S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Concours poésie - Musique, Choixpeau !


Vous aviez peur de vous ennuyer cet été ? Tiiki vous propose un nouveau concours de poésie en vers : choisissez une année de rentrée et écrivez la chanson du Choixpeau magique !

Pour en savoir plus, c'est par ici.

Vous avez jusqu'au 1er septembre 2022 pour publier votre texte et l'ajouter à la série dédiée… juste à temps pour la Répartition !


De le 06/07/2022 16:56


Sélections du mois


Félicitations à Sifoell et Chrisjedusor, qui remportent la Sélection Fondateurs !

Ne partez pas trop vite en vacances ! En juillet, les Animaux Fantastiques (les films !) sont à l'honneur. Vous avez jusqu'au 31 juillet pour lire les 5 textes proposés par les membres et voter par ici.

Après cela, l'équipe prendra un mois de repos bien mérité. Mais elle revient en septembre sur le thème Femslash ! Vous avez deux mois (oui, deux mois !) pour proposer vos deux fanfictions favorites (ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.

On nous souffle dans l'oreillette que si vous voulez vous occuper en août, la Sélection Fictions longues continue. Il vous reste 6 mois pour découvrir 12 magnifiques univers ! Pour en savoir plus, rendez-vous ICI.




De Equipe des Podiums le 04/07/2022 17:49


Concours hommage à Barbara - Ma plus belle histoire


De plus loin, que nous revienne
L’ombre de nos amours anciennes,
Du plus loin, de la première écoute…


Durant l'été 2022 (juin à août), nous, Juliette54 et Amnesie, vous proposons de déclarer votre amour à Barbara.
En un concours en trois manches, nous vous proposons de (re)découvrir ses chansons et son univers. Le premier chapitre (de 500 à 5000 mots) doit être écrit et mis en ligne d'ici le dimanche 10 juillet à 23h et doit s'inspirer d'une chanson de Barbara de ton choix et du thème Ma plus belle histoire...

Pour t'inscrire, nous donner le lien vers ton chapitre et pour plus d'info, nous t'invitons à consulter ce post sur le forum HPF !

Notre plus belle histoire d'amour, c'est toi, Barbara...


De le 03/07/2022 11:03


125éme édition des Nuits HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 125e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 22 juillet à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Délaissez le temps d'une soirée la plage et les cocotiers,
votre clavier vous appelle, vous avez plein d'histoires à raconter !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A bientôt !
De Équipe des Nuits le 28/06/2022 07:52


Concours officiel HPFanfic


Les 25 ans de Harry Potter

 

L'équipe de modération HPFanfic vous propose un concours d'écriture afin de célébrer dignement les 25 ans de Harry Potter.

Vous avez jusqu'au 25 août 2022 pour publier votre texte ! Les votes seront lancés dans la foulée.

Laissez-vous tenter par l'aventure en suivant ce lien ! Vous y trouverez les différentes modalités de ce concours.

A bientôt !


De L'équipe de modération d'HPFanfic le 25/06/2022 17:25


Assemblée Générale Ordinaire 2022


Bonjour à toustes,

L'assemblée générale annuelle de l'association Héros de Papier Froissé est présentement ouverte sur le forum et ce jusqu'à vendredi prochain, le 24 juin 2022, à 22h.

Venez lire et discuter, et voter pour les candidats au conseil d'administration.

Bonne AG !
De Le CA le 17/06/2022 23:08


La clef de ses pouvoirs par jukava

[1 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Texte écrit dans le cadre du Fest: From the Ashes: Remembering the Battle of Hogwarts du groupe Facebook : Wizarding Crossover Connection.

Les contraintes étaient donc : écrire un crossover dans lequel la Bataille de Poudlard doit avoir une importance particulière. Un immense merci à Sifoell pour le bétatage de cet OS ♥

Hermione regarda autour d’elle, découragée.
La boutique de Mr Ollivander ressemblait à celle de ses souvenirs d’une époque désormais révolue : des étagères qui couraient jusqu’au plafond, des centaines de boîtes qui s’entassaient, mais au lieu de l’odeur de poussière et de cire qui l’avait surprise enfant, tout était dorénavant d’une propreté déconcertante.
Partiellement détruite par les Mangemorts, l’échoppe avait été complètement restaurée à l’identique et soigneusement rangée, époussetée… Mais quelque chose semblait sonner faux.

Et plus rien ne faisait sens pour Hermione. C’était la huitième baguette que Mr Ollivander lui faisait essayer et pour l’instant, elle n’avait réussi qu’à produire une explosion de fumée, faire sauter les boîtes sur les trois rangées les plus proches d’elles et à déclencher un incendie aux pieds de Ron...
Elle n’avait pas ressenti cette chaleur si particulière qui s’était répandue en elle quand elle avait touché sa première baguette. Même Mr Ollivander semblait interloqué.

- « Je ne comprends pas. Vigne et ventricule de dragon… 27.30 cm. » marmonnait-il en cherchant sur ses étagères. « Il devrait y avoir une affinité avec quelque chose de puissant et loyal… Peut-être un peu plus long… » Il se retourna vers la jeune sorcière et lui demanda : « Et vous me dites que la baguette de… de cette femme vous répond de moins en moins ? »

Hermione lui fit un petit signe de tête pour confirmer, s’étonnant qu’après tous ces mois, même lui ne parvienne pas à prononcer le nom de leur tortionnaire. La baguette de Bellatrix Lestrange avait fonctionné pour Hermione, au début, mais plus le temps passait et plus elle semblait se rebeller.

- « Je n’ai pas gagné son allégeance, je l’ai simplement récupérée plus tard. Je passe mon temps à essayer de prendre le dessus sur cette baguette, c’est comme si elle luttait pour ne pas se soumettre. Il faut toujours que je prononce les sorts, que j’y mette énormément de volonté pour un résultat… Passable. » répondit Hermione en regardant avec dégoût cette baguette en noyer qui était la sienne depuis les évènements du Manoir Malefoy.

Cela faisait des mois qu’elle prenait son mal en patience, attendant que la santé de Mr Ollivander s’améliore pour enfin avoir à une nouvelle baguette. Harry avait suggéré d’aller en France ou en Italie pour en trouver une autre, mais Hermione, tout comme Ron, avaient refusé, s’en sentant incapables.
Elle ne savait pas pourquoi, mais face au tourbillon fou qu’était sa vie depuis la fin de la guerre, elle n’avait eu que cette pensée : remplacer la baguette honnie de Bellatrix Lestrange par une nouvelle, qui serait réellement sienne et qui aurait été façonnée par Mr. Ollivander, comme la première. Ron partageait ce sentiment, il lui avait dit qu’il aurait eu l’impression de faillir au vieil homme s’il ne le sollicitait pas pour sa nouvelle baguette.

Après la Bataille, durant ce temps de deuil, de douleurs et d’espoirs mêlés, Hermione avait pensé récupérer sa première baguette, mais durant ses recherches, Draco Malfoy lui avait avoué que sa tante l’avait brisée en plusieurs morceaux avant de la jeter au feu dans un accès de rage, après leur évasion. Hermione n’avait pas pu retenir ses larmes en l’apprenant.

Entre les deuils de tous celles et ceux qu’elle avait aimé, apprécié ou simplement côtoyé, ses parents qui n’acceptaient pas que leur fille ait utilisé sa magie contre eux, même si c’était pour leur bien, Hermione se sentait infiniment et profondément seule.
Harry, Ron et Ginny étaient là pour l’entourer au quotidien, mais elle avait l’impression d’être à la dérive. Plus de racines, plus de but, elle ne savait plus vraiment qui elle était ni où aller.

C’était une des raisons pour lesquelles elle tenait absolument à ce que Mr Ollivander soit celui qui trouverait sa nouvelle baguette. Elle avait besoin de savoir qu’au moins, ce moment magique n’avait pas changé. Que ce souvenir d’enfance qui lui était si cher puisse être remplacé par une nouvelle étincelle de joie.
Ron et elle étaient ses premiers clients, la boutique était encore officiellement fermée mais Mr. Ollivander avait tenu à les recevoir, en remerciements de l’avoir sauvé des geôles du Manoir Malefoy.

Mais alors que Ron avait trouvé une nouvelle baguette – ébène et crin de licorne – en trois essais, Hermione commençait à perdre espoir en voyant le vieil homme aussi perplexe.

Elle vit ce dernier s’approcher d’une sorte de placard bas, fermé par un énorme cadenas antique, se pencher, puis se raviser, revenir en arrière vers les rangées de baguettes accumulées dans les immenses rayonnages.
Hermione l’observa un moment puis, curieuse, lui demanda en désignant le meuble d’un geste de la main :

- « Vous semblez avoir une idée, Mr. Ollivander… Qu’y-a-t-il dans ce meuble ? D’autres baguettes ? »

- « Il y a des choses qui m’ont été confiées, Miss Granger. » se contenta de répondre le vieux sorcier avant de lui tendre une nouvelle boîte. « Erable et poil de Rougarou. Très exotique, mais puissant et droit. »

Hermione fut surprise par cette combinaison étrange mais suivit l’instinct du vieil homme et s’empara de la baguette. Elle eut l’impression durant un instant qu’elle venait de toucher un fil électrique. Alors que des étincelles naissaient au bout de ses doigts, elle s’empressa de lâcher la baguette, levant des yeux étonnés vers Ollivander.

- « Intéressant. Très intéressant. » lâcha le vieil homme en passant une main dans ses cheveux pour les repousser de son visage. « Je crains de ne rien avoir qui puisse vous correspondre, Miss Granger. » déclara-t-il sur un ton fataliste.

- « Comment ça rien qui corresponde ? Vous avez un magasin qui regorge de baguettes… » s’étonna Ron avant de poser une main sur l’épaule de son amie quand il remarqua sa mine dépitée.

Ollivander agita sa baguette et conjura trois chaises au milieu de la boutique, s’asseyant lourdement alors qu’il faisait signe aux deux jeunes gens de faire de même. Bien que les Médicomages lui ait permis de reprendre le travail presque un mois plus tôt, Ollivander savait que son corps avait été plus qu’éprouvé par son enfermement et la torture et qu’il ne pourrait plus être aussi actif qu’auparavant.

- « Voyez-vous, il arrive parfois que la magie d’un sorcier ou d’une sorcière soit modifiée par des circonstances exceptionnelles… »

A cet instant précis, la jeune Gabrielle Delacour pénétra dans la pièce, un doux sourire aux lèvres, faisant léviter derrière elle un plateau sur lequel trois tasses et une théière trônaient.

- « Je vous ai apporté du thé, Maître, je pensais que vous en auriez tous besoin. » déclara-t-elle simplement en faisant se déposer le plateau sur le comptoir avant de s’éclipser tout aussi discrètement qu’elle était arrivée.

- « Je crois que je n’aurais pas pu demander meilleure apprentie. » sourit Mr. Ollivander en remplissant les trois tasses l’une après l’autre de quelques gestes précis de sa baguette.

Gabrielle était une autre des résolutions d’Ollivander après son enfermement. Il avait réalisé que son savoir avait été sur le point de se perdre et s’était résolu à former une nouvelle génération de fabricants de baguette.
Gabrielle semblait avoir décidé très jeune de devenir fabricante de baguette et correspondait déjà depuis de nombreuses années avec Mr. Ollivander quand il lui proposa de devenir son apprentie. Elle arriva à Londres dans les jours qui suivirent et le suivait comme son ombre depuis.

- « Vous disiez que la magie d’Hermione pouvait avoir été modifiée ? » lui rappela Ron, avant de prendre une tasse et de la tendre à la jeune femme puis de se servir lui-même en remerciant le vieil homme.

Ollivander hocha la tête et allait s’expliquer quand il aperçut un objet qui brillait sur le plateau à thé. Il se pencha et s’empara d’une épaisse clé en laiton avec un sourire presque enfantin.

- La meilleure apprentie du monde. » marmonna-t-il en se levant doucement et en s’approchant du placard dont il s’était détourné un peu plus tôt.

Avec des gestes lents et mesurés, le vieil homme enfonça la clef dans le cadenas qui s’ouvrit avec un grincement aigu, il l’ôta des portes et les entrouvrit doucement, dévoilant, sous les regards curieux de Ron et Hermione une sorte de double bague qui reposait sur un coussin de velours et semblait être faite du même laiton que la clef.

Avec une révérence qui aurait presque fait rire Ron à une autre époque, Mr Ollivander s’empara de l’objet entre ses deux mains et le rapprocha d’Hermione. Il semblait s’attendre à une réaction quelconque.

- « Oh. » dit simplement Hermione en posant une main sur son sternum. « Qu’est-ce que c’est, Mr Ollivander ? J’ai l’impression que… » Elle fit un cercle de ses doigts sur son torse comme pour indiquer la sensation que l’objet lui procurait. « Comme une sorte de chaleur… » hésita la jeune femme.

- « C’est bien ce que je pensais. Je me disais bien que le Rougarou était la dernière chance... » déclara le vieil homme en attrapant la main d’Hermione et passant les anneaux sur l’index et le majeur de sa main droite.

Aussitôt, une sorte de halo doré entoura Hermione, faisant virevolter ses cheveux autour d’elle comme si un courant d’air venait de balayer la pièce.

- « Qu’est-ce qui se passe ? » demanda Hermione.

Etrangement, elle n’avait pas peur. Cela faisait des années qu’elle ne s’était pas sentie aussi en paix, aussi sereine qu’elle l’était à cet instant précis. Elle ignorait d’où venait cette sensation de puissance rassurante, mais cela lui était absolument indéniable.

- « Je pense que votre magie a évolué, Miss Granger. » expliqua Ollivander. « Comme je le disais, la magie peut parfois être modifiée par des circonstances exceptionnelles… Les épreuves que vous avez traversées, ce qui s’est produit au Manoir et maintenant vos difficultés à lancer vos sorts… Je pense que cela vient du fait que votre magie n’est plus canalisable par quelque baguette que ce soit. »

- « Je ne savais même pas que c’était possible. » déclara Ron, qui semblait mi-inquiet mi-soulagé d’avoir un début d’explication concernant ce qui arrivait à Hermione.

- « C’est extrêmement rare. » se contenta de déclarer Mr Ollivander. « Il me semble me souvenir que mon arrière-arrière-arrière-grand-père a recensé un tel cas dans un de ses journaux de bord. »

- « Et qu’est-ce que cela signifie ? » s’enquit Hermione, soudain inquiète. « Je sens bien que ces… Cette chose fait quelque chose, mais- »

- « Fermez les yeux et essayez de lancer le sort le plus simple qui vous vienne à l’esprit, Miss Granger. »

Quelque peu dubitative, Hermione accéda néanmoins à la requête de Mr Ollivander.
Alors qu’elle s’attendait à être plongée dans le noir, elle eut la surprise de constater que sous ses paupières, une sorte d’étrange ballet se déroulait : il y avait des dizaines de filaments dorés, qui partaient en tous sens, formant des arabesques.

Ne se laissant pas distraire par cette découverte, même si elle aurait eu envie de demeurer ainsi et d’apprivoiser ces flammèches, Hermione se concentra et lança à haute voix un des premiers sorts qu’elle avait appris à Poudlard : Wingardium Leviosa.

Elle entendit un hoquet de surprise de Ron et ouvrit aussitôt les yeux, seulement pour constater que sa main droite était entourée d’une sorte de halo doré et que tout dans la boutique semblait flotter à quelques centimètres au-dessus du sol. Y compris Ron, Mr. Ollivander et elle-même, dont les chaises lévitaient doucement, ondulant comme au gré d’un léger courant.

- « Qu’est-ce qui m’arrive ? » s’étonna Hermione, d’une voix rendue aigüe par l’inquiétude.

- « Ne vous inquiétez pas, je suis sûr que quelqu’un va bientôt arriver pour vous expliquer ce qui se passe. » affirma le vieil homme en prenant l’autre main d’Hermione entre les siennes et en la tapotant pour la rassurer.

Ron s’apprêtait à parler quand des étincelles apparurent près de la porte de la boutique, formant progressivement un cercle qui s’agrandit et dont sortit bientôt une femme blonde, petite et bien en chair et qui portait une tenue qui rappelait à Hermione celle des moines tibétains. Aussitôt, les trois sorciers furent debout. Ollivander avec un immense sourire, Hermione et Ron visiblement sur le qui-vive.

- « Je suis Charlotte Hewlett. » déclara nouvelle venue avant de s’incliner. « Je suis la Gardienne du Sanctum de Londres et j’ai senti l’activation des anneaux jumeaux qui vous ont été confiés, Garrick. »

Ollivander s’inclina à son tour comme il le put et répondit :

- « Ravi de vous revoir Gardienne, il me semble que c’était hier que nous nous sommes entretenus au sujet de cet artefact. »

- « Garrick, vous n’êtes qu’un petit flatteur, c’était il y a au moins 90 ans… » s’amusa la femme sous les regards éberlués d’Hermione et Ron. Elle ne paraissait pas avoir plus de 40 ans.

Mais ils n’eurent même pas le temps de poser une quelconque question car Mr. Ollivander désigna Hermione d’un geste de la main et expliqua :

- « Cette jeune sorcière, Miss Hermione Granger, semble avoir des difficultés à canaliser sa magie avec sa baguette. Elle est venue avec son ami, Mr. Ron Weasley pour en trouver une nouvelle. Si une nouvelle baguette a choisi Mr. Weasley, les autres baguettes s’obstinent à ne plus vouloir obéir à Ms Granger, c’est pour cela que j’ai voulu voir si votre artefact pouvait l’aider... »

La femme se tourna vers Hermione et Ron qui se tenaient à côté d’elle les sourcils froncés.

- « Ne vous inquiétez pas, jeune homme. » dit-elle à Ron avec un sourire. « Je ne veux absolument aucun mal à votre amie. » Elle fixa ensuite Hermione durant de longs instants et pencha la tête sur le côté, comme si elle ne parvenait pas à déchiffrer un puzzle. Soudain, ses sourcils se haussèrent en une expression de surprise et elle lâcha : « Oh ! Oh ! Par tous les êtres sacrés ! Vous êtes duale ! »

- « Comment ça ? » s’inquiéta Hermione en reculant d’un pas comme pour mettre plus de distance entre cette étrange femme et elle.

- « Vous êtes sorcière et Maîtresse des Arts Mystiques ! Cela n’était pas arrivé depuis des centaines d’années ! Attendez que je dise ça à Wong, il ne va pas en revenir ! Monsieur : « J’ai entraîné le Sorcier Suprême moi-même à Kamar Taj ! Il va voir ! » »

Réalisant qu’elle s’était un peu laissée emportée par son enthousiasme, Charlotte s’excusa aussitôt.

Avisant les trois chaises qui étaient toujours dans la pièce, la femme pria Ollivander de lui en conjurer une autre et leur demanda posément de s’asseoir, les avertissant qu’elle avait beaucoup de choses à dire.

- « Je sais que ça ne va pas être une immense surprise pour vous, puisque vous êtes déjà cachés des autres humains en tant que sorciers… Il existe d’autres sociétés secrètes dont celle dont je fais partie. Je suis ce que l’on appelle une Maîtresse des Arts Mystiques. Contrairement à vous, je ne suis pas née avec mes pouvoirs, j’ai dû m’entraîner pour les obtenir, accéder à une conscience supérieure qui me permet de manipuler les dimensions et ainsi accomplir notre rôle sacré : celui de protéger le monde des menaces spirituelles. »

- « Vous voulez dire des fantômes, des Détraqueurs, ce genre d’esprit ? » demanda Ron qui essayait de comprendre ce que cette femme appelait les arts mystiques.

- « Non, ceux-là sont à vous. » répondit Charlotte Hewlett avec un sourire. « Nous luttons contre des menaces extra-dimensionnelles, des créatures qui peuvent faire plier la réalité ou le temps par leur pouvoir. »

Elle observa un instant Hermione qui avait visiblement pâli, Garrick qui lui souriait sereinement et Ron qui s’était brusquement tendu.

- « Je sais que vous venez de traverser de nombreuses épreuves, et je vous assure, Ms Granger, que l’entraînement aux Arts Mystiques, n’est pas guerrier. La plupart du temps, nous méditons et nous lisons des ouvrages pour comprendre le fonctionnement du monde mystique… »

- « Je… Je ne veux pas de ça. » balbutia soudain Hermione. « Je suis juste une sorcière comme les autres et je ne veux rien d’autre qu’une nouvelle baguette. » Elle se leva brusquement et déclara : « Mr. Ollivander, merci de nous avoir reçus. Ms. Hewlett, ce que vous dites est très intéressant mais je pense que vous faites erreur. Je vais simplement trouver une autre baguette… » Elle chercha des yeux un instant et constata que Ron s’était levé en même temps qu’elle et qu’il était déjà à ses côtés.
- « Mr. Ollivander, merci. Ms. Hewlett. » Il hocha la tête en guise d’au revoir avant de passer un bras protecteur autour des épaules d’Hermione pour la guider à l’extérieur où il transplanèrent avec un grand craquement.

A l’intérieur de la boutique, Charlotte Hewlett, Gardienne du Sanctum de Londres, Maîtresse des Arts Mystiques, une des plus brillantes étudiantes de l’Ancien - du propre aveu de celle-ci - était en train de se dire qu’elle venait de tout gâcher.

Alors qu’elle était en train de ruminer ce camouflet, elle fixait sans réellement le voir le visage ridé de Garrick, qui lui souriait, visiblement bien plus confiant qu’elle.

- « A quoi pensez-vous, jeune homme ? » lui demanda-t-elle, perplexe.

- « Que Miss Granger est partie avec l’artefact encore à ses doigts. » lui répondit-il, amusé du sourire qui naquit aussitôt sur les lèvres de la Gardienne. « Je pense que sa curiosité naturelle va faire le reste… »

-O-

Après avoir transplané à Grimmauld Place, Ron n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche qu’Hermione était déjà partie en direction de sa chambre, visiblement perturbée.
Soupirant, le jeune homme se dirigea vers la cuisine, où il retrouva Harry et Ginny, tranquillement en train de préparer le déjeuner.

- « Vous êtes partis longtemps ! » s’étonna Ginny sans quitter des yeux la casserole dont elle était en train de remuer le contenu. Puis elle se tourna vers son frère et avisant sa mine sombre, s’inquiéta aussitôt : « Vous avez bien de nouvelles baguettes ? Tout va bien ? »

Ron se laissa tomber sur le banc qui se trouvait devant la table et lâcha un lourd soupir.
- « J’ai eu une nouvelle baguette. » dit-il en la montrant à sa sœur. « Mais ça a été plus compliqué pour Hermione. »

Harry, qui avait lui aussi reporté son attention vers Ron au ton inquiet de Ginny, s’enquit aussitôt :

- « Qu’est-ce qui s’est passé ? Ollivander n’avait rien pour elle ? C’est pas grave, on ira en France ou même aux Etats-Unis… »

- « Non, d’après Ollivander c’est plus profond que ça. » Ron passa une main lasse sur son visage. Comment pouvait-il expliquer simplement ce qui s’était déroulé dans l’échoppe du vieil homme. « Ollivander a fait essayer près d’une dizaine de baguette à Hermione, rien ne semblait vouloir lui obéir. Alors il lui a passé une sorte de bijou sur les doigts, comme deux bagues reliées par un pont et l’instant d’après, Hermione était capable de faire léviter tout ce qu’il y avait dans la boutique d’un simple Wingardium Leviosa. »

- « Je n’ai jamais entendu parler d’un truc de ce genre, mais pourquoi pas… » intervint Ginny, visiblement déconcertée.

- « Le problème ce n’est pas l’objet, mais ce qu’il signifie. » poursuivit Ron. « Juste après qu’Hermione s’en soit servi, une femme est sortie d’un cercle d’étincelles et a annoncé qu’elle était une… » Il chercha à se souvenir des mots exacts. « Une Maîtresse des Arts Mystiques et la Gardienne de je ne sais plus quoi et qu’Hermione était comme elle. »

- « Hermione est une sorcière ! » le coupa Ginny en secouant la tête comme s’il venait de dire la pire des absurdités. « Elle est exactement comme nous. Pouvoirs magiques, chaudrons et balais volants. Qu’est-ce que c’est que cette histoire d’Arts Mystiques ? »

- « Je n’en sais pas plus que toi, Gin. » lui répondit son frère. « Et la femme a commencé à parler de menaces inter-dimensionnelles capables de courber la réalité ou je ne sais quoi. Hermione a complètement flippé et nous sommes partis tout de suite. Elle est montée dans sa chambre dès que nous avons passé la porte… »

- « Oh par les caleçons de Merlin ! » s’exclama soudain Harry, surprenant Ron et Ginny. « Les Arts Mystiques ! Vous avez rencontré quelqu’un du Sanctum de Londres, c’est bien ça ? »

Ron hocha la tête, regardant Harry comme s’il ne l’avait jamais vu.

- « Mais comment tu connais ces trucs ? » s’étonna-t-il.

- « C’était dans un des livres qu’Hermione m’a fait lire pour trouver des indices sur les Horcruxes. » expliqua Harry. « Et comme je n’avais pas grand-chose à faire à l’époque parce qu’on tournait en rond et que… » Il s’éclaircit la gorge et jeta un regard à Ron, comme pour s’excuser. « Et que tu n’étais plus là, j’ai recherché un peu plus là-dessus. J’ai pensé que peut-être il y avait un lien entre les Horcruxes et ces histoires de dimensions différentes. » Ron hocha la tête pour l’encourager à poursuivre. « J’ai trouvé des choses ci et là, qui parlaient d’un endroit au Népal où des gens s’entraînaient aux Arts Mystiques et qu’il y avait trois sanctuaires : un à Londres, un à Hong-Kong et le principal à New-York. Il y avait aussi- »

Mais les explications de Harry furent coupées par un cri aigu suivit par un bruit sourd, comme quelque chose qui tombait au sol. Aussitôt, ils se précipitèrent vers la chambre d’Hermione, baguettes au poing.

Oubliant toute règle de prudence, Harry ouvrit la porte à la volée, pénétrant dans la pièce en lançant un Stupéfix sur une silhouette qu’il ne reconnut pas. Mais une sorte de fouet dorée apparut et sembla absorber l’énergie de son sort.
Heureusement, son maléfice avait distrait l’inconnu et le Chauve-Furie de Ginny toucha sa cible, arrachant aussitôt des cris à l’homme qui avait pénétré chez eux par un moyen inconnu.

- « Mais vous êtes complètement fous ! » s’écria l’homme en essayant de chasser de son visage les crottes de nez qui l’attaquaient. « Je suis le Sorcier Suprême ! Je ne vous veux aucun mal ! »

Reconnaissant le titre de Sorcier Suprême de ses lectures, Harry lança aussitôt le contre-sort et l’attaque cessa.
Sa baguette toujours tendue en direction de l’inconnu, Harry demanda, visiblement méfiant :

- « Qui êtes-vous ? Le Sorcier Suprême est l’Ancien… »

- « Cela a changé récemment. » éluda l’homme en essuyant son visage des reliquats de ce qu’il venait de subir. « Je suis venu rencontrer une certaine Miss Granger. Je devais apparaître non loin d’elle ou plutôt du double anneau qui lui a été remis tout à l’heure. » Regardant enfin autour de lui, le Sorcier réalisa qu’il était dans une chambre et haussa les sourcils. « Je suis navré d’avoir fait irruption ainsi chez vous. Mais d’après ce que m’a dit Charlotte, il était urgent que je vous rencontre, parce qu’elle pense qu’elle a commis un impair irréparable. »

Remise de son choc initial, Hermione se redressa de derrière le coffre où elle s’était jetée pour se protéger lorsque l’homme avait fait irruption dans sa chambre.

- « Ecoutez, Monsieur… » commença-t-elle.

- « Strange. Docteur Stephen Strange. » lui dit-il avec un petit sourire.

- « Dr Strange. Ms Hewlett m’a parlé des Arts Mystiques, c’est très gentil, merci, mais je veux juste une baguette magique. Je suis une sorcière, pas… » Elle fit un geste pour désigner l’homme en tenue bleue et dont la cape rouge flottait au gré d’un vent inexistant. « Pas comme vous. »

- « Et c’est là que je pense que vous vous trompez, Ms. Granger. » répondit le Dr Strange de sa voix grave et profonde. « Je vous avoue que je n’ai jamais rencontré de sorciers avec des baguettes comme vous et vos amis. Mais si Charlotte dit que vous avez le potentiel pour manipuler les Arts Mystiques, croyez-moi, elle ne se trompe pas. »

Hermione prit une courte inspiration. La matinée l’avait poussée à bout. Il ne fallait pas qu’elle pleure, ni qu’elle hurle. Il fallait qu’elle contrôle ses émotions.

- « J’ai bien compris ce que Ms. Hewlett m’a dit, je vous réponds simplement que je ne suis pas intéressée. » dit-elle d’un ton sans appel alors que Harry, Ginny et Ron se rangeaient à ses côtés, faisant tous les quatre face au Dr Strange.

Contrairement à ce qu’Hermione avait craint, l’homme ne s’énerva pas, il la regardait simplement, ses yeux bleus donnant l’impression à Hermione qu’il percevait jusqu’aux tréfonds de son âme.

- « Je pense effectivement que considérant ce que vous venez de traverser, vous avez raison d’avoir peur de ces nouveaux savoirs. » lui répondit-il sans baisser un instant le regard. « Je comprends que l’idée de devoir aller à Kamar-Taj pour étudier puisse être inenvisageable pour vous à ce moment de votre vie. » concéda-t-il. « Mais on n’oblige pas un fleuve à capituler, on doit se soumettre à son courant et faire de son pouvoir une force. La magie qui est en vous est à la fois mystique et sorcière. Cette baguette, » dit-il en désignant celle de Bellatrix Lestrange qui pendait mollement dans la main d’Hermione. « Ne vous servira bientôt à rien. Et vous devez apprendre à maîtriser le double anneau qui est à votre main droite. C’est lui qui détient la clef vos pouvoirs. » Avisant le visage troublé de la jeune femme, il fit apparaître d’un geste un petit cercle d’étincelles et passa son bras dedans, déposant une dizaine de livres sur le bureau d’Hermione. « Je vous laisse ces livres qui vous expliqueront mieux ce que sont exactement les Arts Mystiques et vous aideront à comprendre ce qui se passe en vous. »

Strange balaya la pièce des yeux, réalisant avec stupeur que ces quatre sorciers étaient bien jeunes pour avoir connu ce qu’il avait lu sur l’aura de la future Maitresse des Arts Mystiques qu’était indéniablement Hermione Granger.
Stephen savait que le futur s’écrirait un jour avec le nom de cette jeune femme, même lui sentait le pouvait qui sourdait en elle. Mais c’était bien trop tôt. Il inclina la tête, la saluant sans la quitter des yeux puis il invoqua un portail vers le Sanctum Sanctorum.

- « Le Sanctum est situé à New-York, sur Bleeker Street. Vous pouvez venir m’y rendre visite dès que vous le souhaitez, dès que vous vous en sentirez prête. Vous pouvez m’envoyer un mail également. » Il déposa un morceau de parchemin sur lequel était écrite son adresse mail et ajouta : « Un jour ou l’autre, vous aurez besoin de notre enseignement, mais avant cela je vous laisse tout le temps dont vous avez besoin. » la rassura-t-il avant d’invoquer un nouveau cercle d’étincelles et d’y pénétrer pour rejoindre son Sanctum.

Arrivé sur place, Stephen fut accueilli par le regard surpris de Wong.

- « Vous revenez seul ? » lui dit-il d’un ton où perçait le reproche.

- « Croyez-moi, elle est loin d’être prête. Elle est complètement traumatisée par des combats qu’elle vient de mener pour le monde sorcier. Elle a besoin de temps pour se remettre. Elle doit faire le chemin vers nous maintenant. L’idée est plantée, il n’y a plus qu’à la laisser germer… » se contenta de répondre le Sorcier Suprême en se dirigeant vers la cuisine, un sourire confiant sur le visage.

Note de fin de chapitre :

Pensez à laisser un petit commentaire, ça fait plaisir ♥
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.