S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


The bachelorette party of her life par Lyssa7

[19 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour !

Me revoici avec ce premier chapitre. Je ne sais pas encore exactement où je vais avec cette histoire, mais la tension entre les deux protagonistes risque d'être palpable. :)

Bonne lecture !

Lyssa

 

Les rues de Londres sont éclairées par la lueur faiblarde des lampadaires de la ville. Pénélope, perchée sur ses hauts escarpins, manque une dizaine de fois de se rompre le cou. Aucune de ses trois amies n’a ce problème, et elle regrette d’avoir sorti le grand jeu. Charlotte, dans sa jupe longue fleurie au style hippie, porte des babies, des chaussures plates inspirées des ballerines plus arrondies que leurs consœurs et plus couvrantes. Katie a opté pour de simples baskets blanches qui lui donnent une allure à la fois chic et casual. Quant à Catalina, elle s’est parée de santiags parfaitement assorties à un jean retro et à une veste en cuir sur un t-shirt noir basique.

Cette dernière, le bras sous celui de Charlotte, parle de tout et de rien d’une manière expansive qui lui ressemble bien. S’il y a une chose que Pénélope lui envie, c’est celle-ci. Nullement gênée par ce que les passants peuvent penser d’elle, Cat vit à cent à l’heure et à cent pour cent, comme elle l’a toujours fait. D’origine espagnole, Catalina Diaz a acquis le tempérament de feu de ses ancêtres, une longue chevelure brune qui descend jusqu’à ses hanches, et un accent chantant dont elle joue allégrement pour conquérir les hommes et, parfois même, les femmes.

A ses côtés, Charlotte Lewis a passé la majorité de son existence en Irlande et, si elle paraît plus calme que sa camarade, elle a gardé cette nature passionnée et l’enthousiasme communicatif de son pays natal qui lui sied merveilleusement. C’est d’ailleurs pour cette raison que les deux jeunes femmes s’entendent aussi bien. C’est peut-être aussi pour cela que Pénélope a souvent l’impression d’être mise à l’écart La troisième roue du carrosse. La brune et la rousse ont leurs propres codes, et la blonde se sent parfois délaissée.

Heureusement, il y a Katie Bell. Les deux jeunes femmes, malgré les apparences, ont une multitude de points communs. Bien qu’elles ne fassent pas étalage de cette complicité, elle est là, omniprésente et profonde. Plus jeune de deux ans, son amie a elle aussi étudié à Poudlard. Ancienne Gryffondor, Katie a vécu des événements traumatisants, avant et pendant la seconde guerre, dont elle ne parle presque jamais ; Pénélope connaît quelques pans de sa vie, notamment le fait que c’est en partie ce qu’elle a vécu avec le collier d’opale et lors de l’année 1998 qui a déclenché l’envie de Katie de devenir infirmière à Sainte-Mangouste.

Pénélope Deauclaire a passé toutes sa scolarité à Serdaigle, et elle a été l’une des victimes du basilic lors de sa septième année à cause du simple fait d’être née-moldue. Hantée par ces moments où elle entendait tout ce qui se passait autour d’elle sans pouvoir interagir, allongée dans un lit d’infirmerie pendant presque deux mois, la jeune femme en a conservé une réserve instinctive et des principes moraux dont elle ne dérive que rarement. Et puis, évidemment, il y a eu la guerre…

Elle secoue la tête pour chasser toutes ces funestes pensées. C’est soir de fête, elle se doit de s’amuser, de ne pas se morfondre sur un passé qu’elle ne pourra jamais changer. Elle doit se tourner vers l’avenir et se réjouir de son mariage avec Liam Foster, médicomage de talent. Katie tourne vers elle ses yeux bruns et lui offre un immense sourire. Instantanément, il lui réchauffe le coeur et l’illumine de l’intérieur. Devant elles, Catalina et Charlotte stoppent leur marche dans un bel ensemble.

— C’est encore loin ? s’enquiert Charlotte, se mordant la lèvre inférieure.
— On pourrait appeler le Magicobus, non ? propose Catalina. Je sais que tu n’aimes pas particulièrement ce moyen de transport, Penny, mais il t’évitera de rentrer pieds nus à la fin de cette soirée, ajoute-t-elle, désignant ses escarpins.
— Je sais, soupire Pénélope, consternée.

Pénélope s’en veut de ne pas pouvoir appeler un taxi moldu, mais elle n’a pas pensé à prendre sa bourse contenant des livres sterling. Ce manque de prévoyance ne lui est pas naturel, et elle se résigne finalement à sortir discrètement sa baguette pour appeler le Magicobus à leur rescousse.

Presque aussitôt, le bus violet à double impériale vient freiner devant les quatre jeunes femmes dans un crissement de pneus extrêmement bruyant alors qu’une lumière aveuglante les éblouit un instant. Lorsqu’elles distinguent enfin le magicobus, la porte s’ouvre et un jeune homme ayant tout juste atteint la majorité en sort en mimant une révérence.

— Garrett Oldman, pour vous servir ! s’exclame-t-il en remettant son couvre-chef, une casquette du même violet que le bus, sur sa tête où des cheveux noirs poussent de façon désordonnée.

Ses yeux bruns, trop rapprochés, lui donnent un air particulièrement niais accentué par un haussement de sourcils intempestif. Tandis que les quatre filles montent dans l’autobus, Catalina ne manque pas de remarquer les regards peu discrets qu’il lance à Charlotte et à ses formes prononcées. Celle-ci, trop émerveillée par le décor original de son nouvel environnement, ne paraît pas en faire grand cas.

Les lits en cuivre, en ce début de soirée, ont déjà été installés et quelques sorciers et sorcières y dorment. Certains ont fermé les rideaux autour de leur couchette, alors que d’autres ronflent sans se préoccuper d’être vus. L’un d’eux, un sorcier bien portant, semble en proie à un cauchemar angoissant et se retourne plusieurs fois dans son lit, risquant de tomber plusieurs fois de sa couchette.

— Où allez-vous ? interroge Garrett en jetant un œil vers le chauffeur.
— Dans le nord de Londres, répond Pénélope. Au Lutin Étoilé.
— Excellent standing, du moins si on reste sur le devant de la scène ! commente le jeune contrôleur d’un air songeur. On dit que les coulisses ne sont pas du même acabit... Enfin… le temps que c’est sur la terre ferme, ce ne sont pas mes affaires ! Le coût du trajet est de douze mornilles. Pour chacune de vous, évidemment. Pour deux mornilles de plus, je vous offre un chocolat chaud. Pour quatre, vous repartez avec une bouteille d’eau chaude et une brosse à dents, déclame-t-il, fier de lui.
— Une bouteille d’eau chaude ? s’étonne Charlotte, incrédule. Qu’est-ce qu’on pourrait faire d’une bouteille d’eau chaude ? Il y a vraiment des gens qui payent pour ça ?
— Tu serais étonnée de voir à quel point certains aiment dépenser leur argent pour des broutilles, s’amuse Catalina en glissant seize mornilles d’argent dans la main de Garrett.

Celui-ci, avec un hochement de tête moqueur en direction de Catalina, fait apparaître d’un geste de sa baguette un chocolat chaud dans une tasse fendillée, un thermos contenant de l’eau tiède, et une brosse à dents en forme de bus violet. La jolie brune s’empare de l’objet qu’elle met dans la poche de sa veste en cuir, puis récupère le thermos et la tasse.

— Et donc, qu’est-ce que tu comptes en faire de cette bouteille d’eau chaude ? s’enquit Pénélope, blasée.
— Rien. C’est la brosse à dents qui m’intéresse, mi bella. Surtout pour la fin de cette soirée, si tu vois ce que je veux dire…
— Epargne-moi les détails, Cat, rétorque Pénélope avec une moue écœurée.
— Le chocolat chaud n’est pas une très bonne idée si tu veux mon avis, intervient Katie. Je ne sais pas depuis combien de temps tu n’es pas montée dans cet engin et si tu te rends compte de ce que ça veut dire, mais je peux t’assurer que ça va se…

Elle n’a pas le temps de terminer sa phrase – à peine celui de payer la somme demandée – que le magicobus se remet en route sans prévenir. Comme pour appuyer les propos de Katie Bell, les quatre amies tanguent à l’unisson, surprise par ce brusque mouvement.

Pénélope, à proximité d’un lit en cuivre libre, se laisse tomber dessus, soulagée de ne pas se rompre le cou avant son mariage. Charlotte, ayant l’équilibre plus précaire, exécute quelques mouvements de danse ridicule avant d’être rattrapée par Garrett Oldman. Katie a le réflexe de lever le bras et de refermer sa main fébrile sur l’une des barres en fer qui surplombent les couchettes. Catalina, elle, bascule en arrière et se retrouve, en quelques secondes, assise sur son postérieur et aspergée de chocolat.

Por Dios ! souffle-t-elle, stupéfaite de se retrouver dans une telle situation.
— Le magicobus ne sera pas tenu pour responsable des désagréments que pourront rencontrer ses clients, et aucun remboursement ne sera effectué, tient à les informer Garrett Oldman alors que Charlotte le repousse pour se réfugier près de Pénélope et que Catalina le fusille littéralement du regard.

 


 

— Tu devrais retourner bosser.
— Laisse-moi encore quelques minutes, Gus, marmonne un jeune homme au teint mat, les yeux rivés sur ses cartes.
— Moi ça me va, mais pas sûr que le patron accepte de te voir lambiner dans l’arrière-salle en plein rush.
— Je ne lambine pas, je remplis ma bourse avec de l’argent facilement gagné.

Le dénommé Gus, plus couramment appelé Gustave par ses pairs, hausse les épaules. Il n’a jamais compris l’intérêt que peuvent avoir ses collègues, tout particulièrement Lee Jordan, à parier des sommes astronomiques sur une partie de bataille explosive dans une arrière-salle lugubre.

Le Lutin Étoilé est réputé au sein de la société sorcière pour la qualité des lieux et de ses plats. Ses serveurs, vêtus d’un veston gris, d’une chemise blanche, et d’un pantalon en lin gris font sensation auprès des clients pour leur rapidité de service et la maîtrise de leur baguette lorsque les assiettes et les verres voltigent jusqu’aux tables dans un bel ensemble harmonieux. Travailler dans un établissement avec un tel prestige est un luxe.

En tout cas, c’est ce que dit William Cross, le patron richissime des lieux. Ce qu’il ne dit pas, du moins officiellement, c’est que son restaurant est également un lieu de débauche où alcool, jeux de hasard, et flirt poussé se mêlent dans l’arrière-salle. C’est un secret de polichinelle dans l’équipe et parmi les clients les plus réguliers.

— Combien t’as parié ? s’enquiert finalement Gus en jetant un œil aux cartes de Lee d’un œil distrait.
— Cinq gallions, répond-il sans se déconcentrer.
— Il va les perdre, intervient Alexy, sa rivale du moment, abattant l’une de ses cartes en même temps que son adversaire.

Encore une fois, Alexy remporte la manche et, quelques minutes plus tard, la prédiction de la jeune femme se vérifie. La dernière carte de Lee lui explose en plein visage et il abat la totalité de son jeu sur la table avec un grognement de dépit tandis que sa collègue, victorieuse, laisse fleurir un immense sourire sur ses lèvres.

— Désolée, Jordan, la chance n’était pas en ta faveur aujourd’hui.
— Ne remue pas le couteau dans la plaie, tu veux ? rétorque-t-il en sortant cinq gallions de sa bourse qu’il pose devant elle.
— Si tu avais gagné, tu ne te serais pas gêné, soulève Gus en posant une main pleine de compassion sur son épaule.
— Merci pour ton soutien, « l’ami », assène Lee, sarcastique, en se levant de sa chaise.

Lee Jordan travaille au Lutin Étoilé depuis trois ans. Au début, ce ne devait être qu’un petit boulot pour se faire de l’argent, rien de plus. Et puis, le temps et les années l’ont rattrapé, et Lee est resté. Si lors de son adolescence, on lui avait dit qu’il finirait serveur dans un restaurant – de luxe mais tout de même – il n’y aurait certainement pas cru. Il se serait plutôt vu devenir commentateur sportif lors des matchs internationaux de Quidditch, ou présentateur radio sur RITM – la Radio Indépendante Transmission Magique – l’émission à destination des sorciers de toute l’Angleterre.

Il pourrait tout envoyer valser pour exaucer ses vieux rêves, mais Lee a une fâcheuse tendance à la paresse. Souvent, il s’imagine devenir riche. Comme ça, un jour, par un pur hasard. Simplement en jouant aux cartes. Lee est aussi un incurable optimiste à l’immaturité chronique. Alors, il choisit la facilité et se nourrit d’illusions. Ce n’est pas un mal s’il est heureux comme ça, n’est-ce pas ?

— Bordel ! C’est toi, Bell ?!

Lee ignore les regards outrés des clients présents. Il vient d’apercevoir, en passant les portes qui mènent à l’immense salle du restaurant, les quatre jeunes femmes qui viennent d’entrer au Lutin Étoilé. Son attention s’attarde à peine sur les trois autres mais il reconnaît immédiatement la quatrième. C’est Katie, l’une de ses camarades de promotion à Poudlard. Une ancienne Gryffondor, tout comme lui. Pendant un temps, elle était aussi son amie. Avant que les chemins des uns et des autres ne se séparent pour ne plus se croiser qu’à de rares occasions. Cela ne l’empêche toutefois pas de lui sourire comme il le faisait avant, de ce grand sourire étincelant qui l’illumine de l’intérieur. Les dernières traces de l'explosion des cartes lui donnent un air de savant fou.

— Lee ! s’exclame la jeune femme, trottinant vers lui.
— En chair et en os ! réplique-t-il, clin d’oeil à l’appui.
— Tu n’as pas changé, remarque-t-elle en l’observant longuement alors qu’il la serre brièvement contre lui. Enfin, si on oublie cet uniforme qui ne te va pas au teint, ajoute-t-elle, un brin moqueuse. Tu travailles ici ?
— Qui l’eut crû, pas vrai ? acquiesce-t-il en désignant d’un geste nonchalant le restaurant. Qu’est-ce qui t’amène dans ce restaurant ? Je tiens à te prévenir, continue-t-il plus bas, c’est vraiment hors de prix ici…
— Le mariage de mon amie. Et c’est le futur mari qui paye, précise-t-elle sur un ton de conspiratrice.
— Je vois, dans ce cas…

Le jeune homme se fige. Il lui semble voir un fantôme revenir d’entre les morts lorsque les trois autres femmes se dirigent à leur tour vers lui. La première, une grande rousse aux formes avantageuses, lui adresse un sourire poli. La deuxième, une brune pulpeuse, le scrute de haut en bas et paraît considérer qu’il était plutôt bel homme puisqu’elle lui lance un regard ravageur. Seulement, Lee ne les voit même pas. Il ne fait même plus attention à Katie qui lui conte la dernière fois qu’elle a vu Angelina Johnson et George Weasley. Il est concentré sur une seule et même personne. Cette personne, c’est Pénélope Deauclaire. Et, tandis qu’elle s’arrête devant lui, la surprise se lisant sur son visage pâle, les souvenirs affluent.

Il a treize ans, elle en a quinze et elle est la petite amie de Percy Weasley. Il la trouve jolie lors de cette journée de juillet 1991 qu’il passe au Terrier en compagnie des jumeaux. Elle passe sa journée à étudier avec Percy, inconsciente des premiers émois amoureux qu’elle peut provoquer chez lui.

Il a quatorze ans, elle en a seize et elle vient d’être statufiée par le basilic de par sa condition de née-moldue. Révolté, il n’hésite pas à clamer son avis sur les potentiels coupables des attaques qui se trouvent – forcément – parmi les Serpentard. En compagnie de Fred et George, il joue de sales tours aux vert et argent, trouvant un peu de réconfort dans cette vengeance puérile.

Il a quinze ans, elle en a dix-sept et elle est préfète-en-chef. Elle ne l’a jamais remarqué, il a fini par l’oublier. Il sort pendant quelques mois avec Angelina Johnson avant de se rendre compte que leur relation ne fonctionne pas. Ils se quittent en bons termes.

Il a dix-neuf ans quand la guerre commence, elle a vingt et un ans. Avec Fred et George, Lee met en place une radio cryptée pour relater les nouvelles importantes aux résistants. Ils utilisent des mots codés. Dans un repère tenu secret, Alicia, Katie, et Angelina se relaient pour trouver des stratagèmes qui ont pour but d’entrer en contact avec Poudlard et d’autres résistants. Pénélope, qui se sait traquée par les rafleurs, parvient à capter les ondes et à les rejoindre. Ils la cachent quelques jours avant qu’elle ne reprenne la route sans un mot d’adieu.

— Tu te souviens de Pénélope, Lee ?
— Comme si c’était hier…

Face à lui, la blonde perchée sur ses escarpins, le fusille du regard. Dans ses yeux, il peut lire une certaine angoisse à l’idée qu’il révèle les liens qui les unissaient. Il sourit un peu plus, la laissant en plein doute pendant près d’une minute. Les lèvres de la jeune femme tremblent alors qu’il continue de la fixer en silence. Enfin, il laisse tomber le verdict :
— Heureux de te revoir, Penny

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.