S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Inscrivez-vous aux Journées Reviews !


Lire, écrire…

La Journée Reviews d’octobre se déroulera du vendredi 22 au dimanche 24 octobre. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.



De Les JR le 19/10/2021 20:31


Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De La SAL le 18/10/2021 14:50


Le Grand Ménage Orange 2020


Bonjour à toutes et tous, ici les Schtroumpfettes !

Nous adressons un message à nos adhérents ou anciens adhérents : le Grand Ménage Orange (plus connu sous le nom de GMO) pour la période 2012-2020 vient officiellement de prendre fin ! Ce sont plus de 9800 chapitres qui ont été passés au crible par nos yeux scrutateurs. Vous trouverez plus d'informations ici.
Pour les membres dont le compte aurait été verrouillé ou qui auraient perdu leur validation automatique suite au GMO, veuillez nous envoyer un mail à l'adresse hpf.moderation@gmail.com.

A très vite !

De L'équipe de modération d'HPFanfic le 10/10/2021 10:21


Sélections du mois


Félicitations à Fleur d'épine, Juliette54, Drachvador, Polock et Uzy qui remportent la toute mignonne (ou moins) Sélection Famille !

Pour novembre 2021, c'est le thème de Deuil qui vous arrachera peut-être quelques larmes. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois d'octobre, voyagez et rêvez dans des Lieux Magiques. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Entrez dans des grottes et des contrées jusque-là inexplorées !


De L'équipe des Podiums le 08/10/2021 13:54


116 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 116e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 octobre à partir de 20h. Cette nuit sera en collaboration avec l'organisation de la SAL, la semaine d'intégration d'HPF. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 05/10/2021 19:15


115 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 115e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 18 septembre à partir de 20h. Il s'agira d'une nuit où les musiques serviront aussi d'inspiration ! Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 08/09/2021 19:17


Les éclaircies par Eejil9

[12 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Hello hello ! 

Voici la fic que j'ai écrite pour CacheCoeur dans le cadre de l'échange de Noël, et que je publie avec son accord. Je tiens d'abord à la remercier. Sans sa fiche super, cette fic n'existerait pas et j'ai beaucoup aimé l'écrire ! Merci aussi d'avoir relevé une petite incohérence que je me suis empressée de corriger !

Cette fic est constituée d'un prologue et de six courts chapitres, elle fait 11 500 mots. Je pense publier un chapitre par semaine pour prolonger le plaisir un peu plus longtemps, même si toute la fic est écrite. Je sais qu'on est lundi, mais à partir de la semaine prochaine, j'aurai certainement plus de temps les dimanches, vous pourrez donc revenir par ici dès dimanche !

Je vous invite donc tous et toutes à suivre Pansy Parkinson dans les Alpes autrichiennes, pour un séjour pas vraiment de tout repos...

 

Bonne lecture et bonnes fêtes de fin d'année, que j'espère lumineuses et heureuses malgré le contexte, à tous et toutes !

Note de chapitre:

Voici le prologue de cette histoire. Il est un peu... Flou. Le reste sera normalement plus réaliste ! Bonne lecture !

 

Prologue – Dans le noir

 

Le manque. Terrible.

Il lui brûle les veines. Elle sent la sueur couler le long de son dos. Froid, chaud, elle ne sait plus tout à fait. Elle a la bouche sèche, mais reste persuadée que la moindre goutte d’eau la ferait vomir tant la nausée lui tenaille la gorge. Ses vêtements la démangent, elle aimerait les arracher. Elle essaie. Ses gestes sont brouillons, esquisses échouées avant même d’être ébauchées. Elle parvient tout de même à agripper une couture, tirer… Rien ne bouge. Ce doit être un pyjama – est-ce bien un pyjama ? – magique. Impossible à retirer sans le contre-sort.

Elle cherche sa baguette. Ses mains tremblent. Rien. Ni poches, ni baguette, rien.

Elle est seule, elle ne sait pas où elle est, elle n’a même pas de baguette. Elle est perdue.

Elle croit qu’elle pousse un cri, mais elle n’est pas sûre. Dans ses oreilles, tout bourdonne, tout frissonne, tout palpite. On pourrait presque entendre de furieux chuchotements, quelque part dans un coin de sa tête. « Ta baguette ! Ta baguette ! Lance le sort, lance-le maintenant ! »

« J’aimerais bien ! » crache-t-elle, et les mots rebondissent sur les murs de sa chambre vide. Il y a les chuchotements mais il n’y a personne, c’est étrange.

 

Dans les tréfonds de sa mémoire, elle se rappelle que quelqu’un, à l’entrée – à l’entrée de quoi ? – la lui a prise, sa baguette.

Ses vêtements la démangent. Elle ne peut pas les retirer. Ils s’imbibent peu à peu de sa sueur – est-ce vraiment de la sueur ? L’odeur est nauséabonde, mais elle n’a plus la force de plisser son nez assailli par les effluves.

Elle pense qu’elle aimerait s’asseoir, et remarque ensuite qu’elle est déjà assise. Sur un lit. Lit simple, couette blanche, impersonnelle.

 

Autour d’elle, tout tangue.

 

Pourquoi le petit lit lui semble-t-il voguer comme une barque sur le lac de Poudlard par un soir d’orage ? À chaque seconde, elle se croit sur le point de tomber et de se noyer. Elle imagine déjà l’eau glacée du lac s’insinuer sous ses vêtements, dans ses poumons. Elle inspire mais l’air n’entre qu’en minces filets dans sa trachée. Le raclement produit par son propre souffle lui semble étranger.

Devant ses yeux, la table de nuit frissonne. Le mur est orné d’une peinture qui galope d’un bout à l’autre de la pièce.

 

Elle n’en peut plus. Alors elle ferme les yeux. Et elle imagine, très fort.

Elle n’a pas de baguette, il suffit de se la figurer. Le bois, dur, palpable, dans sa main, la magie, autour de ses doigts, dans son être, qui pulse. Le frisson dans son bras. Le sort, le sort de la délivrance, à portée de main… Ce n’est plus tant le besoin d’enlever ses vêtements qui l’anime, c’est autre chose, c’est plus profond. C’est la source du manque, c’est le besoin impérieux de retrouver l’harmonie dont on l’a privée. Un sort, un tout petit sort pour quitter une réalité trop dure… Est-ce trop demander, d’être délivrée de ce monde qui, de toute façon, ne veut pas vraiment d’elle ? La délivrance, il suffit de l’imaginer comme on imagine la baguette, de la sentir, en se concentrant vraiment très fort, de…

Sauf que la délivrance n’arrive pas, parce que les baguettes imaginaires ne lancent pas de sorts. L’hallucination tant attendue, le paradis temporaire qu’elle désire et qui lui manque tant, reste hors de portée.

 

Elle s’effondre sur le lit, tremblante, trempée de sueur.

 

Le manque. Terrible. Il lui brûle les veines.

Impuissante, Pansy pleure.

 

***

 

Un peu plus tard…

 

Les larmes ont séché sur ses joues, laissant derrière elles une traînée de sel. Pansy a fini par s’endormir, frissonnante, épuisée.

Elle est presque paisible.

 

Presque.

 

Soudain, elle sursaute et s’agite, pousse un cri, presque un hurlement, à la fois puissant à faire trembler les murs, et étranglé par une force qu’elle ne comprend pas.

 

Il y a quelqu’un assis sur sa poitrine. Elle le sent.

Il y a un poids, lourd, posé sur ses côtes. Il lui coupe la respiration. Il l’empêche de se redresser.

Pansy halète, le souffle court. La terreur lui broie le cœur.

Elle n’ose pas ouvrir les yeux, de peur de le voir. Tant qu’elle ne le voit pas, elle peut prétendre qu’il n’existe pas, ce montre qui l’étouffe à la tuer. Il suffit d’attendre, et il va l’oublier…

 

Alors elle attend. Encore, et encore.

Et puis finalement, terrifiée mais lasse, elle ouvre une paupière, puis une autre.

Il n’y a personne.

 

Pourquoi, alors, ne peut-elle toujours pas bouger ou respirer normalement ?

 

Il n’y a personne de visible.

 

Pansy hurle une seconde fois, et se rendort.

 

Note de fin de chapitre :

Et voilà, j'espère que cette mise en bouche vous a plu !

Merci pour votre lecture !

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.