S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier c’est possible avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Le S.A.M.S.U.N.G par MadameGuipure

[17 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Un énorme merci aux personnes qui ont lu le premier chapitre. Et un merci encore plus gros à oryna, CacheCoeur et Javalia pour ces petits mots qui m'ont fait chaud au coeur !

La sonnerie stridente du réveil de Lauren Carter réveilla brutalement le dortoir des filles de cinquième année de Gryffondor. Emily s’était lamentablement endormie sur son Livre des sorts et enchantements niveau 5, sa baguette à la main. Sa nuque et son dos lui faisaient souffrir le martyre suite à cette nuit passée pliée en quatre sur son bouquin. La veille, elle avait passé de longues minutes à expliquer à William Moore, le petit première année, qu’il ne pourrait pas utiliser son téléphone portable ou tout autre objet électronique moldu. Non, il n’allait pas pouvoir envoyer de SMS à ses parents, ni appeler ses grands-parents et encore moins jouer à Candy Crush s’il s’ennuyait en cours ou poster des photos sur Facebook. Il ne pourrait même pas prendre de photos avec son appareil photo numérique flambant neuf. Elle avait dû sécher ses larmes pendant longtemps et la soirée était déjà bien avancée quand elle s’était attaquée à ses révisions de sortilèges.

 

Elle était fatiguée. Elle méritait bien quelques instants de sommeil supplémentaires. Ses yeux commençaient déjà à se refermer, alors qu’Elladora, fraîche et fringante comme toujours, chantonnait en se dirigeant vers la salle de bain. Elle dut se rendormir pendant cinq minutes, car une main lui secoua violemment l’épaule.

 

— Emily ! Il est 7h15 ! Il te reste quarante-cinq minutes pour te préparer et descendre manger ! Tu sais bien qu’à la rentrée, il faut être en avance, le temps de récupérer son emploi du temps et remonter prendre les livres dont on a besoin, aboya quelqu’un.

 

Emily identifia la douce voix si compréhensive d’Elladora. Cahin-caha, elle se leva et fila se noyer sous la douche. Ving minutes plus tard, elle pénétrait dans la Grande Salle. Elle n’avait même pas eu le temps d’avaler une gorgée de café que Londubat se plantait devant elle.

 

— Miss ? Quel est votre nom, et votre année ?

— Quibble, Emily Quibble. Je suis en cinquième année.

— Ah oui, j’ai entendu parler de vous ! C’est bien vous qui ne suivez qu’une seule option car vous continuez en parallèle des études moldues par correspondance ?

— Oui, c’est moi, répondit Emily.

— Eh bien je vous souhaite bon courage pour tout mener de front, en particulier cette année avec les BUSE ! Tenez, votre emploi du temps.

 

Comme si elle avait besoin qu’on l’enfonce davantage. Déjà l’année dernière, elle n’avait pas réussi à tout gérer en même temps. Son cursus moldu en avait pâti et elle se retrouvait à redoubler sa troisième. Elle se doutait bien que cette fois-ci non plus, elle n’allait pas faire des prouesses. Comme elle avait hâte d’être en sixième année et de pouvoir se débarrasser de certaines matières ! Elle ne savait pas laquelle elle serait la plus heureuse d’abandonner : la métamorphose ou l’histoire de la magie ?

 

Et bien sûr, elle démarrait l’année scolaire avec un double cours de métamorphose. Un toast dans chaque main, elle se dirigea vers son dortoir pour récupérer ses livres. Haletante, elle débarqua dans la salle de classe au dernier moment et se glissa à la place vide près d’Adrian. Juste à temps !

 

— Bon retour à tous. J’espère que votre été a été studieux, car cette année est une année cruciale pour vous. Les BUSE, Brevet Universel de Sorcellerie Elémentaire, expliqua le professeur Warp, peuvent avoir une grande influence sur votre avenir professionnel. Si vous ne savez pas encore quel métier vous intéresse, je crains que vous ne deviez mettre toutes les chances de votre côté et avoir le maximum de BUSE possible. Et même si la carrière qui vous attire ne nécessite pas beaucoup de BUSE, il est toujours bon de réussir plusieurs matières. Concernant l’épreuve de métamorphose en particulier, les questions théoriques et pratiques peuvent porter sur l’ensemble du programme des cinq premières années. Aujourd’hui, nous allons commencer l’étude des sortilèges de Disparition…

 

L’esprit d’Emily se mit à divaguer tandis qu’elle jouait machinalement avec le pendentif qu’elle avait en permanence à son cou. Elle n’aurait jamais sa BUSE de métamorphose, même en travaillant d’arrache-pied. Cela semblait également compromis en astronomie ou en histoire de la magie. Si elle réussissait les autres matières, cela lui ferait cinq BUSE. Ce n’était pas bien glorieux. Mais puisqu’elle n’avait aucune idée de ce qu’elle pourrait faire plus tard, elle se contenterait de ce résultat.

 

Le reste de la journée continua sur le même ton. Tous les professeurs, sans exception, démarraient leurs cours par un discours angoissant sur les conséquences de leur score aux BUSE sur leur avenir. Même Binns, l’assommant professeur fantôme, s’y était mis ! Heureusement, cet enfer prenait fin avec un cours de sortilèges, en commun avec les Poufsouffle. Emily se laissa tomber devant une table vide, et Teddy la rejoignit rapidement.

 

Même en se creusant la cervelle, elle était incapable de se souvenir comment Teddy et elle étaient devenus amis. Pas de coup de foudre amical dès le premier voyage en Poudlard Express. Pas de rivalité scolaire qui avait fini par les rapprocher. Non, le hasard les avait juste fait s'asseoir côte à côte lors de certaines classes communes et ils avaient fini par sympathiser alors qu’ils semblaient si mal assortis. Lui, le garçon le plus magique qui soit, métamorphomage, fils d’un loup-garou et d’une Auror, tous deux héros malheureux de la Bataille de Poudlard, filleul du grand Harry Potter et élevé par une grand-mère qui avait été reniée par la Noble et Très Ancienne Maison des Black. Elle, la née-moldue tout ce qu’il y avait de plus banal, fille d’une femme au foyer et belle-fille d’un prof de maths, qui ne réussissait toujours pas à intégrer les us et coutumes sorciers et cachait dans sa malle un stock de bonbons moldus pour tenir l’année.

 

Le nouvel enseignant de sortilèges entra en trombe dans la salle avec cinq bonnes minutes de retard.

 

— Bonjour bonjour, désolé pour ce léger contretemps, j’avais oublié que j’avais encore un cours à donner en fin de journée. Bien, alors, quelle classe êtes-vous déjà?

 

Les élèves se regardèrent, médusés. Cette année n’allait pas ressembler aux précédentes. Le professeur Flitwick avait beau avoir l’air quelque peu bohème, ses cours étaient très organisés.

 

— Ah, je te tiens, s’exclama le professeur Viridian en brandissant triomphalement la liste des élèves. Cinquième année, Gryffondor et Poufsouffle, bien bien bien… Cinquième année, vous avez vos BUSE à la fin de l’année ! Je ferai de mon mieux pour vous aider à obtenir votre BUSE de sortilège. Je ne sais pas trop encore si je suis pédagogue, je ne me suis jamais imaginé professeur vous comprenez. Mais bon, je me suis dit pourquoi ne pas tenter le coup, les sortilèges c’est vraiment ma spécialité, je ne vois pas ce qu’il pourrait y avoir de compliqué à vous les enseigner. Et j’allais oublier ! Je suis le professeur Viridian.

 

Tout le cours continua sur cette lancée. Le professeur passait du coq à l’âne, racontant des anecdotes de sa vie passée et n’expliquant rien de concret. A la fin du cours, Emily n’avait écrit que cinq lignes sur son parchemin, et en louchant sur ceux de ses voisins elle remarqua que tout le monde avait eu les mêmes difficultés qu’elle pour identifier les informations potentiellement utiles dans le monologue de Viridian. Elle allait peut-être devoir revoir ses exigences à la baisse et viser plutôt quatre BUSE.

 

— Non mais c’est n’importe quoi ce prof, grommela-t-elle à l’intention de Teddy tout en tentant de rassembler en un chignon ses longs cheveux, qu’elle avait décoiffés à force de passer ses mains dedans pendant tout le cours. Les sortilèges, c’est une des seules matières que je suis capable de réussir, et lui il va tout gâcher.

— Oh tu sais, on peut quand même réussir. En sept ans, mon parrain n’a eu quasiment aucun prof potable en défense contre les forces du Mal et il s’en est sorti, une grand partie de sa promo s’en est sortie même.

— On ne peut pas vraiment dire que ton parrain était un élève lambda… Et même toute sa promo était exceptionnelle ! Ils étaient à Poudlard, en période de guerre. Le jury a sans doute été plus conciliant. Nous, on n’a aucune excuse. Pour l’instant. On devrait peut-être faire en sorte de déclencher une guerre ? Engager un tueur à gages pour qu’il tue des personnes au hasard dans les couloirs et que Poudlard ferme ? Non, j’ai mieux ! On s’arrange pour créer un nouveau virus magique inconnu super contagieux, on devra tous rester en quarantaine et les examens seront annulés !


Teddy soupira.


— Pas mal le coup du virus, mais pas très réaliste. Et le tueur dans les couloirs, ça a déjà été le cas il y a une vingtaine d’années. Bon, personne n’est mort, c’était juste un gros serpent qui se baladait et pouvait tuer quiconque croisait son regard, mais en tout cas Poudlard n’a pas fermé.

— Comment ça un serpent géant gambadait dans les couloirs?

— Laisse tomber. Tout ça pour dire que tu ne vas pas déjà commencer à stresser. On n’est pas des trolls non plus, y a pas de raison qu’on ne s’en sorte pas. On n’aura pas besoin de guerre, de serpent ou d’épidémie. Il faut juste qu’on révise.

 

Comme toujours, le pragmatique et studieux Teddy calmait les ardeurs d’Emily. Quel rabat-joie ! Le gars commençait à raconter une histoire flippante à base d’immense serpent aux yeux revolver, puis il revenait tout naturellement sur la nécessité d’étudier. C’était vraiment à se demander pourquoi ils étaient amis. La née-moldue bougonnait, remettait tout en question, et le métamorphomage répliquait de façon concrète et terre-à-terre.

 

Tout en parlant, ils s’étaient dirigés par automatisme vers la Salle d’étude inter-maison, suivis par une grande partie des cinquième année de Gryffondor et de Poufsouffle. Cette salle avait été créée il y a deux ans, lors de la troisième année d’Emily. Il avait fallu que le professeur Puff, enseignante de soins aux créatures magiques et nouvelle directrice de Poufsouffle, insiste pendant de longues années pour que McGonagall, l’ancienne directrice, craque et lui attribue une grande salle de classe abandonnée, non loin de la bibliothèque. Ici, contrairement à l’antre de Madame Pince, les élèves pouvaient parler en travaillant. Le but officiel était que les collégiens s’entraident. Bien sûr, officieusement, le professeur Puff souhaitait atténuer les rivalités entre les maisons qui étaient toujours à leur apogée au lendemain de la Guerre, les Serpentard étant bien souvent ostracisés puisque beaucoup d’entre eux étaient issus de famille de Mangemorts.

 

Poudlard n’était pas soudainement devenu le pays des Bisounours grâce à cette salle. Certains Serpentard étaient et resteraient toujours aussi polis que des chartiers. Il y avait évidemment des idiots dans chacune des quatre maisons. Mais les élèves avaient pu diversifier leurs amitiés plus facilement et n’étaient plus condamnés à passer la majeure partie de leurs journées avec leurs camarades de dortoir. Emily avait pu réaliser qu’elle était capable de sympathiser avec des Serpentard ou encore que certains Serdaigle pouvaient être bien plus détestables qu’un serpent. Serpent… Elle allait vraiment devoir creuser cette histoire de reptile qui batifolait dans l’école. Est-ce qu’il y avait un risque qu'elle tombe un jour nez à nez avec un gros python ? Brrr, rien que d’y penser, elle en avait des frissons.

 

— Les mômes prennent toute la place, ils n’ont pas leurs BUSE à la fin de l’année eux, qu’est-ce qu’ils fichent ici ? maugréa Elladora en toisant du regard les deuxième et troisième années éparpillés aux quatre coins de la salle.

— Ils ont bien le droit d’être là. Cette salle est faite pour se réunir, pas forcément pour travailler. Par contre, pourquoi j’ai toujours l’impression qu’ils sont trois fois plus nombreux que nous ? Certes ils sont bruyants, mais ils sont tout petits, ils ne devraient pas prendre autant de place, s’exclama Emily.

— C’est parce qu’ils sont effectivement trois fois plus nombreux que nous, répondit Elladora. On n’est que trois filles dans notre dortoir, alors que rien qu’à Gryffondor, il y a eu hier soir quinze petits nouveaux, dont huit filles ! C’est l’effet de la Guerre.

— Une sorte de Baby-boom sorcier quoi.

— De Baby quoi ? Je ne sais pas si tu imagines, mais rares étaient les sorciers à cette époque qui pouvaient envisager d’avoir un enfant dans ces conditions. Quand on y réfléchit, il y a proportionnellement beaucoup plus de nés-moldus dans notre promotion que dans les autres, même si à Gryffondor vous n’êtes que deux. Tu ne comprends pas la terreur qui régnait à la fin des années 1990.

 

Comme chaque fois qu’on la renvoyait à son rang de née-moldue qui ne comprenait rien aux tenants et aboutissants du monde sorcier, Emily se renfrogna. Certes, elle pouvait monologuer pendant des heures sur les habitudes absurdes des sorciers et sur leur manque de modernité, mais elle se sentait malgré tout membre à part entière de cette communauté. Entendre ces mots dans la bouche de sa camarade de dortoir sonnait comme un rejet, comme si, parce qu’elle avait grandi pendant presque onze ans dans le monde moldu, elle n’était pas une authentique sorcière. Elle savait que son amie ne se doutait pas une seule seconde que la petite brune pouvait interpréter ses mots ainsi, elle avait juste manqué de tact, mais il n’empêche que ça lui faisait un pincement au cœur. Comme si Elladora pouvait réellement témoigner de l’horreur de la Guerre, alors qu’elle était à ce moment-là bien au chaud dans l’utérus de sa mère. 

 

Tout en ronchonnant, Emily s’installa à la seule table encore libre et entreprit de commencer son devoir de métamorphose, sans jeter un seul coup d'œil à ses camarades. Comme à son habitude, elle écrivait avec son fidèle Bic. Les professeurs avaient fini par accepter les dissertations rédigées à l’aide d’un stylo à bille en constatant le nombre de copies tachées d’encre, souvent celles des nés-moldus malhabiles avec une plume, qu’ils récupéraient. Malheureusement le parchemin, lui, était toujours d’actualité et les paragraphes des devoirs d’Emily penchaient dangereusement. Dire qu’aucun sorcier n’avait encore eu l’idée d’inventer le parchemin à lignes ! 

 

Note de fin de chapitre :

Rendez-vous jeudi prochain pour le troisième chapitre !

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.