S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Le Savant Fou - Effraction au Ministère - Deuxième Edition du concours !


Vous aviez aimé le concours du « savant fou » ? Les aurors Scamender et Gaunt sont de retour avec une nouvelle mission pour les cadets en formation!

Votre histoire sera cette fois centrée sur la médicomagie, et plus précisément sur les maladies sorcières et les accidents magiques. En effet, la communauté sorcière est en danger à cause d’un virus qui s’attaque aux noyaux des sorciers, et les forces de l’ordre ont besoin de mains supplémentaires. Etes -vous donc prêt à relever le défi et à rejoindre le bureau des aurors ? »

Les inscriptions seront ouvertes jusqu’au 16 mars 2024 . Une fois que vous serez inscrit, vous devrez choisir votre POV : écrire du côté des médicomages ou des patients.
Venez nous rejoindre au bureau des aurors . Nous avons vraiment besoin de vous ! C'est par ici pour transplaner ! !

A très vite, les cadets !


De Le Savant Fou - Effraction au Ministère ! le 24/02/2024 21:24


Journées Reviews de Février 2024 !


Aux membres d'HPF,

Les prochaines Journées Reviews auront lieu du vendredi 23 au lundi 26 février. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page jusqu'au jeudi 22 février.

A bientôt !


De Equipe des JR le 15/02/2024 22:17


141e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 141e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 23 février à partir de 20h. Venez fêtes avec nous la fête des amoureux. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !



De L'équipe des Nuits le 11/02/2024 10:09


Nuit érotique de février !


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 140e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 16 Fevrier à partir de 20h. A l'occasion de la St-Valentin, il s'agira d'une nuit érotique. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'Equipe des Nuits le 09/02/2024 19:58


JR de Janvier


Aux membres d'HPF,

Les prochaines Journées Reviews auront lieu du vendredi 26 au lundi 29 janvier. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page jusqu'au jeudi 25 janvier.

A bientôt !


De Journées Reviews le 23/01/2024 19:51


139e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 139e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 20 Janviet à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !



De L'équipe des Nuits d'HPF le 09/01/2024 19:07


Beauté sombre par jalea

[17 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Bonjour,

J’espère que vous allez bien.

Voici le chapitre 2. Je ne sais pas encore trop où je vais avec le thème des vampires mais je vais essayer d'éviter les clichés, même si cela risque d'être difficile xD

Un grand Merci à Elowl, Athena666, Elianna pour leurs reviews au premier chapitre et aussi à SumiShann pour sa correction.


Bonne lecture,
à bientôt.
Chapitre 2 : Le baiser du vampire.





— Je m’ennuie...

Je tourne la tête pour offrir un sourire conciliant à ma voisine, Beth Goldstein. Elle soupire lourdement, avant de bloquer sa plume entre son nez et ses lèvres. Moi, ça m'arrange d'avoir un double cours d'Histoire de la Magie. Je peux faire mes affiches tranquillement, sans me soucier du professeur Binns, qui est perdu dans un monologue sur la révolte des Gobelins.

— Qu'est-ce que tu fais ? m'interroge la blonde, quelques minutes plus tard.

Je relève la tête dans sa direction et la gratifie d'un sourire étincelant. Il était temps ! J’espérais bien qu'elle me pose cette question. Je brandis sous son nez mon affiche la plus réussie.

Beth grimace légèrement. Bon, c'est vrai que mes talents de dessinatrice laissent un peu à désirer, mais c'est l'intention qui compte, non ?

— Je fais quelques tracts pour venir en aide aux vampires. Tu as lu la Gazette ? Le ministère a lancé un nouveau décret visant à...
— J'ai lu ça, oui, me coupe immédiatement la Gryffondor, craignant sans doute que je me lance dans une discussion interminable. Minchum a totalement perdu la tête, je n'aimerais pas être à la place de ce vieux croûton.

Je me remets au travail, un peu déçue par son manque d'enthousiasme, mais pas réellement surprise. Beth Goldstein est la personne la plus profondément blasée de Poudlard. Elle est dévorée par un terrible ennui ; rien ne semble véritablement la réjouir ou l’intéresser, pas même la compagnie de ses amis ou de sa famille. Son visage rond, un peu bouffi et ses yeux petits et enfoncés lui donne un air toujours endormi. Beth passe la majorité de son temps à bailler, si bien que cela a fini par inquiéter le professeur McGonagall, en deuxième année : « Cette petite souffre de quelque chose ! » avait-elle dit à l'infirmière. Bien sûr, il n'en était rien.

Beth n'est pas malade, elle trouve juste que : « c'est barbant d' aller en cours » et elle est assez polie pour le montrer à nos professeurs. La blonde a peu d'amis parce qu'elle donne l'impression de se ficher royalement de tout. Ce n'est pas (entièrement) vrai. Elle m'a avoué avoir beaucoup de mal à se concentrer dans des activités intellectuelles intenses et persistantes, du mal à parler de banalités avec ses camarades. Elle trouve cela fatiguant et surtout : ça l'ennuie.

En ce qui me concerne, je respecte sa personnalité. Sur certains points, nous ne nous ressemblons pas du tout. Mais elle aussi, me prend comme je suis. C'est ce qui fait que notre étrange amitié fonctionne.

— Pourquoi ? je demande distraitement, le nez dans mes parchemins.
— Ben, c'est clair que leur communauté ne va pas apprécier, répond l'adolescente sur le ton de l'évidence. Si j'étais Minchum, je m'enfermerais à triple tour dans mon bureau. J'aurais trop peur que des vampires me tombent dessus, qu'ils me vident de mon sang pour ensuite me jeter dans un vieux caniveau...

Sa voix est calme et posée comme d'habitude, il n'y a aucune trace de peur sur son visage. Je la regarde béatement, en clignant des yeux.

— Ou pire, qu'il me donne le baiser du vampire, ajoute-t-elle avec une sérénité inimitable.
— Le baiser du vampire ? Qu'est-ce que c'est ?

Cela ne me dit rien du tout, pourtant j'ai lu quelques bouquins sur le sujet. La blonde lâche un soupir à fendre l'âme, avant de répondre :

— C'est un rituel assez sordide. D'abord le vampire suce le sang de la personne qu'il veut « engendrer » mais il ne doit pas tout boire hein, au risque de la tuer. Ensuite, le vampire lui donne un baiser pour sceller le rite. Une fois que c'est fait, pour que la personne devienne vampire à son tour, elle doit boire le sang d'un autre humain. C'est assez barbare, je trouve. Et franchement répugnant.
— Répugnant ?
— Je te laisse imaginer la chose, si...

Son regard se pose inconsciemment sur les Maraudeurs et un fin sourire moqueur étire ses lèvres. James Potter, un grand brun à lunettes plutôt baraqué s'amuse à jeter des boulettes de papiers sur la tête de Severus Rogue, qui les esquive avec agilité. A côté de lui, Sirius Black et Peter Pettigrow se marrent comme des baleines, ce qui me fait lever les yeux au ciel.

Sérieusement, c'est quoi ces gamineries ? Ils sont en septième année !

— Tiens, imagine un peu que Potter soit un vampire et qu'il veuille un sous-fifre à sa botte, lance Beth en riant. Un matin, il se dit « J'ai bien envie d'avoir un larbin qui fera tous mes devoirs. Pourquoi pas un prof ? » et là, dans le couloir, il tombe sur qui ? Le bon vieux Slug...
— Non ?!

Voilà que je me laisse prendre au jeu, alors que son histoire est tout ce qu'il y a de plus invraisemblable.

— Potter n'aurait pas le choix, il serait obligé d'enfoncer ses crocs dans la gorge de Slughorn et lui rouler ensuite un patin pour que le vieux accepte de faire ses devoirs.

Je fais la moue ; mon amie a quand même une drôle d'imagination.

— Beurk, c'est dégoûtant, Beth ! Maintenant, j'ai l'image en tête...

La blonde pouffe de rire, amusée.

— T'as qu'à remplacer Slug, se moque-t-elle.

Je lui rends son sourire. Cette question ne nécessite aucune réponse, Beth sait que j'en ai strictement rien à faire de Potter. Il est arrogant, présomptueux et railleur, tout comme Sirius Black.

Mais revenons à nos lutins, je ne suis pas certaine de comprendre ce qu'elle veut dire.

— Gardons Slughorn. Tu veux dire qu'il... qu'il serait dans l'obligation de faire tout ce que Potter voudrait ? Comme un esclave ?
— C'est l'idée. Tous les vampires ont un maître de première génération.
— De première génération ?

Mes yeux doivent ressembler à deux soucoupes géantes. Comment se fait-il que Beth en sache plus sur les vampires que moi ?

Ses petits yeux marrons se fixent sur les miens.

— Ceux qui sont nés vampire, explique patiemment la rouge et or.

Je laisse planer quelques instants de silence, le temps de réfléchir.

— Je n'ai jamais entendu parler du « baiser du vampire », je souligne en croisant les bras sur ma poitrine.
— Certains appellent cela se faire « vampiriser », mais ça revient au même. Ma mère a une bibliothèque remplie de vieux bouquins, et comme l'été, je m'ennuie... se justifie la blonde en soupirant.

Je retrouve le sourire, voilà pourquoi j'apprécie tellement Beth, elle est très cultivée, on peut parler de tout et elle m'apprend un tas de choses.

— Tu pourrais demander à ta mère de m'envoyer ses livres concernant les vampires ?
— Oui, si tu crois que ça peux t'aider...

J'enroule une mèche de cheveux autour de mes doigts, ce que je fais toujours lorsque je suis nerveuse. J'ai un mauvais pressentiment, et il me prend maintenant comme un regret de m'être embarquée dans cette croisade.

Sans que je ne puisse rien y faire, le regard bleu acier de Elgar me revient en mémoire, comme s'il était devant moi ; peu à peu, ses traits se dessinent dans mon esprit. Les poils de mes bras se hérissent, tandis que je repousse cette illusion avec force.

C'est vrai, ce garçon a quelque chose d'effrayant. Je ne vais pas faire marche arrière pour autant.

— Tu... tu as déjà rencontré un vampire ? je lui demande à mi-voix.
— Non. Seulement une sirène qui a essayé de m'arracher le bras. Elle était plutôt sympathique.

Ne vous formalisez pas, Beth trouve tout le monde « sympathique ».

— Est-ce que tu acceptes d'être la première à signer ma pétition ?
— Bien sûr, répond aussitôt cette dernière en souriant.

Mon cœur bondit de joie, tandis qu'elle griffonne son nom en début de page. Je n'ai même pas eu besoin de la convaincre. Peut-être que la tâche va s’avérer plus facile que ce que je pensais ?

— Voilà, dit-elle joyeusement en me rendant mon parchemin, il ne te reste plus que mille neuf cent quatre-vingt-dix neuf signatures à récolter !

Mon sourire s'évanouit instantanément.

Beth Goldstein a toujours le chic pour démoraliser les gens et ce, sans même s'en apercevoir.


******



— C'est pas que je veux pas signer ta pétition...


Je ferme un instant les yeux pour m'empêcher d'étriper Peter Pettigrow. Cela fait une vingtaine de minutes que j'essaie de lui expliquer ma démarche, sans succès. Le jeune homme me regarde d'un air totalement ahuri, comme si je l'avais brusquement tiré de son sommeil.

— Mais je ne comprends pas pourquoi c'est toi qui t'en charges. Je croyais que tu étais une Vélane ? Ce qui est étrange d'ailleurs, parce que je pensais que les Vélanes étaient toutes blondes...

Je me mords l'intérieur des joues pour ne pas répliquer. Je ne suis pas à cent pour cent une Vélane, bon sang ! Je ne suis qu'à moitié Vélane, j'ai hérité des traits et couleur de cheveux de mon père. Combien de fois vais-je devoir le répéter ?

Je le savais, j'aurais dû commencer par Sirius Black ! Malheureusement, Pettigrow est le premier Maraudeur sur lequel je suis tombée et j'étais tellement impatiente d'obtenir ne serait-ce qu'une de leurs signatures... les Maraudeurs sont admirés, adulés, aimés, divinisés comme de véritables dieux grecs. Si ces quatre garçons signent ma pétition, les autres Gryffondor suivront le pas, sans se poser de questions.

— Si je m'en charge, c'est par pur esprit de solidarité, je grince entre mes dents, perdant patience. Alors, tu veux bien ajouter ton nom ? je demande une nouvelle fois.

Je lui tends mon parchemin ainsi qu'une plume, lui décochant mon plus beau sourire. L'adolescent me dévisage un instant en rougissant, puis lâche :

— Seulement si James et Sirius sont d'accord.

Mon sourire se dissipe tandis que mon visage s'assombrit. Il se moque du monde ? Quelle perte de temps !

— Tu as besoin de leur approbation, Peter ?

Mon ton a cessé d'être amical, et j'insiste bien sur son prénom pour l'impliquer davantage dans la discussion. Pettigrow rougit de plus belle, et détourne le regard un quart de seconde.

— Non, mais nous sommes tous les quatre solidaires. Remus doit aussi accepter, hein...

Ma bouche s'entre-ouvre sous l'effet de la surprise. Peter Pettigrow me rejette mes propres paroles à la figure pour s'esquiver !

— Tu devrais tenter le coup avec Evans, lance-t-il d'un air désolé, en voyant la rousse passer la grande porte.

Je lâche un faible soupir et me relève du canapé. J'étais persuadée que ma pétition serait accompagnée d'une centaine de signature avant la fin de la journée, mais pour le moment, je n'ai obtenu que trois signatures.

J'ai attiré l'attention de quelques étudiants de cinquième et sixième année, l'ennui c'est qu'ils ne sont pas majeurs, et je n'ai pas envie que le Ministère réfute ma pétition pour ce simple motif.

Arrivée à la hauteur de notre préfète-en-chef, je plaque un grand sourire sur mon visage. Lily Evans n'est pas dupe, elle m'observe en fronçant les sourcils.

— Tout va bien, Judith ?

Je me contente de hocher la tête, sans perdre le sourire. Lily n'est pas ce que l'on peut considérer une amie proche, mais c'est une bonne camarade de classe, et je sais qu'elle aussi est contre les décrets de recensements.

— Tu as sans doute lu les dernières nouvelles dans la Gazette ? Ce qu'impose le Ministère aux vampires est tout bonnement scandaleux ! J'ai donc pris d l'initiative de leur venir en aide et de...

— Où est-ce que je signe ? m'interrompt-elle avec un demi-sourire.

Mon sourire s'élargit, je savais que je pouvais compter sur notre préfète.

— Juste là... merci beaucoup ! Je sais, il y a peu de signatures pour l'instant, dis-je en remarquant sa mine étonnée, mais je viens seulement de commencer ma tournée.

Mon enthousiasme débordant ne la refroidit pas, au contraire. La rouquine m'adresse un sourire encourageant.

— Et j'ai aussi prévu quelques réunions, ainsi qu'une ou deux manifestations...

Je me mordille la lèvre inférieure pour m'arrêter de parler. Qu'est-ce qui me prend ? Je n'ai pas besoin de me justifier auprès d'elle. Sans que je ne sache vraiment pourquoi, Lily Evans m'a toujours un peu impressionnée et intimidée. Sûrement parce qu'on la prend toujours au sérieux, contrairement à moi.

C'est pas faute d'avoir essayé. J'ai beau prendre ma posture la plus rigide, ma voix la plus autoritaire... rien n'y fait, je ne suis tout simplement pas crédible aux yeux de mes camarades. Je crois que c'est à cause de ma voix ; elle est trop enfantine.

— Je suis certaine que tu obtiendras très vite les signatures manquantes, me rassure Lily. Tu me tiens au courant pour les dates de réunions ?
— Évidemment, tu seras la première informée.

Elle grimace, puis finit par dire :

— Peut-être que si un Maraudeur signait ta pétition, cela encouragerait les autres Gryffondor ?
— Oui, sûrement, fais-je en soupirant.
— Tu devrais demander à Remus.

Je hoche la tête, sans grande conviction. Remus Lupin est le plus discret de la bande, je ne le connais que très peu et j'ai peur qu'il m'envoie sur les roses comme Pettigrow vient de le faire.

Je remercie néanmoins la rouquine, c'est agréable de se sentir soutenue.

— Judith ?

Je me fige net et fais volte-face vers la préfète, surprise.

— Oui ?
— Et les professeurs, tu y as pensé ?

Je cligne bêtement des yeux. Il y a une vingtaine de professeurs à Poudlard, sans compter la bibliothécaire, l'infirmière, le concierge et le Garde-Chasse...

Je me fends d'un grand sourire.

— Merci, Lily !
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.