S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Concours hommage à Barbara - Ma plus belle histoire


De plus loin, que nous revienne
L’ombre de nos amours anciennes,
Du plus loin, de la première écoute…


Durant l'été 2022 (juin à août), nous, Juliette54 et Amnesie, vous proposons de déclarer votre amour à Barbara.
En un concours en trois manches, nous vous proposons de (re)découvrir ses chansons et son univers. Le premier chapitre (de 500 à 5000 mots) doit être écrit et mis en ligne d'ici le dimanche 10 juillet à 23h et doit s'inspirer d'une chanson de Barbara de ton choix et du thème Ma plus belle histoire...

Pour t'inscrire, nous donner le lien vers ton chapitre et pour plus d'info, nous t'invitons à consulter ce post sur le forum HPF !

Notre plus belle histoire d'amour, c'est toi, Barbara...


De le 03/07/2022 11:03


125éme édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 125e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Délaissez le temps d'une soirée la plage et les cocotiers,
votre clavier vous appelle, vous avez plein d'histoires à raconter !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De Équipe des Nuits le 03/07/2022 00:26


125éme édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 125e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Délaissez le temps d'une soirée la plage et les cocotiers,
votre clavier vous appelle, vous avez plein d'histoires à raconter !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De Équipe des Nuits le 28/06/2022 07:52


Concours officiel HPFanfic


Les 25 ans de Harry Potter

 

L'équipe de modération HPFanfic vous propose un concours d'écriture afin de célébrer dignement les 25 ans de Harry Potter.

Vous avez jusqu'au 25 août 2022 pour publier votre texte ! Les votes seront lancés dans la foulée.

Laissez-vous tenter par l'aventure en suivant ce lien ! Vous y trouverez les différentes modalités de ce concours.

A bientôt !


De L'équipe de modération d'HPFanfic le 25/06/2022 17:25


Assemblée Générale Ordinaire 2022


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 24 juin 2022, à 22h.

Venez lire et discuter, et voter pour les candidats au conseil d'administration.

Bonne AG !
De Le CA le 17/06/2022 23:08


124ème édition des Nuits


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 124e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 24 juin à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De L'équipe des Nuits le 08/06/2022 18:45


Sa collègue, la sorcière... par AliceJeanne

[1 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Attention à l'aternance des points de vue!

 

Tous les chapitres impairs sont de celui d'Alisha et les chapitres pairs du point de vue de Yasmin.

 

Cette histoire se passe dans le même UA que ma grosse fanfiction Entre Autre, il n'est cependant pas nécessaire de l'avoir lue pour comprendre celle-ci qui est centrée sur d'autres personnages.

 

TW: maladie, deuil

Note de chapitre:

POV: Alisha

 

Illustration faite par mes soins

oOo

 

Lundi 12 juillet 1993, 10h,

Il faisait encore un temps pourri à en faire rougir un compost, et naturellement, Peter n’avait pas trouvé pertinent de rentrer les chaises. Les touristes anglais sont habitués au mauvais temps selon lui. Grand bien leur en fasse, ce n’était pas mon cas, et pourtant j’étais née à Preston et y avais vécu quelques années, jusqu’au primaire, avant que mon père ne trouve du travail sur les chantiers maritimes à Portsmouth, je connaissais donc bien la pluie sans pour autant l’apprécier. Et le crachin mouillant mes jambes nues par l’obligatoire jupe de ma tenue de serveuse ne risquait pas de me faire changer d’avis. Selon Peter, toujours, le port de la jupe était une chose essentielle à toute lady qui se respectait. Je ne savais pas d’où il tenait ces préceptes d’un autre temps, mais j’avais bien envie de lui faire manger ledit vêtement de torture. Comme si toute une année scolaire en uniforme n’était pas suffisante... Ma mère trouvait que cela m’allait à ravir, elle avait vraisemblablement plus besoin de lunettes que moi. Coddy, ce traître de petit morpion, riait à chaque fois qu’il me voyait descendre les marches, la mine plus renfrognée que si je devais me rendre à l’enterrement de Stan Lee mon fournisseur officiel de divertissement. Mon père lui, mentionnait juste le fait que j’avais l’air plus féminine dans cette tenue qu’avec mes vêtements habituels. Je les aimais, mais parfois j’aurais juste préféré qu’ils fassent comme si je n’existais pas.

« Alisha ! Arrête de rêver et va donner l’addition de la 2 !

- J’y vais, Peter, grommelais-je. »

Dire que je détestais les gens s’asseyant chaque matin à la table 2 durant les quinze premiers jours d’été chaque année aurait été un euphémisme. Un couple de touristes français avec leurs quatre horribles gamins remuants. Je ne comptais même plus le nombre de verres qu’ils avaient brisé sur le sol à mes pieds. L’aîné était certainement le pire, de mon âge ou peut-être un peu moins, l’air malin et les yeux inquisiteurs, un peu trop à mon goût. Sentir son regard sur moi me répugnait et me donner envie de cracher dans son chocolat agrémenté d’un coulis de fraise. Malheureusement pour moi, Peter ne jugeait pas cette proposition professionnelle et je devais me contenter d’imaginer sa jolie petite tête entrer en contact impromptu avec mon poing refermé. Le père travaillait à la Défense et passait sans arrêt tout un tas de coups de fil auxquels je ne comprenais rien, d’une part car ma connaissance du français était tout à fait relative et d’autre part car il babillait plus vite que mon frère lorsqu’il énumérait les noms de ces dinosaures préférés.

« Guillaume, laisse la jeune-fille tranquille !

- Non ! »

Ledit Guillaume, haut comme trois bottins, s’était découvert une passion pour mon calepin et trouvait visiblement qu’il avait bien trop de pages. J’arrachais l’objet des mains du môme qui partit dans une sérénade ayant le potentiel pour réveiller l’ensemble des locataires du cimetière local. Ciel, que je haïssais les enfants. Le seul que je tolérais était Coddy, et encore, seulement les bons jours, lorsqu’il venait m’apporter un dessin avec sa petite bouille d’ange tombé du paradis. Lorsqu’il fallait se battre pour la dernière part de tarte aux mures, c’était mon plus terrible ennemi.

« La, la, grognais-je, tiens, prends une feuille plutôt. »

J’arrachais de mauvaise grâce les premières pages du précieux bien tout juste récupéré. Exaspérée par les mioches mais pas un monstre non plus. Enfin, je voulais surtout conserver mes tympans pour pouvoir aller écouter le groupe local le 13 août. Je n’étais pas fan de leur style, mais l’ambiance y était toujours plutôt sympa.

« Alisha ! On a besoin de toi en cuisines ! »

Sauvée par Peter, Amaury n’aurait pas le temps d’étaler sa compote sur mon t-shirt neuf, au grand désespoir du petit dernier qui riait déjà aux éclats. Sans attendre mon reste et après avoir laissé l’addition à Mr Leblanc, je filais derrière le bar, poussant nonchalamment les portes menant à l’intérieur du petit café. Là, un désastre. Elliot Miles avait encore frappé. Mon meilleur ami affichait une mine catastrophée, avachi au milieu de la pièce, des débris de verre tout autour de lui.

« Nom d’un chien ! m’écriai-je. Comment as-tu fait ?

- Je rangeais, lorsque tout d’un coup, j’ai vu une assiette s’envoler...

- La vraie raison ! le coupai-je. »

Elliot était un incorrigible rêveur, doublé d’un maladroit hors pair. Et il n’était pas rare qu’il fasse étalage de ses talents de scénariste en dehors des rédactions que nous avions en devoir à l’école.

« Ali’, je te le jure, sur mon édition spéciale du Guide du voyageur galactique, j’ai vraiment vu une assiette voler.

- Et moi je suis la fille cachée d’Iron Man et Captain America. »

Il soupira et je dégageai d’une pichenette quelques débris prisonniers dans ses boucles rousses. C’était un véritable massacre et Peter voudrait certainement nous noyer dans ses propres larmes de désespoir lorsqu’il en verrait l’étendue. Sans attendre une minute de plus, je tendis la main à Elliot pour le relever et me mis en quête d’un balai. Mon expédition ne fut cependant nullement couronnée de succès et ne récolta qu’une pile de serpillières sales, et quelques familles d’araignées qui auraient fait pousser des hurlements à Coddy. En désespoir de cause, je pris la pelle destinée à retirer le sable de la terrasse et me redirigeai vers la scène de crime. Peter n’avait vraisemblablement encore rien vu, ce qui tenait du miracle. Il ne fallait cependant pas trop jouer avec la chance.

Quelle ne fut pas surprise de me retrouver devant une pièce intégralement vidée de tout indice lorsque je remis les pieds dans les cuisines. Je lâchais la pelle de stupéfaction et son tintement sur le carrelage rameuta Peter qui me jeta un regard lourd de sens, avant de disparaître de nouveau. Ses clients préférés, un couple d’écossais, étaient installés sur la table la plus exposée aux intempéries, et je savais qu’il ne perdait jamais l’occasion de bavasser avec eux de toutes les choses absurdes pouvant rythmer ses journées. Au moins n’avait pas conscience des bévues d’Elliot.

« C’est bon ! J’ai retrouvé le balai ! s’exclama-t-il en surgissant du cagibi.

- Pas besoin, un lutin du Père Noël a certainement beaucoup d’avance cette année, déclarai-je en ramassant ma pelle pour la poser contre la poubelle.

- Qu’est-ce que tu racontes ?!

- Regarde un peu autour de toi.

- Il n’y a rien.

- Justement Elliot, justement...

- Oh. OH. »

Il afficha un instant une mine circonspecte.

« Tu veux dire que ce n’est pas toi qui as tout ramassé ?

- Non.

- Et ce n’est pas moi.

- Sauf si tu es capable de te dédoubler, j’en doute.

- Mais alors, qui l’a fait ?

- Sans doute l’expert en télékinésie de toute à l’heure qui s’essaye au ménage de printemps avec un peu de retard.

- Je t’assure que cette assiette volait. »

Je haussai les épaules, je n’avais pas le temps pour ce genre de choses et Elliot trouvait certainement cela hilarant de me faire une blague, après tout, il adorait la magie et je ne comptais plus le nombre de tours de cartes qu’il m’avait fait subir depuis que je le connaissais. Il s’essayait très certainement à l’étape du dessus. Je n’avais qu’à jouer le jeu pour lui faire plaisir. Alors que je me mettais en quête des débris de verre, Elliot ne pouvait avoir réussi à tout nettoyer, j’entrai en collision avec une tornade de boucles brunes dégageant un étrange parfum d’encre et de livres neufs.

« Excuse-moi ! bafouilla la jeune-fille à qui elles appartenaient. C’est mon premier jour et je suis déjà arrivée en retard ce matin, alors... »

Mais je n’écoutais déjà plus ses babillements. Cette fille, je l’avais déjà vue. Et même plutôt deux fois qu’une. Elle avait été ma voisine de classe pendant ma quatrième année de primaire et avait été la première personne à m’inviter à une fête d’anniversaire. Et surtout, elle était connue dans tout le coin pour être toujours accompagnée de faits plus étranges les uns que les autres. Une de ses sœurs, Lara, fréquentait, comme moi, The Bay CE School, et la benjamine, Rym, était une amie de Coddy. Mais elle-même n’avait pas été aperçue depuis son entrée dans le secondaire, dans une prestigieuse pension écossaise d’où elle ne revenait que deux fois l’an, pour Noël et pour les vacances d’été. Que faisait donc cette fille, tout bonnement brillante, dans mon café de lycéens fauchés voulant juste économiser pour trois comics et payer l’uniforme de l’année suivante ?

« Ce n’est pas grave. Bienvenue ici.

- Merci. »

Elle regardait ses pieds, visiblement mal à l’aise. Pourtant, dans mon souvenir, elle n’était pas si timide, bien que non populaire. Préférant se déguiser en Spider-Man plutôt qu’en princesse pour Halloween et dévorant les romans plus vite que son ombre, lorsqu’elle ne jouait pas avec ses deux sœurs.

« C’est toi qui as nettoyé les débris de verre ? »

Ses épaules frémirent et j’arquai un sourcil.

« Oui, c’est moi.

- Tu vois Elliot, fanfaronnai-je, pas de magie ! Juste de l’huile de coude. »

Mon meilleur ami leva les yeux au ciel avant de me tirer la langue et la nouvelle venue en profita pour s’enfuir vers la terrasse, les bras chargés de corbeilles de pain. Bizarre. Elle n’avait pourtant rien fait de mal.

« Alisha ! La 2 te demande encore ! »

Je réprimais un grincement, les Leblanc n’avaient décidément pas l’intention de me laisser en paix. Et aux cris parvenant à mes oreilles, je devinais qu’Amaury avait finalement trouvé quelqu’un à tartiner de banane mixée. Soufflant pour évacuer ma frustration, je m’emparai d’un lot de serviettes en papier et partit en direction de mon sombre destin. Seul un petit point parvint à me distraire dans ma tâche, le mouvement d’un tablier bleu, rehaussé sans cesse, car si une chose était restée immuable en quatre années c’était bien la petite taille de Yasmin Lowe.

oOo

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.