S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

115 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 115e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 18 septembre à partir de 20h. Il s'agira d'une nuit où les musiques serviront aussi d'inspiration ! Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 08/09/2021 19:17


Sélections du mois


Félicitations à Calixto, Asianchoose et Lilimordefaim qui remportent la Sélection sur la plus classe des Serpentard alias Narcissa Malefoy !

Pour octobre 2021, on retourne à Poudlard, on fait les courses sur le Chemin de Traverse, ou on voyage dans des endroits étranges et inquiétants avec le Jury des Aspics consacré aux Lieux Magiques. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de septembre, savourez un bon chocolat à la cannelle avec Molly, ou participez à une "fête" tout en cotillon (ahem) chez les Black avec la sélection famille. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Que votre rentrée soit douce et pleine de beaux projets !

 


De L'équipe des Podiums le 02/09/2021 18:48


25ème édition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 25e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 4 septembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 27/08/2021 18:50


114 ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 114e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 août à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!

 


De L'équipe des Nuits le 11/08/2021 17:27


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, MadameMueller et Violety qui remportent la Sélection sur le thème Amitié !

Pour septembre 2021, vous pouvez sortir vos arbres généalogiques avec le thème Famille. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de août, vous ferez attention à vos bonnes manières avec Narcissa Malefoy. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Que votre été soit ensoleillé et rempli de lectures !

 


De L'équipe des Podiums le 08/08/2021 22:46


113ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 113e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 31 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 20/07/2021 18:47


Des Gardénias et des Roses par Whitewolf

[1 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Cette histoire est ma réponse au concours de St-Valentin 2021 organisé par la communauté du Discord H.M.S Harmony (Harmony = Harry/Hermione).
Naturellement, il s'agit ici de la version française.
J'avais vraiment envie de travailler sur une version féminine de Harry, depuis que j'ai lu les fics de Philosophize et RTNWriter à ce sujet.
L’ambiance de la Salle Commune de Gryffondor est calme en ce premier samedi de février. Une bonne partie des élèves est partie jouer dans la neige ou bien participer à l’un des différents clubs de l’école. Les plus studieux sont pour la plupart à la bibliothèque, mais quelques irréductibles profitent du silence plutôt inhabituel pour travailler sur les canapés ou les tables près du feu. Jasmine Potter est assise à la table la plus éloignée, en compagnie de Ginny Weasley, l’une des rares personnes de leur Maison à lui parler encore. L’aventure de la Seconde Année de Jasmine (Première Année pour Ginny) leur a permis de nouer des liens solides, et Ginny la considère comme une grande sœur honoraire. Jasmine repousse l’une des mèches rebelles de sa longue chevelure noire derrière son oreille, tout en se concentrant sur le devoir de Runes Anciennes sur lequel elle travaille. A côté d’elle, Ginny rédige la conclusion d’un essai pour le Professeur Flitwick. La troisième chaise à côté d’elles est normalement occupée par la meilleure amie de Jasmine, Hermione Granger, mais celle-ci est actuellement sortie avec Viktor Krum, le Champion de l’école de Durmstrang pour le Tournoi des trois Sorciers. Jasmine aurait pu aller voir Fleur Delacour, la Championne de l’école de Beauxbâtons, mais elles ont convenu toutes les deux de consacrer leur samedi à leur travail scolaire, pour ne pas être en retard avec leur participation au Tournoi. Pour Jasmine, ce n’est que la Quatrième Année, qui n’a pas réellement d’enjeu, mais Fleur est en Septième année et s’apprête à passer ses A.S.P.I.C. qui vont avoir une grande incidence sur sa carrière future.

Alors que Ginny soupire de soulagement en refermant le parchemin, l’entrée de la Salle Commune s’ouvre et Hermione apparait, semblant un peu nerveuse aux yeux de Jasmine, qui commence à s’inquiéter. Si Viktor lui a fait le moindre souci… Hermione les repère rapidement et se dirige vers elle, et en particulier a du mal à regarder directement Jasmine, ce qui ne rassure pas cette dernière. Alors qu’elle s’attend à ce que Hermione s’installe sur sa chaise, elle est surprise de la voir se dandiner un peu debout à côté de la table. Finalement, Hermione prend la parole :
- Jasmine ? Je… J’ai quelque chose à te demander. Juste toi, désolée Ginny, ajoute-t-elle en jetant un regard d’excuse à la jeune Weasley.

Ginny ne proteste pas, elle a l’habitude. Et elle adore Hermione tout autant que Jasmine. Les deux aînées l’ont prise sous leurs ailes depuis son arrivée, et l’ont grandement aidée à traverser les conséquences des tourments d’il y a deux ans. Elle se lève en leur disant qu’elle les retrouvera plus tard. Hermione s’assoit alors et jette le Sortilège de Discrétion que Sirius leur a enseigné. Elle ouvre la bouche plusieurs fois, les joues un peu rouges, mais aucun mot n’en sort. Finalement, Jasmine la prend en pitié et lance la discussion :
- Hey ! Comment s’est passé le rendez-vous avec Viktor ? Je pensais que tu serais revenue plus tard. Il y a eu un problème ?
- Oui. Non. Pas vraiment. Peut-être ?
Hermione soupire fortement, semblant exaspérée par sa propre attitude. Jasmine ne dit rien. Dans ces moments-là, le mieux est de laisser son amie organiser ses pensées pour mieux les énoncer. Hermione finit toujours par se reprendre. Elle la voit fermer les yeux, l’air concentrée, et commence à compter dans sa tête. Arrivée à huit (ce qui est un niveau d’agitation plutôt intense), l’autre jeune femme rouvre les yeux et recommence à parler :
- Viktor m’a invitée à passer la St-Valentin avec lui, dans dix jours.
Ah. Quelque part dans le ventre de Jasmine, quelque chose semble se tordre, mais elle n’en laisse rien paraitre. Elle est devenue assez douée à ce jeu.
- Et tu es inquiète de ne pas avoir de robe pour y aller ? la taquine-t-elle gentiment.
- Ah. Ah. Ah. Ce n’est pas ça. C’est juste que… je ne veux pas y aller. Je ne veux pas… être sa Valentine. Je ne veux pas… être sa… être impliquée romantiquement avec lui. Je ne sais pas, je voudrais juste qu’on continue comme ça. J’aime discuter avec lui, apprendre des parts de sa culture et de la société sorcière Bulgare, et il est vraiment intéressé par ce que je lui raconte. Mais pour moi ça s’arrête là. C’est un ami. Il est trop vieux pour moi…
- Hey, Fleur et moi ça s’est bien passé malgré notre différence d’âge.
- Fleur est comme toi, elle est née très tard, à la limite de la fin d’année scolaire.
- Et toi tu es née au début. Il y a probablement moins d’écart entre toi et Viktor qu’entre moi et Fleur. Mais ce n’est pas ma relation avec Fleur dont il est question, n’est-ce-pas ?
- Je ne veux pas qu’il s’imagine des choses. Je lui ai dit que j’étais flattée, mais que je n’étais pas intéressée. Mais il semble l’avoir pris dans le sens où il fallait qu’il me courtise pour soulever mon intérêt.
- Et tu ne veux pas être courtisée par Viktor Krum.
Ce n’est pas une question. Hermione acquiesce simplement de la tête. Jasmine reprend alors la parole :
- Est-ce-que ce que tu veux me demander a un rapport avec ça ?
Le rouge des joues de Hermione s’intensifie. Elle hoche la tête à nouveau.
- Je me dis, commence Hermione en semblant choisir soigneusement ses mots, que si je passe la St Valentin avec une autre personne, il comprendra peut-être que j’ai un intérêt pour quelqu’un d’autre.
- Tu as un intérêt pour quelqu’un d’autre ? l’interrompt Jasmine.
Il est déjà assez difficile de gérer sa jalousie envers le Bulgare, si elle doit en plus s’inquiéter d’une autre personne, elle allait craquer avant la fin du Tournoi.
- Ce n’est pas la question ! s’écrie Hermione. Je veux juste qu’il arrête de me courtiser. C’est gênant et je n’ai pas envie de me l’aliéner en le repoussant trop brusquement.
- Ok, ok. Alors, en quoi puis-je t’être utile ? tu veux que je t’aide à trouver un autre garçon à qui demander de se faire passer pour ton petit ami ?
- En fait… Je pensais… J’espérais que… Tu vois… Ah, c’est compliqué.
- C’est Ron ?

Jasmine espère vraiment avoir tort. Les montagnes russes avec leur ami commencent vraiment à lui miner le moral. D’abord lorsqu’il l’a accusée de tricher pour entrer dans le Tournoi, puis quand il lui avait présenté ses excuses après la Première Tâche pour ensuite la rejeter à nouveau quand elle a fait son coming-out en s’affichant au bras de Fleur Delacour pendant le Bal de Noël, en passant par sa demande presque insultante d’être son cavalier pour ledit Bal quand il a osé proposer à la fois à Hermione et à Jasmine d’y aller avec lui (même si elle a reçu des demandes encore plus méprisables que celle de Ron, avec le recul. Justin n’a pas pu se rasseoir correctement pendant trois jours.). En ce moment, elle ne veut surtout pas avoir à faire avec lui.
- Non, ce n’est pas Ron. Pourquoi t’imagines-tu ça ? répond Hermione, choquée. Je ne lui parle plus depuis qu’il t’a insultée, et moi aussi, pendant le Bal.
- Tu m’en vois ravie. C’est encore trop tôt pour que je lui pardonne.
- Parce que tu comptes lui pardonner ça ? Il t’a traitée comme si tu étais moins qu’une humaine, comme si tu étais une déchéance.
- C’est Ron. Il va finir par y réfléchir, et se rendre compte qu’il a eu tort et venir s’excuser.
- Je ne sais pas. D’habitude, il réalise son erreur parce que d’autres le font avant lui. Mais la grande majorité de l’école, en dehors des professeurs et de quelques exceptions, te met à l’écart. Pour ma part, même s’il revient la queue entre les jambes, je ne lui pardonnerai pas ce qu’il t’a fait. Ce n’est pas un homme mauvais, mais nous n’avons pas le temps de gérer son comportement en plus de toutes les autres tâches devant nous.
Le feu dans les yeux de Hermione et sa manière de toujours les considérer comme un duo, même face au Tournoi, a toujours tendance à faire fondre Jasmine à l’intérieur. Elle sent ses joues s’enflammer et baisse la tête, tandis qu’un sourire ému s’affiche sur ses lèvres.
- Merci Hermione. Tu es toujours là pour moi. J’espère qu’un jour je pourrai te rendre la pareille.
- Puisque tu en parles…
- Je t’écoute, demande-moi ce que tu veux, lui dit Jasmine en relevant la tête.
Hermione prend une grande inspiration :
- Je voudrais que… tupasseslaStValentinavecmoi ! dit-elle rapidement
- Pardon ?

Elle a dû mal comprendre. Hermione vient vraiment de lui demander de passer ensemble la soirée romantique de l’année ? Elle reste interloquée un moment, la bouche ouverte, fixant son amie sans dire un mot. Hermione est rouge, et son regard est fuyant. Jasmine finit par reprendre ses esprits.
- Attends laisse-moi résumer... tu veux que MOI je prétende être ton rendez-vous pour la Saint-Valentin ?
- Euh… Oui ?

Jasmine prend quelques inspirations, sans savoir si elle devait être flattée, heureuse, en colère ou déprimée. Elle secoue la tête, essayant de relancer ses cellules nerveuses qui semblent avoir subi un black-out total.
- Okay. Pourquoi moi ?
- Tu es ma meilleure amie, et j’ai confiance en toi.
- Ce n’est pas une bonne raison. Tu sais que je suis… je suis… je suis homosexuelle, dit-elle en trébuchant un peu sur le mot.
- C’est pour ça que je te demande, répondit Hermione comme une évidence.
- Si tu t’affiches avec moi, même pour une seule soirée, tu vas te retrouver avec la même étiquette collée à la peau. Et crois-moi, tu ne veux pas subir ça.
- Ça ne me changera pas beaucoup de la situation actuelle. Je n’ai pas beaucoup d’amis à l’école, en dehors de toi, Ginny, et mon groupe de travail en Arithmancie avec Padma et Daphné. Et c’est encore pire depuis le début du Tournoi, les autres élèves me mettent à l’écart pour mon association avec toi.
- Je suis désolée et…
- Ce n’est pas ta faute, l’interrompt son amie. Les gens sont stupides. Et je peux vivre avec ça.
- Ça va te suivre pendant des années peut-être, même si tu as une relation avec un homme plus tard.
- Les personnes qui s’arrêtent à mon orientation sexuelle pour me définir ne m’intéressent pas.
- Ça impactera peut-être ta carrière après Poudlard.
- Si j’ai de suffisamment bons résultats, ça n’intéressera pas les potentiels recruteurs.

Jasmine soupire. Hermione est parfois très idéaliste et optimiste. Et pourtant depuis plus de trois ans, elle a régulièrement la démonstration de la relative inanité du sens logique de la société sorcière britannique. Elle est coupée de sa réflexion par l’autre sorcière.
- Est-ce-que tu ne veux vraiment pas être affichée avec moi ? Est-ce à cause de Fleur ?
- Non ! Ce n’est pas ça.
Par Morgane et Merlin, Jasmine rêve tous les jours de « s’afficher » avec Hermione.
- Fleur et moi avons rompu il y a trois semaines…
- Oui je sais. Et encore une fois je suis désolée Jasmine, dit-elle en lui attrapant et serrant la main.
- Non, ça va. Vraiment. Nous sommes mieux comme ça. Nous n’aurions pas pu construire quelque chose après le Tournoi de toute façon vu son âge et le fait qu’elle soit française et son choix de carrière, et il valait mieux arrêter avant que ça ne devienne trop sérieux.
- C’est… D’accord. Juste, si tu veux, tu peux m’en parler, d’accord ?

Hermione n’a pas lâché sa main et Jasmine ne fait rien pour la récupérer. La peau est douce, avec les petites callosités au bout de l’index et du majeur à force de tenir sa plume fortement. La passion avec laquelle Hermione peut aborder chaque partie de sa vie est probablement l’un de ses plus grands attraits aux yeux de Jasmine. Elle se nourrit souvent de cette passion et se demande si elle aurait vraiment la force d’avancer parfois sans elle.
- Je sais Hermione. Merci, encore une fois.
- Ça veut dire que tu vas accepter ma demande ?
- Hermione, je… Je veux t’aider, mais j’ai peur que tu ne te rendes pas compte des effets que ça va entraîner. Fleur est majeure avec un plan de carrière établi et moi j’ai de toute façon un statut déjà à part en tant que Fille-Qui-A-Survécu, mais toi tu as beaucoup à y perdre. Et si tes parents l’apprennent ?
- Mes parents ne seront pas un obstacle, même s’ils l’apprennent. Je leur raconterai de toute façon. Ça ne fait pas partie des sujets que je leur cache. Et je te garantis qu’ils ne le prendront pas mal.
- Si tu le dis…
- S’il te plaît Jasmine, supplie Hermione. C’est vraiment la solution la plus logique pour éviter les avances de Viktor tout en conservant une certaine amitié. Il a n’a jamais été discourtois ou impoli avec moi, et je voudrais vraiment que ça continue. Et comme tu n’es plus avec Fleur, il n’y aura pas de problème.

Jasmine soupire encore une fois, et réfléchit un moment. D’un côté, la perspective d’une soirée romantique avec la femme qu’elle aime depuis bientôt un an, si ce n’est plus longtemps. Une femme en qui elle a confiance, avec qui elle peut parler à cœur ouvert. Mais d’un autre côté, la perspective que cette soirée soit factice lui fait mal au cœur. Et elle sait que le contrecoup sera douloureux.
Si elle décide de se lancer là-dedans, peut-elle vraiment juste « jouer un jeu » ? Elle y pense un moment, et prend sa décision.
- OK. J’accepte de t’aider…
- Merci Jasmine ! la coupe Hermione, qui s‘arrête quand son amie lève sa main libre.
- J’accepte à une condition : nous faisons ça à ma façon, dans les règles. Je veux te faire une demande publique. De plus, ça sera plus efficace pour renforcer l’illusion auprès de Viktor. Et je veux une vraie soirée, que j’organiserai, pas un prétexte pour s’isoler et faire nos devoirs ou quelque chose du genre. Une soirée que tu pourras raconter sans mentir, sans devoir exagérer.

Hermione prend le temps avant de répondre. Jasmine peut sentir qu’elle est prise un peu de court devant le sérieux qu’elle affiche. Finalement, son visage se fait déterminé, mais un sourire soulagé s’affiche cependant.
- D’accord, j’accepte tes conditions. Et tu as raison, ça fera plus crédible. Et j’ajouterai qu’une soirée de détente nous fera probablement du bien, surtout à quelques jours de la Seconde Tâche. Je sais que nous avons tout préparé, que la Branchiflore est commandée et que tu continues tes sessions de natation.
- Je suis contente que tu le voies comme ça.
Jasmine serre la main de Hermione, et elles se sourient. Le reste de la discussion passe sur des sujets plus légers comme le devoir de Runes Anciennes. Jasmine demande à Hermione d’être présente en Salle Commune le lendemain matin vers dix heures. Elle quitte Hermione une heure avant l’heure du repas du soir, en lui disant que ça concerne l’organisation de la demande pour demain. Hermione est un peu perplexe, mais ne pose pas de question. En se retournant au moment de sortir de la Salle Commune, elle voit que Hermione la regarde avec un air songeur et un peu calculateur. Elles s’échangent un geste de la main avant qu’elle ne passe le portrait de Charlotte (plus communément appelée La Grosse Dame) et se dirige vers les Serres.
Le lendemain matin, Jasmine se lève tôt. Elle sait que le dimanche, Hermione s’accorde une heure de plus de repos et qu’elle a lancé un Sortilège de Silence pour en profiter. Jasmine se dépêche de prendre sa douche et de filer avant que son amie ne se réveille. Elle lui laisse une fleur blanche avec un parchemin sur lequel est écrit « Rendez-vous à dix heures dans la Salle Commune. L’Espérée Valentine ». Elle pose l’ensemble bien en vue sur la table de chevet de Hermione, en espérant que Lavande ou Parvati les voient. Sinon, ce n’est pas grave, ce qui est prévu suffira.

Quelques minutes avant dix heures, après avoir complété ses préparatifs, elle fait les cents pas dans une salle de classe non utilisée non loin du portrait de Charlotte, en récitant son texte à voix basse et en essayant de contrôler son stress. Quand elle se sent prête, elle prend une grande inspiration, et appelle les esprits de Morgane, Merlin et Godric Gryffondor à son aide. Elle sort de la salle de classe et se rend à la Salle Commune. Quand le portrait s’ouvre, le brouhaha s’atténue un moment, puis reprend plus vigoureusement quand ils remarquent qu’elle a un bouquet de fleurs blanches à la main. Elle repère Hermione assise à leur table habituelle, qui est un peu tendue mais le cache derrière un gros livre posé devant elle. Ginny est assise non loin d’elle et jette un regard curieux à Jasmine. Elle traverse la salle directement vers elles, essayant de garder le rouge de ses joues sous contrôle. Quand elle arrive, Ginny commence à vouloir la saluer mais Jasmine l’interrompt d’un gentil geste de la main. Elle reprend son souffle devant une Hermione légèrement anxieuse, et se lance d’une voix qu’elle espère la plus claire possible :
- Hermione Jean Granger, cela fait maintenant trois ans et demi que nous sommes amies. Je n’ai jamais connu de personne plus loyale passionnée et courageuse que toi. Tu es restée à mes côtés malgré tous les obstacles qui nous ont été jetés dessus. Pendant longtemps j’ai pu apprécier ton intelligence et ta détermination. Et c’est parce que tu es la personne la plus précieuse pour moi que je me permets de te demander la chose suivante : Hermione, acceptes-tu d’être ma Valentine s’il te plaît ? Tu ferais de moi la plus heureuse des sorcières.
Elle lui tend doucement le bouquet, sans la lâcher du regard. Le visage de Hermione est rouge, mais elle a un petit sourire tendre et ses yeux brillent. Elles ne se lâchent pas du regard quand la main de Hermione se tend et prend le bouquet le bouquet de celle de Jasmine. A ce moment, son amie lui répond enfin :
- Jasmine Lily Potter, tu es ma meilleure amie et la personne en qui j’ai le plus confiance, celle qui me connait mieux que toute autre. Je suis honorée par ta demande, et j’accepte avec le plus grand plaisir d’être ta Valentine.
Hermione se lève, et en faisant attention à ne pas abîmer les fleurs, prend Jasmine dans ses bras en la serrant dans un de ses câlins qui sont sa signature. Jasmine, qui est un peu plus petite que Hermione, pose sa tête sur l’épaule comme d’habitude et elles se serrent l’une contre l’autre comme pour effacer tout espace les séparant. Hermione lui chuchote tendrement :
- Merci Jasmine, c’était superbe. Tu as été parfaite.
Elle se détend dans les bras de son amie, le stress retombant petit à petit. Mais même dans leurs bulles, elles entendent que les murmures autour d’elles bruissent sans discontinuer. Mais ça ne fait rien. Elles ont l’habitude. Jasmine ouvre les yeux et voit que Ginny est rouge mais leur sourit sans retenue. Quand leurs regards se croisent, la jeune rousse lève un pouce vers le haut. Les deux jeunes femmes se séparent, mais la main libre de Hermione attrape celle de Jasmine et quand elles s’assoient, elles ne se lâchent pas pendant un moment.
- Jasmine, lui demande finalement Hermione, quelles sont ces fleurs au fait ?
- Ce sont des Gardénias.
Toute la journée, elles gardent leur sourire aux lèvres. Même lorsque Hermione revient d’un rendez-vous avec Viktor, elle sourit encore. Elle raconte que Viktor a appris avant qu’elle ne lui dise la demande de Jasmine, et qu’il était un peu réservé. Il n’a cependant fait aucun commentaire, comme il n’en n’avait fait aucun sur le coming-out de Fleur et Jasmine. Quand, en revanche, Jasmine annonce l’événement à Fleur, celle-ci a une ombre de tristesse sur son visage, mais ses félicitations semblent sincères, et elle sourit doucement à la jeune Gryffondor en lui souhaitant bonne chance. Jasmine lui demande ensuite si elle voulait bien l’aider pour organiser la soirée, et la sorcière française accepte sans hésitation. En revenant dans son dortoir, Jasmine prépare une lettre pour Sirius pour lui demander son aide aussi, elle a déjà une idée de ce qu’elle veut pour le soir du 14 février. Elle donne la lettre à Dobby qui la mettra dans le panier quotidien de victuailles qu’ils font parvenir au parrain de Jasmine par la Cabane Hurlante. Par ce moyen, Jasmine et Hermione lui ont donné une tente pour être mieux installé, ainsi que divers produits ou potions nécessaires et quelques livres. Quand Jasmine se couche enfin ce dimanche, elle se prend à espérer. Elle sait qu’elle risque de souffrir, mais elle ne peut s’en empêcher. Cette soirée sera celle où elle se déclarera. Elle est persuadée que même si Hermione ne retourne pas ses sentiments, elles resteront amies. Elles sont passées par trop d’épreuves pour que ça se termine juste avec ça.

Pendant les jours qui suivent, Jasmine entretient une correspondance soutenue avec son parrain. Elle s’absente aussi deux soirs pour revenir juste avant le couvre-feu, et conspire avec Dobby et Winky. Hermione la laisse faire, mais lui reproche gentiment une fois qu’elle passe trop de temps sur cette soirée au détriment de son travail scolaire et surtout de sa préparation au Tournoi. Jasmine lui assure qu’elle est à jour dans ses devoirs et leçons (au prix de quelques réveils très matinaux) et qu’elle continue de nager régulièrement dans le lac (grâce aux Sortilèges de Réchauffement). La Branchiflore est arrivée trois jours après que Hermione ait demandé à Jasmine de l’inviter pour la St Valentin, et elle a pu l’essayer, ce qui qui s’est avéré concluant. La plupart des autres élèves de Poudlard leur jette des regards souvent méprisants, mais personne n’ose vraiment leur faire de remarques. Depuis le Bal et la révélation des Championnes de Beauxbâtons et de Poudlard, le Professeur Dumbledore a étonnamment mis en place une rigoureuse discipline quant au harcèlement, en particulier sur l’orientation sexuelle des personnes. Il a rappelé au cours de l’annonce pendant le repas qu’aucune loi dans les sociétés sorcières européennes n’interdit les relations entre personnes de même genre, cela étant garanti par le fait que la Magie elle-même n’empêche pas ces personnes de se lier selon des rituels similaires à celui du mariage pratiqué par les Ministères. Jasmine a failli faire une remarque à propos du fait d’avoir attendu aussi longtemps pour enfin contrôler le harcèlement dans l’école, mais préféra se taire. Même si c’est tardif, c’est un gain appréciable. Mais ce calme est relatif, et il ne durera probablement pas plus loin que la fin de l’année.

Les deux jeunes femmes passent le week-end précédent à Pré-au-Lard avec Fleur et Ginny. Viktor a été invité, mais a décliné pour se préparer au Tournoi. Les quatre élèves passent un long moment à se promener à l’extérieur du village et fuir les regards et remarques plus virulentes à l’extérieur du château. Elles prennent aussi un certain temps dans la librairie. Ayant prévenu ses amies, Jasmine s’isole un moment avec la Cape d’Invisibilité pour aller discuter avec son parrain. Les repas quotidiens, les potions et la confortable tente lui ont fait du bien, et ils peaufinent les derniers détails du plan pour la soirée dans trois jours.

La journée du 14 février arrive enfin. Jasmine finit ses cours à seize heures par des Runes Anciennes, et est libre une heure avant Hermione qui enchaine avec Arithmancie. Elle en profite pour aller rapidement se changer et pose un nouveau Gardénia avec un parchemin, cette fois sur le lit de Hermione. Celle-ci y a établi des protections qui limitent l’accès à elle-même et Jasmine. Les autres occupantes du dortoir pourront voir la fleur et le parchemin, mais ne pourront pas le lire. Le parchemin précise à Hermione que la tenue attendue est semi-formelle, et que Jasmine viendra la chercher vers dix-neuf heures trente dans la salle inoccupée près du portrait de Charlotte. Contrairement à ce qu’elle a prévu, Jasmine se retrouve dans la salle avant l’heure du rendez-vous, grâce à l’aide précieuse de Dobby et Winky. Quand Hermione arrive, Jasmine est à nouveau soufflée par la beauté de son amie. Les cheveux ne sont pas lissés comme pour le Bal, mais ils ondulent joliment, retenus par une queue de cheval qui laisse échapper quelques mèches. Le maquillage est très léger, un peu pour les yeux et un gloss à peine visible sur les lèvres. Elle porte un t-shirt émeraude au col boutonné un peu lâche et un jean bleu foncé. L’ensemble est complété par des bottines, et un fin collier en argent souligne son cou. Ce n’est pas aussi fascinant que la tenue du Bal, mais Jasmine reste bouche bée par l’élégance naturelle de Hermione. De son côté, elle a opté pour les cheveux libres, avec quelques barrettes pour les tenir, une chemise cintrée bleu marine qui met en valeur sa poitrine (plus grande que celle de son amie, ce qui fait parfois râler Hermione qui se demande à quoi ça sert d’avoir presque un an de plus) et une jupe noire qui lui arrive sous les genoux. Elle aussi a des bottines noires, mais pas de collier. Un bracelet en bronze qui lui a été offert par Ginny au dernier Noël cliquète à son poignet.

- Tu es magnifique, dit-elle à Hermione.
Cette dernière rougit sous le compliment.
- Toi aussi, lui répond-elle. Mais je ne connais pas cette chemise.
- Elle appartient à Fleur. Je lui ai emprunté après un Sortilège de Rétrécissement.
- Elle te va vraiment bien. Tu devrais lui emprunter des vêtements plus souvent.
- Hey ! Dis-le si tu as honte de ma garde-robe.
Les deux jeunes femmes savent que ce n’est pas un vrai reproche. Dû à sa situation chez les Dursley, la garde-robe de Jasmine a toujours constitué en vêtements de seconde ou troisième main, récupérés au prix le plus bas dans des friperies. Cette jupe est probablement le vêtement le plus mettable qu’elle possède. Au début, elle avait honte de sa situation, mais entre les assurances de Hermione, et la constatation que la situation de Ron et Ginny n’était guère plus enviable, elle avait fini par réussir à en plaisanter.
- Nous y allons ? propose-t-elle en sortant la Cape de son sac.
- Quand tu veux.

Elles se réfugient sous la Cape, avec l’aisance de l’habitude. Jasmine les dirige vers les portes du château, et jette un Sortilège de Réchauffement sur toutes les deux. Au fur et à mesure qu’elles s’avancent dans la neige, elle efface leurs traces avec un autre sort pour ne pas être repérées par M. Rusard. Quand elles commencent à s’approcher du Saule Cogneur, Hermione lui chuchote :
- La Cabane Hurlante ? C’est une bonne idée, nous serons tranquilles.
- Je me doutais que tu devinerais rapidement. J’ai passé les deux soirées à l’aménager, avec l’aide de Sirius. Nous n’aurons pas froid, je te le promets, et nous ne serons pas dérangées.
- Je suis curieuse de voir ce que tu as fait.
- Ah ah, rien de très exceptionnel, je le crains.
- Arrête de te sous-estimer.

Leur discussion a duré le temps d’arriver à l’arbre dangereux. Jasmine le neutralise en faisant léviter une branche jusqu’au nœud des racines. Elles descendent dans le souterrain et restent collées l’une à l’autre sous la Cape, alors qu’elles pourraient maintenant en sortir. Jasmine ne dit rien, et profite du moment. En s’approchant de la Cabane hurlante, de la musique commence à se faire entendre. En entrant dans la pièce principale, Jasmine constate que Sirius a fini de s’occuper des derniers détails. Un poste de Radio Sorcière est posé sur un petit meuble dans un coin de la pièce. La température est douce alors qu’elles annulent le Sortilège de Réchauffement et enlèvent la Cape. L’ameublement a complètement changé. Une table pour deux personnes trône dans la droite de la pièce, tandis qu’un canapé pour deux personnes occupe l’autre partie. Les murs et les rideaux ont été colorés en rouge et des appliques sur les murs diffusent une lumière chaude. Plusieurs paniers sont empilés contre le mur près de la table. Hermione a un regard appréciateur sur la pièce, et se tourne vers Jasmine.
- C’est très réussi comme ambiance. Je savais que tu aurais de bonnes idées.
- C’est Sirius qui a métamorphosé le mobilier. Je me suis occupé des murs et des rideaux et surtout j’ai établi plusieurs combinaisons de runes pour la chaleur, les lumières et l’isolation sonore et lumineuse de la pièce. De l’extérieur, personne ne voit qu’il y a de la lumière, et personne ne peut entendre ce qu’il se passe dans la pièce. Les cristaux qui alimentent les runes devraient tenir au moins vingt-quatre heures. Sirius est venu les activer vers dix-huit heures pour que la température ait le temps de monter.
- Impressionnant. Tu me montreras les combinaisons que tu as utilisées ?
- Je te donnerai mes notes demain.
- Et ces paniers ?
- Notre repas et nos boissons pour ce soir.
- Nos boissons ?
- Fleur m’a aidée pour ce point-là.
- Laisse-moi deviner : vin ou champagne ? dit Hermione avec un petit air de reproche.
- Les deux en fait… hésite Jasmine en baissant un peu les yeux.
- Jasmine ! Nous sommes mineures ! Nous n’avons pas le droit de boire de l’alcool !
- Cette loi n’est valable que pour le monde Moldu. Il n’y a pas de restriction d’âge pour l’alcool dans la Société Sorcière Britannique. Mais rassure-toi, il y aussi des boissons non alcoolisées, je te le promets. Et il n’y a d’alcool que pour un verre de vin et un verre de champagne pour chacune d’entre nous.

Hermione ne répond rien, mais son visage s’adoucit. Elle se penche un peu vers Jasmine et lui embrasse la joue pour lui signifier qu’elle ne lui en veut pas.
- Installe-toi sur le canapé, lui dit Jasmine, je vais mettre la table, j’en ai pour cinq minutes.
- Je peux t’aider ?
- Pas ce soir. Tu es mon invitée, la taquine-t-elle légèrement.
- Je me sens coupable, lui répond Hermione en s’asseyant. C’est à cause de moi que tu as dû préparer tout ça.
- Crois-moi, je ne regrette pas cette situation.
Jasmine a peur d’en avoir trop dit à ce moment, mais son amie ne relève pas. Elle a décidé de lui avouer ses sentiments ce soir, mais elle ne veut pas que ça soit précipité. Elle pose rapidement les assiettes, les couverts et les différents verres tel que Fleur lui a expliqué. Elle vérifie une dernière fois l’ordre et ouvre le premier panier pour sortir une carafe fermée avec un liquide aux couleurs changeantes. Elle prend avec deux verres larges et sert équitablement le mélange dedans. Hermione la regarde faire suspicieusement.

- Encore de l’alcool, Jasmine ?
- Non, c’est un cocktail sans alcool, je te le promets. C’est Winky qui m’a aidé à le faire. Essentiellement, ce sont des jus de fruits et de la limonade. J’ai emprunté la recette dans un livre moldu que m’a conseillé Sirius. Je ne sais pas si ça se mariera bien avec la suite du repas, mais j’avais vraiment envie d’essayer cette recette. J’ai ajouté quelques effets visuels à l’aide d’un sortilège, et c’est tout.
- D’accord, je veux bien goûter.
Jasmine lui tend son verre, et elles trinquent assises sur le canapé.
- A notre soirée toutes les deux, chantonne la brune.
- A nous deux, tout simplement, ajoute l’autre Gryffondor.
Elles sirotent leurs premières gorgées. Le cocktail était un peu plus sucré et épais que Jasmine ne s’y attendait, mais il est très bon et très doux. A voir le visage de Hermione, elle aussi apprécie. Pendant quelques minutes, elles se contentent de boire leur verre.

Jasmine décide alors de présenter le menu en avance, pour gérer les éventuels changements.
- Le repas sera simple, il y aura une entrée, un plat et un dessert. Encore une fois, j’ai profité sans honte des conseils de Fleur, histoire de varier un peu des plats de Poudlard. Il y a une alternative à chaque fois, plus classique, si tu n’aimes pas, donc n’hésite pas à me le dire. Les paniers sont des Sortilèges de Stase, donc la nourriture ne sera pas perdue et Sirius la mangera. On est d’accord ?
- Tu as vraiment pensé à tout, je suis vraiment impressionnée. Je ne mérite pas que tu passes autant de temps pour cette soirée.
- Tu mérites tout ce que je peux t’offrir et plus encore, Hermione.
Le rouge des joues de la jeune femme rivalise avec celui des murs, et elle détourne les yeux du regard de Jasmine. Celle-ci reprend sa présentation :
- En entrée, il y a un velouté d’asperges avec des noix de St-Jacques. Et pour la suite un filet de cabillaud et une sauce à l’oseille, avec un duo de riz et haricots verts. Fleur m’a conseillé un vin blanc pour accompagner ces deux plats, mais il y a aussi de l’eau pétillante ou de l’eau aromatisée au citron.
- D’accord, ça me va pour le moment. Je n’ai jamais mangé de noix de St-Jacques, mais je sais que ma mère en prend de temps en temps au restaurant où l’on va pour son anniversaire.
- Moi non plus je ne connais pas, mais Fleur m’a assuré que c’était très bon.
- Nous sommes des Gryffondors, nous sommes aventureuses, renchérit Hermione.
- Ah, il vaut mieux le prendre comme ça en effet.
- Et en dessert ?
- Une part de tarte tatin et de la mousse de framboise. A ce moment, il y aura le verre de champagne si tu le veux. Sinon, un jus de pommes avec des bulles. Mais je ne sais pas ce que c’est qu’une tarte tatin.
- C’est une tarte aux pommes, grossièrement, mais cuite à l’envers.
- Ça semble appétissant.
- Moi en tous cas j’aime beaucoup.
Elles finissent en silence leurs verres, un peu gênées. D’habitude, la discussion est facile entre elles, mais l’ambiance particulière les perturbe. Jasmine se lève un peu gauchement et tend sa main à Hermione.
- Passons-nous à table ?

Hermione ne répond rien et sourit timidement en lui prenant la main. Jasmine lui tire la chaise dans un geste un peu exagéré qui fait rire Hermione, et elle s’assoit ensuite en face d’elle après avoir attrapé le premier panier de la pile. Elle en sort deux assiettes avec une soupe verte dans laquelle nagent plusieurs grosses noix de St Jacques. Elle marmonne un rapide Finite pour faire cesser le Sortilège de Stase. Elle sort ensuite plusieurs bouteilles, dont une petite bouteille de vin d’un format plus réduit que celui auquel Hermione est habituée.
- Il n’y a l’équivalent que d’un verre par personne dedans. Mais comme tu vois, il y a aussi d’autres choix si tu veux.
Hermione semble soupeser ses choix. Jasmine espère secrètement que Hermione fera le choix de prendre du vin. Elle se dit qu’elles seront toutes les deux peut-être plus braves à évoquer des sujets sensibles si elles ont un peu d’alcool dans le sang. Enfin, c’est ce que lui a dit Sirius. Finalement, Hermione soupire.
- Mes parents m’en font déjà boire aux repas de famille. Mais ne t’étonne pas si je bafouille un peu après, d’accord ?
- Promis. De toute façon, je serai probablement pire que toi. Je n’ai jamais rien bu de plus fort qu’une Bièraubeurre.
- J’ai presque envie de voir ça en fait.
- Méchante.
Elles gloussent légèrement toutes les deux. Jasmine met quelques minutes à ouvrir la bouteille, et remercie son parrain de lui avoir appris. Elle sert les deux verres et lève le sien vers son amie, qui lève un sourcil interrogateur.
- Nous avons déjà trinqué.
- C’est juste pour marquer le coup. J’ai vu trop de fois les adultes trinquer avec du vin pour ne pas avoir envie de le faire.
- Si ça peut te faire plaisir.

Les deux verres se cognent avec un léger tintement. Quand Jasmine porte le sien, elle est surprise par le goût léger et fruité, elle s’attendait à quelque chose de plus fort. Ce n’est qu’à la fin de la première gorgée qu’elle sent la petite piqure inhabituelle de l’alcool sur sa langue. Elle se dit qu’avec un peu d‘habitude, elle pourrait facilement y prendre goût. Elle voit le regard curieux de Hermione.
- Pas mal. Vraiment. Je ne vais pas me forcer pour finir mon verre.
- C’est vrai qu’il est bon, Fleur a bien choisi.
- Ça va avec le fait d’être Française, non ? plaisante Jasmine.
- Et bonjour les clichés. Et elle mange des cuisses de grenouille aussi ?
- Non, elle m’a dit qu’elle n’aimait pas ça. Par contre, je ne lui ai pas demandé pour les escargots…
C’est en riant qu’elles entament le plat. Contrairement au vin, Jasmine sait que ça ne sera pas un plat qu’elle mangera souvent. Les noix de St Jacques sont bonnes et fondantes, mais le velouté d’asperges l’écœure un peu. Heureusement, l’assiette n’est pas trop remplie. Hermione a fini avant elle et pose sa cuillère avant d’entamer une nouvelle discussion.

- Je suis impressionnée par tout ce que tu fais avec les Runes. J’ai beau connaître leurs possibilités, je pense toujours d’abord à un Sortilège ou une Métamorphose pour obtenir un résultat plutôt qu’une séquence runique. Mais toi, ça te vient presque naturellement.
- J’ai beaucoup travaillé. Et honnêtement, je trouve ça fascinant. C’est moins instantané que les Sorts ou les Métamorphoses, mais c’est plus durable, et tu peux plus facilement leur donner des paramètres comme une date de départ ou de fin, ou ajuster l’intensité.
- Tu as les mêmes notes que moi en cours, tu me pousses à toujours faire mieux.
- Menteuse. Tu cherches toujours à donner le meilleur de toi-même, tu es toujours passionnée et déterminée dans tout ce que tu fais. C’est toi qui me tires en avant dans la plupart des matières, tu sais.
- Mais pas en Runes…
Jasmine reste silencieuse un moment, en finissant son potage. Elle se doute bien que Hermione a remarqué l’intérêt particulier qu’elle porte au cours de Runes Anciennes, sans pour autant y montrer le même enthousiasme qu’en Défense contre les Forces du Mal. C’est plus une détermination un peu désespérée. Hermione reprend la parole, plus doucement.
- Jasmine, nous nous sommes répété cette phrase cent fois au moins, peut-être rien que cette année. Mais je te le dis à nouveau : je suis là si tu as envie de parler. Je me doute qu’on ne peut pas tout se dire, mais je sens que ça te tracasse et ton intérêt pour les Runes cache quelque chose de grave.

Jasmine soupire en posant ses couverts. Elle prend une nouvelle gorgée de vin, peut-être pour se donner du courage. La piqure de l’alcool est absorbée en partie par le goût du potage. Elle réfléchit un moment ; elle veut en parler à Hermione, mais a peur de sa réaction derrière. Être prise en pitié n’est jamais une sensation qu’elle apprécie.
- C’est… difficile d’en parler. Même à toi. Peut-être surtout à toi. Parce que je sais que ça va te ronger de ne pas pouvoir m’aider.
- Oh, Jasmine. Tu sais que ça va me ronger aussi de ne pas savoir, et de m’inquiéter sans comprendre. Je tiens trop à toi pour ne pas m’inquiéter pour toi.
- Je sais. Et je tiens à toi aussi Hermione, je ne comprends que trop bien ce que tu ressens.
- Dis-moi, s’il te plaît.

Elle cherche ses mots, prend une grande inspiration.
- C’est lié aux Dursley, dit-elle avec la grimace de dégout habituelle qui accompagne toujours ce nom. Après être revenue de ma première année, j’ai noté que Dudley me lançait des regards bizarres. Ça me mettait très mal à l’aise. Heureusement, étant confinée presque tout le temps dans ma chambre, ça n’est resté qu’épisodique. Mais j’ai commencé à avoir peur. Il commençait déjà à parler des femmes de son entourage en des mots grossiers, quand sa mère n’était pas là. Il s’esclaffait à ce sujet avec mon oncle. Je me suis dit que les étés à venir risquaient d’être dangereux pour moi.
Hermione a un regard horrifié et a porté sa main à sa bouche pour s’empêcher probablement de couper Jasmine.
- Quand pendant le premier semestre de la Deuxième Année, tu as commencé à parler des Runes comme option pour l’année suivante, j’ai entrevu le potentiel qu’il y a avec cette branche de la Magie. J’ai commencé à feuilleter des ouvrages, mais avec les soucis de la Chambres des Secrets, je n’ai jamais eu le temps d’approfondir. Et quand tu as été pétrifiée, j’ai surtout passé mes soirées à l’Infirmerie avec toi. Je sais que Mme Pomfrey savait que j’étais là, sous la Cape, mais elle n’a jamais rien dit. Et puis je suis rentrée à Privet Drive…

Il y a des larmes dans les yeux de Hermione et Jasmine peut voir qu’elle se mord littéralement les doigts. C’est un tic qu’elle a développé pour s’empêcher de couper la parole pendant les moments importants.
- Mes craintes se sont en partie justifiées. Dudley ne m’a jamais « touchée », mais son attitude a empiré. Ses regards étaient clairement pervers, et… et…
Ses propres yeux commencent à s’humidifier. Même si elle sait que physiquement il ne s’est rien passé, l’humiliation est toujours là.
- Un jour, il est rentré dans la salle de bain pendant que je prenais ma douche. J’ai un temps limité pour me laver et me préparer, et je n’ai pas le droit de fermer la porte à clef. Tante Petunia était au rez-de-chaussée, donc il ne pouvait rien faire sinon elle l’aurait vertement grondé. Même envers moi, il y a des choses qu’elle n’autoriserait pas. Mais j’ai été obligée de sortir de la douche et de m’habiller devant lui. J’ai tout fait pour me dissimuler… J’ai souvent réussi à décaler mes horaires de toilette, mais cette scène s’est répétée quatre fois jusqu’à ce que je m’enfuie après avoir fait gonfler Tante Marge. J’étais… humiliée… dégradée. Son regard était… dégoûtant. Je me sentais encore plus sale qu’avant la douche. Et j’ai eu peur. J’en ai eu des cauchemars dans lesquels Voldemort n’avait aucune place mais qui font partie des pires que je n’ai jamais eus.
Les larmes coulent sans retenue sur les joues des deux jeunes femmes. Hermione a arrêté de se mordre la main, et respire bruyamment, la regardant avec un mélange de compassion et d’horreur. Jasmine finit son explication, entrecoupée de quelques sanglots.
- Toute la Troisième année, j’ai travaillé les Runes… Il me fallait un moyen de… me protéger… sans utiliser de Sort. J’ai trouvé et adapté des séquences qui permettaient de délimiter un espace de sécurité qui permet d’être ignoré quand l’utilisateur est dedans que j’ai gravées… et j’ai commandé des cristaux que j’ai chargés en Magie autant que j’ai pu, pour que ça tienne tout l’été. J’ai déterminé aussi des phrases runiques à peindre sur mon corps, qui seraient alimentées par ma propre Magie… C’est pour ça que j’ai avancé autant dans ce cours. J’avais placé et activé certaines séquences directement dans ma malle de voyage, et les Dursley l’ont ignorée. Une fois dans ma chambre j’ai tout installé, et prévu une gravure pour placer dans la salle de bains quand nécessaire. L’été s’est presque bien passé, Dudley ne m’a pas ennuyée à part quelques regards parfois, quand les runes peintes commençaient à s’estomper. Et puis ensuite je parti chez les Weasley pour la Coupe du Monde de Quidditch. Voilà, tu sais pourquoi j’ai autant d’intérêt dans les Runes Anciennes…

Les deux jeunes femmes ont récupéré pendant la fin du récit, qui est plus facile que la partie précédente. Ça n’empêche pas Hermione de se lever brusquement et de faire le tour de la table pour attirer Jasmine dans un de ses câlins-signature en essayant de lui briser les côtes. Mais la jeune brune se contente de se fondre dans l’étreinte, sa tête sur l’épaule de son amie. Elles ne disent rien, et pendant quelques minutes elles se tiennent juste là. Les larmes sont séchées, mais ni l’une ni l’autre ne souhaite s’éloigner. Finalement, Jasmine soupire et repousse légèrement Hermione. Leurs visages se touchent presque, mais elle n’a pas envie de l’embrasser, pas en ce moment. Leurs regards se fondent l’un dans l’autre et elles se transmettent une multitude d’émotions sans parler : gratitude, sympathie, réconfort. Hermione finit par reculer sans lâcher les mains de Jasmine.
- C’est horrible. C’est criminel. Ils devraient aller en prison. Ce sont des porcs, et même plus bas que ça. Sans honneur ni dignité, ce ne sont même pas des humains. Ce qu’ils te font subir, c’est… impensable, ignominieux. Oh Jasmine. Je suis tellement désolée pour toi, que tu aies eu à subir ça. Je me contrefiche de ce que dit le Professor Dumbledore, tu ne retourneras jamais là-bas, je te le promets !
Les flammes qui brûlent dans le regard de Hermione sont tout ce qu’il faut à Jasmine pour se remettre de ses émotions. Elle sourit doucement.
- Merci Hermione. Tu es la seule à être au courant de toute l’histoire maintenant. J’ai évoqué succinctement le problème avec Sirius et il m’a fait la même promesse. Nous cherchons des solutions. Il ne peut évidemment pas me prendre avec lui, mais nous réfléchissons par exemple à trouver un endroit où nous pourrions poser plusieurs sécurités et protections, et dans lequel Dobby pourrait s’occuper de moi. Mais nous avons peur que les systèmes de traque du Ministère et de Dumbledore ne soient trop efficaces pour nous. Nous avons découvert qu’il y a plusieurs sorts de localisation et de traçage sur moi. Et peut-être même d’autres que nous ne connaissons pas.
- Le sortilège de Fidelius ?
- Très complexe. Sirius est en train de l’étudier, mais le maitriser d’ici cet été me parait impossible. Peut-être que j’irai poser quelques questions au Professeur Flitwick, mais je n’ai pas envie que ça remonte aux oreilles du Directeur.
- Je veux vous aider.
- Tu m’aides déjà pour le Tournoi, Hermione. Et tu as tes propres études à gérer. Tu as le maximum de cours possibles hors Retourneur de Temps je te rappelle. Il n’y a que Daphné, Padma, Susan et Hannah qui sont aussi occupées que toi dans notre Année. Et elles n’ont pas une meilleure amie aimant à problèmes à gérer. Crois-moi, tu en fais déjà énormément Hermione. Sans toi, j’aurai fini dans l’estomac d’un Dragon. Ou d’un Basilic.
- Je sais Jasmine, je sais. Mais j’aimerais tellement… en faire plus. Te protéger contre le monde entier.
- C’est réciproque Hermione.

Elles se sourient toutes les deux. Jasmine décide de dissiper le moment chargé d’émotions. Il y en aura probablement d’autres dans la soirée. Aucune des deux jeunes femmes n’a une vie facile. Et les sujets difficiles sont régulièrement abordés.
- On passe à la suite ?
- D’accord.
Hermione se rassoit pendant que Jasmine pose les assiettes sales dans le premier panier, puis en sors de nouvelles du deuxième.
- Pas de vin cette fois.
- Tant mieux.
- Et voici le cabillaud !
- Oh, j’adore le cabillaud ! Ça nous change vraiment de la cuisine de l’école ! Cette soirée est superbe Jasmine. Merci pour tout ce que tu fais.
- Je ferai tout pour toi, Hermione.

Jasmine se mord la lèvre au moment elle dit ça. C’est probablement trop, trop vite. Mais Hermione ne semble pas réagir. Elle soupire légèrement. Ça peut être un bon signe comme un mauvais signe. Soit Hermione a déjà compris le but de cette soirée, soit elle estime que ce genre de déclaration est dans la continuité de leur amitié, ce qui ne serait pas erroné. La jeune Attrapeuse sert les assiettes et remplit les verres d’eau pétillante.
- Bon appétit !
- Toi aussi.
Elles s’attaquent au plat avec entrain. Mais soudain elle voit Hermione regarder sa montre avec une légère grimace.
- Ne t’inquiète pas. Dobby et Winky ont couvert nos traces. Les rideaux des lits sont tirés et enchantés, et ils ont dissimulé un mannequin sous les couvertures. Ça ne résistera pas à une enquête approfondie, mais je ne vois pas pourquoi ils iraient aussi loin.
Hermione semble se relaxer un peu, et sourit légèrement à Jasmine. Cette dernière réfléchit à comment aborder un autre sujet sensible, même si moins personnel, qui les concerne toutes les deux. Elle a peur que ça gâche la soirée, mais cette problématique est en suspens depuis maintenant plus d’une année, et elle veut qu’elle soit discutée entre elles avant d’aller plus loin. Elle sait que dans le pire des cas, Hermione ne le prendra pas mal avec un peu de recul. Finalement, elle se décide à se lancer.

- Hermione ?
- Jasmine ? répond en souriant son amie.
- Il y a un sujet que j’aimerai aborder avec toi, et qui ne sera peut-être pas plaisant, nous concernant toutes les deux…
- Est-ce-que c’est grave ? s’inquiète Hermione.
- Non, pas vraiment. Mais c’est sujet entre nous que nous n’avons pas abordé alors qu’il existe depuis l’année dernière.
- Je ne suis pas rassurée. Mais si ça te tient à cœur, je considère ça comme important aussi.
- Merci Hermione.
Elle laisse passer un silence, pour trouver ses mots.
- Ça concerne l’Eclair de Feu, en particulier ce qu’il s’est passé le jour où je l’ai reçu.
- Oh.
- Nous n’en n’avons jamais reparlé. Je crois que c’est la seule fois où nous n’avons pas pris le temps d’échanger sur un événement qui nous a concerné toutes les deux.
- Je… C’est un épisode qui n’est pas agréable à se rappeler.
- Je sais que tu voulais bien faire Hermione. Je te promets que je comprends complètement les raisons qui t’ont poussée à aller voir le Professeur McGonagall. Tu t’inquiétais pour moi, et tu ne voulais que t’assurer que je ne m’embarque pas dans une nouvelle situation menant à un péril mortel. Et crois-moi, j’apprécie vraiment que tu sois aussi attentionnée envers moi. Tu es la meilleure amie que j’aurais pu avoir, et la meilleure personne au monde que je connaisse.
- Je suppose qu’il y a une contrepartie à ces louanges, tout aussi agréables soient-elles ? demande Hermione, dont les joues sont rouges, mais qui fronce cependant le front.
- Oui. Je ne te l’ai jamais dit, mais j’avais prévu d’aller en parler au Professeur McGonagall après le petit déjeuner. Je ne voulais juste pas y aller en pyjama, et je comptais lui demander un entretien en sortant de table. J’avais écouté tes arguments et ceux de Ron, et à aucun moment il ne me semble avoir penché en sa faveur dans votre discussion. Je vous ai juste laissés parler, argumenter… crier même. Ensuite, tu es partie en trombe et je pensais que tu étais descendue dans la Grande Salle pour déjeuner. Quand j’ai vu que tu avais à peine commencé quand je suis descendue à mon tour, j’ai pensé que tu m’avais attendue, et j’étais heureuse, parce que je pensais que je pourrais te faire plaisir en te montrant que j’étais d’accord avec toi en allant voir le Professeur après. Mais quand elle est elle-même venue me voir au milieu du repas, et que j’ai compris que tu étais passée dans mon dos…
- Je suis tellement désolée Jasmine. J’avais tellement peur que tu préfères écouter Ron, et que tu négliges ta sécurité. Je voulais juste…
Jasmine la coupe d’un petit geste de la main.
- Je sais Hermione, je le sais bien. Mais ce jour-là, je n’étais pas en colère à propos de la confiscation du balai. J’étais en colère parce que tu ne m’as pas fait confiance. Que tu as estimé que je n’étais pas responsable. Ça m’a fait mal. Je t’ai pardonnée, probablement deux minutes après. Mais je ne pouvais juste pas digérer ce sentiment de trahison aussi rapidement.
- Nous ne nous sommes pas parlé pendant une semaine… En dehors des vacances, c’est la période la plus longue pendant laquelle nous ne nous sommes pas parlé. J’avais l’impression d’être revenue avant Poudlard, quand j’étais seule face aux autres enfants. Ou de revivre chaque jour le moment où Ron m’avait faite pleurer en Première Année. Et puis il y a eu cette soirée particulièrement horrible où Ron m’avait harcelée toute la soirée avec les problèmes de Croutard et l’attitude de Pattenrond. J’ai craqué, et je me suis réfugiée dans mon lit, et tu es venue tout de suite. Nous n’avions toujours pas échangé un mot depuis des jours, et pourtant tu es arrivée pour me prendre dans tes bras. Je crois que je n’ai pas souvent autant pleuré que ce soir-là. Mais c’était aussi des larmes de joie. Tu étais revenue, tu m’étais revenue, finit Hermione avec un sourire tendre.
- Et dès le lendemain nous sommes revenues à attitude habituelle. Cependant, nous n’avons ensuite jamais évoqué cette période.
- Je sais. Je me suis toujours sentie coupable, et me souvenir de cette période a tendance à me miner le moral.
- Je ne souhaite pas te déprimer Hermione. Je veux juste que tu saches que je peux être digne de confiance, et que je sais être responsable. Je suis certainement plus tête brûlée que toi, mais sache que tu déteins sur moi bien plus que tu ne le penses.

Les assiettes ont été terminées pendant la discussion. Jasmine les ramasse, et attrape le dernier panier. Elle place devant Hermione une assiette contenant la part de gâteau et une large verrine avec une mousse rose garnie de quelques feuilles de menthe. Ensuite, elle attrape la bouteille de champagne et deux flûtes qu’elle dispose derrière les assiettes. Tout comme le vin, la bouteille de champagne est d’un petit modèle.
- Est-ce-que je t’en sers ? Si non, il y a du jus de pommes pétillant sans alcool. Fleur m’en a fait goûter une fois, et c’est très bon.
Hermione soupire. Elle hésite. Et finalement elle attrape la flûte et la tend à Jasmine.
- J’aime le champagne, et je n’en ai pas bu depuis l’année dernière. Mes parents m’en ont fait goûter à Noël, mais comme nous ne sommes pas rentrés cette année, je n’ai pas eu l’occasion de réessayer…
- Je ne veux pas que tu te forces. Si tu n’en veux pas, je n’en prendrai pas moi-même. Je connais un cabot qui se fera un plaisir de le boire.
- Non, vraiment, je veux bien. J’espère juste que demain matin je n’aurai pas trop mal à la tête.
- J’ai brassé des potions anti-gueule de bois selon une recette de Sirius. Elles sont dans ma malle dans le dortoir, je t’en donnerai une demain matin, d’accord ? Heureusement que nous commençons par Histoire de la Magie, nous pourrons nous réveiller doucement.
- Jasmine ! Je t’ai déjà répété un millier de fois que tu devrais porter plus d’attention en cours d’Histoire.
- Mais le Professeur Binns est insupportablement ennuyeux. Je préfère passer les deux heures de cours à lire mon livre d’Histoire qu’à l’écouter. J’en apprend bien plus comme ça.
- Mais ça ne suffira pas pour avoir un Optimal à l’examen, le livre ne contient pas toutes les explications.
- Je sais que ça va te choquer, mais l’examen d’Histoire de la Magie est bien le seul pour lequel je ne vise pas un Optimal. Un Acceptable me suffira.
- Mais… Tes études sont importantes ! tu ne peux pas sacrifier des cours comme ça !
- J’ai plein de choses à gérer dans ma vie et, contrairement à toi, je n’arrive pas à tout cumuler. Entre le Tournoi, Sirius, les cours, le Quidditch et le fait que je ne peux pas travailler efficacement pendant l’été, je ne pourrai jamais rester à ton niveau Hermione. Je te promets de travailler l’Histoire de la Magie au moins un minimum. Je ne veux pas moins qu’Acceptable pour les B.U.S.E. ; c’est aussi pour ça que je n’ai pas pris Arithmancie. Je savais que je n’aurai pas le temps de tout faire. Et si ça peut te rassurer, je vise l’Optimal dans tous les autres cours, y compris Potions. Eu peut-être même des mentions en Défense, Runes et Sortilèges.
- Je suppose que je peux me contenter de cette explication et de ta promesse. Mais je comprends ce que tu m’expliques, même si ça va à l’encontre de mes propres principes. Au moins, contrairement à d’autres, tu ne dors pas en Cours d’Histoire. Sauf une fois.
- C’est la faute d’Olivier, il nous a lâchés à une heure impossible la veille !
- Je sais Jasmine, je sais…

Jasmine décide enfin d’ouvrir la bouteille de champagne. Elle a quelques difficultés avec l’ensemble de fils métalliques qui maintiennent le bouchon, ce qui fait sourire Hermione. Une fois dégagé, elle attrape une serviette en tissu et commence à tirer sur le bouchon. C’est encore plus dur qu’elle ne l’avait imaginé. Elle se rappelle des conseils de Fleur et essaye de le tourner tout en tirant, et il se déloge petit à petit. Quand elle sent qu’il est sur le point de sauter, elle éloigne la bouteille sur le côté et dans un POP ! retentissant le laisse s’envoler. Elle regarde le bouchon rebondir contre le mur et se perdre dans un coin, et en oublie un autre conseil de Fleur : servir le champagne aussitôt. La mousse commence à sortir de la bouteille et lui coule sur les doigts.
- Ah ! Oups ! Et merde…
- Jasmine ! Langage !
- Désolée.
Elle garde la serviette pour empêcher que le liquide coule sur le sol ou la table. Elle sert les deux verres en plusieurs fois à cause de la mousse, et se dit que le champagne a intérêt à être bon avec tous les tracas qu’il lui cause. Elle a un sourire gêné devant le regard amusé de Hermione.
- Pas glorieux pour une première fois ?
- Pour tout t’avouer, je n’ai jamais ouvert de bouteille de champagne non plus. C’est toujours ma mère qui le fait. Mon père n’a plus le droit depuis qu’il a laissé un bouchon s’envoler droit vers le lustre du salon et qui a cassé l’ampoule.
- Bon, ça me rassure un peu. On le goûte ?

Les deux jeunes femmes portent leurs verres à la bouche. Jasmine trouve la boisson un peu plus amère que le vin servi en entrée, mais la sensation en bouche et les bulles sont agréables. Elle repose son verre après la première gorgée et attaque la mousse. Elle est enthousiasmée par le goût, et la touche de menthe rajoute une réelle légèreté au dessert. Elle essaye ensuite la tarte, qui contraste vraiment, mais n’en est pas moins délicieuse. Quand elle reprend une gorgée de champagne après, elle a l’impression que le goût de la boisson a un peu changé, que l’amertume se sent moins. Ce dessert lui plaît vraiment. Elle espère que c’est pareil pour Hermione, mais celle-ci ne semble pas se plaindre non plus. Elles mangent en silence, et finissent leurs assiettes plus vite que leurs verres.
- Ça t’a plu ?
- C’était délicieux. C’est la meilleure soirée que j’ai passée depuis longtemps. Et je te remercie d’avoir insisté pour qu’on passe une vraie soirée, et non pas une excuse pour travailler. J’aurais détesté manquer ce moment.
- Hé hé, merci beaucoup, dit Jasmine gênée. Tu peux remercier Sirius et Fleur, ils m’ont beaucoup aidée.
Hermione semble hésiter à prendre la parole. Elle ouvre la bouche deux fois pour la refermer aussitôt.
- Jasmine… Ecoute, je…
- Ah ! J’ai oublié quelque chose !

Elle sait qu’elle a interrompu son amie, mais elle a une chose importante à faire. Elle attrape un petit sac posé à côté du canapé et le tend à Hermione.
- Joyeuse St-Valentin Hermione. Je n’aurai voulu la passer avec personne d’autre.
- Oh. Je… Mais… Mais je n’ai rien pour toi.
- C’est moi qui invite, c’est à moi de t’offrir quelque chose. Ouvre-le s’il te plaît.
Hermione sort du sac une petite boite, entourée d’un ruban blanc. Elle dénoue le ruban, et ouvre la boite, les mains légèrement tremblantes. Ses yeux s’écarquillent devant le contenu. Elle pose l’étui et en sort un bracelet en argent, auquel sont suspendus plusieurs petits charmes. Jasmine la regarde pendant que son amie les étudie, elle sait quels sont les symboles présents. Il y a un livre, parce que c’est le premier objet auquel Jasmine associe Hermione. Il y a un Eclair de Feu, pour symboliser Jasmine, mais aussi son aide inestimable pour la Première Tâche. Il y a un Hippogriffe pour leur vol ensemble en Troisième année. Il y a un double symbole, avec un chat qui ressemble à Pattenrond et un hibou qui ressemble à Hedwige. Il y a un Retourneur de Temps, et la précision du bijoutier est allée jusqu’à l’articuler malgré la petite taille. Et enfin, un dernier symbole qui pourrait faire sourire les non-initiés, une lunette de toilettes, pour le moment où leur amitié s’est définitivement forgée. Jasmine a cependant gardé un dernier symbole, précieusement rangé dans une petite boite de sa malle : un cœur avec le symbole de sa cicatrice. Un jour peut-être…

Hermione a les yeux qui brillent de larmes devant le cadeau. Il est évident pour la jeune brune que son amie a reconnu tous les symboles. Soudain, Hermione lui tend le bras un peu gauchement, manquant de faire tomber les flûtes.
- Mets-le-moi s’il te plaît.
Jasmine s’exécute sans rechigner. Ses doigts frôlent la peau du poignet de Hermione pour repousser sa manche. C’est peut-être l’alcool lui donne l’audace de les laisser reposer une seconde de plus que nécessaire. Ses joues commencent à chauffer. Toujours en lui effleurant la peau un peu plus, elle accroche le bracelet autour du bras fin, et retire ses mains lentement.
- Jasmine, il est magnifique, murmure Hermione.
- Pas autant que toi.
Ok, elle a peut-être un peu trop exagéré sur l’alcool. Encore une fois, son amie ne relève pas le dernier commentaire. Elles ont toutes les deux les joues rouges, tandis que l’une admire le cadeau à son poignet et l’autre admire la propriétaire du bracelet. Finalement, Hermione semble reprendre ses esprits.
- Merci Jasmine. Je ne veux plus le quitter désormais.
- Merci à toi. D’être là pour moi.

Le moment est chargé d’émotions. Jasmine sent que c’est encore trop tôt. Elle ne se sent pas encore prête pour avouer ses sentiments, même si elle a probablement laissé déjà trop d’indices à sa camarde bien trop intelligente pour son bien. Elle ramène l’ambiance à un niveau plus simple :
- Je suis désolée, je t’ai interrompue tout à l’heure. Que voulais-tu dire ?
- Oh… Euh… C’est… Ce n’est pas peut-être pas important.
- Hermione ?
- Ah, ce n’est pas facile, et j’ai peur de te vexer ou de te blesser.
Est-ce-que Hermione va lui avouer qu’elle a bien compris le but de cette soirée et essayer de lui expliquer doucement que ça ne pourra jamais fonctionner ? Son cœur commence à battre plus fort et elle contrôle sa respiration pour ne pas haleter devant l’autre Gryffondor, pendant que Hermione cherche ses mots. Pitié, pas maintenant, pas juste après lui avoir offert ce cadeau.

- Jasmine, il y a un autre sujet que nous n’avons pas abordé en plus de l’Eclair de Feu, même s’il est beaucoup plus récent.
- Je… Je t’écoute.
- Est-ce-que tu… serais d’accord pour… qu’on parle de te relation avec Fleur s’il te plaît ?
- Oh… OH ! C’est… Ouf.
Elle est soulagée. Ce n’est peut-être que reculer pour mieux sauter, mais elle aime l’idée de rester encore un peu à espérer.
- C’est vrai que nous n’avons jamais pris le temps d’échanger à ce sujet. Je suppose que je peux t’en parler, oui… Mais il n’y a rien d‘exceptionnel.
- S’il te plaît. C’est un événement important de ta vie, et je n’en sais rien.
- Ok. Par où commencer… Nous sommes restées ensemble pendant presque quatre semaines, à compter du Bal de Noël. C’est moi qui ai décidé de… rompre, c’est le terme je crois.
- Pourquoi ? Que s’est-il-passé ?
- Je te promets de te donner la réponse à ces questions, mais pas tout de suite. Plus tard dans la soirée.
- D’accord. Parle moi de Fleur s’il te plaît. Je ne sais presque rien des Vélanes et les livres de la Bibliothèque ne sont guère prolixes. Et Fleur ne colle pas du tout à la réputation qu’elles peuvent avoir auprès des gens comme Mme Weasley. Qui est l’ascendante Vélane dans la famille de Fleur ?
- Dans un certain sens on peut considérer que c’est sa grand-mère, mais la vérité est plus complexe.
- Je suis toute ouïe.
- Déjà, tu dois comprendre qu’il n’y a pas de réalité « génétique » au fait d’être Vélane. C’est plus une bénédiction, ou malédiction, comme les vampires ou les loups-garous. A la différence qu’on ne peut pas devenir Vélane. On l’est ou on ne l’est pas. Fleur est Vélane. Plus précisément elle est une Esprit-Vélane.
- Et sa grand-mère alors ?
- Elle est une Pure-Vélane.
- Quelle est la différence ?
- Les Pure-Vélanes sont les femmes que nous avons vues à la Coupe du Monde de Quidditch. On peut dire qu’elles sont Vélane de corps et d’esprit. Elles peuvent se transformer dans une forme aviaire, projeter des boules de feu et elles vivent longtemps, il n’est pas rare qu’elles atteignent l’âge de deux cents ans. En contrepartie, elles ne peuvent pas se servir activement de la magie comme les Sorcières. De ce côté-là, elles ont plus ou moins les mêmes capacités qu’une Cracmol : Potions, Herbologie, Créatures Magiques, Arithmancie, etc, mais rien qui ne doive être réalisé par une projection de magie comme les Sortilèges ou la Métamorphose. Elles peuvent utiliser des Runes mais ne peuvent pas charger des cristaux, et accomplir des rituels tant qu’il n’y a pas de manipulation de la Magie.
- C’est fascinant… Je me demande pourquoi ce n’est pas plus documenté.
- Les pays comme la France ou l’Italie sont bien plus riches en documents sur les Vélanes. En Autriche aussi. Le Royaume-Uni a toujours eu un souci avec l’acceptation des personnes… différentes.
- Oui, je peux le comprendre… Et les Esprit-Vélanes ?
- Les Esprit-Vélanes sont globalement des Sorcières comme toi et moi. Elles ont généralement une grande compétence en manipulation de la Magie et sont très douées en Sortilège. C’est une habileté naturelle liée à leur grande sensibilité de la Magie elle-même. Elles ont aussi une certaine affinité avec les magies liées au feu. Fleur est en plus très douée en potions et en Artithmancie, mais a des notes excellentes aussi dans toutes les autres matières. Elle est presque aussi intelligente que toi, dit-elle d’un ton léger à Hermione.
- Au moins je suis rassurée dans tes choix amoureux, répondit tout aussi légèrement Hermione.
- Ah ah, merci de ta bénédiction. Pour en revenir aux Esprit-Vélanes, elles ne peuvent pas accéder à la forme aviaire et ont une espérance de vie similaire à celle des Sorcières. Une Vélane a de plus grandes chances de donner naissance à une Esprit-Vélane qu’une Pure-Vélane. Et presque aucune chance de donner naissance à un garçon. Les garçons nés de Vélanes n’ont pas de pouvoir particulier, et ne transmettent pas la bénédiction Vélane à leurs descendantes. Les principaux points communs entre les Pure-Vélanes et les Esprit-Vélane sont leur grande beauté et leur « Aura ».

Hermione est en mode « apprenante ». Elle boit littéralement les paroles de Jasmine, et cette dernière sait qu’elle va les noter quelque part dès qu’elle aura le temps.
Soudain, les joues de Hermione commencent à rougir et elle détourne les yeux.
- Tu parles de leur Aura. Je me demande… Est-ce-que Fleur n’a pas été trop… entreprenante avec toi ?
Jasmine est perplexe deux secondes, puis comprend ce que demande son amie. Elle sent ses joues chauffer à nouveau devant les implications de la question. Elle décide qu’elles seront mieux installées sur le canapé pour la suite. Et ça lui laissera le temps de réfléchir à sa réponse. Elle se lève et invite Hermione à en faire de même. Elles s’installent dans le sofa, chacune un peu en biais pour être tournée en partie vers l’autre et par habitude, Jasmine tend ses mains que Hermione saisit. Elles ont pris l’habitude de se tenir comme ça pour les discussions sérieuses, car le contact les calme toutes les deux.

- Dis-moi Hermione, quel est le rôle de la parure de plumes des paons et des oiseaux-lyre ?
- Euh… Je ne comprends pas.
- S’il te plaît, réfléchis-y.
- D’accord, d’accord… Le rôle principal des parures des mêles de ces espèces d’oiseaux est d’attirer les femelles pour les périodes de reproduction.
- Voilà, tu as le début de réponse. Les Vélanes ne sont pas plus « entreprenantes » que les Sorcières. Leur beauté sert à attirer les hommes, et leur aura à sélectionner ceux qui ont la plus grande volonté mentale. Contrairement à ce que de nombreuses personnes croient, les Vélanes ne s’intéressent pas vraiment à la beauté extérieure de leurs compagnons. De toute façon, leurs enfants seront toujours beaux, tant les filles que les garçons. Un homme avec une forte volonté mentale aura bien plus de chances de séduire une Vélane qu’un Gilderoy Lockhart par exemple… Et les Vélanes sont farouchement monogames, et ne partageront jamais leur compagnon, même ponctuellement. Quant à leur réputation d’êtres « sensuels », d’après Fleur, ce n’est pas plus vrai que pour les Sorcières.
- D’accord je comprends. Par contre tu parles tout le temps de leurs compagnons, d’hommes…
- Parce que… Les Vélanes sont presque exclusivement hétérosexuelles. Le nombre de Vélanes préférant les femmes est proche de zéro. Et l’attitude des autres Vélanes envers elles est encore plus cruelle que ne peut l’être la société Sorcière. L’une des très rares Vélanes homosexuelles connues était la poétesse Sappho. Les autres Vélanes de son clan l’ont obligée à porter un bracelet qui la travestissait en petite femme au visage ingrat, elle ne pouvait le retirer qu’au sein de sa maison, et si aucun homme n’était présent. Elles sont même allées jusqu’à faire courir des rumeurs sur de prétendues passions envers des hommes qu’elle n’a jamais réellement eues.
- C’est… horrible ! Absolument terrifiant ! Et Fleur alors ?
- Fleur est majeure, elle est protégée par son statut de Championne du Tournoi et elle a déjà un plan de carrière qui la mettra à l’abri de son clan. Le pire qu’elle puisse subir est d’en être officiellement bannie. C’est d’ailleurs ce qui arrivera probablement. Elle espère juste qu’elles lui permettront de continuer à communiquer avec sa petite sœur, Gabrielle, qu’elle adore. Même s’il est probable qu’une fois que celle-ci aura atteint la puberté, elle rejette sa sœur par instinct.

Hermione est choquée par ce qu’elle a entendu. Dans ses yeux brille une colère semblable à celle qui anime sa croisade pour le bien-être des Elfes de Maison.
- Pauvre Fleur. Dire que je la trouvais hautaine quand elle est arrivée, je suis désolée pour elle maintenant. Tu as dit qu’elle a un plan de carrière qui la mettra à l’abri, de quoi s’agit-il ?
- Dès la sortie de l’école, elle va commencer un apprentissage en Alchimie auprès des Flamel. Ils sont d’accord pour l’accueillir dès le mois de juillet, et ont déjà commencé à s’entretenir avec sa famille pour récupérer ses affaires.
- Les Flamel ? Mais ils ne sont pas… morts, d’après le Professeur Dumbledore ?
- Non, pas encore. Boire l’Elixir de Vie permet d’arrêter de vieillir. Maintenant qu’ils n’en ont plus, ils recommencent à vieillir normalement. D’après Fleur, ils ont à peine l’air d’avoir la cinquantaine. Si on se fie à la longévité sorcière, ils ont encore quelques dizaines d’années devant eux.
- Apprendre auprès d’eux… Je suis un peu jalouse. Je n’ai jamais pu me pencher sur ce qu’était vraiment l’Alchimie.
- Ah ah, j’avais parié avec Fleur que tu serais intéressée dès que je te parlerai de tout ça.
- Tu me connais bien. Et ça veut dire que tu vas pouvoir m’en parler un peu dès ce soir.
Jasmine aime ça. Elles se connaissent, se comprennent. Elles savent ce que l’autre va faire ou penser. Ces moments où elle se sent vraiment comme une moitié que l’autre complète. Elle a juste envie de se serrer contre Hermione, de se noyer en elle et de ne plus jamais s’en séparer. C’en est presque physiquement douloureux.

- D’après ce que Fleur m’en a dit, l’Alchimie est l’étude la Magie, dans le sens plus conceptuel du terme, que ce soit à des fins de compréhension ou de conception. C’est la Branche de la Magie la plus pratiquée par les Langue-de-Plomb du Ministère. Elle demande un esprit ouvert, la volonté de toucher à tous les sujets, mais aussi beaucoup de rigueur mentale. C’est probablement le sujet le plus fascinant dont on m’ait jamais parlé à propos du monde Magique.
- Tu envisages ça comme carrière toi aussi ? Je pourrais totalement le comprendre, de ce que tu m’en dis.
- Je ne sais pas… J’ai besoin de me renseigner plus encore. Mais avec le Tournoi, je n’ai pas le temps. Et puis un niveau B.U.S.E. en Arithmancie est obligatoire au minimum pour intégrer un apprentissage en Alchimie. Je devrai prendre le cursus de rattrapage pendant mes sixième et septième années.
- Et tu penses qu’il y aura besoin de la Défense Contre les Forces du Mal ? Ça serait dommage de laisser tomber la matière qui te passionne le plus.
- L’Alchimie peut être aussi utilisée pour comprendre ou briser les Malédictions et les Sortilèges créés et utilisés par les adeptes des Arts Obscurs. Un bon niveau de DFCM peut être un réel atout. Par exemple, il y a quelques Alchimistes parmi les équipes des Briseurs de sorts de Gringotts. Il y a plusieurs manières d’envisager l’Alchimie. Ça peut être très théorique ou très pratique, ça peut être une manière de créer des Sorts, de la recherche de l’effet de combinaisons entre Sortilèges et rituels, de l’utilisation des lignes de Magie comme celles qui traversent Poudlard ou Stonehenge…
- Tu peux faire ce que tu veux ?
- Le plus souvent, l’Alchimiste est au service d’une société publique ou privée, car les recherches doivent être financées. C’est comme dans le monde Moldu.
- Les recherches peuvent alors être influencées par les desideratas de ceux qui les financent.
- Tu as compris.
- C’est le même fonctionnement dans le monde de la recherche universitaire moldue.
- Tu es intéressée par ce que je t’ai raconté ?

Hermione fait une légère moue, et parait réfléchir un moment. Jasmine sait que son amie a envisagé de nombreuses voies au fur et à mesure des années.
- Je ne sais pas. J’aimerais vraiment prendre ma place dans le monde Sorcier. J’aimerais pouvoir faire une différence, même à un petit niveau. Avec ce que j’ai appris sur les Elfes de Maison, je me suis renseignée plus globalement sur le sort des Créatures Magiques, et j’ai été choquée. Sais-tu que le Royaume-Uni a l’une des politiques les plus restrictives et rétrograde en la matière ?
- Pourquoi ne suis-je même pas étonnée ?
- C’est horrible, et désespérant. J’envisage vraiment de chercher un poste au Ministère pour essayer de changer tout ça.
- Tu es merveilleuse Hermione.
La jeune sorcière rougit sous le compliment.
- Pourquoi dis-tu ça ?
- Tu as un esprit exceptionnel, tu es une Sorcière aux multiples talents, tu pourrais contribuer à de grandes choses en matière de Magie, mais tu préfères penser au bien-être des autres d’abord. Ton abnégation fait de toi une personne merveilleuse.
- Tu sais que j’envisage aussi un Apprentissage en Sortilège ou Métamorphose, avoue Hermione en baissant la tête pour se dissimuler.
- Ça ne te rend pas moins merveilleuse. J’espère juste que cette soirée avec moi ne va pas te coller à la peau jusque dans ta recherche de poste.
- J’aurai les meilleurs scores et les meilleures appréciations possibles, ça leur clouera le bec et ils se battront pour m’avoir.

Jasmine ne doute pas des compétences de Hermione. Elle a, au cours des trois années précédentes, égalé ou battu tous les records académiques de la dernière moitié du siècle, détenus en grande partie par Lily Evans. Depuis que Fleur lui a parlé de l’Alchimie, Jasmine ne peut s’empêcher de s’imaginer travailler en duo avec Hermione. Mais elle ne veut pas influencer son amie et décide de la laisser faire ses choix librement. Elle espère juste que l’autre Gryffondor ne souffrira pas trop de la bigoterie de la Société Sorcière britannique. Elle effleure doucement la peau des mains qu’elle tient dans les sienne, et sourit à la jeune femme.

- Mais, reprend Hermione, j’aimerai vraiment en apprendre plus sur l’Alchimie.
- Veux-tu que je demande à Fleur ? Vous pourriez en parler ensemble. Et avec moi aussi, c’est un sujet qui m’intéresse vraiment.
- D’accord. C’est une très bonne idée.

Un nouveau silence, où les deux jeunes femmes se concentrent sur leurs mains, et leurs doigts qui jouent un peu ensemble. La soirée n’est pas finie, elles le savent, et Jasmine se demande si le moment n’est pas arrivé pour se lancer. Mais pendant qu’elle cherche la manière d’aborder le sujet, Hermione reprend la parole.
- Jasmine ? Peux-tu me parler de parler de Fleur et toi ? Romantiquement parlant ? S’il te plaît ?
- Oh… Je… Ce n’est pas très intéressant.
- Je ne sais rien de votre histoire. Tu me parles beaucoup d’elle, mais jamais de… vous.
- Je… Je comprends. Je suis désolée de t’avoir laissée de côté.
- Non, ce n’est pas grave. Et je sais qu’il y a certaines choses que tu veux garder secrète. Mais je suis… terriblement curieuse. Et… un peu… jalouse, je pense, parce que j’avais l’habitude d’être essentiellement la seule personne pour toi, avec Ginny, et Ron avant cette année. Et… Par Merlin… J’ai l’air d’une gamine capricieuse. C’est horrible. Oublie ce que j’ai dit. Je suis désolée.
Jasmine n’hésite pas. Elle pose sa main sur la joue de son amie pour la forcer gentiment à la regarder dans les yeux.
- Il n’y a pas de souci Hermione, dit-elle d’un ton qu’elle essaye de rendre le plus conciliant possible. Je t’assure que je n’ai rien contre le fait de t’en parler. Vraiment, je te le promets. C’est vrai que je t’ai tenue à l’écart, mais je pense que j’avais besoin de faire le point sur moi-même avant. Même maintenant, je suis encore un peu confuse. Mais je pense que tu as raison, et je suis d’accord pour répondre à tes questions. Par quoi veux-tu commencer ?
Intérieurement, Jasmine se disait que c’est peut-être un bon moyen de lancer le sujet de ses sentiments pour Hermione. Mais dans tous les cas, parler à sa meilleure amie est de toute façon une très bonne idée. Elle a confiance en Hermione.

- Par le début. Parle-moi de la demande pour le Bal ? C’est bien toi qui lui as demandé ?
- Oui, c’est moi qui lui ai demandé. Mais… ce n’était pas Fleur qui était mon premier choix.
- Oh ?
- Oui. Dès que le Professeur McGonagall a évoqué le Bal, je savais à qui j’allais faire ma demande. J’ai passé tout le reste de la journée et de la matinée à me préparer. J’ai même écrit un discours que j’ai appris par cœur, j’ai métamorphosé des fleurs des Serres de l’école en un bouquet d’une autre fleur qui signifie « Amour Secret », et toute une liste d’arguments pour la convaincre. Je voulais vraiment y aller avec elle, et en profiter pour lui parler de mes sentiments. Mais, lorsque que je suis allé étudier le terrain auprès d’elle sous la Cape pour être sûre que c’était le bon moment, je suis arrivée exactement au moment où un autre élève lui demandait de l’accompagner au Bal, et elle a répondu oui.
- Oh Jasmine, ça devait être horrible.
Hermione lui serre étroitement les mains, et Jasmine secoue la tête.
- Ça va. C’est ma faute aussi, j’aurais dû être plus rapide. Je savais que je ne serais pas la seule à m’intéresser à elle. J’étais cependant assez… dépitée sur le moment. Je suis partie vers le Lac pour me rafraichir les idées. Je n’avais même pas fait attention que j’étais toujours sous la Cape d’Invisibilité. J’ai marché un moment, et dans un endroit assez reculé j’ai vu Fleur qui lisait dans un espace qu’elle avait dégagé et sous un Sortilège de Chaleur. Elle était… paisible. Elle n’avait pas son air un peu hautain qu’elle arborait depuis son arrivée à Poudlard. Et juste comme ça, elle avait l’air approchable et… humaine. Et naturellement elle était toujours aussi belle. A ce moment, j’ai une pensée très Gryffondor qui m’a traversé l’esprit : « et pourquoi pas ? ». Je me suis éloignée sans bruit, hors de sa vue, et j’ai retiré la Cape. J’ai jeté un Sortilège de Chaleur sur moi aussi, et j’ai transfiguré les fleurs en roses blanches.
- Pourquoi des roses blanches ? interrompt Hermione.
- Ce sont des fleurs qui symbolisent la sincérité et la pureté des sentiments, même non-amoureux. Je ne pouvais certainement pas lui déclarer mon « amour secret » vu que ce n’était pas elle.
- C’est bien pensé. Tu t’es bien renseignée.
- Je voulais que ma déclaration soit parfaite. J’ai passé une heure à étudier le langage des fleurs la veille de ce jour.
- Et comment ça s’est passé ?
- Cette fois, je me suis approchée bien en vue, pour ne pas la surprendre. Je n’ai cependant pas fait de détour, j’ai essayé de garder un rythme calme en allant directement vers elle. Je crois qu’elle a été un peu surprise, et peut-être agacée, que quelqu’un découvre sa retraite. Quand elle m’a reconnue, elle a eu l’air très étonné. Je me suis avancée, et je lui ai demandé directement : « Bonjour Fleur, accepterais-tu d’être ma cavalière pour le Bal ? ». Autant te dire qu’elle a vraiment eu l’air choqué à ce moment.
Jasmine eut un petit rire à ce moment, et Hermione pareillement juste après elle.

- Elle s’est énervée un peu, et a commencé à parler en français, probablement pas des choses très gentilles. J’ai essayé de ne pas me laisser démonter, et j’ai juste attendu. Elle s’est rapidement calmée, et elle m’a demandé de la voix la plus froide du monde si c’était un pari ou une farce, et que si c’était le cas, elle allait me faire particulièrement et longuement souffrir. Je sais maintenant que les Esprit-Vélanes ne peuvent pas lancer de boules de feu, mais à ce moment j’étais persuadée que j’allais finir en cendre. J’ai rassemblé tout mon courage et je lui ai dit de la voix la plus ferme possible que ce n’était ni un pari ni une farce, et que ma demande était on ne peut plus sérieuse. Elle m’a regardé dans les yeux pendant je ne sais pas combien de temps. J’étais tellement concentrée pour ne pas lâcher son regard que je n’ai pas fait attention qu’elle s’était mise debout. Elle avait sa baguette dans la main, mais ne m’a pas menacée avec. J’ai fait un pas en avant, et je lui ai tendu les roses. Elle les a prises mécaniquement, je crois qu’elle était particulièrement déstabilisée.
- Je ne suis pas surprise. Ça a dû lui faire un choc. Surtout si elle était consciente de son orientation sexuelle, le fait qu’elle le cache mais qu’une femme vienne lui demander d’être sa cavalière pour le Bal a dû la choquer profondément.
- Tu peux le dire. Mais quand elle a fini par comprendre que j’étais sérieuse, elle m’a demandé ensuite si elle comprenait ce que ça impliquait pour moi, et pour elle. Je lui ai honnêtement répondu que je ne pouvais probablement pas envisager toutes les complications, mais qu’au point où j’en étais vis-à-vis du monde Sorcier, ils pouvaient tous aller se faire deux œufs si ça ne leur plaisait pas. De toute façon, rien de ce que je faisais n’était assez bien pour eux. Elle a pouffé une fois, puis a éclaté de rire. Je crois que c’est la première fois que je la voyais autant se relâcher. Elle s’est essuyée les yeux, et a serré un peu le bouquet de fleurs contre elle. Elle a respiré profondément plusieurs fois pour se reprendre. Puis elle m’a dit qu’elle avait besoin d’y réfléchir et qu’elle me donnerait sa réponse le lendemain. Je n’ai pas insisté et lui ai juste dit « d’accord », « merci » et « au revoir », et je suis partie en essayant toujours de rester calme. Je crois que c’est une fois devant les portes du château que j’ai commencé à paniquer… C’était probablement l’une des choses les plus folles que j’ai faites, après sauter sur le dos d’un Troll et affronter un Dragon avec un balai.
- Tu es… impressionnante. Mais je devine que tu n’as probablement pas pensé à toutes les conséquences possibles et surtout ses réactions avant de te lancer.
- Je me suis dit que, quitte à échouer dans mon projet initial, autant échouer avec panache.
- Les Gryffondor chargent toujours devant.

Les deux jeunes femmes se sourient. Jasmine sait que derrière ses grandes réflexions et ses appels à la logique, Hermione cache aussi un cœur de guerrière. Et qu’il ne fait pas bon de se mettre sur sa route quand elle a un objectif en tête.
- Je devine que sa réponse a été positive, vu que vous étiez ensemble pour le Bal.
- Elle m’a avoué plus tard qu’elle a passé trois heures à rejouer la scène pour trouver la moindre faille et la moindre raison de ne pas me faire confiance. Oui, elle est venue me voir le lendemain après le repas de midi. Tu étais repartie à la Bibliothèque pour faire des recherches sur l’Œuf avant le cours de Runes Anciennes. Elle m’a dit qu’elle acceptait, et elle aussi avoué qu’elle était impressionnée. Ça m’a tellement fait plaisir que j’ai eu une impulsion et je l’ai invitée à passer la journée du samedi matin ensemble à Pré-au-Lard, pour que nous discutions et apprenions à nous connaître. Je lui ai fait découvrir le village et quand nous sommes passées devant un fleuriste, elle m’a parlé des corsages assortis. Je ne connaissais pas cette pratique, et j’ai trouvé ça sympathique. Nous avons réservé deux petits bouquets de roses blanches pour le Bal. Ils ont été livrés par hibou le matin.
- J’ai trouvé que c’était une excellente idée. Oh, et la tête du Professeur McGonagall quand tu es arrivée avec moi à ton bras. Je ne sais pas ce qui lui a traversé l’esprit, mais ça devait être épique.
- En même temps, j’avais la plus jolie Sorcière du château à mon bras.

Hermione passe d’une légère rougeur due à l’alcool à une rouge rivalisant avec les couleurs de Gryffondor en quelques secondes. Complimenter Hermione sur son apparence pour le Bal a toujours le même effet, même deux mois après. Mais Jasmine n’a pas besoin de se forcer. Elle a trouvé Hermione magnifique, comme un papillon qui serait sortie de sa chrysalide. Et même si elle avait déjà perçu depuis longtemps que son amie est une belle jeune femme, la révélation faite à tout le château ce jour-là reste un des plus beaux moments de sa vie de Sorcière. Elle a ressenti par procuration un intense sentiment de vengeance en voyant tous ceux qui avait dénigrée son amie rester bouche bée devant elle.
- Mais le professeur a été encore plus interloquée quand elle m’a vue te conduire à Viktor Krum. Ensuite, elle a commencé à me faire cette remontrance comme quoi nous allions être en retard si mon cavalier et celui de Fleur ne se montraient pas, et qu’il était hors de question que je sois au Bal sans cavalier…
- Tu ne l’as même pas regardée pendant qu’elle parlait ; tu aurais pu être un peu plus respectueuse.
- Désolée, j’étais en train de me concentrer pour ne pas me couvrir de ridicule face à Fleur et à tous les spectateurs. La moitié du château était encore là à nous regarder en espérant deviner qui allait m’accompagner pour cette fichue comédie.
- Je sais, je sais. Désolée. Tu sais que j’ai tendance à toujours monter au créneau quant au respect pour les professeurs. Mais j’avoue que j’ai failli éclater de rire en voyant la tête du Professeur quand tu t’es inclinée devant Fleur en lui tendant le corsage. Et quand elle a tendu le bras pour que tu lui mettes, j’ai cru que le Professeur allait s’étouffer car elle semblait avoir oublié de respirer. Mais moi-même je n’en menais pas large. Tu avais refusé de me dire qui allait t’accompagner, et ça a été un choc presque aussi grand que lorsque ton nom est sorti de la Coupe de Feu.
- Je crois que tout le château était sous le choc. Fleur et moi en avons ri encore des jours après. Il n’y avait plus un bruit pendant quelques secondes, même les fantômes s’étaient arrêtés. Mais rendons honneur au Professeur McGonagall, elle s’est remise très vite avant de nous annoncer pour l’ouverture de la soirée. Même si je crois que si un regard pouvait brûler, j’aurai fini en cendre…
- Nous n’avons pas eu beaucoup d’interactions pendant le Bal…
- Je suis désolée. La soirée était un peu pesante pour elle et moi. Nous savions que nous allions être la cible des regards et des commentaires, mais même en le savant à l’avance ça n’en était pas plus agréable ; et après quelques danses nous avons décidé de nous isoler. Je l’ai accompagnée dans les jardins, et nous nous sommes promenées pendant une petite demi-heure je crois. Une fois que nous avions quitté l’ambiance étouffante de la Grande Salle, nous nous sommes senties bien mieux. Nous entendions encore la musique au loin, et avons même dansé dans la neige. C’était très amusant. Fleur avait jeté un Sortilège pour nous réchauffer et moi un autre pour imperméabiliser nos chaussures et nos robes. Nous nous sommes encore plus éloignées, car Hagrid et Madame Maxime sont venus conter fleurette non loin de nous. Nous sommes arrivées dans un endroit calme, loin des lumières et de la musique. Elle a invoqué une petite boule de feu qui flottait devant nous, et j’ai trouvé ça fascinant…

Elle s’arrête là, rougissant un peu à l’avance de ce qui va suivre. Hermione semble passionnée par le récit et la pause lui fait froncer les sourcils.
- Et ensuite ?
- Nous… Nous sommes embrassées.
Hermione lâche un petit cri en serrant fortement les mains de Jasmine.
- Oh, votre premier baiser ! C’est adorable.
- C’était littéralement notre premier baiser à toutes les deux. Elle a posé sa main sur ma joue, et m’a demandé « puis-je ? », et j’ai juste hoché la tête, je ne pouvais pas parler. Elle s’est penchée vers moi et elle a posé ses lèvres contre les miennes. Nous sommes restées comme ça pendant quelques secondes avant que l’une d’entre nous commence à bouger un peu les lèvres. C’était… agréable, bizarre et… révélateur. Je savais désormais que j’étais complètement… lesbienne.
Ok, deux verres d’alcool sont probablement sa limite, elle n’a jamais osé prononcer le mot même dans ses discussions avec Fleur. Elle sent ses joues chauffer et ose à peine lever les yeux vers Hermione. Celle-ci ne semble pas particulièrement choquée, mais surtout pensive.
- Je lui ai demandé ce que ça faisait d’embrasser une « petite fille », et elle a ri. Elle m’a répondu qu’il fallait qu’elle recommence pour être sûre. Et ensuite c’est moi qui ai initié le troisième baiser… J’ai perdu le compte après, mais nous avons vite pris de l’assurance.
- Je peux le comprendre. Elle n’avait jamais vraiment embrassé personne avant ?
- Non, j’étais sa première.
- Je pense que la plupart des gens seraient surpris. Mais compte tenu de ce que tu m’as déjà expliqué sur les Vélanes, je peux en fait tout à fait le comprendre. Continue, désolée.
- La suite est assez simple. Comme tu le sais, en public nous avons essayé de rester discrètes et de ne pas avoir de gestes d’affection autre qu’amicaux. Nous profitions surtout de sa chambre privée dans le carrosse et parfois d’une des salles de classe inutilisées du château. Mais avec la préparation au Tournoi, les cours et les regards permanents des autres élèves, nous n’avons pas eu énormément de moments juste pour nous deux. Et je voulais continuer à passer du temps avec toi, et Ginny.
- C’est gentil. Je regrette que vous n’ayez pas pu en profiter cependant.
- Ne t’inquiète pas. Nous avons quand même eu nos moments à nous. Nous avons beaucoup parlé. Et nous avons beaucoup appris sur nous-mêmes. Je me sens plus sûre de moi, et je sais que je ne mentirai pas plus tard. Je suis… homosexuelle. Mais je suis aussi énormément d’autres choses. Et Fleur aussi. Et nous le prouverons au monde.

Dans le regard de Hermione, elle voit toute son admiration et son soutien, et ça lui réchauffe le cœur. Comment fera-t-elle sans elle ? Elle ne peut pas la perdre.
- Jasmine, j’ai une dernière question concernant ta relation avec Fleur.
- Vas-y.
- Elle est un peu gênante… Jusqu’où vous êtes allées toutes les deux… physiquement parlant ?
- Oh, euh… comment dire…
- Tu n’es pas obligée de répondre, désolée.
- Non, ça va. Nous n’avons rien fait sous la ceinture. Mais… nous… je…
- Oui ?
- Je… Jeluiaidonnéunorgasme, dit-elle très rapidement.
Hermione ouvre de grands yeux.
- Pardon ? Peux-tu répéter s’il te plaît, j’ai mal compris ?
- Je…
Jasmine prend une grande inspiration.
- Je lui ai donné un orgasme.
- Mais… Mais… tu viens de dire que vous n’aviez rien fait… à cet endroit !
- Et je te promets, je ne l’ai pas touchée… là. C’est juste… Oh, Morgana, c’est difficile à raconter. Promets-moi que tu ne diras rien à personne, même à Fleur ou Ginny !
- Je te le promets.
- Hem… C’était quelques jours avant la… rupture. Nous étions sur le petit canapé de sa chambre. J’étais à cheval sur ses genoux pour compenser la différence de taille pendant les baisers et nous… nous avions déboutonné nos chemises. Nos mains étaient un peu… baladeuses. Et j’ai commencé à l’embrasser le long du cou et il y a eu un endroit où ses réactions m’ont montrée qu’elle était… réceptive. Et j’ai commencé à insister là, pendant que mes mains étaient sur… sa poitrine. Elle a arrêté de me caresser et a commencé à respirer de plus en plus fort, et j’ai continué à l’embrasser à cet endroit, et à lui toucher… ses seins… directement. Au bout d’un moment elle s’est tendue en poussant un cri et m’a serrée contre elle en respirant fortement. C’était… bizarre, excitant, adorable.
A ce moment, en se rappelant ce qui était arrivé, Jasmine a le souffle un peu court et les joues chaudes. Quand elle ose croiser le regard de Hermione, elle est un peu choquée. Les pupilles sont plus dilatées que d’habitude et elle peut la voir se mordre la lèvre plus violemment qu’à son habitude. Son récit semble avoir fait un peu d’effet. Elle laisse passer un moment pour se calmer, avant de continuer.

- Nous sommes restées un moment juste comme ça, et puis nous avons ri doucement. Je crois que c’est elle qui a commencé. Nous avons ensuite passé le reste du temps à en discuter. Je crois qu’elle était encore plus choquée que moi de sa réaction. C’est ce que j’apprécie le plus avec Fleur. Elle prend le temps de parler, elle aime comprendre et échanger. Elle et moi avancions à notre rythme et nous avions à peu près le même bagage de départ, c’est-à-dire rien. C’est vraiment enrichissant. J’aimerais vraiment que tu apprennes à la connaitre comme tu le fais avec Viktor, je suis certaine que tu serais tout autant enthousiasmée par ce qu’elle a à échanger. Elle me fait vraiment penser à toi par certains côtés.
Jasmine se met un coup de pied mental. Pour la subtilité, il faudra repasser. Elle vient juste d' avouer que son ex et son amie son semblables. Si avec ça, Hermione ne comprend pas… Cette dernière reste pensive, puis resserre ses mains autour de celles de Jasmine.
- Pourquoi… Pourquoi as-tu quitté Fleur ? De tout ce que tu me racontes, je ne vois aucune raison pour que votre couple de fonctionne pas. Vous semblez aller tellement bien ensemble…

Jasmine reste silencieuse un moment. Elle ne peut plus revenir en arrière, elle ne peut plus chercher à gagner du temps. La soirée est bientôt terminée, et elles commencent à être fatiguées, par le repas, par l’alcool et parce qu’il est tard. C’est maintenant ou jamais. Mais elle ne peut pas encore parler. Les mots ne viennent pas facilement. Elle commence à être frustrée de sa propre attitude. Alors qu’elle commence à froncer les sourcils, elle sent une brève pression sur ses mains, et relève la tête. Hermione est toujours là, et la regarde avec une profonde tendresse, et une absolue confiance. A cet instant, Jasmine sait que même si sa déclaration n’est pas acceptée, même si Hermione lui brise le cœur, elles seront toujours amies. Elle prend une grande inspiration et se met à parler.
- Tu as raison, Fleur et moi c’était… bien. Et même génial. Mais je ne pouvais pas continuer comme ça… J’avais... J’avais l’impression de la tromper.
- De la tromper ?
- J’étais… Je suis amoureuse d’une autre femme, et… tant que cette situation n’est pas… résolue, dans un sens ou dans l’autre, je ne pourrai pas essayer d’être heureuse avec quelqu’un d’autre sans arrière-pensée.
- C’est très noble de ta part. Fleur l’a compris ?
- Oui, je pense. Elle m’a dit de suivre mon cœur et… qu’elle serait là pour moi si besoin, si… mes sentiments n’étaient pas retournés. Je sais que je peux être heureuse avec Fleur, malgré les obstacles à venir. Mais je sais aussi que je pourrai l’être encore plus avec… avec elle.
- C’est la jeune femme que tu voulais inviter au Bal ? questionne doucement Hermione, si bas que Jasmine l’entend à peine.
Elle hoche la tête.
- Quelle est la signification du Gardénia, Jasmine ? demande son amie, toujours sur le même ton doux.
Elle fixe son regard dans les yeux de Hermione, elle n’a pas le droit de flancher. C’est le moment.
- Le Gardénia signifie « amour secret ».

Elles se fixent du regard un long moment. Hermione n’a même pas tressailli, Jasmine comprend définitivement que son amie l’a percée à jour depuis une bonne partie de la soirée, si ce n’est même avant. Le fait qu’elle ne fuit pas est bon signe, non ? Hermione détourne la tête quelques secondes, en prenant de longues inspirations, puis la regarde à nouveau.
- Ça n’aurait pas marché, Jasmine.
- Ça... quoi ? dit-elle d’une voix tremblante, essayant de ne pas céder au désespoir.
- La demande pour le Bal. J’aurais refusé, je t’aurais fait du mal.
Jasmine commence à lutter contre les larmes, elle commence à trembler. Les mots de Hermione la transpercent comme des aiguilles. Elle fait un geste pour retirer ses mains, mais elles sont fermement retenues. Elle pense à fuir, courir loin, se perdre dans la Forêt Interdite. Ou retourner au carrosse de Beauxbâtons et pleurer tout son saoul dans les bras doux et chauds de Fleur. Oh que ça fait mal, encore plus qu’elle ne pouvait l’imaginer. Hermione reprend d’une voix un peu tremblante.
- Jasmine, s’il te plaît, écoute-moi. Fais-moi confiance.
Elle renifle un peu et se force à relever la tête. Elle peut le faire, pour Hermione. Hermione ne lui fera jamais de mal volontairement. Elle est la personne en qui elle a une confiance absolue. Si un jour elle ne peut plus faire confiance à son amie, autant qu’elle abandonne tout.

- Tu serais venue me voir à un moment où je n’étais pas préparée. Je n’avais pas connaissance de… ta… tes préférences. Je n’aurais pas compris, et tu sais à quel point je peux paniquer devant des situations qui échappent à mon contrôle. J’aurais découvert à ce moment que ma meilleure amie, celle dont je croyais tout savoir, et dont je croyais aussi que je pouvais deviner touts les gestes, me cachait un secret qui était une part immense de sa vie. Je me serais demandé comment je n’avais pas pu le voir. J’aurais pensé que tu étais plus distante que je ne le pensais. Et j’aurais probablement très mal réagi. Je t’aurais critiquée, je t’aurais peut-être crié dessus, je me serais sentie trahie. Quand je t’ai vue avec Fleur au Bal, je me suis sentie trahie aussi, mais c’était plus facile pour moi, car je n’étais pas directement concernée. A ce moment, tu n’attendais rien de moi, enfin pas comme je le croyais en tous cas. Oh Jasmine, je t’aurais tellement faite souffrir, notre amitié n’aurait probablement jamais été la même après.
Hermione prend une petite pause, pour souffler après sa tirade. Jasmine s’est calmée. Bien sûr que Hermione a raison. Et elle s’en veut de ne pas avoir envisagé tout ça. Elle sait que Hermione déteste être prise à l’improviste. Mais elle avait tellement envie d’aller au Bal avec elle, qu’elles aillent plus loin ensemble qu’elle n’avait pensé qu’à elle. Jasmine est tellement en colère contre elle-même.
- Il m’aurait fallu du temps pour tout comprendre et je me serai éloignée… et ça m’aurait fait mal à moi aussi. Il n’y aurait peut-être plus jamais eu de Hermione et Jasmine. Plus de Lily Jean, comme le dit si bien Ginny.

Jasmine craque. Elle se précipite dans les bras de Hermione et se met à pleurer. Elle pleure sur ce qu’elle voit comme un rejet, elle pleure sur sa stupidité, sur le risque inconsidéré qu’elle a fait courir à la relation la plus chère et précieuse qu’elle peut avoir dans ce monde qui peut être si cruel avec elle, elle pleure pour son cœur qui se fissure à chaque inspiration un peu plus. Et elle reste là, dans le confort des bras qu’elle connait tant, dans cette odeur qui mélange le shampoing à la menthe et le parchemin et qui la rassure. Hermione ne dit plus rien, et se contente de lui caresser les cheveux gentiment en attendant que les sanglots s’apaisent. Arrive un moment où la respiration de Jasmine est plus calme, où elle ne pleure plus. Ses reniflements ne sont guère gracieux, mais elle ne bouge pas, la tête posée sur l’épaule de Hermione, cette épaule qu’elle connait si bien. La main apaisante de Hermione continue ses va et vient sur sa chevelure. Elle finit par se redresser à contrecœur. Hermione attrape une serviette sur la table et lui essuie tendrement le visage. Jasmine ferme les yeux et se laisse faire. Hermione lui tend une autre serviette pour qu’elle se mouche, et elle s’exécute. Au diable le glamour à ce moment.
- Hey Jasmine, ça ira ? J’ai encore plusieurs choses à te dire, mais si tu veux ça peut attendre demain.
- Non, non, ça ira. Je suis désolée…
- Il n’y a pas de quoi. Tu as énormément de choses sur les épaules, et émotionnellement, c’est très difficile à gérer pour toi, je le comprends.
- Merci, Hermione. Tu es un ange.
- Et toi une héroïne.
Ça fait longtemps qu’elles ont arrêté de protester sous les compliments qu’elles se font. Même si elles ne les acceptent pas, elles ont convenu que ça fait plaisir à l’autre de les dire, donc elles sont d’accord pour ne pas être d’accord.

- Heureusement que j’ai écouté les conseils de Lavande sur les maquillages résistants.
Elles rient un peu toutes les deux, allégeant d’un chouïa l’atmosphère.
- Jasmine, le soir du Bal, pendant que la soirée se déroulait, je me suis dit que j’allais laisser passer quelques jours et que nous pourrions en parler, à tête reposée. Mais entre l’Œuf, Viktor, Fleur, nous n’avons jamais eu le temps et la tranquillité pour ça. Tu as été franche avec moi toute la soirée, et je vais l’être à mon tour. J’étais jalouse. Je sais qu’il y a Viktor, mais je ne partage pas avec lui ce que tu as avec Fleur. Même encore aujourd’hui, alors que vous avez rompu, vous continuez de vous voir, et il y a une chaleur réelle entre vous. A un moment, j’avais peur qu’elle ne me remplace en partie. C’était… stupide, irrationnel, illogique. Mais je ne pouvais pas m’en empêcher.
Hermione a froncé les sourcils pendant son discours, et elle s’arrête brusquement. Elle prend quelques inspirations pour se contrôler.

- Est-ce-que je t’ai déjà dit comment mes parents se sont rencontrés ? demande son amie.
- Non, répond Jasmine perdue par le changement de sujet. Je suppose que c’est à l’université de médecine peut-être ?
- Non, pas vraiment. Ma mère a deux ans de plus que mon père, ils ne se croisaient pas vraiment là-bas. Ils se sont rencontrés grâce à mes tantes. Tante Anne est la petite sœur de mon père et tante Emily est la petite sœur de ma mère. J’ai aussi un oncle, Richard, le petit frère de mon père qui a un an de plus que ma tante Emily, mais il ne nous intéresse pas pour cette discussion. Tante Anne et Tante Emily ont le même âge, à deux jours près. Anne a étudié les sciences physiques et est enseignante à l’université ; Emily est mathématicienne et elle travaille pour l’Agence Spatiale du Royaume-Uni. Elles ont commencé l’université au sein d’un premier semestre commun, avant la spécialisation. Elles se sont assises le premier jour côté à côte. Et dix jours plus tard… elles s’embrassaient. Six mois plus tard, elles invitaient leur fratrie respective à un déjeuner pour leur coming-out, et c’est à ce moment que ma mère et mon père se sont rencontrés. Elles sont toujours en couple de nos jours. Elles adorent me raconter cette histoire. Naturellement, elle est plus longue et compliquée que ça, mais ce qui importe c’est que je veux que tu comprennes que je nuis suis pas… étrangère à l’homosexualité.
Jasmine ouvre de grands yeux. Hermione ne lui parle pas souvent de sa famille, essentiellement parce qu’elle ne veut pas blesser la jeune orpheline forcée de vivre dans une famille qui la déteste. Cette révélation la laisse pantoise. Une pensée fulgurante la traverse, elle voudrait rencontrer les tantes de son amie, voir des femmes qui ont réussi à vivre leur amour et leur carrière. C’est vivifiant et rassurant à la fois.

- J’ai beaucoup repensé à mes tantes ces deux derniers mois. Et à ce que tu vivais avec Fleur. Comme tu l’as dit, vous avez été très discrètes, mais l’affection entre vous ne pouvait être cachée. Et je me prenais à vous imaginer ensemble, vous tenir la main, discuter l’une contre l’autre, vous embrasser, vous… J’ai pensé au fait d’aimer une femme, ce que ça impliquait. Et surtout je me suis posé la question : puis-je moi-même aimer une autre femme ? Pendant un moment, cette question a tourné dans ma tête…
Jasmine a du mal à respirer. Les mots de Hermione l’étouffent un peu, parce qu’ils peuvent vouloir dire tellement de chose. Les sentiments d’espoir se mêlent à la peur. Hermione change à nouveau de sujet.

- Qu’attendais-tu de cette soirée, Jasmine ? Pourquoi as-tu mis autant de temps et d’énergie pour l’organiser ?

Maintenant.

- Je voulais te séduire.

C’est dit.

- Tu es la femme que j’aime. Depuis près d’un an. Depuis que je t’ai vue pleurer et te réfugier dans ton lit, et que je suis venue te consoler et que nous avons mis de côté cette histoire avec ce fichu balai. Mais en fait, probablement depuis encore plus longtemps. Depuis que j’avais ce vide en moi pendant que tu étais pétrifiée à cause du Basilic. Depuis que je t’ai laissée derrière ce mur de flammes pour affronter le Voldemort et le Professeur Quirrel. Depuis que j’ai sauté sur le dos de ce Troll pour cette jeune femme qui, sans que je ne lui demande rien, sans qu’elle ne demande rien en échange, m’a réparé mes lunettes dans le Poudlard Express, dans un des premiers gestes de gentillesse qu’on ne m’ait jamais offert et dont je puisse me souvenir. Tu es une femme exceptionnelle Hermione. Tu es forte, courageuse, et surtout tu es ma boussole morale. Tu es la raison pour laquelle je veux encore être une Sorcière, et quand je suis dans le noir, que j’ai peur et que je me perds, je pense à toi et à ce que tu ferais.
Les larmes commencent à briller dans les yeux de l’autre femme.
- Mais surtout, je veux moi aussi être là pour toi. Je veux te rendre heureuse, je veux t’assister, t’appuyer, te pousser, te tirer. Je veux être avec toi dans tes projets, je veux te tenir la main juste parce que je le peux. Je veux te couvrir de baisers qui te feront rougir et sourire. Je veux que dans dix, vingt ou trente ans, et même plus encore, on continue d’être ensemble, assises sur un canapé au coin d’une cheminée, appuyée l’une contre l’autre, toi perdue dans un livre, et moi perdue à t’observer. Parce que même dans si longtemps, je te trouverai encore belle et fascinante. Je ferai des erreurs, et peut-être toi aussi. On se disputera, et on devra surmonter un nombre infini d’épreuves, et encore plus parce que nous sommes deux femmes. Mais je veux que tu saches que, si tu m’accompagnes dans cette aventure, je ne te lâcherai jamais.

Elle s’arrête là, un peu essoufflée, elle s’est laissée emporter par sa passion. Mais elle se sent fière. Elle a dit tout ce qu’elle avait sur le cœur à la femme qu’elle aime. Et elle se sent bien mieux maintenant, soulagée. Hermione a quelques larmes qui coulent, et ses mains tremblent. Mais ses lèvres affichent un sourire qui lui ne vacille pas. Elle ouvre la bouche :
- D’accord.
- D’accord ?
- D’accord. Je… veux tout ça. Je… te veux. Mes sentiments ne sont pas aussi clairs que les tiens, mais je sais que sans toi, je n’y arriverai pas. Je sais que je suis tout à fait capable de tomber amoureuse de toi, si je n’ai pas déjà commencé. Je sais que de te voir avec Fleur n’était pas agréable, que je voulais être celle qui te ferait sourire ainsi. J’étais confuse, je le suis probablement encore un peu, et je vais te demander d’être patiente avec moi. Je… tout comme toi avec Fleur, c’est ma première relation amoureuse. Mais je veux apprendre… Je veux apprendre avec toi. Pour toi. Par toi.
Le corps de Jasmine est proche de la combustion. Elle sent la joie qui la traverse de part en part, et qui s’enroule autour d’elle comme une flamme. Elle est persuadée qu’à ce moment elle pourrait réchauffer tout le château. Son cœur menace de s’enfuir de sa poitrine, et elle n’arrive même pas à formuler ses mots. Finalement, elle parvient enfin à poser une question, un chuchotement un peu haché :
- Est-ce-que je… peux t’embrasser ?
Hermione a une soudaine inspiration, mais ne recule pas. Un murmure.
- Oui.

Elles sont hésitantes. Les lèvres de Hermione sont différentes de celles de Fleur. Plus fines, plus fermes. Moins curieuses, pour le moment en tous cas. Le baiser a un goût de sel, et de pommes, et framboise. Elles ne vont pas plus loin, ça ne dure que quelques secondes. Mais elles en ont le souffle coupé. Jasmine pose son front sur celui de Hermione.
- Je t’aime. Je t’aime. Je t’aime. Je pourrai te le dire mille fois.
- Montre-le-moi, encore une fois, s’il te plaît.

Le second baiser est à peine plus appuyé. Elles se découvrent encore, hésitantes, légères. Il ne dure pas plus longtemps que le premier, mais quand Jasmine recule un peu, Hermione s’avance à nouveau et initie le troisième. Elles finissent par se séparer après celui-là, et se mettent à rire légèrement.
- Hermione, je sais que c’est horriblement cliché comme situation, mais… Accepterais-tu d’être ma petite amie ?
- Bien sûr que oui, Jasmine.
- Cool. Complètement cool. J’ai l’impression d’être quelque part entre les étoiles et le ciel. Oh par Merlin. Je n’arrive pas y croire. C’est… génial. Je veux dire, ça fait tellement…
Elle est coupée par les doigts de Hermione qui se posent sur sa bouche.
- Tu es adorable. Et moi aussi je me sens… cool.
Elle embrasse le bout des doigts avant de saisir la main pour la déplacer sur sa joue.

- Et maintenant ?
- Maintenant, nous rangeons tout ça, et nous allons repartir au château. Nous avons cours demain. Et le couvre-feu est déjà passé depuis un moment.
- Hermione ?
- Oui ?
- Je sais que ça fait bizarre que ça soit moi qui demande ça, surtout après mon discours de tout à l’heure, mais… acceptes-tu que nous gardions notre relation discrète, comme je l’ai fait avec Fleur ? Honnêtement, je pense que ça sera plus facile. Ils ne peuvent pas nous critiquer ouvertement s’il n’y a pas de preuves publiques. Nous pouvons être proches, ils peuvent complètement se douter surtout après ma demande pour la St-Valentin, mais… ça va être déjà très difficile, alors je me dis que nous pourrions garder encore un moment tout ça pour nous deux. Et nos amis. Je pense que nous pouvons le dire à Ginny. Et Fleur. Et que penses-tu de Viktor ?
- Je suis d’accord. Pour Ginny et Fleur. Et pour rester discrète. Au moins jusqu’à ce que nous soyons assez expérimentées pour pouvoir se protéger, contre les attaques physiques, magiques ou psychologiques. Par contre, je ne suis pas sûre pour Viktor. Il n’a jamais fait une seule remarque sur Fleur et toi, ni même quand il a appris que j’avais accepté d’être ta Valentine. Mais je ne sais pas s’il sera réellement un soutien. Je pense plutôt qu’il est… non concerné. Viktor est une personne terriblement déterminée, et ce qui ne concerne pas ses buts ne l’intéresse pas.
- D’accord. Tu le connais bien mieux que moi. Nous rangeons ?

Un dernier baiser, léger et à peine frôlé, et c’est les joues toujours rouges que les jeunes femmes commencent à ranger les accessoires et couverts dans les paniers. Sirius s’occupera d’annuler les différentes métamorphoses et récupèrera la radio, un cadeau de Noël que lui a fait Jasmine. Cette dernière retire les différents jeux de runes, et aussitôt la température commence à baisser. Elle termine par les appliques et les plonge dans le noir, et Hermione allume sa baguette d’un Lumos murmuré. Elles s’appliquent un sortilège de Chaleur et s’enveloppent de la Cape d’Invisibilité. Jasmine est encore plus consciente qu’avant de la présence du corps de Hermione, et elle sent une légère différence dans leur position. Elles sont un peu plus proches, et elle sent que Hermione l’invite à se presser un peu plus contre elle. Le bras de son amie lui attrape la taille, hésitant, et elle saisit aussitôt la main pour l’empêcher de se retirer. Elles laissent les paniers dans le tunnel sous le Saule Cogneur, où les Elfes pourront venir les chercher, et elles retournent au château après une soirée fabuleuse, et la routine et les remarques vont revenir dès demain, mais Jasmine sait que désormais elle aura des petits moments de bonheur qu’elle volera avec Hermione. Et qu’importe ce qu’il y aura au fond du lac, ou ce que sera la Troisième Tâche, ou encore ce que prévoit l’ombre de Voldemort. Jasmine a Hermione, et des amies fidèles, et l’avenir devant elle. Et qu’importe les obstacles, elles les vaincront.

Plus tard, Jasmine sauvera Ginny et la jeune sœur de Fleur du fond du lac, tandis que Hermione sera récupérée par Viktor. Mais c’est à son cou que sa petite amie se jettera quand elle sortira des eaux, juste avant que Fleur ne le fasse aussi. Quand elle assistera à la Résurrection de Voldemort, c’est la pensée de Hermione qui lui donnera la force de se battre pour revenir vers. Elles voyageront à quatre sous la tente pour chercher les Horcruxes, avec Fleur et Ginny, tandis que Neville, Ron et Luna mèneront une Résistance héroïque à Poudlard. La Bataille de Poudlard apportera son lot de deuil, mais les quatre jeunes femmes se retrouveront à la fin. Sirius aidera Tonks à élever l’enfant de Remus. Fleur retournera finir sa dernière année d’apprentissage auprès des Flamel. Ginny entamera une carrière d’Auror à temps partiel, tout en jouant comme Attrapeuse pour la réserve des Harpies de Holyhead, et jonglera des années entre ses deux carrières. Hermione optera finalement pour l’Alchimie et accomplira son Apprentissage avec les Langue-de-Plomb. Jasmine quant à elle sera l’Apprentie d’une Alchimiste de Gringotts. Fleur travaillera initialement pour la branche française de la Banque des Sorciers, et les rejoindra rapidement en Angleterre. Jasmine continuera ensuite comme Alchimiste à plein temps pour Gringotts aussi et Hermione préfèrera travailler en indépendante, réalisant ses propres recherches tout en acceptant des demandes de divers organismes (et refusera plusieurs fois par an pendant des années d’intégrer les Langue-de-Plomb).

La société Sorcière britannique aura beaucoup de mal à accepter la relation des deux jeunes femmes, et des années plus tard elles seront toujours pointées du doigt par une part conséquente de la population, même après leur union au cours d’une célébration d’Imbolc dix ans après la Bataille de Poudlard, présidée par Gabrielle Delacour qui n’aura jamais rejeté sa sœur et ses amies, envers et contre son clan de Vélanes. Cependant, sous leur impulsion, avec l’aide de Sirius, et à la suite de leurs grandes réalisations tant contre Voldemort que comme Alchimistes, quelques lois anti-discrimination commenceront à voir le jour et les mœurs changeront petit à petit.

FIN


Bonus :
Le lendemain de l’anniversaire (et de la folle soirée en cet honneur) des dix-sept ans de Ginny, Fleur est réveillée avec une légère gueule de bois par quelqu’un frappant à la porte de sa chambre du petit cottage loué par Hermione et Jasmine. Essayant de rassembler ses idées, elle ouvre la porte derrière laquelle l’attend la jeune femme dont la fête est responsable de son début de migraine. Cette dernière, injustement fraîche et disposée, lui tend un bouquet de fleurs de Lys blancs en lui disant en français avec un accent adorable :
- Bonjour Fleur Isabelle Delacour, j’ai décidé de te faire la cour. Es-tu disponible pour un dîner ce soir ?
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.