S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Concours - HPFanfic


D’ici 7 jours, MaPlumeAPapote et ChrisJedusor lanceront un concours où vous devrez parler d’une invention magique ! Les aurors ont d’ailleurs besoin de vous pour retrouver des brevets qui se trouvaient au ministère de la Magie mais qui ont été volés par un inventeur fou !

Le concours se déroulera sur plusieurs mois et en trois rounds. La créativité , dans votre fanfiction, sera de mise ! Votre premier écrit s’appuiera sur la réflexion. Ensuite, le deuxième texte se basera sur la création d’un sortilège, d’un objet, d’une potion ou du développement d’une étude magique. Le troisième se basera sur les résultats.»

Le début de cette aventure, en tant qu’auror stagiaire, est ouvert à tous. Vous pourrez dès lors encore vous inscrire après le début du premier round si une idée vous vient, en retard, à l’esprit ! En effet, la rédaction de votre écrit, lors de la première tâche, sera étalée sur trois semaines ! Le concours débutera officiellement le 30 janvier 2022 à 00h00. Lors de votre inscription, vous devrez choisir un niveau de difficulté qui corsera un peu plus votre aventure via des contraintes.
Intéressés à partir en mission en tant que jeune auror ? Venez rejoindre le ministère de la Magie ! Le portoloin, c’est par là ! !
Bonne chance, futurs cadets !


De le 23/01/2022 00:11


119ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 119e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 28 janvier à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De Équipe des Nuits le 22/01/2022 10:04


Bonne année HPF !


Bonne année !

Image

L'Équipe de Modération d'HPFanfiction vous souhaite une belle année 2022 !
Qu'elle soit meilleure que les précédentes et qu'elle vous apporte ce que vous souhaitez : en particulier, de belles lectures et plein d'inspiration pour l'écriture.

Si vous souhaitez vous fixer de bonnes résolutions, plein de projets fourmillent sur le forum : le Janvier Review dont on vous a déjà parlé, le Jeu des Neuf Familles pour vos lectures de romans, BD et autres formats, Mon Défi Écriture et Mon Défi Lecture... Il y en a pour tous les goûts !

Bonne continuation sur HPF !


De Equipe de modération HPFanfiction le 06/01/2022 17:24


27éme édition des Nuits Insolites


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 27e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 7 janvier à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De L'équipe des Nuits le 02/01/2022 21:01


Sélections du mois


L'équipe de Podiums vous souhaite une très bonne année ! ♥


Félicitations à Amnesie, Lyssa7 & Fleur d'épine, et Calixto, vos coups de cœur de l'année 2021 !

En février, c'est le moment ou jamais d'encourager Neville Londubat pour lui montrer à quel point il peut être valeureux, talentueux, et digne d'intérêt ! Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Et pour cette nouvelle année 2022, préparez votre sac à dos et partez en janvier à la découverte de toutes les petites (et grandes) Créatures magiques qui peuplent ce monde ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour lire les onze textes proposés et voter ici.



De Equipe des Podiums le 01/01/2022 18:27


Janvier Reviews


reviewter [v.] intr : état résultant de l’indigestion ou de la surproduction de reviews.

Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?
Découvrez le Janvier Reviews ! Un mois entier de reviews, à consommer sans modération. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Un marathon de lecture et de reviews avec un Optimal à la clé !
À bientôt !




De le 27/12/2021 21:01


Like a dragonfly inside a jar par ECM

[18 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +

 

James Potter arpentait une ruelle sombre du Chemin de Traverse, Sirius Black sur ses talons, tous les deux baguettes à la main, ils se cachèrent hâtivement derrière un mur en briques lorsque la jeune femme qu'ils poursuivaient s'arrêta et se retourna pour vérifier qu'elle n'était pas suivie.

 

Le ciel vespéral, lacéré par une pluie battante qui tombait depuis une bonne heure, leur était à peine visible tant les murs semblaient les avaler. S'il préférait l'agréable tiédeur des rayons de soleil sur sa peau, James reconnut que l'averse leur avait été utile pendant leur filature alors que le clapotis violent des gouttes contre les pavés couvrait le bruit de leurs pas derrière Bellatrix.

 

 

« Elle rentre, murmura Sirius en se penchant légèrement. »

 

 

James fit de même juste pour voir la cousine de son meilleur ami pénétrer dans Barjow et Beurk, et ils baissèrent simultanément leur baguette lorsque la porte se referma derrière elle, faisant tinter un carillon sinistre auquel étaient accrochées de minuscules têtes de mort en ferraille rouillées. En s'approchant autant qu'ils le pouvaient sans se faire remarquer, ils la virent discuter avec le vendeur. De larges étagères les empêchaient de les espionner comme ils l'auraient voulu, et bientôt, ils ne purent plus qu'observer les bocaux posés sur les planches de bois qui obstruaient leur vision et dans lesquels se trouvaient de pauvres libellules amorphes.

 

 

« C'est tout pour ce soir, décréta James. Retournons au quartier général. »

 

 

Il attrapa le bras de Sirius et transplana avant qu'il n'ait le temps de protester. Il savait qu'il aurait voulu se dissimuler sous la cape d'invisibilité et rentrer dans le magasin, mais ils n'avaient aucune idée de ce qui pouvait les attendre à l'intérieur et depuis qu'il avait commencé les missions pour l'Ordre, deux années auparavant, James avait compris à quel point les choses pouvaient vite dégénérer.

 

Certains de leurs camarades en avaient fait les frais, et il n'avait aucune envie que Sirius et lui finissent à leur tour sur un lit d'hôpital à Sainte-Mangouste, ou pire, entre quatre planches à deux mètres sous le sol.

 

Ils atterrirent en bas de l'escalier extérieur d'un appartement du Londres moldu menant à un sous-sol, et James donna plusieurs coups de baguette sur une porte verte bouteille qui s'ouvrit devant eux. Ils s'y hâtèrent en même temps, essayant de se mettre à l'abri, mais Sirius poussa James en arrière pour s'y engouffrer en premier et le jeune homme laissa échapper un juron en refermant la porte derrière lui avant de se découvrir de son manteau qu'il lâcha sur la patère.

 

 

« James ? Sirius ? C'est vous ?

- Sors le whisky-pur-feu, Queudver ! J'ai besoin de boire pour oublier ! lui répondit Sirius d'une voix forte en retirant tant bien que mal ses chaussures dans le couloir de l'entrée. »

 

 

Dès qu'il le vit se pencher pour défaire ses lacets, James prit un malin plaisir à le bousculer légèrement pour qu'il tombe sur le côté, et Sirius tenta de lui attraper la cheville lorsqu'il l'enjamba pour rejoindre leur camarade dans le salon, mais l'ancien préfet en chef fut plus rapide et il disparut du couloir non sans jeter un sourire narquois vers son meilleur ami qui leva son majeur dans sa direction. Parfois, il se demandait comment ils pouvaient être toujours aussi puériles, même en étant confrontés de si près à la guerre.

 

 

« Qu'est-ce que tu fiches ici, Dearborn ? Je croyais que tu passais le week-end chez ta copine ? s'exclama t-il en bondissant par dessus le dossier du canapé pour retomber sur les coussins moelleux avant de tendre la main et de s'emparer du verre que lui tendait Peter. »

 

 

Le quartier général de l'Ordre était probablement l'un de ses endroits préférés ces derniers temps, et il n'était pas rare qu'il traîne ici pendant des heures avec les garçons. Souvent, Benjy Fenwick, Marlène McKinnon, et Caradoc Dearborn restaient avec eux et ils refaisaient le monde ensemble en piochant allègrement dans la réserve de Whisky-pur-feu de Dedalus Diggle, le faisant fulminer dès qu'il allait y chercher une bonne bouteille et qu'il ne la trouvait pas.

 

 

« Non, elle devait rester chez moi, corrigea Caradoc, mais elle a eu un empêchement. Un truc avec sa famille, mais elle devrait pouvoir ven...

- C'est ce qu'elle t'a dit, intervint Sirius en haussant les sourcils d'un air suggestif avant de poursuivre. Elle est sûrement en train d'écumer les bars avec son petit-ami de la semaine.

- Elle n'a pas de petit-ami de la semaine, réfuta le jeune homme en se renfrognant, et en plus, elle...

- Qu'est-ce que tu en sais ? Tu n'es pas là pour le voir, le coupa James en trinquant avec son meilleur ami. Où est Lunard ?

- Trop fatigué, répondit Peter, il viendra peut-être plus tard s'il a réussi à faire une sieste.

- Ma copine aussi, leur apprit finalement Caradoc. Elle a dit qu'elle pourrait sûrement s'échapper de chez ses parents vers vingt-trois heures.

- Fol Oeil avait dit pas de filles ici, Dearborn ! protesta Peter.

- Qu'est-ce que ça peut faire ? McKinnon, Vance, Meadowes et Londubat sont là tout le temps !

- Parce qu'elles sont membres, lui fit remarquer James avant de boire une longue gorgée de whisky-pur-feu. »

 

 

Peter se leva du gros fauteuil rembourré aux motifs semblables à ceux du canapé pour aller allumer la télévision qui reposait sur un meuble en bois bancal. Sous chaque pied se trouvaient des morceaux de parchemins pliés dans une tentative vaine d'essayer de l'équilibrer.

 

 

« J'adore les moldus, souffla Sirius alors qu'une jeune femme visiblement à son goût apparaissait sur l'écran. Et ne sois pas rabat-joie, Cornedrue ! C'est l'endroit parfait pour ramener des filles. Elles sont incapables de nous retrouver après.

- Premièrement, tu es odieux, et deuxièmement, je ne ramène pas des filles, corrigea Caradoc, je la ramène juste elle. Pour vous la présenter. Comme vous me le demandez depuis deux mois. »

 

 

James le vit pousser un petit soupir agacé, et il esquissa un sourire en coin en songeant à toutes les fois où ils avaient taquiné Dearborn à ce sujet. Parfois, il se demandait pourquoi il continuait à traîner ici avec des gamins comme eux. Ils avaient presque une dizaine d'années d'écart et Caradoc était un peu devenu comme un vieil oncle pour eux au fur et à mesure du temps. Ils l'adoraient, mais ils ne pouvaient pas s'empêcher de lui faire vivre un calvaire.

 

Sirius s'enfonça un peu plus dans le fauteuil qui faisait face à celui de Peter, et croisa ses jambes, laissant sa cheville reposer sur son genou, ses yeux gris jonglant entre l'écran et Caradoc qui était intarissable sur la jeune femme depuis qu'ils avaient commencé à sortir ensemble, quelques mois plus tôt.

 

 

« De toutes façons, elle va rejoindre l'Ordre, reprit-il en se penchant sur une table basse branlante faite d'une pile impressionnante de journaux ficelés entre eux.

- Ah ! A tous les coups, c'est un mangemort infiltré ! lança Sirius en ne plaisantant qu'à moitié.

- Ne dis pas de conneries, Black, marmonna aussitôt le jeune homme, ses parents sont moldus. Et en plus, elle a déjà vu Dumbledore et il est partant.

- Tu serais surpris du nombre de cibles de Tu-sais-qui qui se joignent à ses rangs, lui confia Peter en se dandinant dans son fauteuil.

- Pas elle, affirma t-il. Vous verrez. Il nous la faut.

- Le sexe obscurcit toujours ton jugement, Dearborn, chantonna Sirius avec un sourire espiègle.

- Vous vous souvenez quand il nous a présenté cette fille aux Trois Balais en juin ? Funesta ou je ne sais quoi...

- Sinistra, intervint James en essayant de se retenir de rire.

- Et cie, compléta Sirius, mangemorts de mère en fille. »

 

 

Cette fois, il pouffa suivit par Peter alors que Sirius levait son verre en direction du pauvre Caradoc qui se renfrogna.

 

 

« Vous êtes vraiment des abrutis quand vous vous y mettez ! leur lança le jeune homme avant de se lever de la chaise sur laquelle il était assis et de disparaître dans la cuisine adjacente. »

 

 

Les yeux de James se perdirent sur le papier peint à losanges derrière la télé. La première fois qu'il était entré ici, il lui avait donné la nausée. Il y avait trop de motifs pour lui, et ces couleurs marrons et orange lui filaient un mal de tête pénible couplées à l'ensemble de canapés et fauteuils dont la teinte était beaucoup plus vive, mais il l'avait dorénavant associé à des moments agréables et il se surprenait soudainement à ne vouloir le changer pour rien au monde.

 

 

« Vous devriez plutôt rédiger votre rapport de ce soir, au lieu de raconter des conneries, dit Caradoc en revenant avec une tasse de thé fumante à la main. »

 

 

Ils suivaient Bellatrix chacun leur tour à différents moments de la journée. Caradoc et Peter prendraient le relais le lendemain matin, et James et Sirius enchaîneraient une nouvelle fois le soir, et ce jusqu'à ce qu'ils regroupent assez de preuves pour que le ministère puisse ouvrir une enquête sur elle.

 

 

« On a la nuit devant nous.

- Meadowes ne t'attend pas ?

- Elle est sûrement avec Marlène aux Trois Balais à cette heure là, répondit simplement James en se retournant pour jeter un bref coup d'oeil à l'antique horloge que Diggle avait entreposée dans un coin de la pièce.

- Quelle petite-amie écume les bars, maintenant ? C'est probablement elle, qui est avec son petit-ami de la semaine, pointa sarcastiquement Caradoc. »

 

 

James lui adressa un doigt d'honneur, faisant glousser Sirius. Il était avec Dorcas depuis presque un an et les choses n'étaient plus tout à fait ce qu'elles étaient au début. A chaque fois qu'il rentrait chez eux, elle lui lançait des regards hostiles et lui reprochait de passer trop de temps avec les garçons, ce à quoi il répondait que McKinnon était de toutes façons perpétuellement chez eux.

 

Elle surenchérissait en lui faisant remarquer que si Marlène venait chez eux, c'était seulement pour éviter qu'elle se retrouve seule à l'attendre quand elle ne savait pas s'il allait rentrer de sa mission. Elle lui répétait qu'il ne la prévenait jamais quand il arrivait sain et sauf au quartier général, et il répliquait en expliquant qu'il aurait été stupide de faire partir des chouettes et risquer d'attirer l'attention juste pour lui dire qu'il était en un seul morceau. Elle lui hurlait qu'il ne comprenait pas. Il lui répondait qu'il était désolé, et quelque chose se brisait en lui.

 

Il savait ce qu'elle ressentait quand il ne rentrait pas à l'heure. Il connaissait le même stress quand il l'attendait à leur appartement et qu'elle était sur le terrain, mais il était simplement content quand elle rentrait, loin de l'amertume qu'elle ressentait quand il passait le pas de la porte. Des fois, c'était comme s'ils ne parlaient pas le même langage.

 

 

« Comment est-ce qu'elle s'appelle, d'abord, cette fille ? demanda Peter.

- Ah ah... lâcha mystérieusement Caradoc. »

 

 

Il porta la tasse à ses lèvres et sirota une petite gorgée de thé vert avant de la poser sur la table et de croiser ses jambes comme Sirius l'avait fait un peu plus tôt et de se racler la gorge d'un air un peu gêné.

 

 

« Voilà le truc, reprit-il, vous la connaissez sûrement. Elle était à Poudlard avec vous. »

 

 

James tenta de se rappeler de tout ce que Caradoc lui avait raconté au sujet de cette mystérieuse nouvelle petite-amie. Jolie, pas très grande, à l'aise avec les potions, capable de descendre une bouteille de whisky-pur-feu d'une seule traite (et c'était d'ailleurs à ce moment précis que Caradoc était tombé amoureux d'elle, selon ses dires), et dotée d'un humour piquant absolument déroutant lorsqu'on ne la connaissait pas. Sous ses airs angéliques, Caradoc disait qu'elle cachait un tempérament encore plus tordu que celui de Sirius. James était très sceptique quant à cette affirmation, mais il était impatient de rencontrer la personne pour se faire sa propre idée.

 

 

« Alecto Carrow, à tous les coups, plaisanta Sirius.

- Merlin, pour qui me prends-tu ?! lança Caradoc en esquissant une grimace offensée.

- Le. Nom, articula Peter.

- Je veux voir si vous la reconnaissez. Je préfère ne rien dire pour l'instant. Vous verrez quand elle arrivera.

- Est-ce qu'elle sait qui nous sommes ? demanda James.

- Ne sois pas idiot, Cornedrue, bien sûr qu'elle sait qui nous sommes, répondit Sirius en balançant ses cheveux en arrière d'un air hautain.

- Je n'en ai aucune idée, à vrai dire... admit Caradoc. Elle n'évoque pas souvent ses années à Poudlard. Je sais qu'elle connaît un peu Alice parce qu'elle m'en parle parfois, mais c'est tout.

- Alice était déjà constamment collée à Frank à l'époque, je ne me souviens pas l'avoir vue une seule fois avec des filles, pointa Peter.

- Elles ne se voyaient pas beaucoup à Poudlard, elles ne traînaient pas dans le même groupe d'amis à l'époque, mais leurs parents se connaissent depuis l'enfance.

- Est-ce que ce ne serait pas Purkiss ? demanda Sirius, et les trois garçons se tournèrent simultanément vers Caradoc qui secoua la tête de droite à gauche.

- Elle ne s'appelle pas Purkiss.

- Hookum, peut-être, tenta James.

- Non plus. »

 

 

James laissa échapper un bref soupir de déception parce qu'il lui avait semblé que Daisy ressemblait un peu à la description que Caradoc faisait de la fille, mis à part pour l'humour caustique, et il porta de nouveau son verre à sa bouche, savourant la façon dont le whisky-pur-feu réchauffait sa gorge après avoir passé trop de temps sous la pluie.

 

 

« Au fait, qu'est-ce que ça a donné avec Bellatrix cette fois ? les interrogea Caradoc.

- Rien de plus. Elle s'est rendue à Gringotts, puis à Barjow et Beurk. Elle n'a rencontré personne. C'était sans intérêt.

- On va finir par la coincer, dit Peter alors que Sirius était étrangement silencieux.

- Ce n'est pas comme si elle pouvait se cacher éternellement.

- Tu ne connais pas les Black, Dearborn, intervint James la mine sombre. S'il y a bien quelque chose qu'ils savent faire, c'est se cacher.

- Et ne jamais se faire attraper. Pour quoi que ce soit, intervint Sirius dans un murmure qui dissimulait bien plus que de la rancoeur. »

 

 

Un silence lourd pesa sur eux pendant un moment, troublé seulement par les bruits du dehors, par le tintement des verres lorsqu'ils se resservaient, et le bruissement du tissu bariolé du canapé et des fauteuils lorsqu'ils s'y enfonçaient un peu plus. La pluie tombait toujours en trombes à l'extérieur et les yeux de James étaient perdus quelque part sur la table basse alors qu'il écoutait les « splash » réguliers des roues de voitures dans les flaques d'eau. Un klaxon lointain lui fit légèrement lever la tête vers la vitre et il eut juste le temps d'apercevoir deux ombres passer devant avant que le grincement familier de la porte d'entrée ne le fasse pivoter vers le couloir duquel il était arrivé avec Sirius quelques minutes auparavant.

 

 

« Faites chauffer l'eau pour le thé ! entendit-il Rémus dire. Et sortez deux tasses de plus. Apparemment, vous attendiez quelqu'un d'autre... »

 

 

James jeta un coup d'oeil vers Caradoc qui bondit de son fauteuil et traversa le salon à grandes enjambées, un large sourire fendant son visage, impatient de retrouver cette mystérieuse fille dont il leur parlait depuis quelques semaines.

 

 

« Merlin, quel temps ! lança t-elle de l'entrée. »

 

 

James se redressa immédiatement dans le canapé. C'était comme si l'on venait de lui donner un violent coup de poing dans le ventre, puis qu'on l'avait pris par la gorge, et qu'on avait serré, serré si fort qu'il ne savait plus s'il devait se concentrer sur la respiration qu'il n'arrivait plus à reprendre ou sur son estomac qui semblait en feu.

Ses doigts se crispèrent sur son verre. Sa bouche s'assécha et son rythme cardiaque s'accéléra brutalement. Il lui sembla pendant une seconde que le monde tremblait. Il y avait des souvenirs qu'on n'oubliait jamais, et cette voix était l'un d'entre eux. Cette voix ! Cette voix. Cette voix...

Son verre se brisa dans sa main. Une goutte de sang roula le long de son pouce, et James demeura immobile. Il se souvenait de ce que sa mère lui avait dit cet été là, deux ans plus tôt, alors qu'il avait passé un mois entier enfermé dans sa chambre.

 

 

« Parfois, les gens s'en vont mais cela ne veut pas dire qu'ils ne reviendront jamais. »

 

 

Il ne sut qui de Sirius ou de Peter jeta un sort pour rassembler les morceaux de verre brisés à ses pieds, et il entendit à peine les garçons lui demander s'il allait bien. Tout n'était plus qu'un épais brouillard et cette voix résonnait dans sa tête, le narguant comme si elle ne l'avait pas hanté sans le laisser reprendre son souffle une seule fois pendant deux ans, comme s'il n'y avait pas pensé chaque jour de sa vie.

 

Il ressentit un léger picotement quelque part entre son nez et ses yeux et il tenta de réguler sa respiration. Impossible. Il n'eut même pas besoin de se retourner pour savoir qu'elle entrait dans la pièce avant Rémus. Sa démarche...

 

Sa mâchoire se crispa. Une goutte de sang tomba sur son pantalon. Il s'était fait à son absence. Il avait eu du mal à y croire pendant longtemps même s'il n'y avait plus que le silence autour de lui, même si elle n'était plus dans ses bras, même si elle ne lui glissait plus ces mots à l'oreille, ceux qui font rougir les adolescents amoureux, et puis il avait fini par vivre avec. Survivre avec. Survivre sans.

 

 

« Bon, voilà, je ne vous présente pas Lily ! s'exclama jovialement Caradoc Dearborn.

 

Note de fin de chapitre :

Oui, oui, oui, je sais, j'avais dit que je ne ferai plus que des OS pendant quelques temps mais je pensais tellement à cette histoire que je n'arrivais plus à dormir et il fallait que je la commence même s'il était deux heures du matin et que je me levais à 7h x.X

Bref. C'est un fic courte, je vous préviens à l'avance mais je garde la surprise sur le nombre de chapitres parce que je ne veux pas vous spoiler. Celui là était tout petit petit mais les prochains seront plus longs parce que j'ai été inspirée comme jaja (les miracles arrivent)

En tout cas, j'espère que vous l'aimerez parce que j'ai vraiment adoré l'écrire de A à Z et c'est tellement rare que je garde la motivation jusqu'au bout...

Enfin bref, je vous retrouve rapidement et je sais que je vous avais parlé d'un OS sur Sirius et il arrivera mais... Après ça :)

(Bah voilà il faut appuyer sur "ajouter l'histoire" et maintenant je suis stressée)
Bon. Bon. Allez. J'y vais. Bisous.

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.