S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Le terrier par TheHenriette

[1 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

 

"Le Terrier" est un OS que j'ai écrit dans le cadre du concours organisé par le très qualitatif répertoire Bibliothèque de Poudlard. Le sujet imposé est 'le temps qui passe', ce qui, je ne vous le cache pas, m'a mis la chanson de Johnny dans la tête. Merci pour ça !

Alors pour exprimer cette idée de temps qui passe, qui défile, qui s'écoule (merci au dictionnaire des synonymes) j'ai décidé de choisir un angle particulier que je vous laisse découvrir ici :)

N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, comme toujours je suis ouverte aux critiques !

 Bonne lecture.

 

Pour avoir une idée de l'heure qu'il est, ou plus généralement, du temps qui s'écoule, certains regardent leurs montres. De tout temps, l'homme a cherché à compter, à voir le temps passer, comme pour s'échapper de sa fatalité. Cadrans solaires, horloges, montres bracelet, montres à gousset. Les moldus ont même des montres digitales. Des montres sophistiquées qui vous réveillent lorsque le temps est venu de se lever.

 

Moi, lorsque je souhaite me rendre compte du temps. Des années passées, des jours entiers dédiés à la vie, je regarde la maison des Weasley. Dans le merveilleux comté du Devon, au sud de l'Angleterre et face à la pointe Normande, il y a la ville de Loutry Ste Chaspoule. Et en bordure du village de Loutry Ste Chaspoule, il y a le Terrier.

 

Au départ, ce n'était qu'une petite maison comme les autres. Une petite bicoque sans étage, entourée d'un petit poulailler. Une charmante maison au milieu d'un grand terrain à l'herbe rase, verte et grasse, comme un lit naturel pour quiconque souhaiterai se reposer. Une maison modeste avec un toit rouge et une mare aux grenouilles.

 

Il y a d'abord eu la naissance de leur premier enfant. Un petit garçon qu'ils ont appelé William, que tout le monde s'accorde à appeler Bill. La petite maison ne changea pas, en tout cas pas que je puisse le voir. J'imaginais pourtant le chambardement que provoque l'arrivée d'un tout petit être. L'apparition de jouets pour enfants, d'un berceau, d'une chaise haute... Mais ce que je vis moi, en modeste voisin, ce fut la clôture installée autour du poulailler le jour où le coq décida qu'il n'aimait guère les humains miniatures. Il était allé picorer les pieds du bébé qui jouait innocemment dans l'herbe, le faisant pleurer.

 

Ce soir-là, au dîner, j'appris que les Weasley mangèrent du poulet rôti.

 

Deux ans plus tard, je reçu le faire-part d'un deuxième enfant. Le petit Charles, dit Charlie, dont Bill protégeait chaque mèche de cheveux des ennemis potentiels, notamment ces saletés de volailles qui rodaient l'œil avide. Cette nouvelle naissance provoqua un changement notable. La maison avait désormais un étage, un second toit par-dessus le premier, avec sa propre cheminée. Comme une seconde maison posée sur la première, maladroitement il faut le dire.

 

L'arrivée de Percy, qui était aussi roux que ses frères et ses parents, fit ajouter à l'édifice une petite pièce. Comme une petite tourelle accrochée au flan du premier étage. Elle y tenait forcément par magie, mais aussi un peu par miracle cela ne faisait aucun doute.

Le jardin changea également ces années-là. Accaparés par leurs trois bambins, j'imaginais Molly et Arthur épuisés le soir, négligeant cet aspect frivole qu'est l'apparence. À Loutry Ste Chaspoule, on se moquait bien de l'allure des maisons, tant que leurs propriétaires nous étaient cordiaux. Et il n'y avait pas plus aimable que les Weasley !

 

En 1978, la maison du Terrier prit encore de la hauteur. Deux étages, pas un de moins, furent ajoutés. Empilés les uns sur les autres, comme s'ils jouaient à un jeu de Jenga géant.

Lors de mes promenades sur les collines, je ne pouvais m'empêcher de regarder cette maison. Cette bâtisse incongrue qui semblait parfois tanguer au rythme du vent. Et je ne pouvais réprimer une pointe d'appréhension en cas de fortes tempêtes.

La naissance des jumeaux Fred et Georges, nommés ainsi en hommage à leurs oncles Fabian et Gideon, a terminé de transformer le jardin en vaste jungle. Occupée par cinq enfants, Molly Weasley n'avaient guère plus le temps d'entretenir sa pelouse.

 

Pour la plus grande joie des commères du village, la famille Weasley continua de s'agrandir. Quand, des larmes d'émotions dans les yeux, Arthur annonça qu'il avait désormais une fille, une petite princesse nommée Ginevra, je su que plus jamais Molly Weasley ne tomberai enceinte. Elle venait d'accomplir l'exploit, donner naissance à la première fille Weasley depuis sept générations.

Et la maison prit un dernier étage. Un ultime toit de plus sous lequel le jeune Ronald s'employait, avec vigueur, à soutenir les Canons de Chudley.

A chacune de mes promenades, longues marches nécessaires à ma bonne santé, selon les dires du médecin et de ma femme, je regardais cette maison. Cette maison devenue bancale au milieu d'un jardin de mauvaises herbes que les gnomes envahissaient avec une ardeur et un acharnement inégalés.

 

La vie de la famille Weasley suivit son court, telle une rivière s'écoulant jusqu'à l'océan. Les enfants entrèrent à Poudlard, les uns après les autres. Les plus grands quittèrent le foyer, sous les larmes de leur mère. Et la maison ne changea plus, elle resta la même, comme un repère, un phare, un point fixe vers lequel se tourner quand les événements se bousculent.

 

Jusqu'au 1er août 1997.

 

Soudainement tout changea. Le jardin fut entretenu, dégnomé, débroussaillé. Bill Weasley allait épouser Fleur Delacour, tout un tas de sorciers français allaient arriver. Un chapiteau blanc s'imposa à côté de la maison, donnant au terrain une allure tout à fait particulière. Le blanc pur contrastait drastiquement avec le rouge rouillé de la maison aux multiples cheminées.

 

Et la guerre frappa. Elle frappa comme le marteau frappe l'enclume. La maison fut abandonnée, la famille Weasley devant fuir. Les mangemorts vinrent piller, brisant les fenêtres, broyant des tuiles, brûlant une cheminée. La maison, le Terrier, sembla sombrer. Ce n'était plus que l'ombre d'un foyer autrefois bienheureux.

Je prenais compte de l'année qui s'écoulait à chaque tuile qui tombait, à chaque grincement de bois qui laissait penser que cette demeure ne demandait qu'à s'effondrer.

 

Et la guerre prit fin. Harry Potter, l'Élu, le Survivant, eut raison du Seigneur des Ténèbres à l'issue d'une bataille qui plongea Poudlard dans l'effroi. Mais c'était fini, le monde allait retrouver la paix, et le Terrier n'attendait plus que le retour de ces propriétaires.

Ils revinrent en nombre, mais moins nombreux qu'autrefois. Avec le décès de Fred Weasley, c'était l'assurance qu'à jamais un rire manquerait à Loutry Sainte Chaspoule.

 

Au fil des jours, des semaines, des mois, la maison reprit un semblant de vie. Depuis la colline sur laquelle je continuais de me balader quotidiennement, j'aperçu les plus âgés des enfants, qui étaient maintenant adultes depuis belle lurette, repeindre minutieusement chaque parcelle de bois. Le Terrier reprenait vie, au gré des événements qui prennent place après une guerre.

Il y eu des mariages, il y eut des naissances. De nouvelles frimousses vinrent égayer la jungle du Terrier. Certaines avaient les cheveux roux, d'autres des cheveux bruns. La maison redevint alors ce qu'elle était à ses premiers jours : un endroit remplis de rires d'enfants.

 

Aujourd'hui, les derniers changements ont été effectué. Les derniers que je verrais en tout cas. Car le temps aura raison de mes ballades, je me fais vieux, mes genoux grincent et mes poumons s'effritent. Depuis des mois mes petits-enfants rouspètent dès qu'ils me voient franchir le seuil de ma maison. Alors je suis venu, une dernière fois, voir le Terrier, de loin, pour me rendre compte.

 

Deux rocking-chair ont été disposés devant la maison, deux chaises à bascule que Molly et Arthur Weasley occupent, arborant leurs cheveux blancs qui reflètent les miens. Parfois Molly tricote, mais ses mains n'ont plus leur adresse d'antan. Alors Arthur l'embrasse sur le front et lui prépare le thé.

 

Pour avoir une idée de l'heure qu'il est, ou plus généralement, du temps qui s'écoule, certains regardent leurs montres. Moi je regarde la maison des Weasley, et je me rappelle. Je me souviens de chaque étape de sa construction, chaque changement que le Terrier a traversé et qui me renvoi aux étapes de ma propre vie.

 

Car il n'y a rien de plus éloquent qu'une maison, qu'un foyer, pour rendre compte du temps que l'on passe à vivre.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.