S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

145e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 145e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 14 juin à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !


 


De L'équipe des nuits le 12/06/2024 12:33


Maintenance des serveurs


Attention, deux interventions techniques prévues par notre hébergeur peuvent impacter votre utilisation de nos sites les 28 mai et 4 juin, de 20h à minuit ! Pas d'inquiétudes à avoir si vous remarquez des coupures ponctuelles sur ces plages horaires, promis ce ne sont pas de vilains gremlins qui grignotent nos câbles ;)

De Conseil d'Administration le 26/05/2024 18:10


144e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 144e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 mai à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits le 12/05/2024 11:00


Nouvelles des Podiums du joli mois d'avril


Bonsoir à toustes !

En ce début de printemps, c'est la nouvelle pousse des sélections nouveau format qui fait sa germination !

Vous pouvez donc voter pour le thème du prochain trimestre de lectures, ici, entre le personnage Hagrid, la catégorie Romance ou le genre Aventure/action, jusqu'au 30 avril !

Egalement jusqu'au 30 avril, vous pouvez lire ici les textes de la Sélection Enfances, puis voter ! Nous vous encourageons fortement à laisser un petit mot après votre lecture, cela motive et encourage toujours, et donne corps à notre volonté de favoriser les échanges autour des textes sélectionnés.

De jolies récompenses sont prévues grâce aux créations graphiques de lilychx ! Rendez-vous au début du joli mois de mai...


De L'Equipe des Podiums le 03/04/2024 00:05


143e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 143e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 12 avril à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. C'est ici pour vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
À très bientôt !

 


De L'équipe des nuits le 31/03/2024 15:51


Journées Reviews de mars !


Aux membres d'HPF,

Les prochaines Journées Reviews auront lieu du vendredi 22 au lundi 25 mars. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page jusqu'au jeudi 21 mars.

A bientôt !


De Journées Reviews le 17/03/2024 18:35


Du haut des pays bleus par PititeCitrouille New!

[25 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Certains textes se veulent graves et d'autres légers, certains sont accessibles à tous et d'autres sont un peu plus compliqués...

Comme la vie quoi.

Bon, et comme c'est les Nuits et que j'ai fait le choix de ne pas retoucher, il y en a aussi qui sont bancaux. Ah, comme la vie aussi, non ?

Bonne lecture ♥

Piti

Note de chapitre:

CW - endométriose

Nuit insolite du 24 septembre 2022, thème scénaristique : votre personnage marche pendant toute l'histoire.

 

 

Narcissa se demandait si sa belle-mère ne cherchait pas à la faire souffrir de la façon la plus sournoise qui soit. Il était évident qu’elle savait que sa bru était atteinte d’un « léger mal » qui allait probablement l’empêcher d’engendrer un héritier.

C’était ce que sa propre mère avait dit lors de la signature du contrat, qu’on avait évidemment faite à huis-clos au Ministère – pas question de laisser les autres fouiner dans les comptes et les arrangements, et puis il y aurait la cérémonie publique pour briller. Mais la jeune mariée n’avait pas déjà assez souffert, non ! Les Malefoy avaient entrepris de lui faire visiter dès le lendemain l’intégralité du château, de son jardin et de ses dépendances.

Narcissa marchait, affichant un air hautain, approuvant d’un ou deux mots un commentaire quelconque de sa belle-mère, le cerveau entièrement tourné vers la principale action de son après-midi. Et, bien qu’elle soit au demeurant heureuse d’avoir épousé Lucius, rien ne l’intéressait présentement dans cette présentation. Elle n’avait pas assez de concentration pour écouter, voir, apprécier, parler, et marcher. Marcher était de fait la principale action de son après-midi, aussi incongru que cela puisse paraître pour une jeune femme de dix-huit ans.

Marcher.

Un pas en avant, ne le fais pas trop grand pour ne pas trop tirer dans le pubis, avance, expire. Tiens-toi droite, relâche le ventre quand elle ne te voit pas, une douleur pointe, serre les dents, plie un peu la jambe, allez, continue.

Marche.

Marche.

MARCHE.

Que ton bas-ventre pèse une tonne, que ton sang épais déborde de ta protection, que la douleur irradie sur le pubis, se pique au niveau des ovaires, s’étende jusque dans le dos, descende le long de tes jambes jusque derrière tes genoux, que tous les muscles de ton dos soient raides à en être endoloris pour espérer contrecarrer les convulsions… quoi qu’il advienne, marche, marche, MARCHE.

Ta douleur ne compte pas et ne comptera jamais. Allons voir la fontaine du parc ? Bien sûr. Revenons en passant par le jardin des simples ? Quelle agréable proposition. Voulez-vous voir nos appartements avant les vôtres ? Je vous en sais gré.

Narcissa n’est plus qu’une automate dressée dans l’unique but de marcher. Elle ne sait pas ce qu’elle répond, c’est son éducation rigide, austère et dénuée de compassion qui répond pour elle. Elle ne sait pas si elle est élégante, c’est son éducation rigide, austère et dénuée de compassion qui la rend élégante. Elle ne sait pas si elle respecte le protocole, c’est son éducation rigide, austère et dénuée de compassion qui lui fait respecter le protocole.

Et Narcissa a dû apprendre toute seule à marcher. Pour les autres, être une jeune fille de bonne famille est un apprentissage à plein temps. Pour Narcissa, c’est une couverture, un rôle, qui lui permet de masquer parfaitement à tous ce dont elle a honte. La chose de la vie qui a été la plus dure à apprendre pour elle, ce n’est pas de marcher de façon droite, gracieuse, mesurée. C’est de marcher de cette façon avec des palpitations de douleurs lancinantes dans le ventre.

Alors, quand elle entre enfin dans sa chambre, elle en pleurerait presque de soulagement – oh il ne sera que de courte durée, de toute façon. Bientôt, ce sera de rester allongée qui lui demandera de la concentration.

Ces derniers pas lui semblent d’une longueur interminable. Elle doit marcher jusqu’à la première fenêtre, puis la seconde, puis la troisième, comme si chacune d’elle ouvrait sur un paysage différent, mais non, il faut marcher, c’est la dédication de cet après-midi, tout est prétexte à marcher.

Et alors qu’elle raccompagne sa belle-mère jusque vers la porte, les pieds de plus en plus lourds et traînants, cette dernière lui dit que le souper sera servi à dix-huit heures trente et qu’elle est attendue dans la salle de réception de l’appartement des parents Malefoy, à l’autre bout du manoir.

Elle n’a pas refermé la porte après un échange courtois de politesses, que l’horloge sonne.

Il est dix-huit heures.

Narcissa sent que trente minute ne seront pas de trop pour enchaîner escaliers et couloirs jusque là-bas, et ce d’autant plus qu’elle n’a pas vraiment fait l’effort d’apprendre le chemin.

Alors, elle soupire, réouvre la porte, et se jette dans la bataille contre son supplice.

Marcher quand on est en phase d’inflammation d’une endométriose.

 

Note de fin de chapitre :

Heureusement que l'humain est bipède.

Plus sérieusement, le personnage de Narcissa tel que je me l'imagine est effectivement atteint d'une forme sévère d'endométriose. Le texte est écrit de son point de vue ; il est donc évident qu'avec le genre d'éducation qu'elle a reçue, elle ne peut qu'avoir honte et se lamenter des difficultés à concevoir un enfant.

Ce ne sont pas mes idées : si vous avez cette maladie, je suis de tout coeur avec vous, et je respecte vos choix, quels qu'ils soient. Il n'y a pas d'obligation à avoir un enfant, pas d'obligation à se résigner à ne pas avoir d'enfant, on peut décider de donner le change ou de ne pas le donner, on peut décider de mener une vie la plus ordinaire possible ou non, on peut trouver que ce que pensent les autres relève de la pression sociale ou non, bref, son corps, ses choix.

Dans la limite où on n'a pas choisi de souffir comme ça évidemment. 

 

Comme dans la société moldue où on ignore ou minimise la douleur des femmes, c'est la même chose côté sorcier. Donc, il n'existe ni potion ni sortilège contre la douleur, puisqu'on ne peut pas créer des antidotes à quelque chose qui n'existe pas, pas vrai ? Ou alors seulement "un peu", donc on crée des remèdes "un peu" efficaces.

Soupir.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.