S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


À voter !

Les votes pour le thème d'août 2021 sont ouverts ! Venez choisir entre : Moldu ou Narcissa Malefoy.

Rendez-vous sur ce topic pour voter jusqu'au 30 juin 2021, 23h59.


De L'équipe des Podiums le 16/06/2021 18:19


2ème édition du Tour du monde des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que le Tour du monde des Nuits d'HPF se déroulera du vendredi 25 juin à partir de 20h au samedi 26 juin jusqu'à 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 15/06/2021 12:48


Sélections du mois


Félicitations à Calixto et AnthusPratensis qui remportent la Sélection sur notre Traîtresse-à-son-Sang préférée alias Andromeda Black-Tonks !

Pour juillet 2021, place aux parties d'échecs endiablées ou aux confidences dans les dortoirs avec le thème Amitié. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce thème en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de juin, découvrez toutes les facettes de la troublante Pansy Parkinson. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Très belles lectures à vous !


De L'équipe des Podiums le 07/06/2021 19:51


Sélections du mois


À voter !

Les votes pour le thème de juin 2021 sont ouverts ! Venez choisir entre : Amitié, Scorose (Scorpius/Rose) ou Moldu.

Rendez-vous sur ce topic pour voter jusqu'au 31 mai 2021, 23h59.


De L'équipe des Podiums le 18/05/2021 00:06


112ème édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 112e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 22 mai à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt!
De L'équipe des Nuits le 13/05/2021 13:15


Sélections du mois


Félicitations à Amnesie, Guette et Wapa qui remportent la Sélection sur Regulus (aka le meilleur personnage de tous les temps) !

Pour juin 2021, place à la troublante Pansy Parkinson. Vous pouvez dès à présent proposer vos deux fanfictions favorites sur ce personnage en vous rendant ici ou bien en répondant à cette news.

Enfin, durant le mois de mai, suivez les pas d'une Traîtresse-à-son-Sang, la noble et audacieuse Andromeda Black-Tonks. Venez voter pour vos histoires préférées juste ici.

Très belles lectures à vous !


De L'équipe des Podiums le 02/05/2021 16:39


La résurgence des sentiments par MaPlumeAPapote

[2 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Cette histoire est écrite dans le cadre du concours de Hazalhia, les associations improbables, here we go again qui va mettre en scène le couple improbable de Helena Serdaigle et Sir Nick Quasi Sans Tête. J'espère pouvoir aller au bout de cette histoire et vous surprendre ! N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez et d'aller voir aussi les autres participations !

 

XVème siècle – Inverness

 

Le froid glacial de la fin octobre n’encourageait guère les nobles à sortir de leur demeure. Sir Nicholas de Mimsy-Porpington aurait sans doute fait comme ses comparses s’il n’avait pas eu cet étrange sentiment qui faisait gonfler son cœur au fond de sa poitrine. Il se sentait tel un jeune damoiseau revenant de sa première chasse avec la tête d’un cerf comme trophée. Tout lui semblait à portée de mains, ses moindres désirs s’exhaussant quelque soient leur nature.

 

Nicholas avait ce sentiment d’invincibilité qui caractérisait les jeunes hommes dont le cœur s’était si violent épris d’une jeune femme. Il se sentait pousser des ailes et le temps grisâtre ne l’empêcha donc pas de sortir en cette fin d’après-midi, sauter sur le dos de son cheval pour se diriger dans un trot hâtif vers l’objet de tous ses plus grands désirs.

 

La demeure de Lady Grieve se trouvait légèrement excentrée d’Inverness, profitant de la nature pour créer un cadre champêtre bienvenu tout en alliant une architecture qui n’était pas si éloignée des bâtisses qui peuplaient la ville avoisinante. Nicholas aurait pu profiter de ce décor reposant et chargé en puissance, mais son cœur s’emballait dans sa poitrine et il ne prit pas la peine de ralentir l’allure de sa monture, doublant la cadence pour pouvoir arriver plus rapidement auprès de l’élue de ses passions.

 

Les gravillons crissèrent sous les sabots de son destrier dont le poitrail se gonflait sous l’effort de la course qu’il venait d’effectuer. Nicholas bondit sur ses pieds et gravit les marches du perron en quelques enjambées pour aller se planter avec un déterminisme un peu trop provoquant devant le valet de pied qui montait la garde. Ce dernier, vêtu d’un parfait costume noir, ne put s’empêcher de le jauger de haut en bas avant d’hausser un sourcil interrogateur.

 

-        Pourriez-vous, Monsieur, annoncer à Lady Grieve que Sir Nicholas de Mimsy-Porpington est arrivé ? demanda-t-il sans pouvoir retenir un sourire éclatant.

-        A votre bon plaisir Sir, acquiesça le valet.

 

Ravi, Nicholas gonfla le torse tout en rajustant son veston. Son cœur battait si fort dans sa poitrine qu’il n’aurait pas été étonné de le voir bondir hors de sa cage pour aller lui-même à la rencontre de sa dulcinée. Il puisa néanmoins dans toute sa patience pour ne pas se précipiter à la suite du valet et se contenta de faire un pas dans le hall où il patienta.

 

Sa rencontre avec Lady Grieve s’était faite à peine une semaine plus tôt, lors d’une réception arrosée chez Lady McKinnon. Les deux jeunes gens s’étaient retrouvés lors d’une folle danse à échanger quelques passes parmi plusieurs couples avant d’entamer une longue conversation qui n’avait pris fin que lorsque le soleil avait pointé ses premiers rayons de soleil sur la salle de balle quasi déserte. Nicholas avait été subjugué par le rire franc et délicieux de cette femme qui avait un regard sur le monde si ouvert et simple. Veuve de feu Lord Grieve, elle croquait la vie à pleines dents, ne se refusant aucun plaisir. Cette spontanéité avait charmé son cavalier qui l’avait écouté narrer ses plus folles aventures, partageant par la suite les siennes avec un plaisir qu’il n’avait jamais ressenti auprès d’une femme.

 

Depuis, elle n’avait plus quitté ses pensées et Nicholas savait qu’il outrepassait les usages en lui rendant visite si souvent pourtant, il ne pouvait s’en empêcher.

 

-        Milady ! Que vous êtes ravissante. La plus belle des fleurs de toute l’Ecosse !

 

La jeune femme était apparue en haut de l’escalier, parée d’une magnifique robe d’un jaune pâle qui faisait ressortir la pâleur de sa peau et le vert mousse de ses yeux. Un sourire éclatant lui mangea la moitié du visage et elle porta automatiquement une petite main gantée devant son visage, cachant ses dents que beaucoup jugeaient tordues et affreuses. Nicholas n’avait pas eu vraiment l’occasion de les entrapercevoir, Lady Grieve les cachant toujours très habillement derrière une main ou un éventail lors de leurs conversations.

 

Une main sur la rampe de l’escalier de marbre, elle entama la descente en observant attentivement où elle posait les pieds – et évitant ainsi le regard enflammé que lui adressait son prétendant posté aux pieds de l’escalier.

 

-        Messire, je n’attendais pas votre visite ! souffla-t-elle en arrivant à sa hauteur.

 

Avec un geste empressé, il saisit sa main droite et plongea vers ce trésor qu’il effleura du bout des lèvres. Il sentit les picotements fourmillés à la commissure de ses lèvres alors qu’une brusque envie le poussa à imaginer un contact plus prononcé avec cette délicieuse jeune femme. Il réfréna néanmoins ses pensées et reprit sa position droite et fière.

 

-        J’espère ne pas vous déranger, demanda-t-il en haussant un sourcil.

 

Son ton révélait l’inquiétude d’usage dont il devait faire preuve mais ses yeux pétillants démontraient au contraire qu’il était loin d’être désolé.

 

-        Pas le moins du monde, vous le savez bien, minauda la jeune femme en serrant légèrement sa main avant que le contact ne soit définitivement rompu. Je vous en prie, allons nous installer dans le salon d’hiver.

 

Il la laissa le conduire et en profita pour admirer sa tenue droite et sa coiffure qui relevait ses longs cheveux pour dévoiler sa nuque fine et si pale. Elle l’invita à s’asseoir dans un confortable fauteuil vert canard puis sourit sans ouvrir la bouche, le regard amusé. Un petit silence s’installa entre eux alors qu’ils échangeaient un long regard complice. Nicholas ne l’adorait que davantage lorsqu’elle lui lançait cette œillade qui traduisait son affection pour lui. Il en était certain, elle ressentait des sentiments similaires aux siens et cela ne faisait qu’attiser la flamme qui brûlait au fond de ses entrailles. Ses lèvres légèrement pincées trahissaient une certaine impatience et il ne put retenir un sourire étincelant. Il savait qu’elle adorait qu’il la couvre de cadeaux – surtout le type de cadeaux qu’il lui offrait.

 

Il s’assura qu’aucun domestique ne se trouva dans le salon et sortit sa baguette magique de sa veste. Le bâton était élégant, sculpté par le plus grand des marchands de baguettes de toute l’Ecosse. La simple vue de l’objet magique aurait pu suffire à ravir l’élue de son cœur mais il ne priva pas de lui offrir plus encore. Du bout des lèvres, il murmura un enchantement et fit apparaître un énorme bouquet de fleurs fraiches. Le hoquet de ravissement de la jeune femme lui arracha un sourire plus large encore tandis qu’il sentait son cœur s’emballer. Elle était si belle.

 

-        Cher Nicholas, souffla-t-elle une main sur le cœur.

-        Elles sont aussi fraiches que si je venais de les cueillir, déclara-t-il en tendant le bouquet.

-        Vous êtes extraordinaire.

 

Emue elle attrapa le présent des deux mains et sourit. L’éclat de blancheur cacha un bref instant les dents que les lèvres dévoilèrent puis le rayon de soleil s’abaissa et Nicholas put voir ce que tant d’autres avaient vu avant lui.

 

La surprise ne fut pas aussi forte qu’il l’aurait pensé car ses sentiments allaient bien au-delà de ce détail physique mais il ne put s’empêcher d’écarquiller un peu plus grand les yeux en apercevant les longues dents difformes qui entachaient quelque peu la beauté de sa bien-aimée. Elle en lâcha son bouquet pour plaquer ses deux mains sur sa bouche et cacher ce qu’il avait pu apercevoir une fraction de seconde. Ses joues légèrement rosies par le bonheur de se voir offrir ce bouquet virèrent au rouge écarlate qui lui donna un teint presque maladif.

 

Elle détourna si rapidement la tête pour tenter de se dérober à ce regard soudain devenu trop lourd et insupportable, défaisant par ce geste une partie de sa coiffure qui s’affaissa sur sa nuque, des mèches s’échappant de son chignon.

 

-        Messire de Mimsy-Porpington, couina-t-elle derrière ses mains pressées contre ses lèvres.

 

Nicholas ouvrit un peu plus grand ses yeux, encore soumis au choc de la situation. La surprise était telle qu’il ne sut pas comment rattraper le coup. Il ouvrit la bouche puis la referma vivement en se rendant compte que Lady Grieve ne pouvait se permettre un tel geste. Il rougit à son tour, soudain gauche comme un jeune puceau.

 

-        Milady, chuchota-t-il en cherchant son regard vert. Que se passe-t-il ?

 

Elle se tourna à moitié vers lui et le fusilla du regard – et il ne put s’empêcher de la trouver plus belle encore.

 

-        Ne faites pas l’innocent je vous prie ! Vous savez parfaitement ce qu’il se passe.

 

Elle se leva et recula d’un pas. Ses yeux se portèrent vers la porte et il crut un instant qu’elle allait le chasser à jamais de sa vie. Pourtant, elle s’immobilisa et osa lentement le regarder. Ses grands yeux mi furieux, mi apeurés, cherchaient comme une confirmation à une idée qui avait soudain illuminé son regard. Nicholas s’approcha d’un pas puis s’arrêta, pas certain de savoir comment il devait réagir.

 

-        Vous pourriez m’aider ?

-        Vous aidez ? répéta-t-il abasourdi.

-        Oui.

 

Elle abaissa doucement ses mains, dévoilant ses lèvres pleines légèrement rougies par le baume à lèvres qu’elle avait dû mettre quelques heures plus tôt. Nicholas ne put s’empêcher de braquer son regard sur ces lèvres qu’il désirait tant mais qu’il craignait à présent.

 

-        Avec votre… magie, chuchota-t-elle. Vous pourriez…

 

Elle hésita avant d’ouvrir de nouveau la bouche, dévoilant à moitié ses dents. Nicholas ne détourna pas les yeux et ne réagit pas. Il se contenta d’observer. Le tout n’était pas si désastreux que cela, mais il ne pouvait que remarquer qu’au fond de lui, la flamme qui l’avait poussé à galoper jusqu’ici s’était nettement atténuée.

 

-        Me rendre plus jolie ?

 

Le rouge de ses joues s’accentua mais elle s’autorisa un sourire. Un sourire franc et qui rendit à son visage légèrement déformé par sa dentition une lueur étonnante qui fit chavirer le cœur du Sir de Mimsy-Porpington. Le jeune homme se redressa de toute sa hauteur et plongea sa main dans la poche intérieure de sa veste pour se saisir de sa baguette magique. Le bois vibra à l’appel de son pouvoir qui bouillonnait déjà dans ses veines. L’appel de sa dulcinée n’avait pas besoin d’être formulée une seconde fois. Il userait de toute sa magie pour lui redonner le sourire qu’elle méritait. Celui qui ferait qu’elle l’aimerait plus que quiconque et qui rendrait jaloux tous les autres nobles qui avaient osé se moquer d’elle.

 

En deux enjambées, Nicholas fut devant elle. Sa fougue et son assurance le portaient telle un chevalier traversant un champ de bataille sur son fier destrier, l’épée brandit au-dessus de sa tête. Ses sentiments s’emmêlaient dans sa poitrine, grossissant comme jamais alors qu’il la dévorait des yeux.

 

-        Si tel est votre désir Milady. Mais sachez que vous n’avez, à mes yeux, pas besoin du moindre enchantement pour paraître aussi belle que vous êtes.

 

D’un geste théâtral, il glissa un bras à sa taille – comme lors de leur danse – et l’attira contre lui. Leurs corps se rencontrèrent avec une force qui leur coupa presque le souffle et il n’hésita plus une seule seconde avant de plonger en avant et de capturer ses lèvres dans un baiser chaud et humide qui réveilla en lui une explosion de bonheur.

 

Si seulement il s’était arrêté là…

 

Lorsqu’il s’écarta, il lut la confusion et l’excitation qui faisaient briller ses prunelles vertes et il se jura de les faire scintiller comme deux étoiles. Porté par cette certitude, Nicholas brandit sa baguette entre eux et pointa doucement cette bouche si désirable et qu’il souhaitait embellir.

 

-        Reducio.

 

La magie jaillit mais alors qu’il orientait précisément le sort sur les dents dévoilées par l’expression de surprise de Lady Grieve, une image lui vint en tête. Une image stupide qu’il ne sut jamais expliquer. Et l’impensable se produisit alors que le cri strident déchirait la nuit qui tombait tout juste sur la lande.

 

Les étincelles diminuèrent et l’intensité du sort disparut après une seconde qui parut une éternité. Lady Grieve s’était reculée de deux pas, la main devant la bouche et les yeux écarquillés par l’horreur. Nicholas cligna deux fois des yeux avant d’apercevoir les formes immenses qui avaient poussé sur les joues de sa dulcinée.

 

-          Qu’est-ce que… ! hoqueta la victime du sort raté.

-          Des… défenses !

 

L’image resta gravée dans son esprit et il sut qu’il ne l’oublierait jamais. Il ressentait autant d’horreur que sa compagne mais un léger éclat de rire menaçait de franchir le bout de ses lèvres – un tic nerveux qui n’était certainement pas à propos.

 

-          Que m’avez-vous fait ?!

 

Les yeux larmoyants s’étaient braqués sur lui, comme si elle cherchait à savoir s’il avait volontairement cherché à se moquer d’elle. Ce qu’elle dut lire sur son visage ne lui plut pas car elle poussa un nouveau cri strident avant de tourner les talons et de sortir en courant de la pièce, laissant un Nicholas stupéfait au milieu du salon, plongé dans la pénombre du crépuscule.

 

Des défenses. Pourquoi diable avait-il pensé à des défenses ? Elles n’étaient heureusement pas aussi grandes que celles des éléphants, élégants spécimens d’Afrique, mais elle n’avait effectivement rien à faire sur le visage délicat d’une jeune femme. Légèrement incurvées et de couleur grise, elles lui mangeaient la moitié de la figure, lui donnant l’air du monstre que les gens voyaient lorsqu’elle souriait.

 

Nicholas devait réparer cette erreur sur le champ ou il perdrait à jamais sa bien-aimée. Cependant, malgré tous les efforts qu’il déploya durant toute la nuit, Lady Grieve refusa de lui ouvrir la porte de sa chambre et de lui adresser un mot de plus que les sanglots qu’il pouvait percevoir à travers le bois qui les séparait.

 

Ainsi, Sir Nicholas de Mimsy-Porpington ne perdit pas seulement l’amour naissant qu’il ressentait pour la jeune femme qu’il venait d’humilier. Il perdit tout ce qu’il possédait, alors qu’on décréta qu’il serait exécuté pour usage intempestif de la magie sur moldue, y comprit sa tête.

 

Il fut décapité au lever du soleil pour un malheureux accident.

 

Note de fin de chapitre :

Je voulais commencer cette histoire avec une petite présentation de Nicholas ! J'espère que vous avez aimé le début de sa petite histoire (enfin la fin de sa vie dont j'ai repris les éléments suivant mes petites recherches). N'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé dans une petite review. Je vous remercie néanmoins grandement pour votre lecture ! Et peut-être à bientôt pour la suite si le coeur vous en dit ? 

Plume

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.