S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


À voter !

Les votes pour le thème d'août 2021 sont ouverts ! Venez choisir entre : Moldu ou Narcissa Malefoy.

Rendez-vous sur ce topic pour voter jusqu'au 30 juin 2021, 23h59.


De L'équipe des Podiums le 16/06/2021 18:19


2ème édition du Tour du monde des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que le Tour du monde des Nuits d'HPF se déroulera du vendredi 25 juin à partir de 20h au samedi 26 juin jusqu'à 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 15/06/2021 12:48


Sélections du mois


Félicitations à Calixto et AnthusPratensis qui remportent la Sélection sur notre Traîtresse-à-son-Sang préférée alias Andromeda Black-Tonks !

Pour juillet 2021, place aux parties d'échecs endiablées ou aux confidences dans les dortoirs avec le thème Amitié. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de juin, découvrez toutes les facettes de la troublante Pansy Parkinson. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Très belles lectures à vous !


De L'équipe des Podiums le 07/06/2021 19:51


Sélections du mois


À voter !

Les votes pour le thème de juin 2021 sont ouverts ! Venez choisir entre : Amitié, Scorose (Scorpius/Rose) ou Moldu.

Rendez-vous sur ce topic pour voter jusqu'au 31 mai 2021, 23h59.


De L'équipe des Podiums le 18/05/2021 00:06


112ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 112e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 22 mai à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 13/05/2021 13:15


Sélections du mois


Félicitations à Amnesie, Guette et Wapa qui remportent la Sélection sur Regulus (aka le meilleur personnage de tous les temps) !

Pour juin 2021, place à la troublante Pansy Parkinson. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce personnage en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de mai, suivez les pas d'une Traîtresse-à-son-Sang, la noble et audacieuse Andromeda Black-Tonks. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Très belles lectures à vous !


De L'équipe des Podiums le 02/05/2021 16:39


Dark Paradise par Winter New!

[53 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Une histoire qui me traîne dans la tête depuis ma première lecture de Harry Potter.

 

Deux fois par semaine un nouveau chapitre : MERCREDI SOIR (parce que jeudi c'est souvent mon jour de coup de mou, alors voilà un coup de boost à lire dans le bus le matin) et le DIMANCHE (coup de boost du début de semaine, on connaît).

Note de chapitre:

Comment introduire le tout début d'une histoire qui hante ma tête depuis si longtemps ? 


Cette histoire, je l'ai dans ma tête depuis ma première lecture de HP, j'y pense tous les jours honnêtement, la construisant petit à petit. J'ai une page note sur mon téléphone avec tous ces petits moments de la vie qui m'inspirent, puis j'ai rédigé le tout et voilà mon histoire.


 


Alors concidérez ce chapitre comme un début, un préface.


Petit rappel sur l'arbre généalogique des Black


- Orion et Walburga sont les parents de Lyra, Sirius et Regulus


- Cygnus et Druella sont les parents de Bellatrix, Andromeda et Narcissa


- Cygnus et Walburga sont frère et soeur


J'espère que cela vous aidera pour ne pas vous perdre dans tous les prénoms ! Promis après ce chapitre, ça ira mieux !

 

 

En ce jour du 3 novembre 1959 : 

 

Orion et Walburga Black,

 

sont fiers de vous annoncer la naissance de leurs jumeaux héritiers, Lyra et Sirius.

 

 

 

*****

 

 

 

 

 

— Maman, Maman ! Regarde le hibou ! cria une petite fille au visage angélique, entouré de deux tresses blondes.

 

 

 

Elle tendit un parchemin à sa mère, le sceau des Black était à peine sec, que Druella s’empressa de le décacheter, ignorant le comportement enthousiaste de sa fille. En temps normal Narcissa aurait eu une punition, mais aujourd’hui était un jour spécial. Son mari leva les yeux de la Gazette du sorcier qu’il était en train de lire.

 

 

 

— C’est un garçon ? demanda t-il en se penchant vers sa femme.

 

 

 

 

 

*****

 

 

 

 

 

— Mr le Directeur ? 

 

— Je vous écoute Bryan.

 

— Bryce. Heu… Juste pour vous dire que la descendance Black est officiellement assurée.

 

— Parfais Bart, veuillez préparer le prochain tirage. Je veux le nom, poids, taille, témoignage des parents patati patata… Mets moi Adams sur le coup, elle arrivera à capter les lecteurs.

 

— Ce sont des jumeaux Mr le Directeur.

 

 

 

 

 

*****

 

 

 

 

 

— Qu’est-ce que je te sert ?

 

— Je crois qu’aujourd’hui je peux me permettre une petite folie avec un Whisky Pur Feu. Tu m’accompagnes ?

 

 

 

Aberforth Dumbledore alla chercher deux bouteilles et se prit une chaise pour s’installer à côté de son frère. Il était beaucoup trop tôt pour que le bar ait ses premiers clients.

 

 

 

— Qu’est-ce qu’on fête ? demanda le barman.

 

— Deux naissances, répondit Albus.

 

 

 

 

 

*****

 

 

 

 

 

Le silence était total dans la grande maison familiale des Black. Elle appartenait à la famille depuis des générations, en fait elle avait été achetée par le célèbre Phineas Nigelus, Directeur de Poudlard en son temps. Orion adorait cette maison contrairement à sa femme. Walburga ne supportait pas la pénombre quasi constante dans laquelle elle était plongée. Les grands rideaux étaient régulièrement tirés pour protéger les vieux meubles de la lumière du soleil et de la lune, ils ne les ouvraient que pour recevoir des invités. 

 

 

 

En ces moments, Walburga adorait parader avec de nouvelles parures en pierres précieuses toutes aussi belles les unes que les autres. Elle mettait des grandes robes sombres faites sur mesure qui soulignait la blancheur de son visage. Pour Walburga, les peaux bronzées et basanées représentaient la pauvreté, de ce fait elle ne s’exposait jamais au soleil sans une ombrelle et des gants. Seul avantage qu’elle avait trouvé au fait de vivre comme une vampire.

 

 

 

Ces neufs mois avaient été long pour elle, rapidement les Magicomages avaient remarqué certaines anomalies. Quelques tests complémentaires plus tard et le verdict était tombé : elle était enceinte de jumeaux. Au bout de six mois, elle ne voyait plus ses pieds, ne portait que des chaussures plates et des robes immenses semblables à des tentes. Elle détestait ces robes qui lui donnaient l’impression d’être un tonneau géant. Elle marchait au ralenti, était fatiguée tout le temps pour finalement être obligée de rester au lit. 

 

 

 

Les deux derniers mois furent les plus horribles de sa vie. Son teint était cireux et ses cheveux ternes. Elle était obligée de demander constamment de l’aide pour manger, boire, se nettoyer… Elle en venait même à regretter les nausées du début de grossesse. À cause de son état, elle refusait de voir ses amies du Club, seule Druella avait une autorisation spéciale.

 

 

 

Puis l’accouchement était arrivé, huit heures de douleur, de cris et de souffrance. Une fine cicatrice marquerait à jamais son ventre. Dès les premiers jours, Kreattur et Stuffy s’occupèrent de leurs nouveaux maitres, elle était trop faible pour se lever et n’en avait pas envie. Dans son monde à elle, fait de perfection et de richesse, avoir des jumeaux n’était pas la meilleure chose qu’il puisse arriver. Certes, c’était moins pire que les malades mentaux, et malformations physiques, mais ce n’était pas non plus très bien vu…

 

 

 

Orion continuait de travailler au Ministère, calmement, il exauçait les caprices de sa femme sans rechigner, refusant les invitations aux diners, bals et autres événements. 

 

 

 

 

 

  *****  

 

 

 

 

 

Quand sa femme descendit l’escalier de bois sombre pour le petit déjeuner, un sentiment de joie l’emplit.

 

 

 

— Je suis content de voir que tu vas mieux, dit-il en reposant la Gazette du Sorcier.

 

— Orion ! le réprimanda t-elle. Cette période transitoire vous aurait fait-elle perdre vos bonnes manières ?

 

— Je vous pris de m’excuser, mais votre beauté resplendissante m’a fait perdre la tête, répondit-il sans perdre son sourire pourtant si rare sur son visage.

 

— Je suis en pleine forme ! Ce qui veut dire que je vais pouvoir organiser une petit réception pour présenter les jumeaux au grand monde !

 

— Je vois à votre enthousiasme que rien de ce que je pourrai dire vous ferait changer d’avis. Nous disions donc une petite réception ? Le salon bleu devrait alors…

 

— J’ai dit petite réception ? Suis-je sotte ! Je veux une grande réception dans le grand salon, bien entendu. Il y aura la famille, quelques journalistes, mes amies du Club, vos collègues du Ministère mais pas Harper, sa femme a des allures de paysanne. Et vous pourriez vérifier les jours ou Mr le Ministre serait disponible…

 

— Vos désirs sont des ordres ma chère, répondit son mari en se replongeant dans son journal.

 

 

 

 

 

*****

 

 

 

 

 

Champagne, longues robes haute couture, bijoux en or incrustés de pierres précieuses, petits fours au goût délicat… Les personnes les plus influentes du moment se pressaient autour des berceaux pour apercevoir les nouveaux héritiers Black sous les yeux pleins de fierté de leurs parents.

 

 

 

— Oh, Walburga ! Quel plaisir de vous voir aussi resplendissante ! Vous avez une silhouette absolument parfaite, quel est votre secret ? s’exclama Laureen Forest, un amie du Club.

 

— Ma chère, vous me flattez ! Je n’ai absolument rien fait.

 

 

 

Dans ce milieu, les mensonges étaient la langue commune. Laureen savait parfaitement que Walburga avait fait un régime draconien, s’affamant pour pouvoir rentrer dans une robe taille 36 le jour J. Et par-dessus un corset finement serré… 

 

 

 

Walburga s’obligeait à afficher un sourire étincelant malgré les quelques murmures qu’elle avait entendu. Certaines personnes n’aimaient pas l’idée de jumeaux - elle non plus d’ailleurs - mais ce qui les dérangeaient le plus était que ce n’était pas de vrai jumeaux. Un garçon et une fille, quoi de plus bizarre ? « Cela ternissait la si élogieuse famille Black. », « Eux qui étaient si parfaits. »

 

 

 

Soudain, des pleurs vinrent perturber la réception.

 

 

 

— Walburga, ma chère, il semblerait que Sirius se soit réveillé, déclara Orion en buvant une gorgée de champagne. Ce champagne est excellent, on a beau dire, mais s’ il y a bien une chose que les Moldus ont réussi, c’est le champagne !

 

 

 

Walburga quitta son mari pour s’approcher du berceau où son fils pleurait. Entre son besoin de repos et ses préparatifs pour la soirée, elle n’avait pas pris le temps de s’occuper de ses enfants. Et comme elle refusait de donner la tétée (jugeant cela rabaissant pour quelqu’un de son rang), elle n’avait pas passé plus de cinq minutes avec lui … Depuis leur naissance. Se remémorant rapidement les instructions de Stuffy pour prendre son fils dans ses bras, elle passa une main sous sa tête et une autre sous son corps tout chaud avant de l’attirer contre elle.

 

 

 

— Shhh shhh…

 

 

 

Il fallait faire ce petit bruit et le tenir dans ses bras en bougeant doucement. C’était malheureusement inefficace. Sirius continuait de pleurer, réveillant Lyra qui se mit à pleurer à son tour. 

 

 

 

— Donnez le moi Madame, murmura Kreattur.

 

— Non, je vais y arriver.

 

 

 

Le silence autour du bébé était insupportable. Pour la première fois de sa vie, Walburga aurait préférée ne pas être le centre de tant d’attention. Elle ne comprenait pas pourquoi son fils ne cessait pas de pleurer, et elle le trouvait si lourd ! Orion, voyant le malaise qui se créait, tinta contre son verre pour attirer l’attention de ses invités.

 

 

 

— Votre attention s’il vous plait. Veuillez me suivre dans la bibliothèque pour poursuivre cette charmante soirée !

 

 

 

Tout le monde s’empressa de suivre le maitre de maison, laissant Walburga toujours en proie aux larmes de ses enfants.

 

 

 

— Je ne comprends pas pourquoi ça ne marche pas ! Il n’arrête pas et…

 

— Ne vous inquiétez pas Madame. Donnez le moi.

 

 

 

Et pour la unique fois de sa vie, Walburga décida d'obéir à la demande de l’elfe de maison. Quelques dizaines de secondes suffirent pour que les pleurs de Sirius s’arrêtent. Sa soeur fit de même dès qu’il la rejoignit dans le berceau. 

 

 

 

— Très bien, Kreattur je veux que tu les emmènes dans leur chambre. Surveille les, Stuffy s’occupera des invités.

 

— Bien Madame.

 

 

 

Walburga remit ses cheveux en place et ajusta ses bijoux. Elle regarda ses mains qui tremblaient. Quelques jours à peine avaient suffi pour que ses enfants lui infligent une terrible humiliation. Elle dissimula ses mains dans sa robe et quitta la pièce pour rejoindre ses invités.

 

 

 

 

 

*****

 

 

 

 

 

Rapidement, toute la société sorcière fut mise au courant de cet épisode et les commentaires allaient bon train. « Quand on ne sait pas s’occuper d’enfants, on s’abstient d’en faire ! », « Forcément ! Quand ce sont les elfes de maison qui s’occupent de tout… », « Et en public en plus ! », « Il faut reconnaitre que même en fâcheuse situation, Mme Black sait rester très classe ! ». Walburga prit très mal cette humiliation, gardant toutefois la tête haute. Elle était Walburga Black après tout. 

 

 

 

Le temps passa. Une toison de cheveux bruns apparut sur la tête des jumeaux. Leurs yeux devinrent gris acier, marque du sang Black qui coulait dans leurs veines. Ensemble, ils étaient de vrais perles, mais dès que quelqu’un voulait les séparer, ils se mettaient à pleurer et à gesticuler sans s’arrêter. Cela horripilait Walburga, elle n’avait pas l’habitude de ne pas avoir le contrôle sur quelqu’un, les menacer de leur donner un vêtement ne les empêchait pas de pleurer. Alors elle serrait les dents et attendait patiemment que les pleurs cessent. 

 

 

 

Six mois après la naissance des jumeaux, une grande nouvelle arriva : un petit frère ou une petite soeur allait pointer le bout de son nez dans quelques mois… Tout à cette grossesse, Walburga laissa totalement les jumeaux aux elfes de maisons et passait ses journées à boire le thé en compagnie d’amies du Club en extasiant sur les derniers potins du moment.

 

 

 

Le Club était un endroit très sélect qui regroupait la très haute bourgeoisie sorcière. Si haute qu’il fallait un masque à gaz et un paquet de courage pour pouvoir rester aussi haut. Du courage ou de l’idiotie après tout… Les sorcières qui se regroupaient là-bas parlaient mode, politique, culture et surtout des derniers ragots en date : qui trompait qui avec qui, qui faisait quoi, qui avait quoi… Une réputation pouvait être très facilement détruite par les membres du Club. 

 

 

 

Une fois par an, le Club organisait le Bal de Charité. Le prix du billet était exorbitant, et il n’était pas rare de voir une sorcière vendre tous ses biens ou économiser toute l’année en se serrant la ceinture pour pouvoir y aller. Pour quelqu’un qui voulait entrer dans la haute société, c’était l’occasion rêvée. 

 

 

 

Tous les ans une sorcière était sélectionnée par les membres du Club en fonction de ses actions dans l’année passée et recevait une carte de membre qui permettait de nombreux privilèges. En cette occasion, de nombreux complots étaient organisés. Il n’était pas rare de voir quelqu’un disparaitre subitement quelques jours avant le bal…

 

 

 

Walburga était très fière de faire partie du Club. Avec la naissance de ses aînés, elle n’avait pas pu aller au Bal, et l’annonce de cette nouvelle grossesse entrainait aussi le fait qu’elle ne pourrait pas aller à celui qui arrivait. Elle en était ennuyée, mais Druella, en bonne amie, lui racontait tout dans les moindres détails ; allant du plus étrange au plus sordide.

 

 

 

— Tracy Valley non plus, n’a pas pu aller au Bal de l’année dernière. Alors je peux vous dire, que cette année, on l’a attendue de pied ferme ! Et devinez ma chère…

 

— Quoi ? Dites-moi Druella ! Je ne peux attendre plus longtemps.

 

— Elle était habillée d’une robe carmin. Oui ma chère, du carmin…

 

— Carmin ? Mais elle est en retard de un an au moins ! C’est du vermillon cette année. La sotte !

 

— De plus ses cheveux étaient lâches, sans le moindre ruban, pas même une anglaise. C’était si sobre…

 

 

 

Les deux amies gloussèrent en coeur. Au Bal du Club, aucune erreur n’était permise.

 

 

 

— Et Elisabeth Potter n’a toujours pas daignée nous faire honneur de sa présence, annonça Druella amèrement. Donc maintenant c’est officiel, elle ne sera plus attendue.

 

— Tant mieux ! J’ai toujours trouvé cela stupide de lui envoyer un carton d’invitation tous les ans, elle et son mari n’en valent pas la peine !

 

— N’oubliez pas leur fils…

 

 

 

 

 

*****

 

 

 

 

 

Kreattur tachait de ne jamais lâcher un des jumeaux des yeux. Ils avaient vite compris le système du quatre patte et entreprenaient une visite complète de la maison dès que l’occasion se présentait. Seulement aujourd’hui, ils devaient se cantonner à leur chambre : les premières contractions étaient arrivées pendant la nuit et tout le premier étage était en ébullition. Kreattur se désolait de ne pas pouvoir aider sa Maitresse à surmonter cette épreuve, il voulait être avec elle. Mais le Maitre avait dit « Tu les gardes dans cette pièce. Qu’ils ne sortent sous aucun prétexte ! » Alors Kreattur les gardait.

 

 

 

Soudain, la porte s’ouvrit doucement et Stuffy apparut.

 

 

 

— C’est un garçon. Il s’appelle Regulus.

 

 

 

 

 

*****

 

 

 

 

 

Regulus était un bébé très calme. Il pleurait rarement et observait ce nouveau monde qui l’entourait en ouvrant de grands yeux. Lorsque les amis proches de la famille vinrent lui rendre visite, ils s’extasièrent sur son comportement si calme en comparaison des jumeaux qui ne pouvaient rester plus de deux minutes au même endroit. Pour cette raison, Walburga et Orion l’appréciaient d’autant plus que son frère et sa soeur.

 

 

 

Lyra et Sirius grandissaient à une vitesse folle. Rapidement, ils apprirent à marcher et purent explorer beaucoup plus de choses qu’à quatre pattes. Dès qu’ils parvinrent à répéter les mots des « grands », ils s’amusaient beaucoup à converser entre eux.

 

 

 

Le premier repas de famille où ils eurent le droit de rester à la table des adultes, fut pour l’entrée à Poudlard de Bellatrix. Bien évidement, au préalable, ils avaient dû suivre quelques leçons de bonne conduite. Orion aurait préféré attendre que les jumeaux aient cinq ou six ans pour cela, mais sa belle-soeur avait insisté pour qu’ils restent. Alors, du haut de leurs quatre ans, Lyra et Sirius étaient restés.

 

 

 

— Bellatrix, montrez votre nouvelle baguette à votre tante, annonça Druella. Voyez-vous Orion, c’est du bois de noisetier et du coeur de dragon, 31,8 cm et achetée chez Ollivander.

 

— Très bonne qualité alors… répondit Orion en buvant un peu de Whisky-Pur-Feu.

 

— Quand aurais-je une baguette père ? demanda Sirius. 

 

 

 

Son père manqua de s’étouffer en entendant la voix de son fils.

 

 

 

— Pardon ? Dit-il. Avez-vous eu l’autorisation de parler ? Je ne crois pas. Vous avez déjà une chance incroyable de pouvoir être assis avec nous à cette table alors tâchez de vous en montrer digne !

 

— Mais…

 

— Pas de mais ! Allez dans votre chambre immédiatement ! Je ne peux permettre un tel comportement dans ma propre maison !

 

 

 

Sirius se leva, debout sur sa chaise, il dépassait à peine le haut de la table, mais déjà, la fureur se voyait dans ses yeux gris acier.

 

 

 

— Maintenant ! insista Orion.

 

 

 

Sirius sauta à terre et sortit sous le regard sévère de son père. Sa soeur se retint de sourire quand elle l’entendit monter l’escalier en prenant soin de faire le maximum de bruit à chaque marche. Elle aurait voulu suivre son frère mais la réaction de son père lui faisait peur. Le diner continua comme si de rien n’était. Bellatrix, l’ainée, fût invitée à prendre plusieurs fois la parole contrairement à ses soeurs et à sa cousine. 

 

 

 

— Et bien Bellatrix, dans quelle maison souhaites-tu aller ? demanda Walburga.

 

— À Serpentard évidemment ! s’exclama sa nièce.

 

 

 

Walburga hocha la tête, la petite avait répondu juste.

 

 

 

— C’est la seule maison où nous sommes sûr qu’il n’y aura pas de nés moldu, expliqua Druella en jetant un regard plein de fierté sur sa fille. C’est plus sûr pour elle.

 

— Naturellement, approuvèrent les autres adultes.

 

 

 

N’ayant jamais quitté le 12 Square Grimaud, Lyra ne comprenait pas ce qu’était un né moldu. La seule chose qu’elle souhaitait en cet instant était de quitter cette table pour rejoindre son frère. Pourtant Narcissa semblait adorer regarder en silence les adultes parler.

 

 

 

— C’est pour cela que je refuse que les enfants sortent de la maison. Toute cette mixité… Je ne peux supporter de côtoyer ce genre de gens ! expliqua Walburga.

 

— Tout à fait, approuva son frère. D’ailleurs une nouvelle loi vient d’être votée à propos des Créatures Magiques : à partir de maintenant, un espace à l’arrière des magasins sera aménagé pour permettre aux elfes de faire les commissions sans avoir à côtoyer la clientèle sorcière. Ils pourront y transplaner directement !

 

— Oh mais c’est une si bonne nouvelle ! s’exclama sa femme ravie. Il est vrai que de devoir côtoyer les créatures des autres me dégoutte quelque peu. Une fois…

 

 

 

Un bruit de verre se brisant l’interrompit. Tous les regards des adultes se tournèrent vers Lyra, rouge de honte. Elle baissait la tête, et laissa ses cheveux tomber devant son visage, n’osant pas lever les yeux pour voir la colère de ses parents.

 

 

 

— Dans votre chambre, tout de suite, dit son père en grinçant des dents. Vous voyez, dit-il en se tournant vers sa femme, ils sont trop jeunes pour être à table avec nous. Ils ne savent pas se tenir correctement. Même tenir un verre est hors de leur portée !

 

— Je ne vais pas attendre qu’ils aient dix-huit ans pour les sortir, Orion ! répliqua sa femme avec colère. D’ailleurs, ce n’est pas ma faute si ils sont incapables de suivre quelques règles aussi simples !

 

 

 

Lyra ne voulait pas en entendre d’avantage. Elle sauta par terre, entrainant son assiette qui se brisa elle aussi, et courut vert l’escalier.

 

 

 

— Lyra ! cria sa mère. Ces manières ne sont pas tolérables pour une petite fille de votre rang. Revenez ici immédiatement !

 

 

 

Les bruits de pas s’interrompirent. Seul le tic tac de l’horloge à balancier osait rompre le silence. La fillette s’avança doucement vers sa mère.

 

 

 

— Vous me décevez terriblement. Vous devez apprendre à ne faire aucun faux pas. Ne pas courir. Ne pas être maladroite. Ne pas être insolente. Aucune erreur n’est acceptée, dit-elle calmement avant de gifler violemment sa fille.

 

 

 

C’était la première fois qu’elle osait lever la main sur sa fille. Elle même n’avait jamais été frappée par ses parents, elle avait toujours réussi à donner le meilleur d’elle même pour les satisfaire. La vue de sa fille, gisant par terre en larmes, ne lui attirait aucun remord. Elle l’avait mérité.

 

 

 

Walburga savait dès leur naissance, qu’elle devrait user de la violence pour qu’ils deviennent dignes de leur rang. Ils étaient turbulents, trop énergiques, trop curieux… Elle se baissa, et dégagea les mèches de cheveux trempés par les larmes, du visage de sa fille.

 

 

 

— Une dernière chose : je ne veux plus jamais vous voir pleurer devant moi. Jamais. Vous êtes une Black, apprenez à vous en montrer digne.

Note de fin de chapitre :

Merci pour votre lecture ♥︎

J'ai été absente longtemps, trop longtemps et c'est avec beaucoup de joie que je me suis remise à l'écriture. Ce chapitre a été écrit il y a 5 ans, j'ai gardé l'ensemble, juste corrigé quelques fautes (oui il doit encore en avoir, mille excuses pour cela).

J'espère que ce chapitre vous a plu, j'essaie de placer un peu le décor, il ne se passe pas grand chose, mais c'est important je trouve pour comprendre le caractère de Lyra. C'est une fic longue, donc pour se repérer, les chapitres auront le nom des années :)

Bonne année !

winter

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.