S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Le S.A.M.S.U.N.G par MadameGuipure

[17 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Plein de paillettes pour ceux qui ont lu les deux premiers chapitres, et une licorne en sucre pour LookCatMe, CacheCoeur, chape et Omicronn !

Le titre de ce chapitre 3 est bien évidemment honteusement pompé sur La Première Gorgée de Bière et autres plaisirs minuscules de Philippe Delerm

Emily n’avait pas vu le mois de septembre passer. Elle avait fait l’effort d’assister aux sélections de Quidditch de Gryffondor pour soutenir Lauren et Adrian. La poursuiveuse avait réintégré l’équipe sans aucune difficulté, ce qui n’avait rien de bien surprenant. Sans surprise non plus, Adrian avait quant à lui été recalé, pour la quatrième fois consécutive. Il avait beau être féru de ce sport et être le fils d’un ancien poursuiveur de l’équipe nationale irlandaise, il n’était décidément pas un virtuose du vol. Mis à part cette distraction, elle avait l’impression d’être constamment en train de travailler, et pour des résultats dérisoires qui plus est. Le pire étant la métamorphose. Elle passait deux fois plus de temps sur ces devoirs que sur les autres, et pourtant elle avait récolté deux Piètre. Est-ce qu’elle ne ferait pas mieux d’abandonner et de se concentrer sur les matières qu’elle avait une chance de réussir ?

 

Et quelle idée avait-elle eu d’insister pour continuer à suivre le programme moldu ? A onze ans, elle avait voulu se raccrocher à quelque chose qu’elle connaissait et qu’elle maîtrisait. Elle avait débarqué dans un monde inconnu et elle avait voulu conserver ce côté rassurant et ordinaire des devoirs moldus. D’autant plus qu’elle avait toujours été bonne à l’école. Mais aujourd’hui, c’était plus une corvée qu’autre chose. Sa mère lui avait transmis ses cours moldus du trimestre et il y en avait un paquet. Les professeurs côté Poudlard les menaient déjà à un train d’enfer à cause des BUSE, la Gryffondor ne voyait pas où elle pouvait caser dans son emploi du temps ses autres devoirs. Surtout qu’elle était fortement désavantagée puisqu’elle avait un délai beaucoup plus court que prévu pour finaliser ses exercices. En effet, sa mère recevait les cours à la maison, près de Londres, elle devait ensuite les lui transmettre par hibou, puis après avoir étudié, Emily devait faire l’itinéraire inverse, c’est-à-dire envoyer ses devoirs par hibou à sa mère, qui ensuite les postait par voie moldue. Et en plus, elle n’était pas aidée par son environnement ! Elle se retrouvait à devoir résoudre des calculs mathématiques sans calculatrice. Elle mettait au défi n’importe qui, même son beau-père, prof de maths, de trouver la réponse, sans calculette, à un problème du type “au CDI, il y a 8 696 livres et 104 bandes dessinées. Chaque mois, la documentaliste achète 17 livres et 3 bandes dessinées. Dans combien de mois dépassera-t-on les 10 000 titres disponibles dans ce CDI ?”.

 

Emily leva les yeux de sa copie de maths, cherchant désespérément une distraction. Ses yeux passèrent sur Elladora qui, plantée devant le miroir, tressait ses longs cheveux blonds, puis sur Lauren qui briquait son balai comme si sa vie en dépendait, pour finir sur Toulouse, son gros chat, qui dormait comme un bienheureux.

 

— Qu’est-ce qu’on s’emmerde quand même, soupira-t-elle.

— Je pense que je ne m’habituerai jamais à ton langage si fleuri et raffiné, répondit Elladora sans quitter des yeux le miroir.

— Non mais réfléchis-y deux secondes. Quand on n’est pas en cours, les seuls passe-temps qui s’offrent à nous sont faire nos devoirs, lire ou s’ennuyer comme des rats. A la limite, les sportifs qui n’ont pas le vertige peuvent jouer au Quidditch et ceux qui n’ont pas peur de passer pour des tocards peuvent faire une partie de Bavboules. Et parfois, dans leur grande bonté, les profs nous autorisent à passer une journée à Pré-au-lard. Quelle vie palpitante !

 

Elladora termina sa tresse et la noua, puis se tourna, apparemment agacée, pour dévisager Emily.

 

— T’exagères, on peut jouer aux échecs ou à la bataille explosive.

— Génial ! On a le choix entre un jeu chiant comme la pluie ou un autre où tu risques à tout moment de te brûler les sourcils !

— Quand tu as une passion, tu peux toujours la pratiquer. Tu pourrais dessiner, jouer d’un instrument, tricoter, chanter…, s’énerva la préfète.

— Mais moi je veux pouvoir m’enrouler dans un plaid en regardant un film, téléphoner à ma mère, danser avec mon MP3 dans les oreilles, ou même nager tiens !

— Tu peux toujours nager dans le lac. Et c’est quoi un MP3 et…

— Nager dans le lac ? Patauger par -10° dans une eau vaseuse avec le calmar géant qui me chatouille les orteils ? Super, ça me donne envie.

— Quoi que je dise tu vas me contredire en fait c’est ça ?

— C’est possible, marmonna-t-elle.

— Dis-toi que demain on a une journée à Pré-au-Lard, ça te changera les idées. Et du coup, c’est quoi un MP3 ?

— Mais je te l’ai déjà expliqué au moins cinq fois…

 

Découragée, Emily tenta d’expliquer à Elladora, sans doute pas pour la dernière fois, ce qu’était cette petite boîte à musique que les moldus appelaient MP3.

 

Le lendemain, les élèves étaient donc autorisés à sortir de leur bagne pour profiter de quelques heures de liberté à Pré-au-Lard. A entendre Teddy, Elladora et les autres, le village s’était développé depuis la fin de la Guerre. Et pourtant, ce n’était pas la panacée ! Personne n’avait encore eu l’idée d’y implanter de nouveaux magasins de vêtements, et Gaichiffon bénéficiait toujours du monopole de la mode, au grand dam d’Emily. Les habits y étaient de bonne qualité, mais franchement pas innovants. Heureusement, quelques jeans et tee-shirts s’étaient fait une petite place entre les traditionnelles robes et capes. Rien de très avant-gardiste ou confortable, on était loin d’Harrods, mais l’intention était louable. La cinquième année observa les jolies chaumières désuètes et la petite quinzaine de commerces qui s’éparpillaient ça et là. Certes, ce n’était pas Oxford Street, mais il fallait admettre que ça avait son charme.

 

Sans même se concerter, Lauren et Adrian annoncèrent d’une même voix leur envie de faire juste un petit tour au magasin d’Accessoires de Quidditch. La boutique avait ouvert en grande pompe l’année dernière, à côté de chez Zonko, le magasin de farces et attrapes. Emily leva les sourcils en les entendant affirmer qu’ils n’y resteraient que quelques minutes. Les connaissant, ils y passeraient l’après-midi entier et rentreraient à Poudlard au dernier moment.

 

— Qu’est-ce qu’on fait ? demanda la née-moldue à Elladora.

— J’ai pas besoin de grand-chose… On peut aller chez Honeydukes ?

 

La née-moldue acquiesça tout en cachant tant bien que mal sa grimace. Les sorciers étaient incapables de produire des friandises correctes. Honnêtement, qui pouvait bien avoir envie de manger de son plein gré des Nids de Cafards, des Bulles Baveuses ou encore des Gommes de Limaces ? Et pourtant, la confiserie était bondée. La jeune fille acheta tout de même quelques caramels et chocolats – sûrement pas des Chocogrenouilles, des chocolats bondissants, quasiment vivants, non merci – pendant que son amie s’offrait une montagne de Fondants du Chaudron. Emily nota dans un coin de sa tête de penser à demander à sa mère de lui envoyer quelques bonbons bien moldus, sa réserve de Tagada et de Dragibus fondait à vue d'œil.

 

Alors que les deux Gryffondor se dirigeaient vers Les Trois Balais pour se protéger de la bruine qui commençait à arriver, Teddy les interpella.

 

— Je peux me joindre à vous ? Ils vont chez Scribenpenne, dit-il en désignant ses camarades de Poufsouffle. Je n’ai vraiment pas envie de regarder Cameron s’extasier sur une plume de faisan pendant des heures.

— C’est qui Cameron ? demanda distraitement Emily.

— Sérieusement ? Ça fait plus de quatre ans que tu as des cours en commun avec lui ! Il est même en étude des moldus avec toi.

— Toujours aussi attentive et soucieuse des autres, notre chère Emily ! C’est lui là, le grand échalas brun avec des lunettes rondes, répondit Elladora.

— Il est né-moldu lui aussi, précisa Teddy. Mais contrairement à toi, il s’émerveille du moindre objet magique et de chaque coutume sorcière.

— Mais moi aussi je m’émerveille, s’exclama la petite brune. Mais vous pouvez quand même admettre que les sorciers ont quelques manies étranges. Et puis, vous pourriez vous mettre à ma place deux minutes ! C’est compliqué d’abandonner toutes les petites habitudes qu’on a eu le temps de prendre en vivant onze ans dans le monde moldu.

— Tu le caches bien ton émerveillement, ricana Elladora.

— C’est difficile pour nous de nous mettre à ta place, mais on peut compatir, tempéra Teddy. D’ailleurs, tu devrais échanger un peu avec Cameron. Il a beau s’enthousiasmer pour tout et n’importe quoi, il nous bassine régulièrement sur le fait qu’il aimerait pouvoir appeler ses parents de temps en temps.

— Il a bien raison ! C’est impossible d’avoir une conversation spontanée par hibou interposé. Ma mère s’est carrément acheté une chouette pour pouvoir me donner des nouvelles sans avoir à attendre que je daigne utiliser un des hiboux de l’école. Mais bon, rien ne vaut le téléphone !

— T’as qu’à parler de tout ça avec lui. Vous pourrez vous plaindre en cœur et arrêter de nous fatiguer avec vos lamentations. Ça profitera à tout le monde.

 

Ils pénétrèrent alors dans le repaire de Madame Rosmerta. La légende prétendait qu’elle avait été une très jolie femme, dont les courbes généreuses faisaient tourner la tête de tous les adolescents bouillonnants d’hormones. Aujourd’hui, c’était une vieille femme, aux cheveux grisonnants et à l’embonpoint certain. 

 

Teddy et Elladora commandèrent une Bièraubeurre alors qu’Emily jetait son dévolu sur un chocolat chaud bien crémeux. Une Bièraubeurre, quelle idée ! La Gryffondor était dégoûtée rien qu’en entendant ce nom. Elle ne pouvait pas s’empêcher d’imaginer une bonne grosse livre de beurre être plongée dans une bière bien brune et épaisse. Son œillade dégoûtée en direction des chopes de ses amis ne passa pas inaperçue.

 

— Est-ce qu’il y a une seule boisson sorcière que tu aimes, Emily ? demanda Elladora.

— Je…, réfléchit Emily. Je ne crois pas.

— Mais tu as goûté au moins ? interrogea Teddy.

— Ah oui, le jus de citrouille j’ai donné ! Ça a le goût d’une soupe de légumes qui aurait tourné.

— Et la Bièraubeurre ?

— Euh, je ne… Tu…., bafouilla Emily.

 

Teddy poussa sa chope vers elle avec un air de défi. Hésitante, la née-moldue saisit le verre. Du bout des lèvres, elle but une petite gorgée. Elle eut l’impression d’avoir avalé du caramel liquide. C’était doux, sucré et légèrement écœurant.  Ça avait le goût de l’enfance et d’une après-midi au coin du feu. Fière, elle ne décrocha pas un mot, rendit sa Bièraubeurre à Teddy et se remit à siroter son chocolat chaud comme si de rien n’était. Elladora échangea un regard amusé avec le métamorphomage.

 

Les cheveux de Teddy se mirent à grisonner et à pousser, des rides se creusèrent aux coins de ses yeux devenus bleus et ses traits s’épaissirent. Le portrait craché de Madame Rosmerta.

 

— Alors, Miss Quibble, qu’est-ce que vous en pensez de ma Bièraubeurre ? demanda le sosie de la tenancière d’une voix chevrotante.

 

Emily se dérida, prête à rendre les armes et à admettre que la mixture était buvable. C’était un grand pas pour elle, de ravaler son égo et d’avouer qu’elle avait eu tort.

 

— Victoire ! héla soudainement Teddy, reprenant son apparence habituelle.

 

Oh non, pas elle, songea la petite brune. Ou comment gâcher un après-midi agréable.

 

— Salut Teddy, répondit Victoire, sans un regard pour les deux filles. Je voulais te voir justement. Est-ce que tu pourrais veiller un peu sur Dominique ? Je crois qu’elle a un peu de mal à s’intégrer à Poufsouffle, et que les parents lui manquent. Tu sais ce que c’est, la première année. Mais je ne peux pas être tout le temps là pour la rassurer. Ça serait bien que tu passes un peu de temps avec elle.

 

Emily, qui avait commencé à se lever dès que la troisième année avait ouvert la bouche, se figea. La grande et formidable Victoire Weasley était donc capable de s’inquiéter pour quelqu’un d’autre qu’elle-même. C’était inattendu. Elle acheva de mettre sa cape et sortit, suivie par Elladora. Il était de toute façon temps de rentrer à Poudlard. Comme prévu, nulle trace de Lauren et Adrian qui étaient sans doute en train d’inspecter minutieusement tous les articles du magasin d’Accessoires de Quidditch. Dehors, la pluie s’était intensifiée et le vent s’était levé. Emily rentra la tête dans les épaules pour se réchauffer. Teddy, surgissant de nulle part, lui passa autour de la nuque l’écharpe rouge et or qu’elle avait oubliée sur sa chaise, ses doigts frôlant au passage son cou. Emily frissonna. C’est qu’il commençait à faire drôlement froid !

Note de fin de chapitre :

Alors, dans combien de mois il y aura plus de 10 000 livres au CDI ? :D

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.