L’autre Ombrage haussa les épaules. Toute petite déjà, Dolorès adorait se mettre en scène. Il avait oublié à quel point son obsession pour le contrôle était forte. Il fallait absolument que les figurants se plient à sa représentation du monde. C'était elle qui régissait la pièce. Ignorant son flot de paroles incontrôlable, il observa avec attention le vert menthe se diluer dans sa petite tasse, dévorant progressivement l’eau frémissante qu’elle venait de verser.

« Du sucre ? »

Il secoua la tête, las, se terrant dans le silence à mesure que la plante s’infusait. Les couleurs et les nuances se diffusaient avec torpeur, s'enfonçant en caracoles comme le font toujours les racines des arbustes. C’était un fascinant spectacle, mais à l'arrière-goût étrangement âcre. Après de longues minutes et des phrases interminables et verbeuses qu'il n'avait pas vraiment écoutées, Dolorès rajouta enfin cérémonieusement par-dessus sa tasse un nuage de lait de Veaudelune. Il saisit alors fermement l’anse :

« C’est bon, tu as fini maintenant ? »

Elle porta calmement sa propre tasse à sa bouche et prit une gorgée. On ne lui avait pas menti : ce thé était absolument délicieux. Ce fut le moment que choisit l’un de ses chats de porcelaine accrochés contre le mur pour miauler. Cela lui tira un sourire. Oui, elle avait fini de le remettre à sa place.

« Qu’est-ce que c’est que cette histoire, Dolorès ? Les Selwyn, vraiment ? »

Elle balança sa tête de gauche à droite, étirant un sourire doucereux, et caressant du bout des doigts le médaillon d’or niché sur sa poitrine.

« Oh, ça… je me crée simplement l’ascendance que je mérite. »

Orford s’étrangla :

« Que tu mérites ?! Et nous, dans tout ça ?
— C’est… »

Elle pinça les lèvres, cherchant ses mots et les arômes un peu.

« Délicat. »

Elle porta une nouvelle fois la tasse à ses lèvres pour reprendre une gorgée salvatrice. L’eau lui brûlait l'œsophage.

« Tu as honte de moi, Dolorès ? »

Cela lui fit l’effet d’un thé glacé.

« Honte ? »

Elle bouillonnait.

« C’est vous qui devriez avoir honte ! cracha-t-elle avec une pointe de rage dans la voix et de jasmin sur le palais, déversant tout ce qu’elle contenait jusqu’alors en elle. Vous devriez avoir honte d’être un traître à votre sang. Honte de vous être uni à une Sang-de-Bourbe... honte d’avoir enfanté un misérable Cracmol. Honte de frotter chaque jour qui passe et sans broncher le sol crasseux du Ministère. Je continue ? Honte de m’avoir couverte de déshonneur pendant tant d’années…
— Oh oui, je meurs de honte ! Très certainement ! J’ai tellement honte de voir ce que tu es devenue. J’ai honte d’avoir pour fille une personne si infecte et si cruelle. J’ai honte de ton intolérance. J’ai honte de ce à quoi tu contribues ces derniers mois. Mais plus que tout, je t’aime Dolorès. »

Elle ferma les yeux. Le thé était devenu amer.

« Pas moi. »

Elle pinça les lèvres, frissonnant de dégoût.

« Mais ça, continua-t-elle d'un air mauvais, vous le saviez déjà. Alors pourquoi venir me parler aujourd’hui ?
— Je ne peux pas croire que tu rejettes jusqu'à ta propre famille.
— Qu’espériez-vous ? Vous tentiez de m'adoucir ? Pour quelle raison êtes-vous véritablement venu me voir ?
— Ton… ton frère et ta mère…
— Nous y sommes.
— Ils ont reçu une lettre. Une convocation. Pour une audience. Ils… ils risquent Azkaban si tu ne fais rien. »

Un sourire s’étira sur son visage de crapaud.

« Je sais. C’est moi qui ai tamponné le courrier. »

Elle avait même pris le soin d'asperger la lettre de parfum. Parfum de rose et de vengeance. Délicate attention pour sa délicate ascendance.

Note de fin de chapitre :

Oui... Je sais, un peu rude comme personnage et comme thématique d'introduction. xD J'ai trop aimé écrire ce texte, même si ça n'était vraiment pas facile de cerner Ombrage.

Merci pour votre lecture. J'espère que celle-ci vous a plu. N'hésitez pas à me laisser vos impressions !

Je vous invite chaleureusement à découvrir les autres textes du concours. J'ai hâte de découvrir les réalisations des autres participant.e.s et de passer à la seconde pièce. On se dit à très vite !

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.