S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Journées reviews du 3, 4, 5 décembre 2021


Lire, écrire…

PAPA-NOËL : Oh oh oh ! Viens aider les lutins lors de la Journée Reviews de décembre !
MAMAN-NOËL : Elle se déroulera du vendredi 3 au dimanche 5 décembre !
LUTINS : Alors viens nous rejoindre en t'inscrivant ici !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.




De le 24/11/2021 10:54


117ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 117e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 20 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De Équipe des Nuits le 11/11/2021 14:44


Sélections du mois


Félicitations à Taka, Catie et popobo qui remportent l'enchanteresse Sélection Lieux Magiques !

Pour janvier 2022, c'est le thème de Créatures Magiques qui vous arrachera peut-être quelques frissons d'horreur... ou quelques soupirs de Boursoufflets attendris ! Vous pourrez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de novembre, pleurez, criez, lamentez-vous ou peut-être, guérissez en faisant votre Deuil. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Et on se retrouve en décembre pour la Sélection de Noël qui sera tout à fait spéciale (comme l'année dernière en fait) !


De Equipe des Podiums le 08/11/2021 12:08


26ème édition des Nuits Insolites HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 26e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 6 novembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 30/10/2021 19:21


Inscrivez-vous aux Journées Reviews !


Lire, écrire…

La Journée Reviews d’octobre se déroulera du vendredi 22 au dimanche 24 octobre. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.



De Les JR le 19/10/2021 20:31


Semaine d'adaptation ludique


La SAL revient !

Que vous ayez envie de découvrir le forum et ses sites, de braver des défis en équipes, ou de partager votre savoir de fossile de l'asso, vos pokeballs et vous pouvez vous inscrire dès à présent dans le vestibule !


De La SAL le 18/10/2021 14:50


Dark Paradise par Winter New!

[106 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

ϟ. alt-J - In Cold Blood

@anniespratt sur unsplash

— Dis Andros, tu m’avais promis de me raconter comment se déroule un match de Quidditch et j’attends toujours ta lettre ! Dans un an je vais à Poudlard, je veux tout savoir ! La répartition dans les maisons, les cours, la salle commune de Serpentard…

 

— Eh ! Calme toi Lyra, tu vas faire une attaque si tu continues comme ça ! Répondit Andromeda en rigolant devant l’enthousiasme de sa jeune cousine.

 

— Pardon mais, ça fait si longtemps que je ne t’ai pas vue. Je suis tout le temps enfermée au Square Grimaud, et j’étais si impatiente de te voir…

 

 

 

Andromeda éclata de rire, en temps normal, elle ne se serait jamais permise d’avoir une telle spontanéité mais elles étaient dans le fond du grand jardin de Pollux et d’Irma Black, leur grand-parents. Où personne ne pouvait les surprendre. 

 

 

 

Tous les ans, lors du retour de leurs petits-enfants de Poudlard, ils organisaient une petite réception. Mais cette année, ils avaient décidé d’organiser une grande soirée en l’honneur des fiançailles de Bellatrix. Et les Black étant des gens ni humbles ni modestes ; l’occasion de montrer qu’ils étaient une famille riche et influente ne pouvait être loupée. Ils avaient invité tout le gratin sorcier d’Angleterre.

 

 

 

— Alors, commença Andromeda. Par quoi veux-tu que je commence ?

 

— Le Quidditch ! répliqua Lyra, les joues rougies par l’excitation.

 

 

 

Sa cousine fronça les sourcils.

 

 

 

— Lyra, tu sais que tu ne devrais pas t’intéresser autant au Quidditch ! Ce n’est pas fait pour toi comme pour moi ou pour n’importe quelle fille de notre rang. Je croyais que tu l’avais compris avec le temps.

 

— Tu as raison, avoua Lyra honteuse, Mère n’approuverait pas.

 

 

 

Elles continuèrent de marcher en silence dans les luxueux jardins familiaux. On pouvait y observer des gros massifs de roses rouges, blanches et roses qui faisaient la fierté des Black. Depuis des générations, une famille de jardiniers s’occupait exclusivement de ces roses aux odeurs et couleurs éclatantes. 

 

 

 

Dès que l’on franchissait le portail en fer forgé, on traversait une allée bordée de deux jardins « à la française », et tout au bout de cette allée, une immense maison en pierres blanches dominait la cour.  Derrière, une pelouse parfaitement coupée permettait d’organiser de grandes réceptions les soirs d’été. De là, on avait une vue parfaite sur les magnifiques rosiers et sur la propriété. 

 

 

 

Il y avait aussi plusieurs petits chemins qui emmenaient jusqu’au fond du jardin. De là, aucun bruit ne passait, elles étaient comme coupées du monde. Juste le piaillement des oiseaux, le parfum des fleurs et le bruit d’une douce brise.

 

 

 

— Et la répartition ? demanda Lyra.

 

— Secret défense petite fleur…

 

— Pourquoi Andros ?! imagine la tête de Sirius s’il apprenait que je sais comment se déroule la répartition. Il serait hyper jaloux…

 

— J’avoue que l’idée est alléchante mais non. Je crois que le stress post-répartition est nécessaire, répondit Andromeda avec un sourire songeur.

 

 

 

Lyra n’insista pas, sa cousine tenait du caractère têtu et entêté des femmes Black. La supplier ne changerait rien et elle voulait économiser son énergie pour autre chose.

 

 

 

— Tu as des amies ? demanda t-elle.

 

— Je suis dans la chambre de trois jeunes filles très sympathiques de bonnes familles : Sofia, Carmen et Bonnie. Elles ont leur mère inscrite au Club. Et Mère les connaît.

 

— Oh ! C’est vraiment super !

 

 

 

Andromeda se contenta d’acquiescer. Du haut de ses neuf an et demi, Lyra voyait bien que sa cousine ne lui disait pas tout.

 

 

 

Andromeda avait toujours été un exemple pour Lyra car elle ne faisait jamais de faux pas, Bellatrix non plus d’ailleurs, mais elle était un peu trop hors d’atteinte pour Lyra qui avait huit ans de moins. Alors qu’Andromeda était toujours gentille avec elle.

 

 

 

— Et… Tu as un amoureux ?

 

 

 

Elle vit un changement de couleur s’opérer sur le visage de sa cousine. Pour qu’Andromeda ose rougir devant sa cousine, c’est qu’elle venait de toucher un gros point sensible. Maitrisant son impatience, elle attendit sagement que sa cousine parle la première.

 

 

 

— Si tu veux savoir si je suis en couple avec quelqu’un, la réponse est non. Mère ne l’accepterait jamais. Tu imagines si j’arrivais au bras d’un garçon au Bal de l’année prochaine ? Elle était si fière l’année dernière d’organiser ça pour Bellatrix, avec tous les meilleurs partis sorciers présents et regarde où on en est maintenant. Lui gâcher ce plaisir serait terrible pour elle !

 

— Bella va épouser Rodolphus et elle sera heureuse comme dans les belles histoires que me lit Stuffy !

 

 

 

Andromeda eu un sourire triste.

 

 

 

— Si seulement petite fleur…

 

— Mais pourquoi tu es devenue toute rouge alors si tu n’es pas amoureuse ? continua Lyra qui ne comprit pas la réponse de sa cousine et continuait sur sa lancée.

 

— Ah ! Heu… répondit Andromeda en se mordant la lèvre. 

 

 

 

Pouvait-elle faire confiance à sa jeune cousine ? Elle n’avait que dix ans. Certes, il lui arrivait d’avoir un excès de colère contre sa mère et le protocole qu’elle leur imposait à elle Lyra, et à Sirius, mais elle était si jeune… Pouvait-elle comprendre ?

 

 

 

— Si je te confiais un secret petite fleur, tu le garderais pour toi ?

 

— Oui, chuchota Lyra en ouvrant en grand ses yeux gris.

 

— Tu devras absolument ne rien dire. Tu te rappelles la fois où tu avais dit que la robe d’une amie de ta mère te faisait penser à une grosse meringue ?

 

 

 

La petite acquiesça en se rapprochant. Inconsciemment, elle se passa la main sur sa joue ce qu’Andromeda ne manqua pas de remarquer.

 

 

 

— Donc tu te rappelles de ta punition. imagine-la, mais en beaucoup plus dure, tu vois ? Et bien, c’est ce qui m’arriverait si tu le dévoilais à quelqu’un. Mais tu es une grande fille donc je peux te faire confiance.

 

 

 

Elle prit une pause. Allait-elle oser prendre le risque de raconter à une enfant ce qui pourrait causer sa perte ? Elle appréciait vraiment Lyra et Sirius qui, malgré tous les efforts de leurs parents, conservaient toujours cette « innocence » que, malheureusement, Narcissa avait perdu bien trop vite.

 

 

 

— C’est vrai qu’il y a un garçon qui est très gentil. Toujours attentionné, mais sans être lourd. En fait, il est différent des garçons que je connais, parce qu’il a une spontanéité surprenante. Oui, c’est ça, il me surprend comme aucun autre garçon ne l’avait fait avant. Je sais que ne devrais pas éprouver ce genre de choses pour un garçon comme lui : mère me tuerait si elle l’apprenait. Et puis si elle n’y arrivait pas, Bella le ferait, c’est sûr.

 

 

 

Elle eut un petit rire et respira un coup l’odeur des roses qui les entouraient avant de poursuivre.

 

 

 

— Je ne veux pas l’embarquer dans toute cette folie, je ne sais pas s’il s’en sortirait indemne.

 

 

 

Elle se tut, étonnée de s’être autant confiée à sa jeune cousine qui ne devait pas avoir bien compris la moitié de ce qu’elle venait de dire. Mais Andromeda était déterminée à tout faire pour ne pas laisser sa mère et sa tante détruire Lyra et Sirius comme elles l’avaient fait avec Narcissa. Le changement avait été net. Elle l’avait quittée en septembre joyeuse et souriante. Pour retrouver une petite fille en décembre froide et distante.

 

 

 

— Tu sais dans quelle maison tu veux être ? demanda t-elle.

 

— Serpentard. Comme toi, Bella et Cissy. 

 

— C’est ce que ta maman t’a dis de faire, mais toi, réellement, tu veux quoi ?

 

 

 

Une lueur de panique envahit les yeux gris de la fillette.

 

 

 

— Tu peux me le dire Lyra, je ne dirai rien tu sais.

 

— Je veux aller à Serpentard pour que Mère et Père soient fiers de moi.

 

 

 

Andromeda était étonné de la volonté qui émanait de sa jeune cousine.

 

 

 

— Mais sinon ? Insista t-elle.

 

— Je veux aller à Serpentard, répéta la fillette.

 

— Très bien, alors tu iras dans la meilleure maison de Poudlard ! Allez ! Viens petite fleur, il est temps de se préparer pour ce soir. Tu vas être toute belle.

 

— Aussi belle que toi ?

 

— Aussi belle que moi ! Répondit Andromeda en rigolant.

 

 

 

 

 

*****

 

 

 

 

 

Stuffy s’affairait autour de sa jeune maîtresse. Défroissant un pli de la robe, ajustant une mèche de cheveux ou redressant son collier pour que le pendentif soit au bien milieu. C’était un médaillon en argent frappé des armoiries des Black : deux chiens entourant un blason, et en dessous, leur devise : « Toujours Pur ». Lyra l’avait reçu à la naissance et ne devait jamais s’en séparer. Tous les Black en recevaient un, il était signe de leur rang et un rappel constant qu’ils étaient des Sang-Pur, pour rien au monde, ils devaient s’en séparer.

 

 

 

— Souris un peu, on dirait que tu as vu un détraqueur.

 

— Tu ne devrais pas rigoler de cela, Père te l’a interdit.

 

— Oui, mais il n’est pas là, et toi tu ne me balanceras pas alors… répondit Sirius en s’affalant sur un canapé.

 

 

 

Stuffy étouffa un petit cris en le voyant poser les pieds sur la table basse en bois vernis.

 

 

 

— Sirius… commença Lyra.

 

— Jolie robe, répondit-il en ignorant son regard plein de reproches.

 

— Faux, tu sais qu’elle est moche.

 

 

 

Du bout des doigts, elle caressa le dessus de la jupe rayée bleue et blanche gonflée avec du tulle. Des petites fleurs roses longeaient le bord de la robe qui s’arrêtait aux genoux, laissant apercevoir des ballerines noires vernies et des chaussettes blanches hautes. Elle détestait être habillée comme une petite poupée, mais sa mère le voulait alors…

 

 

 

— Lyra ? Sirius ? Mère nous attend en bas.

 

 

 

Ils levèrent la tête pour voir leur frère disparaître par l’entrée de la porte. Sirius se leva gracieusement et tendit une main en déclarant :

 

 

 

— Miss ? Me ferriez-vous l’honneur de m’accompagner ? dit-il en une parfaite imitation de son père.

 

— Oh ! Mais avec joie ! répondit sa soeur en riant.

 

 

 

En bas de l’escalier, Walburga Black les attendait, majestueuse.

 

 

 

— J’espérais que prendre de mon temps pour vous enseigner les règles de Bienséances durant la semaine était suffisant mais je vois que cela ne suffit pas, déclara froidement Walburga en le voyant sourire. J’attends de vous, pour ce soir, un comportement irréprochable. Est-ce clair ?

 

— Oui Mère.

 

— Bien ! Sirius à ma droite, Lyra tenez la main de votre frère.

 

 

 

Ils obéirent dans un silence religieux. L’un comme l’autre, ils baissaient les yeux vers le sol de marbre blanc. Ils traversèrent une lourde porte en bois de chêne finement sculptée et entrèrent dans la salle de réception. Grande et richement décorée, tout rappelait la puissance des Black. Pendant deux heures, les trois enfants durent saluer des inconnus en restant sagement à côté de leur mère. Ce fut long et fort ennuyeux.

 

 

 

— Votre attention s’il vous plait. Je crois que tout le monde est là ce qui me permet de vous annoncer la grande nouvelle que vous attendez tous.

 

 

 

Pollux Black s’interrompit, savourant le silence que ses paroles avaient provoqué. Il était un homme de pouvoir et chérissait ce petit moment où tout le monde était suspendu à ses lèvres.

 

 

 

— Je tiens à mes petits enfants comme à la prunelle de mes yeux. Vous savez que je ne laisserai pas partir mes petites filles avec le premier venu. Mais Rodolphus Lestrange s’est montré à la hauteur de mes espérances. Je sais que je peux lui confier ma chère Bellatrix en toute confiance. Ce soir est en l’honneur de leurs fiançailles, ce soir, ils sont à l’honneur. Alors bonne soirée à tous !

 

 

 

Une vague d’applaudissements accueillit la fin de son discours.

 

 

 

— Si je pars, tu me suis ? murmura Lyra à son frère.

 

 

 

Il se contenta de lui sourire et de designer trois doigts. Regulus était aux côtés d’Orion, trop loin pour l’emmener avec eux, tant pis. Deux. Rodolphus présenta son bras vers sa future femme vêtue d’une robe noire qui affinait sa svelte silhouette. Un… Elle était prête quant ils s’élancèrent entre les invités, se faufilant entre les lourdes robes et les pantalons noirs. Sirius la devança et sortit à l’air frais en rigolant.

 

 

 

— Parfait ! s’exclama t-il. Ce discours tombait à pic !

 

— Viens, on va dans la forêt, répondit sa soeur en courant vers le côté droit du jardin.

 

 

 

Ils traversèrent la grande pelouse pour arriver à un petit chemin qui partait dans le fond du jardin. Ils ne s’arrêtèrent pas à la clairière, mais continuèrent au travers des buissons jusqu’à ce qu’une barrière en fer forgé leur barre la route. Sirius partit à droite pour la longer avant d’arriver à l’endroit où l’un des barreaux était cassé. Il passa le premier puis se retourna pour aider sa soeur.

 

 

 

Phineas Nigellus et Ursula Flint étaient leur arrière-arrière grand-parents. Ils avaient acheté la maison en 1880, puis avaient petit à petit acquis les terres qui l’entourait, laissant la forêt pour les parties de chasse à courre de Phineas. Ursula avait dessiné les jardins qui étaient restés tels quels depuis.

 

 

 

Non loin de là, sous un vieux arbre mort, il y avait un terrier de lapin abandonné. Sirius s’en approcha et en sortit un ballon. Ils l’avaient trouvé dans les hautes herbes d’un étang un peu plus loin. Officiellement, ils n’avaient pas le droit d’en jouer, mais dans cette forêt, loin de l’agitation de la fête, ils avaient tous les droits.

 

 

 

 

 

*****

 

 

 

 

 

— Sirius ! Viens, il va faire nuit. Il faut qu’on rentre !

 

— Attends, j’ai pas envie de partir…

 

— Ça va être l’heure du repas, répliqua Lyra. Mère va voir que nous sommes partis et elle va nous gronder. J’ai pas envie d’être punie alors moi, je m’en vais !

 

 

 

Elle se leva, épousseta sa robe, et tourna le dos à son frère, allongé dans l’herbe à regarder les étoiles.

 

 

 

— Lyra ! Attends ! s’exclama t-il.

 

 

 

Mais elle ne se retourna pas. Grognant, il se leva à son tour et courut la rejoindre.

 

 

 

— Arrête de râler, je suis sûre que tu as faim, se moqua sa soeur.

 

— N’importe quoi ! Je pouvais rester encore des heures là-bas.

 

— Menteur !

 

— Non, même pas !

 

 

 

Son ventre le trahit en grognant bruyamment. Lyra éclata de rire et lui lança une poignée d’herbe fraiche au visage.

 

 

 

— Si, menteur !

 

 

 

Malgré lui, Sirius se mit à sourire et se jeta sur sa soeur pour la plaquer au sol. Ils se débâtirent en riant au sol incapable de se lever.

 

 

 

— Arrête Sirius ! S’exclama Lyra lorsqu’il lui mit de l’herbe dans les cheveux.

 

— Jamais ! Répliqua t-il en lui agrippant les mains.

 

— Non, sérieusement, il faut qu’on rentre.

 

—T’avoues-tu vaincue ?

 

 

 

Un sourire apparut sur les lèvres de Lyra.

 

 

 

— D’accord, tu as gagné… Commença t-elle en se relevant pour s’échapper de son emprise. Ou pas !

 

 

 

Et elle courut vers le trou dans la clôture, avant de s’y engouffrer le plus rapidement possible et de traverser le jardin à toute allure. C’est essoufflée, sale et décoiffée qu’elle tenta de traverser le plus discrètement possible la grande salle de réception pour rejoindre une salle de bain. Il fallait absolument qu’elle ne croise pas sa mère ou sa tante sinon…

 

 

 

— Grand dieu Lyra, où étiez-vous passée ?

 

 

 

Elle se retourna pour voir sa mère accompagnée de sa tante qui la regardait horrifiée.

 

 

 

— Mère je…

 

— Regardez dans quel état vous êtes ! Et votre frère, où est-il ?

 

 

 

Lyra regarda autour d’elle, mais aucune trace de Sirius. Elle baissa la tête, elle espérait de tout coeur qu’il parviendrait à atteindre l’étage sans se faire prendre. Avant que trop de monde remarque l’état de sa fille, Walburga l’empoigna fermement par le bras et sortit de la salle.

 

 

 

— Vous me faites honte Lyra, honte ! Entendez-vous ? 

 

— Je suis désolée Mère, je…

 

— Taisez-vous ! Je ne veux pas entendre vos excuses lamentables ! Vous auriez dû y penser avant de partir je ne sais où ! Déshabillez-vous, lavez-vous et démêlez vos cheveux. Je vous donne dix minutes, pas plus ! 

 

 

 

Les mains tremblantes, Lyra obéit silencieusement. Sa mère l’avait laissée seule dans la salle de bain immaculée, mais elle pouvait l’entendre marmonner en faisant les cent pas au-dehors. Quand elle fut propre, elle sortit et enfila une robe noire avec un col en dentelle blanche et de nouvelles ballerines noires vernies. Un serre-tête compléta la tenue. Sa mère n’eut pas besoin de lui dire qu’elle n’avait pas le droit de quitter la réception une nouvelle fois, Lyra l’avait parfaitement compris. Dès qu’elles arrivèrent dans la salle de réception, Druella les rejoignit en compagnie d’Andromeda.

 

 

 

— Andromeda, emmenez Lyra à table. Voulez-vous ?

 

— Bien sûr ma Tante.

 

 

 

Elle prit sa cousine par le bras et tacha de leur trouver une place à l’une des tables sur la terrasse.

 

 

 

— Tu peux me dire ce que tu faisais avec Sirius ?

 

 

 

Lyra ne répondit pas, gardant les yeux fixés sur la nappe. 

 

 

 

— Lyra, répond moi ! Je ne veux pas te disputer ou quoi que ce soit, mais tu dois savoir que…

 

— Ah ! J’arrive pile-poil à l’heure pour manger, l’interrompit Sirius avant de s’asseoir en face d’elles.

 

 

 

Il prit un petit pain encore chaud sur la table et mordit dedans à pleine dent.

 

 

 

— J’avais faim moi. Comment tu m’as tracé Lyra ! Tu aurais dû voir ça Andros c’était…

 

 

 

Il se tut voyant que les deux filles le regardaient silencieusement.

 

 

 

— Quoi ? Qu’est-ce que j’ai… Attends, t’avais pas la même robe tout à l’heure, pourquoi… 

 

— Bravo, quelle intelligence ! raya sa soeur.

 

— Non, Lyra, me dis pas que Mère t’a vue ! 

 

 

 

Lyra s’abstint de répondre, retournant à sa contemplation de la table.

 

 

 

— Tu pouvais pas faire un peu attention ? s’exclama Sirius. Maintenant elle ne va plus nous lâcher !

 

— Crois moi, j’aurais aussi préféré éviter, marmonna sa soeur.

 

— Sirius, calme toi un peu ! trancha Andromeda. C’est grâce à ta soeur, que tu ne t’es pas fait prendre. Walburga était à côté de la grande porte, c’était obligé que l’un de vous la croise. Vous n’aviez qu’à rester tranquillement à ses côtés et rien de tout cela ne serait arrivé.

 

— On était juste parti se promener Andros, il n’y a rien de mal à ça !

 

— Sirius, arrête de faire l’idiot, soupira Andromeda.

 

 

 

Il allait répliquer quand il fut interrompu par une voix qui lui coupa toute réplique.

 

 

 

— Je suis enchanté de voir que vous daignez nous accorder de votre présence mon fils. J’ai vu votre mère qui m’a racontée votre petite promenade je ne sais où. Des explications peut-être ?

 

 

 

Orion s’avança, avant de poser les deux mains sur le dossier de la chaise de Lyra qui se tassa encore plus, si c’était possible, sur elle-même.

 

 

 

— Alors ? J’attends.

 

— Je suis désolé Père d’avoir quitté la réception, murmura Sirius, la tête basse.

 

— Où étiez-vous ?

 

 

 

Aucune réponse. 

 

 

 

— Ne vous embêtez pas mon cher, je doute que cela ait grande importance. Mais voyez-vous, j’ai parlé avec ma belle-soeur et j’ai décidé, si j’ai votre accord bien entendu, de lui confier Lyra pendant quelques mois. Elle lui apprendra les bonnes manières et surtout, elle sera loin de son frère. Ce qui sera des plus bénéfiques pour eux. 

 

— Après avoir eu trois filles, je saurai m’occuper d’une quatrième ! Approuva Druella, un sourire froid sur ses lèvres.

 

 

 

Lyra écarquilla grand les yeux en dévisageant sa tante. Quelques mois ? Et loin de Sirius ? Impossible. Elle n’avait jamais été séparée de lui plus de quelques heures, alors des mois… Elle se tourna vers Bellatrix, qui paradait un peu plus loin au bras de son nouveau fiancé. Ce sera elle dans quelques années, elle n’en doutait pas. Et Sirius aussi serait marié, loin d’elle. Elle ferait mieux de s’y habituer dès maintenant.

 

 

 

— Eh bien, il me semble que ce soit une excellente idée, approuva Orion. Druella, ma chère, êtes-vous sûre de vouloir vous acquitter d’une telle tâche ?

 

— Bien sûr ! Elle sera une parfaite petite sorcière pour sa rentrée à Poudlard, je vous le promets ! Dès demain elle partira avec moi, et vous la reverrez pour le repas annuel de rentrée. Qu’en pensez-vous ?

 

— Non ! s’exclamèrent Lyra et Sirius dans un bel ensemble.

 

— Pardon ? tonna Walburga. Votre avis n’est pas requis ! C’est décidé, Lyra vous partirez avec votre tante pendant un an. Maintenant, je vous conseille à tous les deux de faire profil bas. Et après vos bêtises de tout à l’heure, ne croyez pas Sirius, que vous n’aurez aucune punition !

 

— Mère, supplia Sirius. Vous en pouvez pas faire cela… 

 

— Je ne vous permets pas de me dire ce que je peux ne faire ou ne pas faire ! Encore un mot et vous serez congédiez dans vos chambres.

 

— Alors on part, annonça t-il.

 

 

 

Walburga allait parler mais Orion lui fit signe de les laisser partir.

 

 

 

— Ça nous évitera de surveiller chacun de leurs faits et gestes ma chère. Au moins, nous serons tranquilles et ils ne nous feront pas honte ! Il aura sa punition en temps et en heure, il ne recommencera pas deux fois.

 

 

 

Ils traversèrent la foule des invités pour arriver dans la grande salle de réception. Sirius allait poursuivre son chemin vers la porte qui menait à l’escalier quand Lyra s’arrêta.

 

 

 

— Attends ! s’exclama Lyra. Aide moi à prendre quelques trucs à manger.

 

— Bonne idée. Je m’occupe des gâteaux.

 

 

 

Dans des serviettes, ils placèrent tout ce qu’ils purent et se trouvèrent un coin tranquille à l’étage pour manger. Les pieds dans le vide, ils étaient sur le balcon d’une des nombreuses chambres de la maison. Seul le bruit des conversations de l’autre côté de la maison rompait le silence qui s’était installé entre eux.

 

 

 

— C’est juste un an… Murmura Lyra en posant sa tête contre l’épaule de son frère. Et puis après… On sera neuf mois ensemble. On pourra jouer dans la salle commune de Serpentard ou dans les couloirs de Poudlard sans que personne nous dise quoi faire.

 

 

 

Il ne répondit pas, les yeux fixés sur l’horizon.

 

 

 

— Quand je rentrerai, on aura sept ans devant nous avant d’être diplômé ASPIC de Serpentard. Et après…

 

— Et après quoi Lyra ? Tu ferras comme Bella ? Épouser un inconnu, avoir des enfants et puis c’est tout. C’est ça que tu veux ? Parce que moi non.

 

— Je sais pas Sirius, je verrais bien…

 

— Justement non ! Tu crois que Mère te donnera le choix comme Tante Druella l’a fait avec Bella ?

 

— Alors tu proposes quoi ? 

 

 

 

Le silence se réinstalla entre eux comme réponse. Le soleil était couché, entrainant une douce fraicheur et le bruit des grillons.

 

 

 

— Tu sais Lyra, des fois je me demande si je veux vraiment aller à Serpentard…

 

— Ne dis pas ça, Mère serait furieuse.

 

— Je sais mais… J’ai pas envie qu’on finisse comme Bella. 

 

 

 

Il inspira un bon coup et déclara :

 

 

 

— Alors promets moi que quoi qu’il se passe, on restera ensemble. Là l’un pour l’autre. Promis ?

 

— Promis, murmura t-elle.

 

Note de fin de chapitre :

Hello !

Comment trouvez-vous la relation Andromeda - Lyra ? J'avoue avoir du mal à écrire des dialogues avec les enfants sans tomber dans le ridicule... ^^

J'essaie de planter un à un mes éléments de contexte, l'aristocratie sorcière à cette époque est très arriéré quand on compare aux moldus, mais ils sont tellement enfermés dans leur monde qu'aucune touche de modernité les atteints. Donc pour les filles c'est les robes ! Ne me remerciez pas pour le cliché, c'est avec plaisir :)

Merci pour votre lecture, si vous avez le temps pour une petite review, cela me ferai grand plaisir d'avoir votre retour !

winter

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.