S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Après la pluie par Sifoell

[3 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Marvelousy Magical Bingo 2022 case G3. -"The way I see it, if you want a rainbow, you have to put up with the rain." Dolly Parton.

Si Dorcas a une petite idée de la nébuleuse de secrets dont s'entourent et que manipulent le Shield et ses agents, elle est en revanche bien loin de mesurer ce que Fury garde caché. Informations sensibles, missions aux noms de code étranges, multiples identités endossées par certains opérateurs des institutions américaines les plus clandestines. Les mystères auxquels Fury a été confronté, il les tait, n'en dit rien, mais se tient discrètement au courant de tout. Alors, comme il sait bien le faire, l'homme discute nonchalamment avec Dorcas du monde sorcier, mais plus la conversation dure, plus elle prend une tournure d'interrogatoire.

Qui sont les sorciers ? Combien sont-ils ? Représentent-ils une menace ? Et les créatures magiques, les plantes, les potions, les grimoires ?

Soupirant, Dorcas s'extirpe de son lit, parce qu'il est plus que probable que Fury ne la laissera pas dormir.

- Allez au moins me faire un thé, histoire de me réveiller.

Fury saute de son lit sans prendre la peine de passer par l'échelle, et Dorcas laisse un instant ses yeux errer sur son dos aux longs muscles fins avant de détourner le regard pudiquement quand il enfile un tee-shirt, inconsciente d'avoir été surprise par l'homme, mais le rouge aux joues.

Fury quitte la chambre pour se rendre aux cuisines, quelque peu perturbé par les événements des derniers jours et leur lot d'informations, mais surtout par le comportement de Meadowes. Découvrir le monde de la magie a le même effet sur lui que s'il rencontrait Dieu. Cela vient remettre en question ce qu'il savait et c'est assez lourd à porter, sans savoir avec qui le partager, hormis Meadowes. Mais découvrir et garder précieusement des secrets, il a fait ça toute sa vie.

De son côté, Dorcas enfile un gilet par-dessus son pyjama. La promiscuité avec Fury est difficile à vivre, maintenant que la sirène l'a en quelque sorte libérée de ses atermoiements le concernant. Elle se demande quand même si tout cela est bien réel, si ce n'est pas un des charmes de l'Etre de l'eau, que de créer ces sentiments. Est-ce qu'elle se serait faite manipuler sans s'en rendre compte ? La rencontre avec la sirène a été si intense et éprouvante, Dorcas se sent complètement dépassée. Et épuisée.

La poignée de la porte de leur chambre s'abaisse et Fury rentre en la poussant du pied avant de déposer un plateau avec une théière et deux tasses sur le bureau sur lequel il s'assoit ensuite, la dominant de sa hauteur. Dorcas fait la moue devant sa tentative d'intimidation. Là, elle reconnaît bien une volonté de la manipuler, de lui tirer les vers du nez alors qu'il ne mesure pas les risques qu'elle prend en trahissant pour lui un des fondements de sa société : le secret magique.

Le regard perdu dans le vague, Dorcas se rend compte que oui, elle est prête à risquer la prison, que sa baguette soit brisée pour lui, même si elle vient juste d'en récupérer une, qu'elle apprend encore à se familiariser avec ce nouveau bois, ce coeur inconnu. Parce qu'elle sait qu'il ne dira rien. Elle en est convaincue. Même si cette assurance ne repose que sur son intuition.

- La terre à Dorcas.

La sorcière lève les yeux sur lui, son visage indéchiffrable, la tension dans sa mâchoire. Pourquoi faut-il que cela lui arrive encore à elle, de tomber amoureuse, chaque jour un peu plus que le précédent, alors qu'il est évident qu'il ne l'est pas en retour ? Dorcas cache son visage dans ses mains en grognant de frustration, et frémit quand elle sent la grande main de Fury se poser sur son épaule alors qu'il murmure.

- La terre à Dorcas.

Alors, elle relève la tête, avec un petit sourire qui n'atteint pas ses yeux.

- Mais ça veut dire quoi, la terre à Dorcas ?

Fury lève un sourcil avant de lui répondre.

- C'est parce que vous paraissiez partie loin, j'essaie d'attirer votre attention.

Dorcas acquiesce, troublée, et elle se redresse, se tendant vers le bureau, mais Fury est plus rapide et verse le thé dans les deux tasses avant de lui en tendre une, et de la regarder l'enfermer dans ses mains, comme si elle s'y réchauffait. Elle semble si fragile à cet instant...

- Qu'est-ce que vous voulez savoir ?

Fury émet une sorte de rire avant d'écarter les mains.

- Tout.

Dorcas soupire devant l'étendue de la demande de Fury.

- Mais avant tout, pourquoi vous m'avez choisi moi, et pas les autres ?

Le regard que Dorcas lui adresse est suffisamment profond pour que Fury y lise bien plus que ce qu'elle ne lui dit.

- Parce que c'est vous, et pas les autres, qui m'avez sauvée en Angleterre. Parce que vous m'avez ramenée ici, en Amérique. Parce que... J'ai une plus grande confiance en vous. On est une équipe, achève-t-elle avec une ombre de sourire qui s'efface immédiatement.

Parce qu'on ne peut rien bâtir sur des mensonges.

Fury acquiesce, interprétant son silence soudain, et ses yeux, un brin humides, qui le quittent pour retourner dans le vague, comme autant d'aveux. Et cela ne lui plaît pas du tout. Dorcas lui a bien demandé de faire semblant, et cela n'a pas du tout l'air d'être ce qu'elle attend vraiment. Soit la jolie sorcière a un petit béguin pour lui et ne l'admet pas, soit l'idée de faire semblant d'être en couple avec lui pour qu'on ne lui enlève pas ses souvenirs lui pèse trop... Il la répugne ?

Le silence entre eux devient inconfortable, et Dorcas le remplit de mots, les yeux fixés sur un point visible d'elle seule, une poussière qui lévite dans l'air. Elle parle de Poudlard, des enfants sorciers, de ce qu'ils font avant d'être scolarisés, dans leur famille. De l'importance qu'ils apprennent à contrôler leurs pouvoirs, du risque d'être un Obscurial qui peut être un véritable danger pour eux comme pour l'entourage. De la proportion démentielle d'Obscuriaux lors de la période de la chasse aux sorciers qui a mené à l'avènement du secret magique. Du fait que dans d'autres pays, la magie est vécue différemment, que les enfants ne vont pas forcément à l'école. Que les enfants africains apprennent à faire de la magie sans baguette, et qu'ils sont tellement doués en métamorphose qu'ils comptent nombre de métamorphomages et d'animagus parmi eux.

Elle lui parle des Fléreurs, qui ressemblent à s'y méprendre à des chats, mais ont une magie bien à eux qui font qu'ils repèrent ceux qui sont malintentionnés, et que cela permet à certains sorciers de se sentir en sécurité en leur présence. Quand elle aborde les dragons et les licornes, elle se demande si Fury ne croit pas qu'elle se moque de lui, mais le rassure en lui disant qu'il ne sera sans doute jamais amené à en voir.

- Pourquoi Sheffield vous a appelé Amber Lea ?

Dorcas s'interrompt, et reprend une gorgée de thé.

- Parce que c'est ma nouvelle identité en Amérique. Quand je suis partie, la guerre battait son plein. J'ai demandé l'asile politique, et l'ai obtenu mais seulement si je travaille pour le Macusa, le ministère de la magie américain. Je dois les informer sur les activités du Shield, Nick. Et maintenant, je vous informe aussi sur les activités du Macusa, et ce que je fais pour eux. Je risque la prison à vie si vous ne faites pas semblant d'être en couple avec moi. Je risque d'être renvoyée dans mon pays, et jetée dans la même prison que ceux contre lesquels je me battais. Je ne peux pas.

Dorcas baisse les yeux, répétant qu'elle ne peut pas retourner en Angleterre, que c'est au-dessus de ses forces d'affronter le regard de ceux qu'elle considère avoir abandonné. Que c'est au-dessus de ses forces d'être dans le pays où d'autres Mangemorts courent encore.

Fury ne dit rien, analysant tout ce que Dorcas lui révèle, mesurant tout ce qu'elle lui a dit et qu'elle aurait du taire. Elle lui fait confiance, alors. Vraiment confiance. Au point de mettre sa vie dans la balance.

Au cours de la longue, très longue conversation, Fury vient s'asseoir à côté de Dorcas qui d'un geste négligent de la baguette et tout en continuant à parler, réchauffe leurs tasses et la théière maintenant tiédies.

Le silence s'installe de nouveau entre eux, mais il n'est pas inconfortable cette fois-ci. Ils sirotent tous deux leur thé, et Dorcas étouffe un bâillement. Il est plus de trois heures, il est largement temps qu'ils aillent se coucher. Surtout que Dorcas, elle en est convaincue, va être convoquée au Macusa au petit jour.

Ses yeux glissent sur Fury, et d'une petite voix, elle annonce qu'il faut vraiment qu'elle aille se coucher, qu'elle devra se rendre au Ministère demain, et qu'il faut qu'ils lui trouvent une excuse auprès d'Anderson, le directeur du Shield.

Fury tapote la cuisse de la jeune femme en un geste machinal et Dorcas se fige et le suit du regard alors qu'il pose leurs deux tasses sur le plateau, et grimpe à l'échelle. Quand elle entend les lattes du lit du dessus grincer, Dorcas se couche à son tour avant de lui souhaiter une bonne nuit aussi.

Et, nourrie seulement de la présence immense et rassurante de Nick Fury au-dessus d'elle, la jeune sorcière s'endort.

 

Quelque chose toque discrètement à la fenêtre. Puis quelque chose toque franchement. A la fin, ça criaille, mais vu son degré de fatigue, Dorcas pense qu'elle rêve, jusqu'à ce que la voix bougonne de Fury résonne et ne la réveille. L'aube point à peine, il doit être six-sept heures, la jeune femme lève la tête de son oreille et voit Fury penché à la fenêtre en train de frapper de son ongle le carreau, derrière lequel une chouette singulièrement courroucée se tient, impatiente.

- Du courrier !

- Quoi ? Demande Fury en se tournant vers elle.

- C'est un des moyens des sorciers pour s'envoyer du courrier. Mais ce n'est pas une chouette postale.

Dorcas se lève, frotte brièvement ses bras de ses mains pour se réchauffer, et se rapproche de la fenêtre, poussant Fury qui lui jette un regard offensé.

- Accio baguette !

Elle lance un lumos minima en informulé, et ouvre la fenêtre à la chouette qui cligne des paupières en hululant.

- C'est une chouette du Macusa, comprend Dorcas en tendant son bras à l'oiseau qui vient s'y percher.

Elle décroche délicatement le parchemin roulé, accroché à sa patte, avant de tâter les poches de son pyjama, dans un geste habituel, puis de se tourner vers Fury en soupirant.

- Vous voulez bien aller me chercher un peu de viande à la cuisine ? Sinon, cette beauté va être grognon.

Nick Fury, dressé de toute sa hauteur, lève un sourcil, avant de secouer la tête avec un petit rire et d'obéir à la jeune femme. Quand il revient, avec une énorme entrecôte saignante, il la tend d'un geste assuré vers Dorcas, et la chouette criaille, bat des ailes pour attraper la pièce de viande, avant de repartir par la fenêtre laissée ouverte. La jeune femme se met à rire, et entre deux hoquets, elle parvient à préciser à Fury.

- Le Macusa ne va pas revoir cette chouette avant demain, le temps qu'elle mange puis digère tout ça !

Elle se tient un instant les côtes le temps de reprendre sa respiration, puis déroule le parchemin qu'elle éclaire avec sa baguette qu'elle tient entre les dents.

Ce qu'elle craignait le plus est en train de lui arriver. Ayant mis sciemment en danger des Non-Maj, et ayant risqué de trahir le secret magique, Dorcas Meadowes alias Amber Lea, est convoquée à un entretien préalable à l'ouverture d'un procès en vue d'une extradition.

De ses mains tremblantes, Dorcas roule le parchemin avant de plonger ses yeux dans ceux de Fury. Son visage se chiffonne, et la boule qui vient de se nouer dans son ventre menace d'exploser. Elle manque d'air et se laisse tomber sur les fesses, ses joues immédiatement noyées de larmes qu'elle n'a pas conscience de verser.

- Oh c'est pas vrai oh c'est pas vrai...

La présence de Fury auprès d'elle ne suffit pas à la rassurer, mais quand ses grandes mains viennent saisir les siennes, Dorcas s'y accroche avec les dernières forces d'une personne qui est ent train de se noyer.

- Oh c'est pas vrai c'est pas vrai c'est pas vrai

- Respirez, Meadowes.

Mais Dorcas ne prend pas d'inspiration, parce que sinon elle va hurler.

- Meadowes...

Ses mains accrochées à celles de Fury, elle ne peut qu'essayer de cacher son visage dans le creux de son épaule, se détournant de l'homme qui est accroupi en face d'elle. Il récupère une de ses mains et Dorcas sent sur le sommet de sa tête un courant d'air froid, il a du pousser la fenêtre.

- Meadowes, respirez !

La grande main de Fury vient prendre celle, délaissée, de Dorcas, et sans qu'elle ne s'en rend compte, il est en train de lui prendre son pouls.

- Vous êtes une dure à cuire, Meadowes !

Dorcas secoue la tête.

- C'est pas vrai...

Et cette fois-ci, Fury comprend qu'elle l'écoute, et réfute ce qu'il vient de lui dire. Fury lâche ses mains, attrape sa taille et la lève avec lui, la maintenant fermement.

- Respirez, Dorcas.

- Il faut m'aider, Nick. Je vous en supplie, il faut m'aider...

Fury la maintient contre lui dans une étreinte qui ressemble à une embrassade, mais aussi, à la manière dont il porterait un sac de linge. Il la sent tendue contre lui, et la rapproche alors parce qu'il sent qu'elle arrive au point de rupture, et quand il vient poser la tête de la jeune femme contre son épaule, il entend ses sanglots étouffés, et la berce doucement, comme dans un slow.

- Je vais vous aider, Dorcas, promet-il d'une voix ferme. Je vais vous aider.

 

Dorcas termine de se préparer, la mort dans l'âme. Elle a mis une robe de sorcière en velours d'un rouge sombre ornée de liserées d'or. Quand Fury la voit sortir de la salle de bain, ses cheveux impeccablement coiffés et dégageant son visage fin, discrètement maquillé, il se dit qu'il a bien fait de choisir son costume noir mais regrette la simplicité de sa cravate rayée. Le regard de la jeune femme se promène sur lui et elle esquisse le pâle sourire du condamné qui se rend à l'échafaud et tente de rassurer ses proches.

- J'ai dit à Anderson qu'on rencontrait une délégation colombienne, suite à l'enquête sur la disparition des touristes. Il n'avait pas l'air de savoir de quoi je parlais.

Devant le regard interrogateur de Dorcas, Fury poursuit.

- Mais il a dit qu'on avait la matinée, sinon je l'appellerai si on est retardé.

- Cela ne va sans doute pas durer longtemps. A la lecture du parchemin... Je pense que mon sort est scellé et que ce n'est qu'un simulacre. La réfugiée britannique encombrante n'a plus aucune raison d'être en Amérique, selon le Macusa. Ils vont se débarrasser de moi.

Sa voix s'achève sur un murmure et Dorcas serre les dents pour ne pas crier. Elle ne veut plus s'effondrer ainsi devant Fury. Il n'a pas à porter le poids de ses choix. Elle ne s'est jamais montrée si vulnérable que devant Alastor Maugrey, l'autre homme le plus solide qu'elle connaisse. Dorcas se morigène d'être tellement en besoin d'hommes suffisamment solides pour qu'elle puisse s'appuyer dessus. Elle ne tient pas debout toute seule.

- Allons-y. La voiture doit nous attendre devant.

Dorcas et Fury marchent dans les couloirs du Shield, rejoignent l'ascenseur en silence, puis traversent le hall et saluent l'agent d'accueil et ceux de la sécurité avant d'arriver dans la rue déjà remplie de passants. Fury fronce les sourcils quand Dorcas s'approche du bord de la route, la main en avant. La voiture ancienne et vert bouteille se matérialise au moment où elle en ouvre la porte, et personne, Fury est prêt à le jurer, ne la voit.

- Venez.

Elle lui adresse encore ce simulacre de sourire, et Fury grimpe dans la voiture à sa suite. Un des hommes assis devant se tourne vers eux, puis fronce les sourcils en voyant Nick Fury, avant de regarder Dorcas avec un air rassurant.

- Ne vous inquiétez pas, Amber, Cromwell a été furieux quand il a appris les projets de Philips* à votre encontre. Ce vieux barbon est complètement en dehors des clous si vous me le permettez... Comment allez-vous ?

Les yeux du sorcier se promènent de Dorcas à Nick Fury, et la jeune femme fait les présentations.

- Nick Fury, agent du Shield, Alexeï Nevcar, directeur du service de la coopération magique.

Les deux hommes se serrent la main et restent se jauger, ne sachant pas ce que l'autre fait là. La voiture fait une embardée et Nevcar s'accroche à la portière.

- Peeters ! Faites donc un peu attention !

- Oui, monsieur Nevcar. Mais c'est à dire qu'on m'a donné le poste de chauffeur parce qu'on veut plus de moi comment agent d'accueil, mais j'ai bien précisé que j'avais jamais conduit autre chose qu'un balai...

Le chauffeur se tourne vers Nevcar, puis Dorcas, cherchant un quelconque appui auprès d'eux. Fury s'avance alors brusquement.

- Hey, regardez devant !

La voiture fait de nouveau une embardée.

- Mais vous avez eu votre permis où ? Rugit Fury quand il voit une jeune femme surprise chuter sur le passage piéton.

- On ne passe pas de permis de conduire. La voiture est ensorcelée, Fury. Il faut juste être un tout petit peu attentif à ce qu'il se passe devant, murmure Dorcas qui reconnaît le Woolworth Building. On arrive, de toute façon.

- Et on repartira en taxi, assure Fury.

L'idée de repartir avec Fury est si improbable que Dorcas émet un petit rire grinçant, quelque chose qui ne lui ressemble tellement pas que l'agent du Shield se tourne vers elle, vaguement inquiet. Dorcas n'a pas eu le temps de le briefer sur la manière de se comporter au Macusa. Et plus elle y pense, plus cela la ronge. Il ne mérite pas d'être oublietté comme un malpropre alors qu'il vient juste de découvrir son monde, qu'il a les épaules pour le supporter et surtout pour en garder le secret, qui s'ajoutera aux autres que, Dorcas en est convaincue, il garde aussi férocement qu'un dragon ses œufs.

La voiture s'arrête et se glisse à un emplacement entre deux autres véhicules, alors que Fury plisse les yeux sur le chauffeur qui n'a pas touché au volant. Ils sortent tous de la voiture et Fury observe le Woolworth Building d'un air dubitatif. Tout est comme d'habitude. Dorcas se rapproche de lui sans bruit et glisse sa main sur son bras avec un petit sourire pâle comme un matin d'hiver.

- Vous êtes déjà venu ici, mais vous ne vous en souvenez plus.

Fury acquiesce, l'air indescriptible.

- Si on est amoureux, je pense qu'on devrait se tutoyer, tu en penses quoi ?

Dorcas a un temps d'arrêt avant de murmurer.

- Je pense que tu as raison. Ils vont te prendre tes armes à l'accueil. Ne touche à rien, et ne parle pas, sauf pour répondre à une question. Si tu ne sais pas, tu le dis. Tout se passera bien.

Fury a toujours l'air insondable. Dorcas a un geste de recul, comme pour s'éloigner de lui, mais il lui attrape la main et la maintient sur son bras.

- Si on est amoureux, il faut qu'on en ait l'air.

D'un mouvement empreint de douceur, il se penche vers Dorcas et l'embrasse sur le front. Quand ils tournent les yeux vers les deux autres sorciers, ils constatent que Peeters a disparu, et que Nevcar les regarde d'un air sceptique.

- Si je puis me permettre, il faut que vous en ayez plus l'air que cela. Maintenant, ne parlez plus de cela quand vous entrerez dans le bâtiment. Et ayez l'air plus naturels.

Fury ne cesse de s'étonner devant les choses qui apparaissent devant lui. La pression de la main de Dorcas sur son bras le rassure sur le fait qu'il n'est pas en train d'halluciner. Tout comme la gifle qu'elle lui a asséné à Guatavita, pour le sortir de la transe dans laquelle la sirène l'avait plongé, dans le but de le faire courir à sa perte. Et là, après la voiture rétro, c'est juste un bâtiment entier qui sort de nulle part. La réplique exacte du Woolworth Building, en miroir. Et des tas de gens en sortent, des gens que Fury n'aurait jamais remarqué, sinon. Les sorciers ont un talent certain pour la dissimulation, et cela le frustre que tout cela se passe sous leur nez depuis des années.

Une fois entré dans le bâtiment, Fury ne peut qu'en comparer l'intérieur à son jumeau. Là où, côté Non-Maj, un immense hall d'accueil haut de trois étages dessert un large escalier menant d'abord aux entreprises et services de la mairie, puis aux appartement luxueux à partir du dixième, ici, la même majesté des lieux lui fait ouvrir de grands yeux. Mosaïques byzantines, balcons ornés de fresque, dorures un peu partout. Mais, la grande différence réside en ce qu'il n'est pas supposé voir. Le hall est rempli de hiboux et de chouettes qui vont et viennent, d'avions en papier qui volent comme s'ils savaient où ils allaient. Et Fury peut jurer que les escaliers de marbre se déplacent aussi.

D'une pression de sa main sur son bras, Dorcas attire son attention et l'escorte jusqu'à un portique de sécurité. La situation serait moins catastrophique, la sorcière rirait sûrement de voir Fury contraint de se débarrasser de toutes ses armes dans le panier en osier du vigile. Les deux pistolets rangés dans ses holsters sur ses côtes, ceux accrochés à sa ceinture, ses lames à ses chevilles. Dorcas l'observe d'un air soupçonneux, espérant que l'imbécile a bien tout donné, mais le visage de Fury est indéchiffrable.

Avec une bonne humeur qu'il ne feint pas, Alexeï Nevcar leur demande de les suivre jusqu'à la Salle du Conseil où une commission est réunie. Avisant la petite mine de Dorcas, il ajoute, alors qu'ils emprunte les escaliers puis s'engouffre dans le dédale de couloirs avant de prendre un ascenseur qui voyage horizontalement :

- Cromwell a trouvé deux témoins de confiance pour vous soutenir, Mademoiselle Lea. Norbert Dragonneau qui était présent sur la fin de l'affaire de Guatavita et...

L'ascenseur s'arrête, et avisant les sorciers déjà présents, et en nombre, Nevcar se tait, mais marmonne rapidement.

- Ne vous inquiétez pas, tout va bien se passer, pour vous deux.

Dorcas lève la tête, essayant de puisant en elle un peu de détermination, creusant son esprit à la recherche de ses connaissances, nombreuses, en législation magique. Elle se rassure en disant qu'elle a toujours retenu tout ce qu'elle lisait, et elle a lu énormément.

L'ascenseur dessert un couloir sombre, éclairé par des torches, qui débouche sur une immense salle lui rappelant celle où se tiennent les procès au Ministère de la Magie. Son regard parcourt les sorciers et sorcières présentes, s'arrête un instant sur Norbert Dragonneau qui lui adresse un salut amical de la main, qui s'est interrompu dans la conversation qu'il avait avec Cromwell et... Alastor Maugrey.

Dorcas retient son souffle alors que des sorciers s'écartent d'Alastor, révélant à la jeune femme qu'il a porte un jambe de bois à gauche, a perdu une bonne partie de son nez, et son œil gauche, également, remplacé par une prothèse animée.

- Meadowes, chuchote Fury. Ressaisis-toi.

La jeune femme avale sa salive, acquiesce d'un air absent. Toute la force qu'elle avait puisée en elle lui donne l'impression de s'échapper par tous les pores de sa peau, la laissant totalement vide et épuisée. Vaincue.

La main de Fury se serre autour de la sienne, la ramenant à l'ici et maintenant. Et, alors que ses yeux ne peuvent quitter Alastor qui la fixe de son regard, Fury passe dans son champ visuel, et après avoir papillonné des paupières, Dorcas fixe son attention sur Fury dont la présence efface celle de tous les autres. Sa main toujours dans la sienne, Dorcas déglutit de nouveau et lève son visage vers lui.

- Prête à botter des culs ?

Sa répartie est si incongrue qu'elle déride Dorcas qui émet un petit hoquet de rire.

- Derrière toi, à côté de Norbert Dragonneau, c'est Alastor Maugrey, un Auror, un membre de la police magique, qui a lutté contre Voldemort. C'est l'homme le plus solide que je connaisse.

Fury s'assure qu'elle a bien récupéré de sa soudaine panique avant de se retourner vers l'homme trapu, son regard glissant sur sa jambe de bois, son nez atrophié, et ce globe oculaire qui se fixe sur lui alors que l'autre œil, le valide, est posé sur Norbert Dragonneau avec qui il discute. Fury hoche de la tête en une forme de salutation, et frémit quand l'oeil valide se pose à son tour sur lui et qu'Alastor Maugrey lui répond à son tour d'un discret mouvement.

La voix chevrotante d'un vieux sorcier rabougri demande aux gens de prendre leur place et Fury se rend compte que c'est un véritable procès qui attend Meadowes quand les personnes prennent place sur les bancs, dans cette salle qui ressemble à une arène. Il se laisse entraîner par la jeune femme qui va s'asseoir aux côtés de Nevcar et un autre homme que Meadowes lui murmure être Cromwell. Norbert Dragonneau et Alastor Maugrey sont assis quelques places plus loin, et Fury comprend qu'ils sont anglais à leur accent quand ils discutent entre eux. Le silence se fait quand e vieux sorcier rabougri lève la tête d'une pile de parchemins posée devant lui.

- Merci à tous d'être venus aujourd'hui à l'ouverture du procès de Dorcas Meadowes, alias Amber Lea, qui a sciemment mis en danger la vie de Non-Maj dans une affaire purement sorcière, outrepassant en plus le Code de la Magie Internationale en intervenant sur un autre territoire, en dépit de...

Dorcas se lève, et la voix haute et claire interrompt le vieux sorcier.

- Monsieur Philips, je me permets de vous rappeler qu'en vertu de l'article 17b du Code de la Magie Internationale, j'ai bien fait usage de la magie devant les Non-Maj qui m'ont rejoint au lac de Guatavita en utilisant leur technologie, sans que je ne le sache. Et je l'ai fait, monsieur Philips, dans le but évident de leur sauver la vie. J'étais effectivement en Colombie, et j'ai agi sans que le Grand Cacique ou quelconque sorcier colombien ne soit au courant, mais si je n'avais rien fait, ces Non-Maj seraient tous morts. Je vous rappelle que l'article 17b du Code de la Magie Internationale permet bien, ainsi que l'alinéa 3 de l'article 124-2 du Code du Secret Magique, d'user de magie en cas de force majeure. Et sauver la vie de ces Non-Maj était un cas de force majeure, monsieur Philips. De plus, le droit magique stipule bien que pour la tenue d'un procès, le courrier adressé au prévenu doit mentionner ledit procès. Or, la convocation de ce matin n'énonçait que la tenue d'une réunion. Et nous sommes bien loin d'une réunion, ici, monsieur Philips.

Un silence se fait quand Dorcas s'interrompt, et Fury remarque plusieurs regards admiratifs quant à sa tirade. Un murmure traverse l'assistance, et quelques plumes d'oiseau grattent des parchemins. Fury est rassuré. Dorcas est définitivement prête à botter des culs.

Cromwell se lève alors à son tour, coupant Philips qui semble peiner à rassembler ses idées pour rétorquer à Dorcas.

- L'agent Lea a agi sous mes ordres, Monsieur Philips. Et jusqu'à preuve du contraire, je ne dépends pas de votre juridiction, mais réponds directement auprès du Ministre de la Magie, Alexia Kerr. Je l'ai tenue au courant immédiatement après qu'Amber Lea m'ait averti que le portoloin qui lui était destiné avait été malencontreusement utilisé par Nick Fury, un agent du Shield, Non-Maj. Nous ne comprenons pas la tenue d'une telle pantomime, Monsieur Philips.

Le vieux sorcier rassemble ses notes de ses mains tremblantes, avant de demander à Dorcas.

- Et ces autres Non-Maj, comment ont-il su où chercher Nick Fury après sa disparition ?

Dorcas ouvre la bouche avant de froncer les sourcils et de se tourner imperceptiblement vers Fury qui interprète ce mouvement comme une autorisation à s'exprimer.

- Quand j'ai débarqué à Guatavita, en Colombie, je n'avais absolument aucune idée d'où je me trouvais. J'ai donc contacté le Shield avec ma montre, qui dispose d'une technologie de traçage GPS, qui fonctionne comme une balise de détresse. Les agents ont donc juste du monter dans le Quadjet pour venir me trouver. Amber Lea est arrivée par ses propres moyens quelques minutes après mes collègues, et nous a sauvé la peau à tous.

La déclaration de Nick laisse l'assemblée dubitative. Fury se rend alors compte qu'ils n'ont probablement pas du tout compris la partie concernant la géolocalisation.

- Vous êtes ? Qu'est-ce que vous fichez là ?

- Nick Fury, agent du Shield.

- Et pourquoi n'a-t-il pas été oublietté ?

Nick Fury se lève à son tour, attrape la main de Dorcas et noue ses doigts autour des siens.

- Je n'ai pas été oublietté parce qu'Amber Lea et moi avons le projet de nous marier, monsieur Philips. Et qu'en vertu de vos lois, vous n'avez pas le droit de le faire.

Fury a une voix posée et ferme, bien loin du manque d'assurance qu'il peut ressentir à ce moment-là, n'ayant aucune idée du fonctionnement de la société magique, autre que le peu que lui en a dit Meadowes. Il espère quand même ne pas y être contraint parce que, s'il n'a jamais vraiment envisagé le mariage dans sa vie, tout cela ne l'intéressant pas vraiment, ne faisant pas partie de ses projets, c'est quand même un sacrifice qui le dérange, quelque part. Ne serait-ce que parce que Meadowes, probablement comme toutes les femmes de son âge, rêve de ce jour-là et qu'elle mérite autre chose qu'un simulacre. Elle mérite mieux qu'une misérable comédie. Fury n'a jamais rencontré une femme telle qu'elle.

Meadowes serre la main de Fury.

- Je n'ai fait qu'obéir aux conditions que vous m'avez imposées lors de ma demande d'asile, bien qu'elles aillent à l'encontre de ce qu'est l'asile, dont vous avez une interprétation toute personnelle, monsieur Philips. Je me suis engagée auprès du Shield à votre demande, j'ai fait tous mes rapports en temps et en heure, je vous ai transmis l'appareil qui leur a permis de voir le Macusa...

Dorcas sent Fury se tendre à cette mention, mais elle l'ignore, essayant de ne pas regarder du côté d'Alastor qui l'écoute silencieusement.

Philips relit les rapports de Norbert Dragonneau sur l'événement de Guatavita, et Alastor Maugrey sur les états de service de Dorcas Meadowes pendant la guerre. Son regard se dirige vers Norbert Dragonneau qui, après avoir toussoté de gêne, prend la parole à son tour.

- J'ai été averti par Cromwell que Amber Lea avait non seulement découvert l'El Dorado, mais aussi ce groupe d'Etres de l'eau dont le peuplement date de l'Amérique précolombienne. Ce sont deux découvertes majeures dans l'histoire de la magie. Bien que n'étant pas magizoologiste, et qu'elle n'ait pas d'expérience significative dans la liaison avec les êtres magiques, Amber Lea a fait exactement ce qu'il convenait de faire pour préserver les vies de cette colonie, celles des agents du Shield, celles des Aurors aussi. La réserve de Guatavita est en train d'être mise en place. Et ce sera un régal pour les magizoologistes, les botanistes, et le Bureau de liaison des Etres Magiques. Le Grand Cacique s'est prononcé favorablement pour une collaboration internationale. Et les Moldus ne pourront désormais plus s'y rendre. Tout rentre dans l'ordre, monsieur Philips.

Il esquisse un petit sourire timide avant de se rassoir et de caresser pensivement la poche de son veston d'où dépassent ce qui semblent être les feuilles d'une plante qui bougent.

- Maugrey ?

L'Auror se lève, grimaçant quand il prend appui sur sa jambe gauche. Son œil prothétique roule dans son orbite et le sorcier met une pichenette sur son bandeau, ce qui semble régler le problème. Un frémissement de malaise traverse les personnes présentes.

- Amber Lea est une citoyenne britannique qui a lutté à mes côtés et à ceux d'Albus Dumbledore, dans la guerre contre Lord Voldemort et ses Mangemorts.

Cette fois-ci, un murmure d'admiration parcourt la salle. Dorcas ne sait pas si c'est à la mention de Dumbledore, ou à celle de Lord Voldemort, qui doit être moins connu des sorciers américains. Alastor tourne son visage vers elle, et elle se mord les lèvres, ayant du mal à soutenir son regard. Parce qu'elle a l'impression de l'avoir trahi. De les avoir tous trahis. Sa peur de retourner se battre en Angleterre, alors qu'elle aurait pu s'échapper du Shield, et que le Macusa aurait été ravi de se débarrasser d'elle, a balayé toute possibilité de l'envisager. La simple mention du Royaume-Uni lui donne envie de se rouler en boule et de pleurer. Dorcas baisse les yeux.

- C'est une sorcière puissante. Lors de la bataille dans les airs où nous avons cru l'avoir perdue, il m'a été rapporté que Voldemort lui-même l'a attaquée. C'est dire si ce mage noir la redoutait. Je pense très clairement que, sans l'intervention de Nick Fury qui a tiré en l'air comme un imbécile avec son arme à feu, ce qui a provoqué une belle confusion, et ce qui a blessé Kingsley Shacklebolt, sans gravité heureusement, nous aurions eu d'autres pertes que Benjy Fenwick. Amber Lea est une sorcière brillante. Il n'y aurait pas eu la guerre, il ne fait aucun doute qu'avec ses capacités de réflexion, d'apprentissage, et sa magie, elle aurait pu devenir tout ce qu'elle voulait.

Dorcas émet un faible soupir, ce qui attire l'attention de Nick sur elle. Se rendant compte qu'elle pleure silencieusement, il promène sa main large sur son dos, puis attrape sa taille avec délicatesse et la rapproche de lui dans une étreinte bourrue. Au moins, les sorciers auront moins de doute quant à leur relation avec de tels gestes d'affection. Dorcas doit le comprendre car elle pose un instant sa tête contre lui, avant de renifler brièvement et de s'essuyer les joues. Si elle s'est laissée aller juste un instant, elle reprend tout de suite la maîtrise de ses émotions, se raidit contre lui et se dégage de son étreinte, murmurant merci. Quand elle relève les yeux vers Alastor Maugrey, celui-ci la fixe de son œil prothétique et son visage couturé de cicatrices aide encore moins à déchiffrer ce qu'il a en tête que lorsqu'il était moins abîmé.

Fury donne alors un coup de coude à Dorcas.

- Le vieux rabougri t'a posé une question, chuchote-t-il.

Dorcas se redresse, pose ses yeux sur le président de la Confédération Magique Internationale.

- Excusez-moi, je n'ai pas entendu ce que vous venez de dire.

Philips relève son nez de ses parchemins qu'il rassemble et roule.

- Je vous ai demandé, mademoiselle Lea, si vous vouliez que votre demande d'asile soit reconduite. Cromwell insiste pour qu'elle le soit, et Maugrey aimerait étendre votre collaboration avec le Shield au Ministère de la Magie Britannique, Albus Dumbledore a appuyé votre candidature auprès de madame la Ministre*.

Dorcas blêmit, elle respire rapidement, serrant les dents, essayant d'étouffer cet espoir fou et certainement trompeur, qui l'étreint à cet instant. D'une voix pourtant posée, elle répond à Philips, mais ses yeux sont fixés sur Alastor.

- Oui, je tiens à ce que ma demande d'asile soit reconduite, bien que la guerre soit maintenant terminée en Angleterre. Et je souhaite poursuivre ma collaboration au Shield avec Nick Fury, et l'étendre au Royaume-Uni.

Sa main cherche celle de Nick, dont la simple présence à ses côtés la rassure. Elle ne comprend pas encore qu'elle est libre. Mais Fury lui serre les doigts et caresse son poignet de son pouce, et elle se perd un instant dans cette sensation étrange, compte tenu du lieu où ils se trouvent, de l'assistance qui ne doit pas manquer une miette du spectacle, vu qu'ils se tiennent debout, au-dessus de leurs pupitres.

- Bien, l'affaire est donc entendue, Mademoiselle Lea, si vous voulez conserver cette identité. Je vous remercie pour les éclaircissements apportés à cette enquête que j'ai diligenté. La séance est levée.

- Mais, concernant Nick Fury, quelle est votre décision ? L'interrompt Dorcas.

Philips qui est déjà debout avec ses rouleaux de parchemin encombrant ses bras maigres, s'arrêtent, regarde Fury d'un air quelque peu méprisant.

- Vous avez des projets de mariage, et vous travaillerez ensemble sur des affaires communes. Bienvenue au Macusa, monsieur Fury, et mes félicitations. La séance est levée.

Dans un bruissement de parchemins, de robes frôlant le sol, de bancs repoussés par les sorciers qui se lèvent, la salle se vide progressivement, jusqu'à ce qu'il ne reste que Cromwell, Nevcar, Maugrey, Norbert Dragonneau, Fury et Dorcas. Cromwell s'avance vers Dorcas, un grand sourire sur son bon visage.

- Alors, il vous a mis un bon coup de pression, ce vieux barbon de Philips, hein ? Quand j'ai appris la tenue de cette pantomime de procès, j'ai agi rapidement. C'est si facile de faire tomber un bon agent qui prend des initiatives judicieuse tout ça parce que le gouvernement colombien n'a pas les moyens de transformer une zone dangereuse en réserve magique. Merci de votre aide, monsieur Dragonneau.

- Merci d'avoir fait appel à moi.

Dorcas a toujours sa main dans celle de Fury, sans s'en rendre compte, mais ses yeux restent fixés sur Alastor Maugrey qui l'observe, la mine renfrognée. Nevcar et Cromwell comprennent qu'il faut laisser un temps à ces deux-là pour se retrouver, aussi, le directeur du service de la coopération magique fait-il un signe à Norbert Dragonneau de le suivre pour qu'ils ajustent les rôles de chacun sur la réserve de Guatavita où les sorciers américains et anglais pourront travailler avec les Colombiens, tandis que l'Auror plante ses yeux dans ceux de Fury avant de lui demander de le suivre afin qu'ils posent ensemble les bases de leur collaboration inédite. Quand Fury lâche la main de Dorcas, celle-ci réalise qu'elle est maintenant seule face à Alastor, et elle commence à paniquer.

- Je ne voulais pas... Je ne savais pas comment... Je suis désolée, conclut-elle dans un soupir.

- Cromwell m'a expliqué que c'était compliqué pour toi. Que tu avais atterri sur Fury, qu'il t'a plus ou moins enlevée, que tu étais blessée, et que tu as pu t'enfuir pour demander l'asile au Macusa. Ce n'est pas de ta faute, Meadowes.

La chape de plomb que Dorcas se trimballait depuis qu'elle est tombée du ciel vient libérer ses épaules, et la sorcière, d'ordinaire si maîtresse de ses émotions, lâche un petit soupir douloureux avant de venir s'écraser contre Alastor et nouer ses bras autour de son cou, nichant son visage dans le creux de son épaule. L'Auror, plutôt mal à l'aise avec de telles effusions, lui tapote maladroitement le dos, la mine revêche. Son regard croise celui de Fury et il y lit comme un soupçon de jalousie qui n'a rien à faire là. L'agent du Shield est toujours en grande conversation avec Cromwell, les sourcils froncés pour masquer sans doute sa grande ignorance du monde magique. Ils sont comme ça, les Moldus, quand ils découvrent leur monde. A force de vivre à côté d'eux, les sorciers sont bien malhabiles à les comprendre, aussi.

- Pardon, murmure Dorcas en libérant enfin Alastor de son étreinte.

- Tu n'as rien à te faire pardonner, lui répond l'Auror et, d'après l'expression immensément soulagée de la jeune femme, Alastor comprend qu'elle s'excusait de lui avoir sauté au cou.

Dorcas essuie ses joues et renifle.

- Tu n'as rien à te faire pardonner, répète pourtant Alastor.

Il se tourne alors vers Fury et Cromwell qui sont toujours en grande conversation, et constate que Nevcar et Dragonneau ont quitté la salle. Dorcas suit son regard.

- Et lui ?

- Je l'aime, je crois bien... J'aime Fury.

La voix de Dorcas devient plus assurée, comme si elle essayait de s'en convaincre, ou qu'elle en venait à le réaliser. Le regard de la sorcière se promène sur le visage d'Alastor, portant une question silencieuse. Alastor désigne son nez, puis son œil.

- Le nez, c'est Evan Rosier. Il ne fera plus de mal à personne. L'oeil, je pense que c'est Wilkes, sans certitude, parce cette bataille c'était un sacré foutoir. Wilkes ne fera plus de mal à personne non plus. La jambe, je n'en ai aucun souvenir. Les médicomages de Sainte-Mangouste m'ont gardé deux semaines sous potion de sommeil pour la douleur. Mais ça va, maintenant.

- Et les prothèses ?

Alastor met un petit coup de son bâton de sorcier sur sa jambe de bois.

- Elle, c'est juste comme une béquille. L'oeil, par contre, je l'ai ensorcelé. Il révèle ce qui est caché. Ce qui m'aurait bien servi de l'avoir avant, mais j'avais mes deux yeux.

Alastor se met à rire et cela résonne comme le crissement de la craie sur un tableau noir.

- Et vous avez réussi à arrêter tout le monde ?

- Les Lestrange et le fils Croupton, après ce qu'ils ont fait aux Londubat. Karkaroff court toujours, mais je l'aurai. Je le dénicherai dans le trou à rats où il se cache et il ira passer le reste de ses jours à Azkaban, comme ses petits potes.

Dorcas acquiesce. Tout lui paraît tellement loin, maintenant, comme si cela faisait partie d'une autre vie.

Quand elle sent la présence de Fury près d'elle, Dorcas se retourne et lui sourit. Il la couve un instant du regard avant de tendre sa main vers Alastor.

- Nick Fury, agent du Shield.

- Alastor Maugrey, Auror.

Fury identifie immédiatement l'homme comme celui auquel faisait référence quand Dorcas venait de lui sauver la peau au lac de Guatavita, et qu'elle a parlé de l'homme le plus courageux qu'elle connaissait. Après que chacun ait essayé d'écraser les doigts de l'autre dans une poignée de main vigoureuse, Fury se détend quand Dorcas, imperceptiblement, se rapproche de lui, leurs bras prêts à se frôler. Fait-elle encore semblant ?

Alastor désigne Dorcas d'un mouvement du menton.

- Vous prendrez soin d'elle, sinon vous aurez affaire à moi.

Fury se met à rire, pour sans doute casser la gêne qu'ils ressentent tous en ce moment. Mais il redevient rapidement sérieux.

- Bien sûr, promet-il.

Note de fin de chapitre :

Alors, je vais teaser à mort.

Nous voici donc avec 10 textes sur Nick Fury et Dorcas Meadowes. Il en reste encore cinq sur le développement de leur relation (dont une rencontre avec Carol Danvers aka Captain Marvel sur le dernier texte les concernant).

Ensuite, on reste dans le même monde, mais on s'éloigne de Nick Fury et Dorcas Meadowes :

- deux OS sur Natasha Romanoff et Kingsley Shacklebolt,

- quatre textes sur le trio Loki/Thor/Pansy (héhé), entre Mjölnir qui tombe sur terre et l'attaque de New-York, carrément.

- deux textes sur T'Challa et Luna

- et deux textes sur Drago, l'un avec Darcy Lewis et l'autre avec Wanda Maximoff, et ce sera au moment de Westview.

J'ai tout planifiééééééé !!!

N'hésitez pas à me laisser un petit message !

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.