S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Au seuil de sa vie par Wapa

[3 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +

Les larmes coulaient sur ses joues sans qu'elle ne cherchât à les essuyer. Et tant pis pour ses lunettes envahies de buée. Elle ne resterait pas une minute de plus dans ces murs. Ici, elle n'était qu'une caricature. Une pauvre fille ridicule constamment rabaissée. Une illuminée qui se berçait d'illusions. Ces persiflages incessants écorchaient sa dignité mais n'entamaient pas sa détermination. Elle était douée. Vraiment douée. Elle le sentait et cela n'avait rien d'une lubie. Le talent de son illustre aïeule pulsait dans ses veines et chatouillait le bout de ses doigts.

 

A Poudlard, elle avait même une certaine renommée. Les étudiantes de toute l'école connaissaient son nom et venaient la consulter pour connaître leur avenir. En échange de quelques Mornilles, de plumes en sucre ou d'antisèches, elle leur entrouvrait le voile du futur. Qui serait leur prochaine conquête ? Pourquoi l'élu de leur coeur ne répondait-il pas à leur déclaration passionnée ? Réussiraient-elles leur devoir de Métamorphose ou leurs BUSE ? Arriveraient-elles à tomber amoureuse ? Parviendraient-elles à assumer leurs sentiments ? Seraient-elles mariées avec des enfants ou partiraient-elles à l'aventure explorer des contrées inconnues ? Trouveraient-elles leur place dans la société ? Pourraient-elles aimer et être aimée ? Finalement, la même inquiétude revenait sans cesse en filigrane : seraient-elles heureuses ? Et inlassablement, elle les accueillait, les écoutait et les éclairait. Ses clientes repartaient les épaules plus légères et le sourire aux lèvres. Grâce à ce talent que la jeune fille cultivait, le monde était plus beau. Elle avait trouvé sa voie et le chemin lui semblait tout tracé.

 

Seulement elle était manifestement la seule à vibrer de cette conviction intérieure. En annonçant ses rêves de grandeur lors du repas dominical, la désillusion l'avait envahie. L'atmosphère était devenue aussi froide que le souffle rauque d'un Détraqueur sur sa nuque. Clairement, ça ne s'était pas tout à fait passé comme prévu. Elle espérait une bénédiction familiale et peut-être même un toast ému au vin pétillant des Elfes pour lui souhaiter le meilleur. Malheureusement, elle n'avait récolté qu'une pluie d'indifférence. Sa lecture des feuilles de thé manquait certainement encore un peu de pratique - il faut dire qu'elle venait tout juste de s'initier à cet art minutieux - elle avait dû commettre une erreur quelque part. Contrairement à ses prédictions, sa mère l'avait vertement rabrouée en lui disant plutôt de réfléchir à un métier convenable qui lui permettrait de gagner suffisamment de Gallions maintenant qu'elle avait ses ASPIC en poche. C'était ce qu'on attendait d'une diplômée Serdaigle : réussir une brillante carrière dans un domaine honorable et lucratif. Et qu'importe si ça l'intéressait autant que le cycle de reproduction des Veracrasses. C'était l'unique option pour réparer l'affront d'avoir été envoyée dans une maison différente de celle de ses parents, inconditionnels Gryffondor. Sa répartition malheureuse l'avait fait passer du statut d'enfant prodige à celui de vilain petit hippogriffe à la vitesse d'un Comète 260 et si elle voulait redorer son image, elle n'avait pas le choix.

 

Ce n'était qu'une énième vexation parmi une multitude qu'elle avait encaissé l'été durant alors qu'elle avait rejoint le domicile familial. Un détail dérisoire, pourrait-on dire. Et néanmoins, c'était la goutte qui fit déborder le chaudron. Suite à la remarque maternelle, elle s'était levée de table à grand fracas, renversant les assiettes de porcelaine et rabattant son châle chamarré sur ses frêles épaules. Elle avait hurlé comme une hystérique et avait menacé de partir si cela continuait. Son père avait secoué la tête comme s'il n'y croyait pas vraiment. Son petit frère - un vaillant Gryffondor - avait ricané en lui lançant des boulettes de pain dans le dos. Sa soeur avait haussé les sourcils en soupirant. Finalement, sa mère lui avait demandé de cesser ses enfantillages et de lancer un Reparo sur les débris éparpillés.

 

Incomprise.


Dénigrée.


Humiliée.


Cette fois, elle en avait assez.

 

Ses rêves étaient plus précieux que ce cocon protecteur qui l'avait vu grandir. Certes, ses parents l'aimaient. Ou ils en étaient convaincus en tout cas. Malgré les vexations. Malgré cette violence sourde. Mais comment pouvait-on aimer sans respecter l'autre dans toute sa complexité ? Il y avait là un dilemme qu'elle ne comprenait pas. Si l'amour faisait aussi mal, alors elle ne voulait pas aimer. Jamais ! Elle, elle aspirait à la liberté. Cette affection nourricière l'asphyxiait. Lentement, sournoisement, le poids de leurs attentes l'étouffait. Bientôt, elle aurait tout juste de quoi respirer. Elle aurait tellement voulu poursuivre ses ambitions en ayant leur approbation. Qu'ils l'encouragent peut-être. Qu'ils lui donnent leur autorisation. En fin de compte, elle devrait faire le deuil. Ses parents ne souhaitaient pas qu'elle exploite ses dons. Vivre pour eux ou vivre pour elle, puisqu'il était impossible de concilier les deux, elle se donnerait la priorité.

 

Avec rage, elle s'était donc précipitée à l'étage. Elle avait saisi sa malle au cuir élimé. Celle qu'elle prenait pour se rendre sur le quai 9 3/4 à chaque rentrée. Celle qu'elle ne pensait pas réutiliser de sitôt. A l'aide d'un sortilège, elle avait rassemblé quelques robes, son livre de chevet « Comment les rêves nous parlent du futur », sa boule de cristal et ses bijoux. Et voilà qu'elle se tenait sur le pas de sa chambre, au seuil de sa vie, les joues mouillées et les cheveux emmêlés. Elle le savait, il n'y aurait pas de retour en arrière possible. Plonger ou ne pas plonger ? Etait-elle vraiment prête ? Elle prit une large inspiration pour se recentrer. Les paupières closes, elle tenta d'apaiser le tourbillon qui envahissait son âme. Avait-elle réellement envie de tout abandonner pour suivre ce désir profond ? De quoi vivrait-elle ? Etait-elle capable d'assurer sa survie ? Et si cela ne fonctionnait pas, reviendrait-elle ici quémander le pardon en ravalant sa honte avec amertume ? A mesure que la colère s'atténuait, le doute s'immisçait, cherchant à s'infiltrer dans chaque faille de son être, dans chacune de ses blessures.

 

— Sybille.

 

Clignant des yeux, elle découvrit sa mère devant elle. Sa mine préoccupée creusait de fines ridules sur son front et ce détail l'attendrit. Cela lui rappelait que temps s'écoulait inexorablement quelles que soient les passions éprouvées et leur intensité.

 

— Ton père a réussi à te trouver un stage au Département de contrôle et de régulation des créatures magiques. Je suis sûre que ça pourrait déboucher sur un emploi.

 

Telle la langue d'un Feudeymon, la colère ressurgit dans toute sa puissance. Elle, un vulgaire gratte-papier ? Plutôt mourir. Elle ne vivrait pas avec des regrets par souci de préserver son confort. Quitte à se tromper, elle préférait tenter le tout pour le tout.

 

— Maman, je dois voler de mes propres ailes maintenant.

 

A l'infime mouvement de recul de sa mère, elle pressentit sa douleur plus qu'elle ne la vit. Sa main esquissa l'ébauche d'une caresse pour la consoler mais elle n'alla pas jusqu'au bout du geste. A quoi bon ? Les dés étaient jetés. Il lui fallait couper le cordon et qu'importe les conséquences. En choisissant de partir, elle avait conscience de désavouer en partie la vie rangée de sa mère et rien de ce qu'elle pourrait dire n'atténuerait la réalité de cette séparation. Elles se dévisagèrent un instant. Deux maillons d'une même lignée. Deux souffles éphémères. La jeune femme ayant soif d'absolu et la femme mûre qui avait renoncé. Un gouffre.

 

— Je vous écrirais, promit-elle, la voix légèrement tremblante.

 

Et elle abandonna son lit d'enfant au plaid fatigué. Elle quitta sa mère, son père, sa fratrie. Elle dit adieu à la chaumière où elle était née en essayant de refouler les souvenirs qui tentaient de la retenir. L'odeur de la cannelle qui flottait toujours dans la cuisine. La bibliothèque en acajou où les ouvrages élaborés de botanique côtoyaient les contes de Beedle le Barde. Cette vieille balançoire sous le saule pleureur qui avait vu sa première manifestation de magie lorsqu'elle s'était envolée gracieusement dans les airs telle une fée. Une ribambelle de joies acidulées et de tristesses fugitives. A nouveau, les larmes perlèrent au coin de ses yeux mais cette fois ce n'était plus par colère...

 

Pourtant, elle ne se retourna pas. Un pas après l'autre, elle continua. Et au fil de son avancée, une évidence s'imposait : le meilleur l'attendait. Le monde devenait vaste et exaltant. La vie lui tendait les bras pour l'entraîner dans une danse joyeuse. Elle n'avait aucun plan mais la confiance l'accompagnait. Le destin allait frapper à sa porte. Même si elle ne savait pas très bien comment, elle en était persuadée. C'était imminent et chaque seconde de son existence l'avait préparée à cet instant. Sa seule contribution était d'avancer sans crainte et la jeune fille s'y efforçait avec constance. Elle sentait que la peur pourrait tout faire basculer, éloigner d'elle ce projet merveilleux qui se profilait et elle s'empêchait d'y succomber. Elle suivait donc le sentier en faisant léviter son bagage tout en fredonnant le dernier tube de Celestina Moldubec. Le jour baissait et elle marchait toujours. Elle aurait pu transplaner évidemment, seulement elle n'avait aucune idée du lieu où elle devait se rendre alors continuer sur ses deux jambes lui semblait plus sûr. Quelques étoiles s'allumèrent dans la voûte céleste et Sybille ne chantait plus. Les talons endoloris, elle se répétait comme une comptine que tout irait bien sans cesser pour autant de marcher. S'accrochant avec l'énergie du désespoir à son rêve, elle refusait de déclarer forfait. Elle tiendrait coûte que coûte même si elle devait clopiner toute la nuit en se tordant la cheville sur les pierres inégales.

 

Et finalement, le miracle se produisit. L'heure était venue. Elle entendit son appel. Une douce mélodie se faufila jusqu'à elle, aussi mélancolique que son coeur. Telle une âme soeur écrite pour elle de toute éternité. Était-ce une guitare qui soutenait cette extraordinaire polyphonie d'une langue inconnue ? Un feu brûlait au loin et par prudence, elle camoufla sa baguette et parcourut les derniers mètres en traînant sa malle au sol. Sorciers ou Moldus, elle l'ignorait encore, même si un climat mystique baignait incontestablement les lieux. Dans les ombres dansantes, elle distingua les silhouettes bigarrées de roulottes. Elle n'avait jamais vu cet endroit et pourtant, c'était comme si elle le connaissait déjà. Aussi limpide que son reflet dans le miroir, elle en eut la certitude...

 

Elle était arrivée.

Note de fin de chapitre :

Merci pour votre lecture :) N'hésitez pas à me donner votre avis et je souhaite à chacun le meilleur pour 2021 ! 

Encore Joyeux Noël Pikenikdouille ! Merci de m'avoir permis d'écrire à nouveau sur ce personnage. Sybille chez les Saltimbanques c'est une idée qui est née lors d'une Nuit d'HPF avec l'OS Diseuse de bonne aventure et j'ai été super contente de pouvoir l'exploiter un peu plus ici. 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.