S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Nouvelles des Podiums du joli mois d'avril


Bonsoir à toustes !

En ce début de printemps, c'est la nouvelle pousse des sélections nouveau format qui fait sa germination !

Vous pouvez donc voter pour le thème du prochain trimestre de lectures, ici, entre le personnage Hagrid, la catégorie Romance ou le genre Aventure/action, jusqu'au 30 avril !

Egalement jusqu'au 30 avril, vous pouvez lire ici les textes de la Sélection Enfances, puis voter ! Nous vous encourageons fortement à laisser un petit mot après votre lecture, cela motive et encourage toujours, et donne corps à notre volonté de favoriser les échanges autour des textes sélectionnés.

De jolies récompenses sont prévues grâce aux créations graphiques de lilychx ! Rendez-vous au début du joli mois de mai...


De L'Equipe des Podiums le 03/04/2024 00:05


143e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 143e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 12 avril à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. C'est ici pour vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !

 


De L'équipe des nuits le 31/03/2024 15:51


Journées Reviews de mars !


Aux membres d'HPF,

Les prochaines Journées Reviews auront lieu du vendredi 22 au lundi 25 mars. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page jusqu'au jeudi 21 mars.

A bientôt !


De Journées Reviews le 17/03/2024 18:35


Flamboyantes par Catie

[11 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Hello tout le monde !

Contre toute attente, je me motive quand même à publier quelque chose ce soir !

Fleur la brillantissime a eu la merveilleuse idée de lancer une table de prompts pour ce mois-ci, en l'honneur du 8 mars, journée dédiée à la lutte des droits des femmes. Je n'ai écrit que deux minuscules prompts, mais même si ce sera peut-être posté plus tardivement, j'aimerais vraiment essayer de compléter ce recueil un jour. En tout cas j'ai fait une liste d'une trentaine de femmes sur lesquelles j'ai envie d'écrire dans l'univers d'HP. Ce recueil sera donc un ensemble de petites tranches de vie non reliées entre elles, et  j'espère que cela vous plaira ! Les chapitres seront globalement courts je pense.

En tout cas voici le premier chapitre sur le thème Chasse aux sorcières, avec La Dame Grise. Bonne lecture !

 

J’ai connu une mort violente. Une mort brutale et ensanglantée, dans les bras de celui qui disait m’aimer.

Je suis morte dans l’amertume et la colère, et ce sont les regrets qui m’ont fait rester. Je n’ai pas eu le courage de continuer, j’ai été trop lâche. Et si, de cet autre côté, j’avais été confrontée à ma mère ? Elle aurait pu me poursuivre dans l’au-delà, ça aurait été son genre.

Tout le monde admirait Rowena Serdaigle. Belle, intelligente, talentueuse, elle était toujours adulée. Et moi j’étais dans son ombre, tel un vilain petit canard. Je la regardais parader et j’étais rongée  par une jalousie qui me dévorait.

J’avais envie de leur hurler, à tous, la vérité. Qu’elle était froide, sévère, presque cruelle dans l’intimité. Que je n’étais qu’un pion, qu’elle tentait de manipuler, dont elle avait honte. Je n’étais qu’un jouet qu’elle souhaitait façonner à son image, sans pour autant que je puisse l’égaler.

Si elle n’était pas si têtue, si je n’étais pas si rebelle, peut-être que les choses ne se seraient pas déroulées ainsi...

Peut-être.

On peut refaire l’histoire, avec des peut-être. La réalité est pourtant celle-ci : ma mère est morte, dans ce château qu’elle a bâti en partie et qu’elle aimait tant, entourée de tous ces admirateurs naïfs et aveugles. Tandis que moi, je mourais sous les coups de couteau d’un homme qui ne savait pas entendre un « non », seule et terrifiée dans une forêt noire à des centaines de kilomètres de chez moi.

J’ai erré longtemps, dans tous ces endroits que j’ai connus.

Cette forêt en Albanie, non loin de ce maudit diadème pour lequel j’étais morte, dissimulé aux yeux de tous.

Ce satané château de Poudlard, la clé de toutes nos discordes.

Je suis restée un long moment, là-bas. Je discutais beaucoup avec Helga. J’aimais bien Helga. Elle était douce, bienveillante, à l’écoute. Elle me comprenait, me conseillait avec gentillesse. Enfin, ça, c’est quand j’étais vivante.

Après ma mort, elle n’a fait que me mépriser. Elle ignorait ma présence fantomatique, détournait la tête, faisait mine de ne pas me reconnaître.

Elle m’en veut, pour ce qui s’est passé. Ma mère était sa meilleure amie après tout, et il faut toujours un coupable.

Pourtant, malgré son attitude déplorable, après sa mort, j’ai gardé un œil sur sa fille. Mabel. Un œil lointain, car Mabel me détestait plus encore que sa mère. Je l’avais abandonnée, je l’avais laissée seule dans ce nid de vipères, et je pense que si les situations avaient été inversées, j’aurais été tout aussi rancunière.

C’est long et triste, une existence de fantôme. Je n’avais pas grand-chose à faire, à part flotter dans des couloirs sinistres et essayer de rester le plus loin possible du Baron, qui avait eu la bonne idée de rester lui aussi sur Terre pour expier ses pêchés.

Alors après Mabel, j’ai suivi sa fille, son petit-fils, son arrière-petite-fille. Ça tuait le temps. Ça me donnait l’impression d’être importante, d’agir comme un ange gardien que je n’étais pas. Ça apaisait ma culpabilité.

Jusqu’à un beau jour d’été, de l’année 1582.

Isabel, dernière descendante directe d’Helga Poufsouffle, est morte sur le bûcher. Condamnée par la chasse aux sorcières qui ravageait le pays.

Je crois que je n’ai jamais ressenti autant de dégoût de toute ma vie de fantôme. Dégoût, haine, mépris. Pour ces humains ignares et ignorants, rongés par la peur et l’ignorance, qui condamnait des centaines, des milliers de femmes, à mourir de la plus horrible des façons. Tout ça parce qu’elles étaient des femmes. Elles avaient fait l’erreur de naître avec un vagin, et elles en payaient le prix.

Isabel était une de mes préférées. Je la suivais depuis quelques années. Elle était une Cracmolle, rejetée par son haut lignage, mais elle n’avait pas baissé les bras. Elle était devenue guérisseuse, et elle avait sauvé des dizaines et des dizaines de personnes, dans son village, avec des pommades, des onguents et de douces paroles.

Elle n’avait rien d’une sorcière, mais elle avait des  mains magiques.

Elle me fascinait. J’avais  tant à apprendre d’elle. Elle était persévérante, tenace, déterminée. Tout ce que je n’étais pas. Le rejet de ma mère avait fait de moi une femme vaine et jalouse, alors que elle, ça n’avait fait que la sublimer.  Elle était née une deuxième fois, toute seule, à la force de sa volonté.

Et elle était morte, dévorée par les flammes, car on la disait possédée par le diable.

Je n’ai pas regardé son exécution. Je n’en ai pas eu la force.

Mais c’était la première fois, depuis toutes  ces années, que j’avais une telle envie de redevenir matérielle. De leur faire regretter leurs actes, d’arrêter le feu, de la libérer. Alors même qu’elle ne savait pas qui j’étais.

Alors je suis retournée à Poudlard, amère et triste. C’était plus facile de se détacher des humains qui continuaient à vivre, en restant entre quatre murs silencieux.

J’ai quitté le prénom d’Helena pour me faire appeler la Dame Grise. C’était bien plus approprié. Je portais mon deuil, où que j’allais. Tout le monde attribuait ma mine froide à mon histoire tragique, mais en réalité, je portais le deuil d’Isabel.

Une innocente qui avait péri, comme tant d’autres, avec violence et mépris, alors qu’elle ne faisait qu’aider comme elle pouvait. Tuée par  des êtres lâches et dénués de morale.

Peut-être bien au fond, que Salazar avait eu raison.

 

Note de fin de chapitre :

J'espère que ça vous a plu, n'hésitez pas à laisser un petit mot ! Et à demain pour le second texte :)

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.