S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

118ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 118e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 17 décembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 08/12/2021 15:36


Sélections du mois


Félicitations à Roxane-James, Misti, Euphellys, Calixto et Spiritos qui remportent la bouleversante Sélection Deuil !

Pour décembre 2021, place à la Sélection spéciale de Noël où vous pourrez vous remémorer avec émotion vos textes coups de cœur de l'année écoulée ! Vous pourrez jusqu'au 15 décembre proposer votre fiction favorite sur le thème de votre choix (tant que l'histoire a été publiée au moins en partie lors de l'année 2021) en vous rendant juste ici ou bien en répondant à cette news. Vous aurez ensuite quinze jours pour voter pour vos histoires préférées juste ici.

Après les fêtes, préparez-vous en janvier à parcourir le monde Sorcier et découvrir mille et une Créatures magiques.

Enfin, en février, le courageux Neville Londubat sera mis à l'honneur.


De Equipe des Podiums le 08/12/2021 10:26


Journées reviews du 3, 4, 5 décembre 2021


Lire, écrire…

PAPA-NOËL : Oh oh oh ! Viens aider les lutins lors de la Journée Reviews de décembre !
MAMAN-NOËL : Elle se déroulera du vendredi 3 au dimanche 5 décembre !
LUTINS : Alors viens nous rejoindre en t'inscrivant ici !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.




De le 24/11/2021 10:54


117ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 117e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 20 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De Équipe des Nuits le 11/11/2021 14:44


Sélections du mois


Félicitations à Taka, Catie et popobo qui remportent l'enchanteresse Sélection Lieux Magiques !

Pour janvier 2022, c'est le thème de Créatures Magiques qui vous arrachera peut-être quelques frissons d'horreur... ou quelques soupirs de Boursoufflets attendris ! Vous pourrez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de novembre, pleurez, criez, lamentez-vous ou peut-être, guérissez en faisant votre Deuil. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Et on se retrouve en décembre pour la Sélection de Noël qui sera tout à fait spéciale (comme l'année dernière en fait) !


De Equipe des Podiums le 08/11/2021 12:08


26ème édition des Nuits Insolites HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 26e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 6 novembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 30/10/2021 19:21


Secrets à Poudlard par Thanilya

[0 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour à tous!

C'est avec une joie immense que je vous présente la traduction d'une fanfiction dont je suis tombée totalement amoureuse quand je l'ai lue l'été dernier. En fait, je l'ai tellement adorée que j'ai décidé de la traduire en français avec la permission de son auteure, Jill Klein. La fic en anglais se trouve sur le site fanfiction.net. C'est la première fois que je traduis un texte de l'anglais au français, donc j'espère ne pas avoir fait trop d'erreurs.

Vous allez sûrement constater comme moi que l'histoire ressemble à celle du jeu Secrets à Poudlard, mais avec tellement plus de détails et de rebondissements! Donc, je vous préviens, il y aura beaucoup, beaucoup, beaucoup de spoil!

Je trouve que les personnages sont attachants et que leur personnalité est bien développée par l'auteure. Je trouve aussi qu'elle a fait un travail admirable en ce qui concerne la description des émotions et des pensées ce qui permet de nous mettre dans la peau d'Athéna très facilement.

Cette fic est classée dans la catégorie Lemon, mais les descriptions à caractère sexuel commenceront seulement en cinquième année, donc pas avant le chapitre 85. Je vous aviserai en début de chapitre lorsqu'il y aura ce genre de scène. Il y a aussi un langage assez grossier de temps à autres, bien que pour une québécoise comme moi, c'est assez léger. J'aurais bien aimé inscrire nos supers jurons québécois, mais puisque la plupart des lecteurs sont européens, je me suis abstenue pour faciliter votre compréhension.

En parlant de compréhension, si jamais vous voyez des expressions qui ne sont pas claires ou si vous avez un commentaire, une suggestion ou une critique constructive, n'hésitez pas à me le faire savoir, ca me fera plaisir de vous répondre et de corriger mes erreurs. Il ne s'agit pas d'une traduction mot pour mot, car vous savez comme moi si vous parlez un peu anglais que les phrases ne se disent pas de la même façon.

Vous pouvez aussi me dire ce que vous pensez de l'histoire même si ce ne sont pas mes idées. Je pourrai ainsi en faire part à Jill Klein.

Je vais essayer de poster le plus souvent possible, mais je rédige actuellement ma thèse, donc il se peut que je ne sois pas très régulière. Néanmoins, j'ai déjà traduit jusqu'au chapitre 36, il ne me reste plus qu'à corriger.

Une dernière chose: l'auteure débute les chapitres par les paroles d'une chanson qui est en lien avec l'esprit du chapitre. Je ne les ai pas traduites. Je vous conseille de les chercher sur Youtube pour les écouter durant votre lecture. Comme le disait si bien Dumbledore, la musique est bien plus magique que tout ce qui se fait à Poudlard! ;)

Bonne lecture!
Chapitre 1 - Hantée

You used to captivate me by your resonating light
Now, I'm bound by the life you left behind
Your face it haunts my once pleasant dreams
Your voice it chased away all the sanity in me*

* My Immortal, by Evanescence.

***

Oscar Wilde a dit un jour que les rêves peuvent devenir réalité, mais il avait oublié de mentionner que les cauchemars sont des rêves aussi. C'est l'une des vérités indéniables que j'ai été amené à connaître. Cela et le fait que si je colore les vinyles de mon frère avec des crayons feutres, ils ne fonctionneront plus. Nous sommes amenés à découvrir un tas de vérités tout au long de notre vie. La plus récente concerne les images déprimantes qui hantent mes rêves.

J'avais fait des cauchemars avant. Je pense que tout le monde, à un moment ou à un autre, expérimente le malaise qui vient avec les mauvais rêves. Que tu sois simplement un enfant effrayé par le monstre que tu as cru apercevoir sous ton lit ou un chiot qui a peur d'un parapluie posé contre le mur, la vérité indéniable est que les cauchemars sont des phénomènes vécus par tout le monde.

Cette fois, je ne rêvai pas de monstres… Pas de fantômes se camouflant dans l'ombre… Pas de démons cachés sous mon lit… Les scènes tourbillonnant dans mon esprit étaient sombres et sinistres et me conduisaient dans des recoins ombrageux de mon inconscient, là où je ne pouvais plus rester. Elles gelaient mon âme comme l'eau d'un lac en hiver, transperçant ma peau comme un millier d'aiguilles, me laissant essoufflée et à bout de force. J’étais hantée par ces images depuis qu'il était parti.

Jacob…

Je me réveillai, baignant dans une sueur froide, le cœur battant la chamade dans ma poitrine, me faisant craindre qu'il explose de l'intérieur. J'essuyai mes larmes qui coulaient le long de mes joues et regardai autour de moi. Cela me réconforta puisque j'étais dans ma chambre, en sécurité, bien éveillée. Je me dis que le pire était passé. Toutefois, le sentiment de froid intense persistait et je me frottai les bras pour tenter de me réchauffer, mais sans succès. J'avais l'impression d'être enterrée sous la neige. La douce lueur de ma veilleuse faisait lentement disparaitre une partie de mon affliction.

Je me levai, tentant d'être la plus silencieuse possible pour ne pas réveiller mes grands-parents qui dormaient dans la chambre d’à côté et entrai dans la pièce qui se trouvait de l'autre côté du couloir.

La chambre de Jacob.

C'était devenu ma routine durant la nuit de me réveiller suite à des cauchemars vicieux et de venir errer dans sa chambre. Souvent, cela me permettait de me sentir mieux. J'avais l'impression, naïvement, qu'il veillait sur moi quand je venais ici. Mon cœur se serrait à chaque fois que la pensée qu'il était peut-être mort me frappait de plein fouet.

Je serrai mes mains l'une contre l'autre avec force, priant pour que, où qu'il se trouve, il soit en sécurité.

-Athéna?

Je sursautai. C'était la voix de ma grand-mère. Je me tournai brusquement vers elle, la trouvant debout dans l'embrasure de la porte, me regardant avec inquiétude.

-Que fais-tu ici?
-Je n'arrive pas à dormir, mentis-je, puisque la vérité était que je pouvais dormir, mais que cela m'amenait à visiter des endroits glacés, hantés, où je ne souhaitais pas me retrouver.
-Je sais, dit-elle en s'approchant de moi et en refermant ses bras autour de mes épaules. Demain est un jour très important pour toi. C'est normal que tu sois anxieuse.

J'aurais tellement voulu qu'elle ait raison, mais je savais que ce n'était pas le cas. Je ne me sentais pas anxieuse, nerveuse ou excitée. J’étais juste… hantée.

-Tu ne devrais pas être ici, ma chérie, me dit-elle. Allez, retournes te coucher et essaies de dormir.

Je jetai un dernier regard à la chambre de Jacob avant de retourner dans la mienne. Ma grand-mère s'assit à côté de moi dans mon lit, caressant mes cheveux pour me réconforter.

J'étais sûre qu'elle vivait de la détresse, elle aussi, mais j'étais également sûre que lorsqu'elle fermerait ses magnifiques yeux couleur d'ambre, il n'y aurait pas de cauchemar qui viendrait la hantée. C'est pourquoi je restai simplement couchée là, lui permettant de m'apaiser ce qui me conduirait inévitablement à m'endormir. C'est également pourquoi je ne lui partageai pas les visions noires qui tourmentaient mon esprit. Elle n'avait pas besoin et ne méritait pas toute cette négativité. C'était préférable que je garde tout cela pour moi-même.

Même si, je devais l'admettre, j'aurais tellement souhaité avoir quelqu'un avec qui partager ma terreur. Quelqu'un qui ne me regarderait pas avec pitié, qui ne penserait pas que je suis folle à lier, qui n'aurait pas peur de moi.

Quelqu'un qui comprendrait.

L'horloge au-dessus de mon bureau indiqua qu'il était plus de minuit.

Aujourd'hui, c'était un grand jour. Quelques heures plus tard, je me rendrais sur le chemin de traverse pour acheter mes fournitures pour Poudlard. Je savais que j'aurais dû être excitée, mais la seule chose que je sentais à l'intérieur de moi était la peur.

J'étais consciente de la réputation que Jacob avait probablement à Poudlard et je me doutais bien que les gens allaient croire que j'étais comme lui. Ca me terrifiait de traverser les sept années de scolarité qui m'attendaient sans amis. La seule chose qui me mettait du baume au cœur, c'était qu'ils ne connaissaient pas mon frère comme je le connaissais, moi. Ils n'avaient pas eu la chance de l'avoir dans leur famille. Moi si.

C'est tout ce qui comptait.

Je ne sais pas combien d'heures passèrent avant que je finisse par sombrer à nouveau dans le sommeil, mais lorsque je me réveillai, la lumière du matin entrait à flot dans ma chambre et réchauffait l'étau glacé qui serrait mon cœur.

Grand-mère n'était plus à mes côtés. Elle était probablement retournée dans son lit lorsque je m'étais endormie. L'odeur délicieuse de sucre qui provenait du rez-de-chaussée m'indiqua qu'elle devait préparer le petit-déjeuner.

Je descendis dans la cuisine, toujours vêtue de mon pyjama rose, et trouvai mes grands-parents déjà habillés. Ils semblaient plus excités que je l'étais, puisque mon éducation magique allait bientôt commencer.

Il était clair que j'avais hâte de pouvoir brandir une baguette magique et d'apprendre tout ce que je pouvais sur les enchantements, les potions et l'histoire, mais les idées noires et la peur froide vinrent aussitôt effacer ma joie.

Il y avait une grosse pile de gaufres chaudes ainsi qu'un thé chaud à l'endroit où je m'assoyais habituellement.

Je m'assis et ma grand-mère se précipita sur moi pour déposer un bisou sur ma tête avant de s'asseoir à son tour pour manger.

Je regardai ma grand-mère, puis mon grand-père et me sentis heureuse de les avoir avec moi pendant que mes parents étaient partis à la recherche de Jake.

Grand-père croisa mon regard et me sourit chaleureusement. Il posa sa tasse de thé et ouvrit le journal. Il sentait toujours le tabac frais et cette odeur réussissait toujours à me rassurer.

Je me sentais chez moi.

-Es-tu excitée d'aller à Londres? Demanda-t-il.
-Bien sûr! Mentis-je, tentant de mon mieux d'afficher un sourire convaincant.
-Notre petite sorcière va finalement aller à Poudlard! S'écria grand-mère avec un large sourire.
-Oh, ma chérie, je suis sûre à cent pour cent que tu seras la meilleure sorcière de toute l'école réunie! Clama grand-père avec fierté.
-C'est certain! Acquiesça grand-mère en me faisant un clin d'œil.
-Elle sera la grande fierté de Serdaigle.

Grand-mère posa son thé sur la table, vexée.

-Comment peux-tu savoir qu'elle sera répartie à Serdaigle?
-Regardes-là! Intelligente comme elle est! Elle sera définitivement placée à Serdaigle.
-La maison de Serdaigle n'est pas constituée que de personnes intelligentes, répondit Grand-mère. Te souviens-tu de Gemma Klink. Te souviens-tu qu'elle n'avait pas de jugeotte?
-Elle était l'exception, pas la règle, dit grand-père. Et que dis-tu de Natalie Beddington. Elle était à Poufsouffle, mais c'était aussi une psychopathe!
-Ne commences pas avec Nat Beddington, Sebastian. Elle n'aurait pas dû être à Poufsouffle, tout le monde le sait!

Je ricanai en commençant à manger mes gaufres. Mes grand-parents continuèrent leur conversation enflammée jusqu'à ce que le repas soit terminé et que les plats volent jusqu'à l'évier pour se laver tout seuls. À la fin, ils ne s'étaient toujours pas mis d'accord sur la meilleure maison de Poudlard: Serdaigle ou Poufsouffle. Si maman ou papa avait été présents, Gryffondor aurait également été de la partie.

Je me demandai ce qui se passerait si j'étais répartie à Serpentard…

Je secouai la tête, tentant d'effacer cette idée saugrenue et retournai dans ma chambre pour m'habiller. Quand je revins dans la cuisine, mes grands-parents attendaient déjà mon arrivée, debouts devant la cheminée.

Un voyage qui aurait dû durer des heures de Sunderland à Londres se faisait en un clin d'œil avec la poudre de cheminette. J'avais voyagé par le réseau des cheminées avant, mais la poussière et la fumée m'incommodaient toujours autant. Je devais avouer que je préférais le train, même si le voyage était plus long.

***

Le chaudron baveur était comme je me le rappelais. Cinq ans plus tôt, quand j'étais venue avec mes parents pour acheter les premières fournitures de Jacob, c'était déjà un endroit sombre, poussiéreux et qui sentait bizarre. Les tables étaient placées exactement de la même manière. Le candélabre sur le comptoir exhalait toujours la même odeur de cire brûlée et la même vieille sorcière était assise dans un coin, buvant quelque chose qui ressemblait à du sang épais.

Aussitôt que nous posâmes le pied dans le pub, grand-père fonça vers le comptoir pour saluer le barman. Grand-mère se râcla la gorge pour lui laisser savoir qu'ils n'avaient pas toute la journée pour discuter. Le barman eut un regard vexé et grand-père roula des yeux signifiant qu’il était désolé.

Nous quittâmes le bar par une porte qui conduisait à l'arrière du bâtiment. Nous marchâmes dans une petite allée jonchée de détritus. Je regardai grand-père sortir sa baguette et en tapoter le mur de briques solides dans un ordre bien défini. Cela me coupa le souffle de voir le mur s'écarter pour révéler une arche glorieuse qui indiquait: Bienvenue sur le chemin de traverse.

Nous fîmes à peine cinq pas avant que quelqu'un nous reconnaisse dans la foule qui circulait dans la rue.

-Agatha! Cria quelqu'un. Ca fait si longtemps! Et Sebastian! Roger, viens ici! Agatha et Sebastian sont là!

Une vieille dame aux cheveux bruns foncés parsemés de mèches d’argent s'avança vers mes grands-parents d'un air ravi. Un vieil homme serein la suivit et fit un signe de tête dans leur direction.

-Roger, Amelia. C'est tellement agréable de vous voir, dit poliment ma grand-mère. Avez-vous déjà rencontré Athéna? Elle a reçu sa lettre la semaine dernière!
-Oh, bonjour ma chère, dit la dame nommée Amelia en me regardant rapidement avant de se retourner vers ma grand-mère. Agatha, nous avons tellement de choses à nous dire! As-tu appris que Tristan et Madeline Snyde ont été envoyés à Azkaban? Il parait qu'ils ont aidé Vous-savez-qui!

Grand-père me fit un sourire complice. Il me donna une bourse pleine de gallions, de mornilles et de noises et me fit un clin d'oeil. Il ébouriffa mes cheveux et je lui sourit. Grand-père me connaissait trop bien.

Je laissai mes grands-parents converser avec bonheur et je me tournai pour faire face au désordre et à la confusion qui caractérisaient si bien le chemin de traverse. Mes yeux avaient du mal à analyser tout ce qui se passait devant moi. Une masse impressionnante de sorciers et de sorcières marchaient dans la rue sinueuse, achetant des objets plus insolites les uns que les autres et portant des sacs odorants.

J’aperçus plusieurs magasins où je devais me rendre, mais aussitôt que je m'aventurai dans la foule, tentant d'éviter les sacs et les balais que les gens transportaient, j’heurtai quelqu'un de plein fouet.

-Par merlin, je suis désolée! Bredouillai-je avant de me relever en hâte.

La fillette que j'avais heurtée était assise par terre, ses grands yeux sombres me contemplant avec stupeur. Je lui offris ma main qu'elle accepta avec hésitation. Une fois qu'elle fut debout, je remarquai qu'elle était de ma grandeur et probablement de mon âge.

Elle déglutit avec difficulté avant de parler.

-C'est bon. Je ne regardais pas où j'allais. Toutes mes excuses.

Je lui souris gentiment.

-Pas de problème.

Elle se râcla la gorge, un peu gênée.

-Je m’appelle Rowan, dit-elle.
-Et moi Athéna.
-Tu entres en première année à Poudlard toi aussi? Me demanda-t-elle d'une voix tremblante d'excitation.
-Oui! Répondis-je, heureuse de rencontrer quelqu'un qui vivait la même chose que moi.

Elle sourit et ses yeux pétillèrent.

-As-tu acheté tes fournitures? Moi je n'ai pas fini. C'est tellement dur d'acheter seulement les livres requis! J'aurais envi d'acheter toute la librairie!

Mon sourire s'élargit.

-Je viens d'arriver. Je ne sais pas trop par où commencer.
-Je peux t'aider, si tu veux! Je suis venue avec mes parents plein de fois déjà, donc je connais la place comme ma poche! Spécialement Fleury et Bott.

Je ris doucement. Elle passa ses doigts dans ses cheveux noirs, semblant légèrement embarrassée. Elle avait l’air vraiment gentille et je me dis qu'elle pourrait être une future amie potentielle. Je n'y pensai donc pas à deux fois avant d'accepter son offre, ce qui la fit sourire instantanément. Elle me prit le bras, me conduisant vers les magasins qui s'alignaient d'un côté de la rue.

Elle m'entraîna tout d'abord chez Fleury et Bott et s'empressa de me montrer sans aucune hésitation où se trouvaient tous les livres obligatoires de première année. Elle m'indiqua également un nombre impressionnant de livres qu'elle souhaitait lire. Étant moi-même une lectrice assidue, j'étais heureuse de l'avoir avec moi, car nous étions toutes deux assoiffées de connaissances.

-Ma famille possède une exploitation forestière, me dit-elle. La ferme arboricole des Khanna. C'est dans le Bach. Nous fournissons le bois qui permet de confectionner les baguettes et les balais. Notre ferme produit le bois de meilleur qualité.
-Ça semble vraiment génial! Répondis-je en payant mes livres.
-Parlant de bois, tu devrais aller chez Ollivander dès maintenant! Suggéra-t-elle en me prenant la main.

Rowan semblait complètement excitée à l'idée d'aller à Poudlard, parlant sans cesse du moment où elle avait reçu sa lettre d'admission. Elle avait couru autour de sa maison en criant à tue-tête et en sautillant comme une folle. Ses parents étaient vraiment fiers de savoir qu'elle était une sorcière, elle aussi.

Nous marchâmes dans la foule, bras-dessus, bras-dessous, jusqu'à ce que nous arrivâmes devant une boutique poussiéreuse et à l'allure ancestrale. L'intérieur était sombre, éclairé seulement par la lueur tremblotante de petites chandelles flottant dans les airs.

-Rowan!

Nous nous tournâmes pour découvrir un couple d'adultes qui nous faisaient des signes de la main. Je déduisis qu'il s'agissait des parents de Rowan puisqu’ils avaient la peau de la couleur de la cannelle et des cheveux noirs.

-Vas acheter ta baguette, me dit-elle. Je vais revenir.

Elle courut vers ses parents. Je pris une grande inspiration avant de me retourner et d'entrer dans la froide boutique qui semblait abandonnée. Mes mains étaient moites, signe que j'étais nerveuse. Je les essuyai dans les poches de mes jeans.

Mon regard se posa immédiatement sur un vieil homme qui se tenait derrière le comptoir, entouré par des milliers de boîtes contenant des baguettes qui semblaient recouvrir chaque centimètre carré des murs et des étagères. L'homme me regarda en clignant de ses yeux bleus pâles et m'accueillit avec un large sourire bienveillant.

-Vous venez chercher votre première baguette, ma chère? Demanda-t-il.

J'acquiesçai, me sentant bizarre et un peu anxieuse.

-Permettez-moi de prendre vos mesures, dit-il en s'approchant de moi, un ruban à mesurer à la main. Ouvrez vos bras comme cela. Oui, parfait. Maintenant, ne bougez plus s'il vous plaît.

Il mesura du poignet au coude, puis du coude à l'épaule. Je fronçai les sourcils en voyant que le ruban bougeait tout seul, s'étirant pour mesurer la distance entre mes épaules et mes pieds et même entre mes yeux. Lorsqu'Ollivander claqua des doigts, le ruban s'enroula tout seul sur lui-même et tomba par terre dans un petit bruit sec. L'homme le ramassa et le remit dans sa poche. Il s’éloigna vers l'arrière du magasin, marchant parfois de côté entre des étagères poussiéreuses. Il revint avec un tas de boîtes qui tenaient en équilibre précaire dans ses bras.

-Essayons celle-ci.

Il ouvrit la première boîte et prit une jolie baguette faite d'un bois clair qui était posée sur un coussin moelleux. Mes lèvres s'étirèrent en un sourire discret lorsque je me demandai si le bois de la baguette provenait de la ferme de Rowan.

-Bois de cerisier et ventricule de dragon, 27,9 centimètres. Vraiment flexible, me dit-il en me tendant la baguette.

Je la pris délicatement, la regardant à la lueur des chandelles et je tentai de l'agiter. Aussitôt, la pile de papier posée sur le comptoir s'envola et s'éparpilla sur le sol.

-Je suis vraiment désolée! M'exclamai-je, embarrassée.

Je replaçai la baguette dans sa boîte.

-Ce n'est pas grave, ma chère, pouffa-t-il en sortant sa propre baguette de sa poche et en l'agitant.

Les papiers s'envolèrent et se déposèrent en une pile parfaite sur le comptoir.

-Votre frère a brisé mon encrier préféré quand il est venu acheter sa baguette.
-Vous vous souvenez de mon frère, monsieur? Demandai-je anxieusement.

Je n'étais pas présente quand Jacob était venu chercher sa baguette. Je n'avais que six ans à l'époque et tout ce que je voulais, c'était de la crème glacée. Mon père m'avait donc accompagnée chez Florian Fortarôme pendant que ma mère se trouvait chez Ollivander avec mon frère.

-Oh, oui, dit l'homme. Je me rappelle de chaque baguette vendue. C'était une baguette en bois d'érable et ventricule de dragon, 25,4 centimètres. Une baguette pour les gens braves et justes. C'est dommage qu'ils l'aient cassée en deux lorsqu'il a été renvoyé de Poudlard. C'était une baguette excellente.

Je soupirai.

-Il s'est enfui de la maison après avoir été renvoyé en disant qu'il avait un chemin à suivre, seul… Il a disparu depuis ce jour.

Je n'étais pas trop sûre de la raison qui me poussait à dire tout cela à Ollivander. Peut-être qu'après plusieurs mois de silence, les mots ne pouvaient plus être retenus.

-Ca a dû beaucoup vous affecter, n'est-ce pas? Demanda-t-il en arquant ses sourcils.
-Je me sens mal pour lui, avouai-je. Il aimait tellement Poudlard. J'espère juste… J'espère juste qu'il va bien.
-Hmmm… Fit pensivement Ollivander en se grattant la barbe. La sensibilité doit être votre plus grande qualité.

Il repoussa quelques boîtes sur le côté pour saisir une boîte spécifique. Il me tendit la magnifique baguette qui s'y trouvait. L'odeur de celle-ci me frappa aussitôt, me procurant un sentiment de sécurité et de chaleur bienfaisante.

-Bois de cannelier et crin de porlock, 30.5 centimètres. Flexible.

Je la brandis, moins hésitante cette fois. C'était presque comme si la baguette s'attachait à ma main d'elle-même, comme une prolongation de mon bras.

-Agitez-la, m’encouragea Ollivander.

Je pris une grande inspiration avant de l'agiter en faisant une vague. Une légère brise s'échappa du bout de la baguette et m'entoura, faisant voleter mes longs cheveux autour de moi. Une chaleur profonde emplit mon cœur. Je me sentais tellement bien, presque invincible, et j’avais l’impression que personne ne pourrait m’arrêter.

Ollivander sourit avec satisfaction.

-Parfait! Le bois de cannelier est destiné à ceux qui ont le cœur doux et tendre alors que le crin de porlock est fait pour les gardiens, étant donné que les porlocks gardent les troupeaux de chevaux. Cette baguette sera votre meilleure alliée. Prenez-en bien soin.
-Je le ferai. Merci beaucoup, monsieur.

Je quittai la boutique et il me sembla que le monde extérieur était plus chaud et lumineux qu'auparavant. Je sentais que le froid, l'anxiété et la peur avaient quitté mon cœur ce qui ne s'était pas produit depuis longtemps. Je me sentais libre et apaisée d'un grand poids. J'avais l'impression que je pourrais obtenir tout ce que je voulais.

-Athéna!

Je me tournai pour apercevoir Rowan qui me faisait de grands signes de la main de l'autre côté de la rue. Elle courut vers moi avec un large sourire.

-As-tu acheté ta baguette?
-Oui! Bois de cannelier et crin de porlock! Lui dis-je avec enthousiasme, heureuse de la retrouver.
-La mienne est en bois d’acajou, provenant directement de la ferme Khanna! Je suis tellement contente que je pourrais éclater de joie!

J’éclatai de rire.

-Non, ne fais pas ça! Qui laverait tout les morceaux de cervelle et d’entrailles sur le sol?

Elle rit à son tour.

-Je suis contente de t’avoir rencontrée, Athéna. Souvent, les gens pensent que je suis vraiment étrange. Penses-tu que je suis étrange, toi?
-Je suis sûre que les gens vont dire la même chose de moi, dis-je doucement en lui souriant.
-Qui pourrait dire de telles choses de toi?

Je soupirai tristement.

-Hé bien… Mon nom de famille est Lockhart.
-Lockhart? Comme Jacob Lockhart? Demanda-t-elle, interloquée.

J’acquiesçai.

-C’est mon frère.
-Le même Jacob Lockhart qui a été renvoyé de Poudlard après avoir enfreint toutes les règles pour chercher les mystérieuses caves maudites?
-Lui même.
-J’ai tout lu sur lui dans la Gazette du sorcier. Tout le monde à l’école va savoir que tu es sa sœur, dit-elle en arquant ses sourcils d’un air perplexe.
-Je sais, soupirai-je, la tête basse. Les gens vont parler et propager des rumeurs. Ils penseront probablement que je suis comme lui.

Je sentis sa main chaude se poser doucement sur mon épaule.

-C’est bon, Athéna. On peut être bizarre ensemble.

J’eus un léger sourire, touchée par ses paroles.

-Merci, Rowan. C’est vraiment sympa.
-Mais que dois-je faire si les gens commencent à t’embêter avec l’histoire de ton frère?
-Rien, j’imagine. Je ne veux pas que tu aies des problèmes à cause de moi. Ca attirerait juste plus l’attention.
-Tu as sûrement raison. Nous aurons plein de choses pour s’occuper l’esprit avec tous les cours que nous suivrons. Nous n’aurons pas de temps pour les ennuis, dit-elle.
-Des paroles plus justes n’ont jamais été prononcées, dis-je. Je suis contente de t’avoir rencontrée, moi aussi.

Nous passâmes le reste de la journée ensemble à discuter et à rire. Nous mangeâmes de la crème glacée : gomme balloune pour elle et vanille et caramel pour moi. Nous achetâmes nos uniformes, notre chaudron et nos ingrédients de potions.

Rowan fut prise de nausées en apercevant le baril d’yeux de scarabée dans la boutique de l’alchimiste. Quant à moi, j’étais folle de joie.

J’achetai des ingrédients supplémentaires tels que des champignons colorés et des algues pour mon plaisir personnel.

Le ciel prit une teinte orangée et une brise fraîche se mit à souffler alors que nous sortions du dernier magasin, nos sacs pleins à craquer à la main.

Alors que je me demandais comment trouver mes grands-parents, je les aperçus, sortant de la boutique proclamant : Eeyelops, au royaume du hibou.

-Athéna, tu es là! S’exclama grand-père, heureux de me voir après cette longue journée. Tu nous présente ton amie?
-Grand-mère, grand-père, je vous présente Rowan Khanna. Elle est en première année comme moi. Rowan, se sont mes grands-parents.
-Ravie de vous rencontrer, dit Rowan en rougissant.
-Khanna? Demanda grand-père. De l’exploitation forestière?
-Oui!
-J’ai eu le plaisir de connaître un homme incroyable du nom de Mohan Khanna. Remarquablement intelligent.
-C’était mon grand-père! S'exclama Rowan, ravie.
-Nous étions ensemble à Serdaigle, expliqua grand-père avec une certaine nostalgie.
-Il était vraiment intelligent. Pour être honnête, c’est un modèle pour moi, dit fièrement Rowan. Wow! Un hibou grand-duc!

Je fronçai les sourcils, cherchant du regard ce que Rowan avait vu. Ils s’agrandirent lorsque je vis le grand hibou qui se tenait majestueusement dans une grande cage que grand-père tenait à la main.

-Ah oui! Dit-il en riant. Athéna, nous t’offrons ce hibou. Un cadeau de Noël très en avance, si je puis dire! Puisque ton prénom est Athéna, nous avons décidé de t’offrir ce hibou. Après tout, la déesse de la sagesse avait un hibou pour compagnon!

Le hibou était immense. Il avait de grands yeux jaunes ressemblant à deux magnifiques topazes. Il hulula doucement et cligna des yeux en me regardant.

-Elle… Est… Magnifique! Merci tellement! M’écriai-je en les enlaçant.
-Il, corrigea grand-mère. Je suis sûre que vous allez être de très grands amis.

Mon sourire s’élargit davantage si c’était possible et des larmes de reconnaissance brillèrent au fond de mon regard d’un bleu perçant. Le hibou me regarda avec ses yeux ensoleillés.

Soudainement, j’eus l’étrange sensation que tout allait bien se passer. J’avais des grands-parents formidables et maintenant, je pouvais compter sur deux nouveaux amis.

-Il est l'heure de retourner à la maison, ma chérie, avertit grand-mère.

Je me tournai pour regarder Rowan.

-Je te revois dans quelques semaines.
-J’ai déjà hâte d’y être! S’écria-t-elle en me serrant très fort dans ses bras.

Je suivis mes grands-parents jusqu’au mur de brique et lorsque je regardai derrière moi, Rowan avait déjà été engloutie par la foule dense qui se pressait toujours sur le chemin de traverse. Je souris lorsque l’arche s’ouvrit à nouveau sous les coups de baguette de mon grand-père. Lorsque nous revînmes dans le chaudron baveur, mon cœur était gonflé de bonheur et immensément léger. Le voyage de retour via le réseau des cheminées poussiéreuses ne me dérangea même pas.

Lorsque la nuit tomba, je me glissai dans mon lit sous le regard bienveillant de Twilight, mon nouvel ami. Ses yeux jaunes lumineux ressemblaient à des soleils dans l'obscurité. Je me sentais totalement rassurée. Même si j’étais toujours hantée par les erreurs de Jacob, j’allais enfin entrer à Poudlard avec des amis et la promesse que tout irait bien.

Pour la première fois, j’étais excitée à l’idée d’aller à Poudlard.
Note de fin de chapitre :

Voilà! J'espère que vous avez apprécié ce premier chapitre et que ca vous donne envi de connaître la suite. À bientôt j'espère!

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.