S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


Où fleurit mon jardin par Bloo

[2 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Deuxième prompt : Sans toit ni loi.

Un très grand merci à Rozenn Selwynn et Mathvou pour leur review sur le chapitre précédent ♥ .

Ce missing moment se situe quelque part entre l'avant-dernier et le dernier chapitre des Zibelines triompheront bien.

Bonne lecture !

Un peu avant le retour du printemps, Sybil a perçu un chant dans le marais, elle n’a pas eu besoin de s’y enfoncer longtemps pour retrouver Lily. Son amie imitait joliment le cri de l’alouette et, depuis quelques semaines qu’elle avait regagné son pays de sang, Sybil distinguait à la perfection les notes qu’émettaient chacun des milliers d’oiseaux qui nichaient le long des étangs environnants.

Elle n’a rien dit d’abord, Lily non plus. Parce qu’il n’était pas de mots assez forts pour dire la joie farouche qu’elles éprouvaient à s’enlacer sur les dégradés de bleu et vert éclatant qui faisaient leur décor en Bohême, elles, qui s’étaient bien vues mourir des mois en arrière. Puis ce tableau noir, celui d’un bar saccagé et de masques sombres et d’une caverne aux parois lisses et ensanglantées, ce tableau s’est estompé. Il n’est resté que le clapotis de l’eau troublé par la pêche d’une grande aigrette, et la main de Sybil sur le ventre arrondi de Lily.

— Ce n’est pas dangereux pour toi, de venir ici ?

— Le Portoloin n’est déconseillé qu’au cours du dernier mois de grossesse, tu sais.

— Je sais, je voulais dire, à cause de la guerre.

— C’est quitter le pays qui est périlleux, mais j’ai enchanté moi-même mon Portoloin et maintenant, je ne peux pas être moins en sécurité qu’en Angleterre.

L’aigrette a plongé une nouvelle fois son long bec jaune avant de s’envoler soudain vers le Podsedek, ses longues plumes émettant un froissement outré, un bihoreau gris s’était emparé de l’anguille qu’elle visait. Le petit héron a ensuite survolé les alluvions, poussant quelques cris rauques qui évoquaient les grenouilles s’époumonant au printemps.

— Oh, Lily !

Et Sybil s’est jetée dans les bras de son amie, striés comme les siens de fines cicatrices blanches qu’avaient creusé les Inferi dans leur chair. Elle était abîmée, elles étaient toutes les deux abîmées par la fatigue, par la douleur et la peur, par les deuils qui les frappaient, de près ou de loin, depuis que la guerre avait englouti leur quotidien. Mais Sybil était en vie, Lily aussi, elles s’aimaient et un instant dans le marais éloigné, elles pouvaient encore en profiter.

— Je ne peux pas rester, a articlé Lily entre deux sanglots qui vinrent mourir dans son sourire. J’ai une mission, je dois être rentrée ce soir.

— Pourquoi tu es venue ? Tu m’avais dit de ne pas t’attendre, que ta venue c’était nous exposer, Regulus et moi.

— James a demandé à Sirius d’être le parrain de notre enfant.

— Et tu n’es pas d’accord ?

— Si, bien sûr. C’est le meilleur ami de James, il irait se sacrifier et avec le sourire s’il le fallait. Mais Sirius, il est autant embourbé dans cette guerre que nous. Et puis, moi aussi, je veux choisir quelqu’un.

— C’est pour ça que tu es là ?

— Je veux que tu me fasses une promesse, Sybil.

Un martin-pêcheur sur la rivière, un rayon réfléchissant du soleil dans ses plumes azurées, et les nuances bleutées ont éclaté partout à la vue de Lily et Sybil, leurs mains entrelacées.

— Quand mes parents sont morts, j’étais mineure, c’est ma sœur qui est devenue ma tutrice légale. Parce que c’était la loi, parce que c’était comme ça. Mais ça fait des années, presqu’une décennie qu’elle ne s’est pas comportée comme une sœur, pour moi. À ma majorité, elle m’a fait comprendre que je n’étais plus chez moi, sous ce qui avait été notre toit. S’il devait nous arriver quelque chose demain, à James et moi, et que Sirius n’était pas en mesure non plus de s’occuper de notre enfant, promets-moi que toi, tu le feras. James, ses parents vont mourir, moi je n’ai pas d’autre famille que ma sœur. Je refuse que mon enfant lui revienne à elle.

— Lily…

— Je te le demande parce que je te fais confiance. Parce que je crois que tu es une femme courageuse, une sorcière extraordinaire, et une amie profondément généreuse. Je te le demande, parce que je veux donner sa meilleure chance à mon enfant, et crois-moi quand je te dis que sa meilleure chance, elle n’est pas sous le toit ma sœur.

— Je te crois.

Elle l’a cru. Évidemment, elle l’a cru. Et aussi elle s’est souvenue : d’un matin d’hiver dans la roseraie familiale, gelée, des lèvres crispées de sa mère à faire perler le sang, de la colère qui irradiait de tous les membres de son père. Sybil s’est souvenue de leurs mots, et de leur violence qui faisait comme une gifle, elle s’est souvenue qu’ils ne l’avaient pas crue, elle, face à son fiancé qu’ils espéraient déjà leur gendre. Sybil avait perdu sa maison, même après le pays où elle avait vécu toute sa vie, les amis qui le peuplaient.

Elle a songé à Regulus, aussi, Regulus qu’elle avait laissé dormir dans la chambre enfin illuminée après une nuit noire sans sommeil, Regulus qui, plus encore que le sang, avait toujours valorisé la famille, le clan. Il arpentait désormais avec elle les paysages verdoyants de la Tchécoslovaquie du sud, et son père était mort, ses cousines l’auraient souhaité mort si elles ne l’avaient pas su vivant, sa mère aussi, certainement. Seuls Sirius et Andromeda s’étaient souciés de lui depuis, Sirius et Andromeda honnis, les bannis, les branches les plus pourries du vieil arbre familial.

Sybil savait que ce qui importait, ce qui importait vraiment, ce n’était pas le sang ni la loi ni la bienséance, c’était le cœur, c’était la maison, celle que l’on construit avec les volontés conjuguées de ses amis, celle que l’on a choisie. C’est ça, qui était beau, c’est pour ça, qu’elle a pris le flambeau, c’est à ça qu’elle a fait écho quand elle a promis :

— Et ma maison, ce sera toujours ta maison, et bien sûr celle de ton enfant.

— Merci, Sybil. Je sais tout ce que je te demande maintenant. Mais je sais aussi pourquoi je le fais.

Alors seulement l’aigrette est revenue, le bihoreau aussi, tandis que le martin-pêcheur s’ébrouait dans les eaux claires au doux son de l’alouette, et qu’un busard des roseaux les surplombait tous depuis le ciel parsemé de nuages cotonneux.

— Qu’on soit bien claires, si la garde de ton enfant était officiellement transférée à ta sœur, j’ai ta totale bénédiction pour outrepasser la loi ? s’enquit Sybil en esquissant enfin un sourire franc.

— Ne fais pas comme si tu avais jamais attendu ma bénédiction pour briser les règles, rétorqua aussitôt Lily, espiègle. Je te l’ai dit, je sais parfaitement ce que je demande, et à qui je le demande.

Et alors, enfin, encore, elles ont ri. Sybil a ri, Lily s’est esclaffée plus fort, elles se sont accordées une heure, une parenthèse enchantée au milieu des étangs colorés à l’encre du printemps qui venait. Elles se sont imaginées des pirates, des bandits de grand chemin, malandrines, les héroïnes d’un roman de cape et d’épée, et leurs chevilles ont effleuré la Nová řeka. Avec leurs joues blanches et chevelures brillantes elles étaient semblables à des ondines. Lily a confié aux bons soins de Sybil ce qu’elle avait de plus précieux, et Sybil a fait la même chose : elle a mis un morceau de son cœur entre les mains de son amie.

Puis, pour un moment volé à la guerre, deux femmes n’ont plus eu que leur âge, et leur babillage a bercé longtemps les oiseaux dans la roselière.

Note de fin de chapitre :

Merci d'avoir lu ! ♥

Je crois que je pourrais écrire à l'infini sur le marais, et sur les oiseaux d'eau. (Si c'est une thématique qui vous plaît, je vous invite très, très, très fortement à lire le formidable Là où chantent les écrevisses. ♥)

Je sais que Dumbledore a confié Harry aux Dursley, pas pour leur bienveillance parentale mais pour le sang, pour la protection. Pour autant, j'ai du mal à croire que Lily, de son vivant, aurait approuvé ce plan. Personnellement, je pense donc que Dumbledore ne leur a jamais confié ce projet, et qu'ils pensaient sincèrement que Sirius aurait la garde de Harry s'ils décédaient (d'ailleurs, Sirius est bien venu chercher Harry cette nuit-là, à Godric's Hollow).

N'hésitez pas à me faire part de vos impressions dans une review ♥ .
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.