S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

123ème édition des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 123e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 21 mai à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De L'équipe des Nuits le 13/05/2022 17:22


Journées Reviews


Lire, écrire…

Tu as envie de lire ? De découvrir un ou une auteure ? D'échanger sur ses écrits et sur les tiens à travers quelques reviews sympathiques ?

La Journée Reviews est là pour ça, et elle aura lieu cette fois-ci du 13 au 16 mai !

Viens nous rejoindre en t'inscrivant ici !

Le principe ? Réparti.e.s en binômes ou trinômes, vous écrivez au moins 10 reviews à votre binôme (5+5 pour le trinôme) pendant ces trois jours, sur HPFanfiction ou le Héron, au choix.

 


De le 04/05/2022 19:14


29ème édition des Nuits Insolites HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 29e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 6 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir vous inscrire !
Les modalités de participation sont disponibles sur le même topic.

A très bientôt !
De Équipe des Nuits le 04/05/2022 13:35


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, AliceJeanne, ECM et Sifoell, qui remportent la Sélection Univers Alternatif !

Changement chez les Podiums : désormais, vous pourrez proposer deux fictions de moins de 5000 mots ou une fiction de plus de 5000 mots. À vos propositions pour le thème Fondateurs ! Ça se passe ici ou bien en répondant à cette news.

Il vous reste encore un mois pour proposer votre fiction longue favorite par ici ou sous cette autre news.

Et en mai, les Sélections vont 100 aucun doute faire 100sation. Les textes de 100 mots sont à l'honneur ! Onze Drabbles et recueils de drabbles vous attendent. Vous avez jusqu'au 31 mai pour lire et voter par ici.



De Equipe des Podiums le 03/05/2022 07:11


122ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 122e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 23 avril à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De L'équipe des Nuits le 06/04/2022 21:40


Sélections du mois


Une grande nouveauté fait son arrivée aux Sélections des ASPICS ! En plus des sélections mensuelles, découvrez désormais la sélection annuelle "Fictions longues".

Vous adorez une fiction, vous avez envie de partager votre coup de cœur, mais vous n'avez jamais osé ou eu l'occasion de la proposer ? C'est le moment ou jamais ! Le thème est totalement libre, la seule contrainte sera de proposer une fanfiction de minimum 50 000 mots.

Une seule proposition par personne... alors réfléchissez bien ! Vous avez jusqu'au 31 mai pour proposer votre fanfiction longue favorite en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

À très vite dans cette nouvelle aventure,

L'équipe des Podiums


De Equipe des Podiums le 02/04/2022 17:50


Like a dragonfly inside a jar par ECM

[18 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +

 

 

James se pencha par la fenêtre de son appartement, soudainement attiré par le vide qui s'étendait sous ses yeux alors qu'il avait l'impression que tous ses organes étaient en cendres au fond de lui. Combien de temps allait-il encore payer pour la façon dont elle l'avait laissé ? Combien de temps allait-il encore tant souffrir que le sommeil n'était même plus une option envisageable ?

 

 

« Est-ce que tu fumes ? »

 

 

Il tourna légèrement la tête vers Dorcas qui se tenait au milieu de leur salon, bras croisés, une nuisette violette lui arrivant à mi cuisses. Elle haussa les sourcils et il vit autant d'inquiétude que de déception dans son regard. Il n'avait pas besoin de cela. Pas maintenant. Il haussa les épaules et porta la cigarette à ses lèvres. Elle se rapprocha et prit une profonde inspiration avant de faire un pas en arrière.

 

 

« Et ce n'est pas du tabac, constata t-elle sur un ton froid. J'imagine que c'est encore une bonne idée de Sirius.

- Laisse mon meilleur ami tranquille, Dorcas. »

 

 

Elle soupira et il reporta son regard sur la ville lorsqu'il entendit ses pas s'éloigner sur le parquet. Il faisait un froid de canard mais c'était comme s'il y était imperméable, et c'était tout ce qu'il voulait. Ne plus rien ressentir. Lily l'avait tué une première fois quand elle était partie, et une deuxième fois en revenant.

 

Elle avait volé son bonheur. Peu à peu, les garçons et Dorcas avaient réussi à le ramener quelque part où il s'était surpris à être de nouveau capable d'être heureux, mais il ne savait pas comment ils s'y étaient pris, et maintenant, c'était comme s'il était de nouveau à terre et que leurs mains tendues n'étaient plus suffisantes pour le remettre sur pied.

 

Il expira et une fumée blanche flotta devant lui avant de s'évanouir presque immédiatement. Ses yeux le brûlèrent et il les frotta brièvement avant de se pencher un peu plus. Dans le lointain, il pouvait entendre les basses d'une musique rock qui provenait probablement d'un appartement de la rue adjacente parce qu'il avait vu des adolescents déguisés tourner dans l'angle un peu plus tôt.

 

Il aurait aimé revenir à cette époque là. Il aurait aimé que Lily ne parte jamais. Il aurait aimé ne plus se souvenir du moment où elle lui avait dit que c'était terminé. Parfois, il aurait même aimé qu'ils n'aient jamais commencé à s'aimer comme des imbéciles d'adolescents, sans mesure et sans limite... Il souffla une nouvelle bouffée dans la nuit et ferma les yeux.

 

 

 

 

 

Il montait les escaliers de la tour d'astronomie à toute vitesse, impatient parce qu'elle lui avait demandé de la retrouver après son entraînement de quidditch et qu'il adorait passer du temps là haut avec elle. C'était devenu le meilleur moment de sa journée, celui qu'il attendait, celui qui le faisait soupirer d'impatience en cours et le seul qui pouvait lui sortir la tête de son sport préféré.

 

 

« Regarde toi, Evans... Encore plus jolie qu'hier, lui lança t-il avec un sourire en coin lorsqu'il atteignit finalement le sommet de la tour et qu'il la vit debout devant un ciel bleu nuit. »

 

 

Elle esquissa un faible sourire en retour et il remarqua immédiatement la pâleur de son visage, les cernes sous ses yeux, et ses doigts qu'elle tordait nerveusement devant elle. Il se pencha pour déposer un baiser sur ses lèvres mais elle tourna légèrement la tête.

 

 

« Je suis prise dans cette école en France, lui annonça t-elle de but en blanc. Celle que je voulais. Celle pour apprendre la médicomagie.

- Wow, Lily, c'est... C'est génial, je suis tellement fier de toi ! s'exclama t-il en la prenant dans ses bras. »

 

 

Elle le laissa faire pendant un moment, et il l'entendit même pousser un soupir d'aise à son oreille alors que ses doigts s'agrippaient à lui comme si elle craignait qu'il ne la lâche. Ce fut pourtant elle qui s'écarta une seconde plus tard, et qui passa brièvement une main sur sa joue avant d'ouvrir de nouveau la bouche.

 

 

« Pour être honnête, je le sais depuis une semaine... »

 

 

Elle s'interrompit et James vit son regard dévier sur la forêt interdite. Il y avait quelque chose de mélancolique sur son visage, quelque chose qu'il n'aimait pas vraiment, et il y avait aussi cette sensation qu'il avait au creux du ventre, la même que lorsqu'il entraînait son attrapeur à la feinte de Wronski, angoissé à l'idée qu'il s'écrase tant la manœuvre était compliquée.

 

 

« Je repoussais juste le moment, reprit-elle avant de déglutir, parce qu'aucune relation ne survit à deux ans d'absence. »

 

 

Le premier coup de massue tomba sur sa nuque, l'assommant momentanément alors que tout commençait à faire sens. Elle avait été si différente ces derniers jours... Toujours après lui, toujours à le chercher, toujours à le fixer avec ses grands yeux verts, à le tirer dans des coins où personne ne passait jamais pour l'embrasser entre deux cours et à le supplier presque de lui répéter à quel point il l'aimait. Il s'en était simplement réjoui, mais maintenant... Les pièces du puzzle s'assemblaient lentement et son estomac se retourna.

 

 

« Je... Je sais qu'il reste du temps, que je ne partirai qu'au milieu de l'été mais je ne peux pas... Elle avait l'air de trébucher sur ses mots et son cœur était si lourd qu'il l'entendait presque quand elle poursuivit. Je ne peux pas rester avec toi plus longtemps. »

 

 

Le deuxième coup de massue fut en fait un boulet de canon tiré droit dans son ventre. Ses tripes éclatèrent quelque part en lui avec son cœur et ses poumons, et il eut la sensation que son cerveau se faisait la malle, court-circuitant la moindre pensée cohérente qu'il aurait pu avoir. Il ne respira plus pendant quelques secondes, puis il ouvrit la bouche pour la dissuader de prendre une telle décision, mais la réalité le frappa en plein visage et il la haït immédiatement. Lily Evans ne reculait jamais. Elle ne changerait pas d'avis, et le seul mot qu'il parvint à articuler fut le suivant :

 

 

« Ok. »

 

 

Lily resta de marbre, les yeux figés dans les siens, et il eut l'impression pendant un instant que le boulet de canon venait de lui être renvoyé. Et puis elle passa à toute vitesse devant lui, et son parfum s'engouffra dans ses narines alors qu'elle descendait les escaliers sans qu'il ne se retourne. Son regard sombre resta obstinément vissé en face de lui, là où elle se tenait une seconde plus tôt, et il se sentit mourir à l'intérieur. C'était leur dernier soir à Poudlard, et elle l'avait quitté.

 

 

 

 

 

 

 

Il écrasa la cigarette dans la terre des fleurs mortes que Dorcas s'obstinait à planter à chaque nouvelle saison sans réussir à les garder en vie plus d'un mois, et il se servit un grand verre de whisky-pur-feu qu'il avala d'une traite. Lily faisait ressurgir ses pires habitudes. Il essaya de ne pas trop y penser, sans succès, elle était partout, et sa silhouette sombre pénétra dans sa chambre à ses côtés de la même façon qu'elle l'avait toujours suivi.

 

Il se glissa sous les couvertures et Dorcas roula sur le côté pour se tourner vers lui. Il sentait ses grands yeux bleus sur lui, mais les siens étaient fixés au plafond sans qu'il ne le regarde vraiment. Il n'y avait que le visage de Lily. Son visage parfait. Et quand Dorcas passa sa main sous son tee-shirt il frissonna puis culpabilisa immédiatement d'être incapable de garder son esprit focalisé sur elle.

 

Il ne savait même pas depuis combien de temps ils n'avaient pas fait l'amour. Il n'y réfléchissait même plus, mais maintenant qu'il avait revu Lily et qu'il ne semblait plus pouvoir penser qu'à elle, il était soudainement très réceptif à l'approche de sa petite-amie. Il savait à quel point il était un troll. Il savait à quel point il était horrible de la toucher de cette façon en pensant à une autre lorsque ses mains l'attrapèrent rapidement pour l'attirer contre lui. Il se détesta quand il l'embrassa.

 

Il se détesta d'essayer de se focaliser sur Lily quand ses caresses se firent plus pressantes. Il se détesta de ne penser plus qu'à elle lorsqu'il sentit Dorcas partout sur lui, autour de lui, et il se détesta de lui laisser croire qu'elle était la seule avec laquelle il voulait faire l'amour de cette façon. Il détesta le sentiment de honte ignoble qui le prit à la gorge plusieurs minutes après lorsqu'elle retomba sur le matelas à côté de lui en laissant échapper un soupir de béatitude. Il ne s'était jamais senti aussi abject. Jamais.

 

 

« Ça m'avait manqué, chuchota Dorcas en posant sa tête sur son épaule. »

 

 

Il ne répondit rien. Sa respiration était irrégulière et il se sentait si mal qu'il eut envie de vomir. Au bout d'un moment, elle s'endormit contre lui et il laissa la culpabilité de côté en profitant du fait qu'elle ne le regardait plus. Il redoutait qu'en le fixant un peu trop, elle se rende compte qu'il n'était pas avec elle. Il était bien loin.

 

Il eut l'impression que les heures s'écoulaient au ralenti cette nuit là, et lorsque les premiers rayons de soleil traversèrent enfin les voilages de leur chambre, il bondit hors du lit, prit sa douche, et griffonna un rapide mot à l'adresse de Dorcas avant de se rendre au quartier général où il devait rejoindre Sirius.

 

Le temps était plus clément que la veille et il fut soulagé de constater qu'il n'y avait que le manteau de Benjy Fenwick dans l'entrée. Il avait une mission la veille au soir et il avait dû rentrer et dormir ici. Il y avait deux chambres et il n'était pas rare qu'ils les utilisent quand ils étaient trop épuisés pour transplaner chez eux ou que le stress était trop grand. La guerre avait un effet différent sur chacun d'entre eux. Fenwick, lui, était probablement aussi terrorisé que Peter, et James pouvait difficilement l'en blâmer.

 

Il se défit de son manteau, pénétra dans le salon, et se figea net lorsqu'il vit les six verres sur la table basse. Une bouteille de whisky-pur-feu était posée à même le sol, à peine vide, et d'autres cadavres étaient éparpillés un peu partout. Son regard fut rapidement attiré par une goutte de sang sur le sol. Il baissa instinctivement la tête vers sa main qui ne présentait plus aucune trace de blessure grâce à l'essence de dictame qu'il y avait appliqué en rentrant, et il soupira.

 

Il savait que tout était réel, qu'elle était bien revenue, mais voir ce sixième verre sur la table et cette goutte de sang par terre lui rappelait avec un sentiment de gêne profond ce qu'il s'était passé quand elle avait débarqué dans la pièce.

 

 

 

 

 

« Bon, voilà, je ne vous présente pas Lily ! »

 

 

Il était sûr que le regard de Sirius avait plongé droit sur lui. Peter, lui, avait juste ouvert la bouche en grand, complètement surpris, avant d'aller étreindre la jeune femme et Rémus qui se tenait juste derrière elle. James avait attendu quelques secondes avant de se retourner et ses yeux étaient directement tombés sur le sourire qu'elle adressait à Peter.

 

Il avait oublié de respirer. Elle était encore plus belle qu'avant. Des tambours s'étaient mis à taper à toute vitesse à l'intérieur de lui alors qu'il ne pouvait faire autrement que de la dévisager. Ses longs cheveux roux étaient détachés et tombaient, raides, le long de ses épaules jusqu'à sa poitrine recouverte par un pull en laine beige à moitié rentré dans une jupe en velours marron qui ne recouvrait que ses cuisses. C'était comme si elle s'était accordée aux murs du salon, et cette pensée l'aurait fait sourire si ce n'était pas elle. Mais c'était elle.

 

Il ressentait à peine la douleur de la coupure à sa main, mais quelques gouttes de sang continuaient d'imbiber ses vêtements. Ce n'était rien qu'un peu d'essence de dictame ne pouvait arranger, et cela ne se verrait probablement plus une heure plus tard. De toutes façons, son esprit était ailleurs. Il regarda Lily rire à quelque chose que Caradoc lui raconta, et puis elle se tourna vers lui et le vit enfin.

 

Son sourire retomba pendant une seconde et il eut l'impression de voir dans ses yeux verts les mêmes ombres sinistres qu'il voyait dans les siens quand il se regardait dans un miroir. Tout lui revint brutalement en tête.

 

Le premier gros conflit en cinquième année, leur première collaboration en cours de potions, la première fois qu'ils s'étaient confiés l'un à l'autre sur leurs plus grandes peines, les petits déjeuners à ses côtés tous les matins parce qu'ils étaient les deux seuls à se lever aussi tôt, leur premier rendez-vous, la première fois qu'il l'avait embrassée, la première fois qu'elle l'avait embrassé, la première fois qu'elle avait rencontré ses parents, et inversement, et la première fois qu'ils avaient fait l'amour, pendant les vacances de février, alors que sa famille était partie en voyage à l'étranger... Et puis la première fois qu'elle l'avait quitté, ce soir là, en haut de la tour d'astronomie.

 

 

« Salut James, lui avait-elle dit. »

 

 

Il avait entendu sa voix trembler, et il n'avait pas pu répondre. Il était simplement resté pétrifié devant elle comme un abruti, et puis il avait posé maladroitement son verre réparé sur la table basse, l'avait entendu tomber, mais il s'était déjà levé pour s'en aller parce qu'il avait eu l'impression d'étouffer. Il avait claqué la porte derrière lui et il ne savait pas ce qu'il s'était passé après. Il avait juste transplané.

 

 

 

 

 

Il sortit de sa transe lorsque Fenwick lui tapota l'épaule. Il sursauta à peine mais pivota vers le jeune homme et le salua brièvement.

 

 

« Tu ne dors pas, la nuit, Potter ? l'interrogea t-il avec un sourire amical. Tu as une mine affreuse.

- C'est le whisky-pur-feu, répondit-il automatiquement, la voix étrangement plus grave que d'habitude.

- Ah, oui. J'ai entendu dire qu'il s'était passé des choses ici hier soir, mais je suis arrivé après la bataille, expliqua t-il. J'ai croisé Caradoc et sa nouvelle copine. Elle a l'air cool. »

 

 

James ne répondit pas. Il pointa sa baguette vers les verres qu'il envoya directement dans la cuisine avant d'ensorceler les éponges et le liquide vaisselle pendant que Fenwick baillait et se frottait les yeux.

 

 

« Hmm. Bien vu, lui dit-il. Si Fol Oeil passe et qu'il voit le désordre, il risque encore de nous faire la morale.

- Je pensais à Diggle. Il faut faire disparaître les cadavres de bouteilles, répondit laconiquement James en les métamorphosant une à une en de jolis cadres dignes des meilleurs peintres du siècle et il les fixa au mur d'un simple coup de baguette.

- Tu me fous la honte à chaque fois que tu métamorphoses quelque chose, Potter. Qu'est-ce que j'ai raté dans ma vie pour ne pas réussir à faire ça aussi facilement que toi ? »

 

 

James se contenta d'un sourire et il disparut dans la cuisine où il entreprit de chercher de quoi préparer un petit déjeuner à Benjy et à Sirius qui, il le savait, n'aurait pas pris le temps de manger avant de venir et s'en plaindrait pendant des heures entières s'il ne faisait rien pour remédier à cela maintenant.

 

Il attrapa un vieux livre de cuisine qui se trouvait sur une étagère poussiéreuse et souffla dessus, envoyant une multitude de particules dans l'air, puis il le feuilleta jusqu'à trouver une recette qui lui plaisait et après un rapide aller-retour vers les placards, il réalisa que les ingrédients dont il disposait ne lui permettrait pas de faire grand chose d'original, alors il se rabattit sur la recette de pancakes de son grand-père qu'il connaissait par cœur.

 

Il venait de terminer lorsque son meilleur ami arriva dans son dos et lui sauta littéralement dessus. James esquissa un sourire et se débattit un peu pour se défaire de son étreinte envahissante avant de lui tendre l'assiette de pancakes, amusé de voir ses yeux s'éclairer.

 

 

« Tu es certain que tu ne veux pas m'épouser ? lui demanda t-il en engouffrant un premier gâteau avant de se laisser tomber sur une chaise, le bras pendant par dessus le dossier.

- Je t'ai déjà dit que je voulais bien, mais que la société n'était pas prête pour ça, répondit-il avec un sourire malin.

- Je me fous de la société, déclara Sirius sur un ton grandiloquent en faisant un geste désinvolte de la main.

- Il n'y a pas que ça, reprit James. Tu ne peux pas te marier avec moi juste parce que je sais cuisiner, et que je suis le prétendant le plus susceptible de rendre tes parents fous de rage.

- Tu te sur-estimes, Cornedrue. Oh ils n'aimeraient pas, mais ils n'en feraient pas une crise cardiaque. Je peux facilement trouver mieux.

- Ah oui ? Et qui serait l'heureux prétendant ?

- Je ne sais pas, dit Sirius en faisant mine de réfléchir. Lily Evans ? »

 

 

Il y eut un blanc pendant quelques secondes, puis James haussa les sourcils et soupira alors que Sirius soutenait son regard, déterminé à ne pas le lâcher. Il savait très bien qu'il allait aborder le sujet, il n'aurait même pas dû être surpris, mais il avait juste cessé de penser à elle pendant quelques petites secondes et voilà qu'elle revenait encore. Toujours.

 

 

« Ah, une prétendante alors, commenta t-il machinalement.

- Vieux... »

 

 

James, appuyé contre le plan de travail de la cuisine, avait beau essayer de garder les yeux vissés sur ses pieds croisés, il savait pertinemment que son meilleur ami lui lançait le regard, celui qui signifiait qu'il n'était pas dupe sur l'état d'esprit dans lequel il se trouvait. Pas là dessus. Pas avec elle.

 

 

« Ça va.

- Cornedrue... prononça Sirius, comme un étrange avertissement.

- Je t'assure ! Ça va ! mentit-il.

- Très bien, si tu le dis ! »

 

 

Sirius avait parlé avec un enthousiasme que James trouva étrange. Il l'observa piocher un nouveau pancake dans la pile alors que le son de la télé leur parvenait aux oreilles, et il profita de la brève distraction pour se tourner vers les placards, s'emparer d'un verre qui était presque opaque tant le calcaire l'avait attaqué, et le remplir à ras bord avant de le porter à ses lèvres.

 

 

« Je veux dire, c'est vrai, ce n'est pas comme si tu avais littéralement fait exploser ton verre et que tu étais parti comme une espèce de dingue sans prononcer le moindre mot, commenta distraitement Sirius sans même le regarder, Dearborn aurait vraiment trouvé ce genre de comportement suspect, tu ne crois pas ? »

 

 

James s'étouffa un peu avec son eau, toussota, et jeta un regard noir en direction de son meilleur ami qui se balançait maintenant sur sa chaise, avec cet air parfaitement innocent qui ne le trompa pas le moins du monde.

 

 

« Je ne m'attendais pas à la voir, admit-il après quelques minutes, un goût amer dans la bouche en repensant à toutes les fois où Caradoc leur avait parlé de cette fille qu'il avait rencontré aux Trois Balais.

- Je sais, soupira Sirius. Elle ne s'attendait pas à te voir non plus.

- Elle t'a dit quelque chose ? ne put-il s'empêcher de demander.

- Non. C'est plutôt la tête qu'elle a faite toute la soirée. La même que tu fais maintenant. Tu sais, tu aurais pu répondre aux hiboux que je t'ai envoyés. »

 

 

James prit une profonde inspiration et esquissa une grimace désolée en direction de son ami. Sirius le connaissait par cœur. Il savait ce que Lily représentait pour lui. Il n'avait pas besoin de lui dire qu'il n'avait jamais vraiment réussi à tourner la page. Il était transparent, et quand il s'agissait d'elle, il avait toujours été beaucoup trop intense.

 

 

« Tu sais qu'elle va être là souvent dorénavant ? Tu risques de la croiser tout le temps, lui rappela Sirius.

- Du moment que je reste éloigné de la vaisselle, j'imagine que tout ira bien, plaisanta t-il, mais Sirius ne lui accorda pas l'ombre d'un sourire.

- Il va falloir que tu discutes avec elle.

- Je n'ai pas besoin de discuter avec elle, nia James. Le quartier général est grand, j'aurais juste à être dans une pièce quand elle est dans l'autre, et...

- Tes soirées vont certainement être amusantes, seul, dans la cuisine... le coupa Sirius en arquant un sourcil. »

 

 

James ouvrit la bouche pour lui répondre, mais la porte de la pièce s'ouvrit au même moment et, comme si la simple évocation de sa personne l'avait attirée ici, Lily apparut. Elle remarqua d'abord Sirius et son visage s'éclaira, et puis ses yeux dévièrent sur son ancien petit-ami. Elle sembla prendre une profonde inspiration en même temps que lui alors que Sirius lâchait un rire ironique en se levant de sa chaise.

 

 

« Eh bien, je vous laisse ! lança t-il en décalant délicatement Lily pour passer à côté d'elle. »

 

 

James jura qu'il la vit essayer désespérément de le retenir par le bras mais qu'elle le manqua de peu. Elle demeura debout en face de lui pendant quelques secondes, et puis ses yeux verts se posèrent sur l'assiette de pancakes.

 

 

« Profites-en. Ils sont encore tièdes, parvint-il à lui dire par un curieux miracle. »

 

 

Cette fois, elle lui adressa un léger sourire et fit un pas en avant, puis deux, et elle atteignit enfin la table en formica puis tendit la main vers la pile de pancakes pendant que James remerciait Merlin d'être toujours appuyé au plan de travail. Il avait besoin de soutien, et il était clair que Sirius avait décidé à tort que le mobilier serait plus utile que lui. Il la suivit des yeux. Elle avait attaché ses cheveux et il pouvait voir une fine chaîne en or autour de son cou qui disparaissait sous son pull.

 

 

« Je me sens tellement mal depuis hier, lui avoua t-elle de but en blanc après avoir découpé le biscuit en morceau. »

 

 

Il aurait dû s'en douter. Lily était toujours trop honnête. D'aussi loin qu'il s'en souvienne, il l'avait toujours connue comme cela, et il avait toujours apprécié cette capacité qu'elle avait de briser la glace quand il était évident qu'elle avait besoin de l'être. Il garda les yeux rivés sur ses doigts qui déchiquetaient le pancake pendant un instant, jusqu'à ce qu'elle n'en porte un morceau à sa bouche et que ses pensées ne dévient trop à son goût. Il se racla la gorge.

 

 

« Je suis désolé pour toi, lui dit-il avant de reprendre. Je me sens mal depuis deux ans et demi. »

 

 

Il savait que c'était probablement le dernier aveu qu'il aurait dû faire, mais elle était franche avec lui et il ne pouvait pas s'empêcher de faire de même. Elle ne lui avait pas envoyé une seule lettre après leur rupture. Aucune. C'était comme si elle n'existait plus. Il n'y avait plus d'amitié, plus de solidarité, même plus de bienveillance. Elle l'avait tué.

 

 

« Maintenant j'ai l'impression d'être un monstre. Merci beaucoup, James, marmonna t-elle sans lever les yeux vers lui. »

 

 

Il n'avait pas entendu son prénom dans sa bouche depuis trop longtemps. Il sentit quelque chose changer en lui, et il eut mal au cœur quand il perçut la peine dans sa voix, mais il resta de marbre. Il y avait tellement de rancœur, tellement de non dits, tellement d'amertume qu'il ne parvenait même pas à être agréable. Le manque avait été terrible et il l'était encore et il doutait qu'elle puisse jamais comprendre. Il lui en voulait plus qu'il n'en avait jamais voulu à qui que ce soit.

 

 

« Sois tranquille, je ne vais pas rester longtemps aujourd'hui, ajouta t-elle rapidement. Le professeur Dumbledore m'a juste donné rendez-vous ici pour discuter de mon entrée dans l'Ordre.

- De toutes façons je pars en mission avec Sirius, répliqua t-il en haussant les épaules.

- Bien.

- Bien, répéta t-il froidement. »

 

 

Elle n'avait même pas terminé son pancake quand elle l'abandonna sur la table. Il était en morceaux et James trouva une vraie ressemblance entre lui et la bouillie qu'il avait à la place du cœur.

 

 

« Ah, et une dernière chose, juste au cas où... Caradoc ne sait pas, pour nous. Sirius, étant son habituelle parfaite personne, a été magistral quand tu es parti. Il a prétexté toute une histoire à propos de Meadowes et toi et puis il a changé de sujet de façon à ce que personne ne pose plus de question, lui expliqua t-elle. »

 

 

Il eut la nausée quand il l'entendit prononcer le nom de Dorcas et que ses yeux attrapèrent les siens au même moment, comme si elle voulait souligner qu'elle savait qu'elle n'était pas la seule à avoir quelqu'un d'autre dans sa vie.

 

 

« J'aimerais que ça reste comme ça, reprit-elle. Alors si tu pouvais... Ne pas lui dire... Je pense que ce serait mieux pour nous deux. »

 

 

Il resta silencieux mais il hocha lentement la tête, et elle fit de même avant de quitter la pièce, et ses yeux restèrent vissés sur son dos avec l'intime conviction que les choses finiraient par dégénérer. Les choses dégénéraient toujours quand ils se retrouvaient au même endroit

Note de fin de chapitre :

Hey ! Merci à ceux qui continuent à me lire et s'il y a des nouveaux qui passent par ici, j'espère que vous resterez avec nous :)

A bientôt pour le prochain chapitre :)

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.