S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Ne rien regretter par jukava

[2 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Que la divine Alena soit remerciée pour tout ce qu'elle m'apporte. (y compris le mot malourdroite qui vient juste rentrer dans mon dico personnel :D)

Londres- Département des Mystères – 12 janvier 2021

- « Maintenant que je suis parvenu à désenchevêtrer toutes les pièces que… Que… » hésita Jamieson.

- « Morita. Jim Morita. » compléta Hermione avec patience. Ce devait être au moins la vingtième fois qu’elle répétait à son collègue le nom du membre des Howling Commandos qui avait réparé le Retourneur de Temps en 1945, mais il semblait incapable de le retenir.

- « Oui, c’est ça. » répondit-il, distrait. « J’ai enfin réussi à enlever tous les morceaux de verre qu’il avait imbriqués. Je ne sais pas comment il a fait, c’était un travail au millimètre. » soupira Andrew partagé entre son admiration pour ce qu’était parvenu à faire Morita avec si peu et sa fierté d’avoir enfin démantelé son travail. « Je vais pouvoir enfin regarder directement cette fêlure… »

Andrew fit descendre une loupe oculaire devant son œil droit et ferma le gauche, observant attentivement les dégâts. La craquelure était fine et il y distinguait plusieurs grains de sable coincés. C’était mauvais signe.

- « Tu te souviens quand j’ai émis l’hypothèse selon laquelle c’était le poids du verre qui avait dévié ta trajectoire ? » Hermione émit un petit bruit pour lui confirmer qu’elle s’en rappelait. « Je pense que j’avais raison. Maintenant que j’ai tout enlevé… » Il déposa consciencieusement les bouts de lampe de radio dont Morita s’était servi sur un des plateaux d’une balance en cuivre et les masses de l’autre côté, pesant avec précaution. « Il s’en est fallu de peu… Considérant la finesse du verre, il a ajouté seulement cent cinquante milligrammes au Retourneur… Et ça a suffi pour te faire dévier de deux semaines, plusieurs mètres et surtout pour que tu n’arrives pas entière. » Andrew ne put retenir un frisson en prononçant ces derniers mots. « Heureusement que son système a complètement retenu le sable, s’il s’était échappé, Merlin seul sait ce qui aurait pu t’arriver... »

Hermione posa doucement la main sur l’épaule d’Andrew, Janet lui avait confié à quel point il était inquiet de ne pas être capable de réparer l’artefact ou pire de croire qu’il y était parvenu et ensuite causer des blessures voire la mort d’un de ses collègues. A cause d’Hermione, il avait un poids infini sur les épaules et elle détestait le voir aussi stressé.

Croaker passa discrètement la tête par la porte et, s’assurant qu’aucun de ses deux collaborateurs n’était en train de faire une manipulation délicate, leur dit simplement :

- « Rejoignez-moi en salle de réunion dès que possible, s’il-vous-plait. »

Les deux Langues-de-Plomb acquiescèrent, la jeune femme suivant leur Directeur. Jamieson prit le temps de déposer un énorme globe en verre trempé pour protéger son plan de travail et surtout le Retourneur de Temps, puis rejoignit ses collègues.

Croaker était assis au bout de la table et fit signe à chacun de s’installer. Il soupira entre agacement et résignation avant d’expliquer :

- « Vous savez comme moi que suite à la dernière mission, nous avons empêché Captain America d’être kidnappé et, fait imprévu, entraîné la capture de deux Nazis et d’un lieutenant de Grindelwald… Et pourtant rien n’a changé, la moitié de la population manque toujours à l’appel... »

Janet, Hermione et Andrew grimacèrent de concert, malgré leurs recherches, ils avaient été incapables de comprendre ce qui empêchait encore la victoire sur Thanos en 2018. Le Captain avait été sauvé, les Avengers ne s’étaient pas déchirés et pourtant, ils avaient échoué à empêcher le Snap. Aucun d’entre eux n’était parvenu à déterminer là où le bât avait blessé.

- « Apparemment, c’est encore plus secret et complexe que ce à quoi mes accès en tant que Directeur du Département des Mystères m’autorisent. » Hermione ne put retenir une petite exclamation de surprise. « J’ai essayé de demander à Wong, mais évidemment, il est devenu muet maintenant… » railla Croaker.

- « Je t’avais dit qu’on ne pouvait pas lui faire confiance. » grommela Janet qui n’avait jamais caché son agacement envers le Sorcier Suprême. « Il a un plan, quelque chose qu’il ne nous dit pas… » lâcha-t-elle avant de se tourner vers le Directeur. « On fait quoi, Saul ? On arrête tout ? »

- « Bien sûr que non. » répondit immédiatement Croaker. « Ça veut juste dire que notre mission va être plus compliquée qu’on ne le pensait. »

Londres- Département des Mystères – 14 avril 2022

Hermione était en train de mener une expérience dans la salle de la Mort, espérant communiquer grâce au Voile avec ceux qui avaient été snapés, lorsque Janet vint l’interrompre pour lui annoncer que Croaker avait enfin du nouveau.

Hermione avait du mal à y croire. Il s’était écoulé plus de dix-huit mois depuis sa dernière mission et jusqu’alors Croaker ne s’était heurté qu’à des portes closes.

La première était celle que Wong, le Sorcier Suprême, leur avait claquée au visage. Alors qu’il avait été si prompt à les envoyer dans une quête effrénée pour sauver Bucky Barnes puis Steve Rogers, Wong s’était brusquement mis à les ignorer complètement. Comme si soudain les Langues-de-Plomb ne lui étaient plus d’aucune utilité. Janet n’en avait pas décoléré pendant des semaines.

Tenace, Croaker avait mené l’enquête au sein du Ministère, du MACUSA et même de l’ICW pour comprendre ce qui bloquait toute leur entreprise. Dans la première lettre qu’il leur avait adressée, le Sorcier Suprême avait mentionné le fait « d’augmenter les chances de victoire de l’Humanité de manière significative. » Une fois que Barnes et Rogers avaient été sains et saufs, qu’est-ce qui avait empêché les Avengers de vaincre ? C’était la question qui continuait à tarauder la petite équipe des trois Langues-de-Plomb et leur Directeur.

Arborant un sourire aussi rare qu’inhabituel, Croaker abattit brusquement deux épaisses chemises beiges sur la table, faisant sursauter Andrew, qui semblait perdu dans ses pensées.

- « Je les ai enfin eus ! » exulta Croaker. « Ils avaient planqué leurs dossiers militaires à l’intérieur de leurs dossiers du SHIELD… »

- « Comment tu as fait pour obtenir ça ? » demanda aussitôt Janet, entre inquiétude et confusion.

- « Ils pensaient que de pauvres sorciers comme nous n’auraient pas les moyens technologiques pour obtenir les documents… Disons que j’ai eu une alliée inattendue, en la personne de Darcy Lewis. »

- « Qui ? » demandèrent en chœur les trois Langues-de-Plomb.

- « Une scientifique extrêmement brillante et particulièrement douée en informatique… »

- « Mais comment avez-vous réussi à la convaincre de vous aider ? » insista Andrew qui n’en croyait pas ses oreilles.

- « Ms. Lewis était assez proche d’un des Avengers : Thor. Qui apparemment a sombré dans une profonde dépression depuis le Snap… » Andrew, Janet et Hermione hochèrent la tête en signe de compréhension. Malheureusement, les suicides et les dépressions étaient nombreux depuis que la moitié de la population avait disparu. Entre la culpabilité du survivant et l’impossibilité d’affronter le quotidien sans les êtres qui leur étaient chers, de nombreuses personnes avaient perdu l’envie de vivre. « Elle a également perdu des gens très proches d’elle… Et elle a une dent contre le SHIELD… Disons qu’elle a déjà croisé leur chemin à plusieurs reprises et qu’elle n’aime pas leur manie du secret. »

- « Je crois que j’apprécierais Ms. Lewis. » lança soudain Janet avec un petit sourire en coin.

- « Grâce à elle, j’ai réussi à obtenir de précieux renseignements, et surtout les dossiers miliaires et SHIELD de James Barnes et Steven Rogers. » Il appuya à plusieurs reprises sur les deux dossiers avec son index. « Je sais pourquoi les Avengers ont été vaincus. » Devant les regards interrogateurs de ses subordonnés, il expliqua : « La Bataille de New-York, le 5 mai 2012. Rogers a été tué au combat. Barnes s’est évaporé dans la nature. Considéré comme mort depuis le Snap…Sans les deux super soldats, les Avengers n’existaient que dans les rêves de Fury. Thor, Iron Man et d’autres ont bien essayé de faire équipe en 2018, mais ils ne formaient pas une équipe… Ils ont été incapables de faire le poids face à Thanos. Les Avengers dont nous avons le souvenir n’ont jamais existé. »

Hermione avait l’impression que son cœur venait de s’arrêter. Ses oreilles se mirent à siffler et des petits points noirs obscurcirent sa vision. Elle serra ses poings avec force pour que la morsure de ses ongles dans ses paumes la fasse revenir à elle. Elle ne devait pas perdre son calme devant ses collègues.

Tandis que Croaker continuait à expliquer comment la disparition de Barnes et Rogers avait sonné le glas de l’initiative Avengers avant même qu’elle ne prenne réellement son envol, l’esprit d’Hermione ne cessait de revenir sur les mots qu’il avait prononcés un peu avant : Steve avait été tué au combat. Elle n’arrivait pas à y croire.

Elle ne comprenait pas comment cela pouvait être possible. Bien évidemment, ni Steve ni Bucky n’étaient immortels, mais elle avait déjà eu tant de difficultés à réconcilier ses souvenirs des Howling Commandos en 1945 avec les images qu’elle avait vues du retour de Steve et Bucky à la vie civile en octobre 2011… Et maintenant savoir que le pauvre Steve n’avait vécu qu’un peu plus de six mois… Elle avait l’impression que le destin se jouait d’eux avec une cruauté indicible.

Mais pendant que Croaker exposait son projet de partir en 2012 pour sauver Rogers et, s’il n’y parvenait pas, pour convaincre Barnes d’endosser l’uniforme de Captain America, Hermione se dit que ce plan était voué à l’échec.
Jamais Bucky n’accepterait de prendre le bouclier de son ami d’enfance. Elle avait vu leur complicité, leur façon de se protéger l’un l’autre, c’était inenvisageable que Bucky consente à remplacer son meilleur ami.
Croaker se donna une semaine pour préparer sa mission : il fallait qu’il étudie les lieux où les combats s’étaient déroulés, la chronologie des évènements… Il voulait être parfaitement préparé.

En l’entendant, Hermione sut immédiatement ce qu’il lui restait à faire : utiliser le Retourneur de Temps pour aller sauver Steve en 2012. Elle avait vu et revu les images de la Bataille avec Andrew avant même sa première mission. Elle était bien plus préparée que Croaker ne pourrait jamais l’être.

Quand Croaker eut terminé, Andrew, toujours aussi nerveux, expliqua qu’il avait réparé le Retourneur de Temps au mieux, utilisant de la poudre de cristal, qu’il avait longuement compactée, mais qu’il craignait que l’artefact ne fonctionne plus aussi efficacement que lorsqu’il avait été confié au Département des Mystères.

Croaker se contenta de hausser les épaules : rien n’entamerait sa détermination. Depuis qu’Hermione avait été blessée, il avait annoncé que ce serait lui qui partirait en mission, s’il devait à nouveau y en avoir une. Il ne tolèrerait pas que quelqu’un d’autre que lui prenne des risques.

 

Londres- Département des Mystères – 16 avril 2022

Hermione avait presque eu honte de profiter du week-end de Pâques et de l’absence de ses collègues durant trois jours pour mener à bien son plan.

Elle en avait évalué longuement tous les aspects : si tout se passait bien, elle réapparaitrait au même endroit et seulement quelques secondes après, en ayant sauvé la vie de Steve et par ricochet, celle de Bucky sans aucun doute, sans parler de la totalité de l’Initiative… Elle ferait face aux conséquences plus tard… Et si le Retourneur avait un dysfonctionnement quelconque… Et bien elle aviserait.

Elle s’empara de l’artefact qu’Andrew gardait toujours sous cloche dans son bureau et l’observa attentivement. Elle devait arriver à New-York, ni trop près, ni trop loin des combats, mais surtout à temps pour pouvoir sauver la vie de Steve, donc avant l’arrivée des Chitauris.

Inspirant profondément, Hermione fit un dernier inventaire de sa tenue : elle portait des vêtements simples qui la rendraient discrète dans la foule, son sac en perles qui contenait trois trousses complètes de soins, potions et onguents et enfin, sa baguette. Elle avait attaché ses cheveux en une tresse africaine dont quelques mèches folles s’échappaient déjà. Elle savait que la présence de Bucky aurait certainement une influence sur la chronologie de la bataille par rapport à celle qu’elle avait étudiée, mais elle n’avait pas le choix : elle improviserait, comme elle l’avait déjà fait auparavant.

Consciencieusement, elle procéda aux réglages comme elle avait vu Andrew le faire tant de fois : latitude, longitude, heure, minute, seconde, tout était prêt. Mais le reflet du cristal qui brillait d’un éclat singulier le long de la fêlure du Retourneur la fit douter un instant.

Relâchant son souffle pour se détendre du mieux qu’elle le put, Hermione libérera la goupille et disparut dans un grand éclat lumineux.

New-York – Midtown Manhattan - 5 mai 2012

Inspirant longuement, Hermione ouvrit doucement les yeux et remarqua qu’elle était arrivée exactement où elle le désirait : une petite ruelle non loin de l’intersection entre la 43ème rue et Vanderbilt Avenue, juste à côté de la Tour Stark. Elle ignorait où étaient les Avengers à cet instant précis, mais elle savait que le cœur de la bataille serait ici-même, si elle en croyait les dossiers qu’Andrew et elle avaient tant lus et relus.

Elle prit une nouvelle inspiration et soudain sentit comme un coup de poignard dans son dos. Elle ferma les yeux avec force. Visiblement, la fissure, même comblée, n’avait pas permis un voyage en toute sécurité. Hermione passa une main dans son dos et ses doigts rencontrèrent rapidement un liquide chaud et collant : du sang, à n’en pas douter.
Elle bougea un peu pour déterminer la position de la plaie et en conclut que l’entaille se trouvait juste en dessous de son omoplate gauche. Elle ouvrit son sac de perles et but une potion pour atténuer sa douleur. Ses mouvements n’étaient pas trop gênés, la plaie ne devait pas être trop profonde. Enfin, elle l’espérait.

Maintenant commençait la partie de sa mission qu’elle redoutait le plus : l’attente. Rien dans les dossiers que Croaker avait obtenus n’indiquait le lieu et l’heure du décès de Steve. Elle était dans le noir le plus total à ce sujet.

Elle sortit de la ruelle, regarda l’heure sur l’immense horloge qui ornait le fronton de Grand Central et réalisa qu’elle avait plus d’une heure d’avance sur son réglage du Retourneur.
Cela faisait deux variables à prendre en compte : le lieu était parfait, mais l’heure et son intégrité physique avaient été légèrement déviées. Il faudrait impérativement qu’elle en tienne compte lorsqu’elle rentrerait à son époque.

L’heure qui s’écoula lui sembla s’étirer infiniment. Elle regardait les gens aller et venir, inconscients de ce qui se jouerait bientôt. Brusquement, la sortant de ses museries, elle entendit un immense claquement en haut de la Tour Stark. Tout le monde autour d’elle sursauta, mais rationnalisa vite l’évènement : certainement une invention du génial Tony Stark qui avait dû avoir un souci, rien de grave… Les New-Yorkais avaient l’habitude des frasques de leur héros local.

Mais Hermione savait la vérité : ce n’était que le début, malheureusement. Elle resta adossée à un mur, non loin d’un café qui jouissait d’une vue imprenable sur le haut de la Tour et continua à fixer le plus haut point qu’elle pouvait discerner.

Soudain, elle vit une silhouette se dessiner dans la lumière éclatante du soleil : quelqu’un tombait depuis le haut de la Tour. Hermione faillit sortir sa baguette pour sauver la personne qui chutait à une vitesse vertigineuse, mais rapidement, une armure vint le couvrir et dans un immense courant d’air, Iron Man repartit vers le sommet du gratte-ciel.

Alors qu’elle suivait Stark des yeux, un intense rayon de lumière bleue jaillit de la partie la plus haute de la Tour, rejoignant le ciel et créant un immense maelström nuageux. Hermione déglutit, elle savait ce que cela signifiait : les Chitauris allaient débarquer.

Des voitures s’arrêtaient un peu partout, les gens, les yeux rivés au firmament, semblaient incapables de bouger. Hypnotisés par le ballet des chariots Chitauris qui émergeaient les uns après les autres.

Jusqu’aux premiers tirs.

Aussitôt la panique et le chaos régnèrent, tous se précipitèrent à couvert, cherchant désespérément à fuir l’armée barbare qui les attaquait. Des voitures de polices arrivèrent rapidement, mais leurs moyens étaient dérisoires face à la menace que représentaient leurs assaillants.

Heureusement, quelques instants plus tard, elle entendit le bruit caractéristique d’une mitraillette puis vit apparaître un vaisseau noir. Elle savait que Barton avait piloté une sorte d’avion spécial du SHIELD jusque sur les lieux de la Bataille.

Ce qu’elle ignorait, c’est que l’appareil s’écraserait en réalité à quelques dizaines de mètres d’elle. Sa baguette en main, enjoignant les gens à aller se réfugier dans le métro, Hermione fixait la navette comme hypnotisée alors que sa passerelle descendait et que, dans la poussière et la fumée, quatre silhouettes en sortaient. Elle lâcha un souffle qu’elle n’avait pas réalisé retenir quand elle reconnut Steve, son bouclier et son costume bleu, suivi de près de Bucky, un fusil mitrailleur à la main, dans une tenue bleu sombre et bien moins moulante que celle de son ami et enfin une femme puis un homme tous deux vêtus de noir.
La femme avait des cheveux roux, plusieurs pistolets attachés ci et là sur son corps et ne pouvait être que la célèbre Black Widow tandis que l’homme portait un carquois dans son dos et un arc à la main : Hawkeye.

Alors que les quatre combattants approchaient de la Tour Stark, un immense monstre émergea du trou qui s’était formé dans le ciel. Un léviathan, songea Hermione en frissonnant. Elle avait vu les quelques images qui avaient été prises de ces créatures, mais celle qui passait à cet instant devant elle, déversant des dizaines de Chitauris sur les bâtiments alentours, lui paraissait bien plus létale et mortifère.

Elle se hâta de rejoindre l’endroit vers lequel elle avait vu Bucky, Steve et les deux autres se diriger. Il fallait qu’elle puisse intervenir. Elle les perdit de vue durant quelques secondes, aveuglée par les explosions et les débris qui volaient en tous sens. Alors qu’elle traversait un nuage de poussière, Hermione se figea. Elle avait l’impression d’être à Poudlard, quatorze ans plus tôt aux moments les plus sombres de la Bataille. C’était comme si elle respirait les mêmes particules de pierre pulvérisée qu’au moment où elle avait vu le corps de Fred être enseveli sous les débris.

Elle ferma les yeux un instant, secouant la tête avec force pour chasser ses souvenirs et se concentrer à nouveau sur l’instant présent. Elle reprit sa course effrénée et déboucha sur une avenue où des voitures gisaient, abandonnées, éventrées, retournées, des vitrines brisées, des feux brûlant à plusieurs endroits.

Elle vit Steve courir en direction des forces de l’ordre tandis que Bucky se retournait pour tirer sur leurs ennemis, protégeant l’avancée de son meilleur ami. Elle les suivit du mieux qu’elle put, enjoignant les gens à aller se cacher dans les sous-sols des magasins, le métro ou même Grand Central.

Alors que Steve atteignait enfin les policiers pour leur donner des indications, trois chariots volants Chitauris approchèrent à toute vitesse. Bucky en abattit un avec aisance, et les deux autres s’écartèrent, volant de part et d’autre du Captain, trois guerriers sautant de chaque véhicule au moment où ils atteignirent Steve.

Depuis l’endroit où elle se tenait, à une dizaine de mètre d’eux, Hermione comprit ce qui était en train de se passer, comme si elle voyait l’instant au ralenti : Barnes faisait toujours dos à Rogers, affrontant trois Chitauris tandis que Steve était juché sur le toit d’une voiture pour repousser au mieux l’assaut.
Dépassé par le nombre, il repoussa violemment plusieurs extra-terrestres dont l’un tomba lourdement au sol. Puis il assomma trois guerriers avec son bouclier en rapide succession, en projeta un autre vers les policiers qui finirent par en venir à bout en lui tirant dessus et enfin vola l’arme du dernier, lui arrachant le bras avant de l’abattre. Il se tourna immédiatement pour parler aux policiers, inconscient de ce qui se jouait dans son dos.

Le premier Chitauri, que Steve avait fait tomber à la hâte, avait ramassé l’arme d’un de ses semblables et était en train de le mettre en joue. Bucky venait de vaincre le dernier de ses adversaires et se retourna juste à temps pour assister, impuissant, à la mort de son meilleur ami. N’écoutant que son instinct, Hermione pointa sa baguette vers l’assaillant et cria :

- « Expelliarmus ! »

L’énorme fusil de l’extra-terrestre s’envola dans sa direction, mais elle ne fit même pas l’effort d’essayer de l’attraper, le laissant s’écraser au sol, à ses pieds. Profitant de l’effet de surprise, elle lança un Incarcerem qui heurta le Chitauri en pleine poitrine, le clouant au sol avec force.

Dans le vacarme de chariots qui passaient au-dessus d’eux dans le ciel de la rue en feu et des grondements lointains du léviathan et des combats, Hermione eut pourtant l’impression que le silence se faisait alors qu’elle croisait le regard ébahi de Bucky. Il ne bougeait pas, la regardant comme si elle n’était que le fruit de son imagination et qu’elle allait disparaître s’il cessait de la fixer.

Ce fut Steve, qui les rappela tous deux à la réalité :

- « Hermione ! » s’exclama-t-il en sautant de la voiture pour se rapprocher d’elle. « Je n’en crois pas mes yeux, c’est… » Il lui tapota maladroitement l’épaule et ajouta : « Tu sais, nous avons tous beaucoup prié pour que tu rentres chez toi saine et sauve. Après tout ce que tu as fait pour nous… »

- « Elle vient surtout de te sauver la vie encore une fois, espèce de crétin ! » lui lança Bucky qui hésitait visiblement entre colère et soulagement. « Mais qu’est-ce qui t’a pris de tourner le dos à l’ennemi comme ça ? Ils ont oublié ta formation de base à Camp Lehigh ? »

- « J’étais trop occupé à sauter sur des grenades et recevoir des injections. » rétorqua aussitôt le Captain. Il sembla soudain réaliser que la bataille faisait toujours rage autour d’eux. « Il faut qu’on rejoigne Nat et Clint ! » lança-t-il aussitôt.

Il jeta un regard interrogateur à Hermione, mais sa décision avait été prise dès qu’elle avait relâché la goupille de son Retourneur de Temps.

- « Vous ne pensez quand même pas que je vais vous laisser combattre sans moi ? » s’indigna-t-elle faussement en montrant sa baguette. Elle fronça les sourcils et ajouta : « Par contre, un peu de camouflage s’impose. »

La jeune femme prit quelques instants pour se regarder dans le rétroviseur d’une voiture et métamorphoser un peu son apparence. Elle transforma ses boucles si caractéristiques en une chevelure raide d’un brun terne, qui semblait bien plus prompte à rester tressée. Elle changea rapidement la forme de son nez, qu’elle rendit plus long et fin. Elle n’était ni tout à fait une autre, ni tout à fait là même. Exactement ce qu’il fallait pour tromper les caméras.

Sous les regards quelque peu surpris des deux anciens Commandos, Hermione leur emboîta le pas alors qu’ils partaient en direction du cœur de la bataille. Immédiatement, ils prêtèrent main forte à Black Widow et Hawkeye puis, dans une pluie d’éclairs qui foudroyèrent les Chitauris qui les entouraient, Thor les rejoignit.

Immédiatement les deux espions semblèrent suspicieux de la jeune femme qui était arrivée sans crier gare, flanquée de Rogers et de Barnes. Mais Thor lui, parut immédiatement la reconnaitre et la salua avec respect.

- « Une Seiðr de Midgard ! » s’exclama-t-il. Il s’inclina et ajouta : « Je suis Thor, fils d’Odin. » Devant la mine plus que circonspecte d’Hermione il expliqua aussitôt : « Ma mère est également une sorcière, je sais reconnaître vos auras… C’est un honneur de vous rencontrer. »

- « De même, Mr. Odinson. » répondit Hermione dans un souffle en inclinant la tête. Elle était complètement déstabilisée. « Je m’appelle Hermione Granger. Je suis venue vous aider dans votre combat contre les Chitauris. »

Alors que Thor allait répondre, le bruit caractéristique d’un moteur de moto se fit entendre et un homme, poussiéreux, dans des vêtements froissés arriva lentement. Hermione ne savait pas qui il était et pointa aussitôt sa baguette dans sa direction, mais elle entendit la voix de Bucky, qui se tenait non loin d’elle, la rassurer :

- « C’est Bruce Banner. Il se transforme en une sorte de monstre vert et surpuissant, mais il n’est pas dangereux… Enfin pas comme ça. »

Elle hocha la tête pour signifier qu’elle avait compris et détendit sa position pour ne plus paraître aussi agressive. Banner échangea quelques mots avec les autres, puis, sous le regard médusé d’Hermione, il se changea en une créature immense et d’un colossal coup de poing, abattit un léviathan qu’Iron Man avait attiré jusqu’à eux, le clouant au sol.

Autour d’eux, les Chitauris hurlèrent, visiblement enragés que l’immense créature ait été vaincue, et au milieu du vacarme, ceux qui seraient désormais connus comme les Avengers se rassemblèrent, un air de défi sur le visage.

Alors qu’une lueur d’espoir semblait enfin émerger, deux nouveaux léviathans apparurent, sortant du portail ouvert par le rayon bleu qui jaillissait toujours du haut de la Tour Stark.

Avec un naturel désarmant, tous semblèrent se tourner vers Steve qui organisa aussitôt la contre-attaque. Il fallait contenir les Chitauris jusqu’à ce que quelqu’un soit capable de fermer le portail qui avait été ouvert dans le ciel.
Immédiatement, Steve répartit les troupes : Thor, Iron Man et Hawkeye en hauteur, les autres au sol.
Thor s’envola immédiatement vers le sommet du Chrysler Building et dans une démonstration de pouvoir ahurissante, il concentra en lui des quantités d’énergie qui firent exploser toutes les vitres supérieures du bâtiment, puis il lança un immense éclair vers le portail, réduisant à néant plusieurs chariots et deux léviathans.
Les combats faisaient rage de toute part : Hulk détruisait les plus gros appareils et n’hésitait pas à s’attaquer aux léviathans, Iron Man, Thor et Hawkeye affrontaient les escadrons volants et au sol, Black Widow, Bucky, Hermione et Steve faisaient face à l’infanterie Chitauri.

Hermione lançait sort après sort, repoussant, emprisonnant. Elle se tenait non loin de Black Widow, qui avait épuisé toutes ses armes et en était réduite au corps à corps.
Bucky et Steve s’étaient un peu éloignés, formant une autre ligne de défense pour tenter de juguler l’invasion. Mais les Chitauris les attaquaient sans relâche, les poussant dans leurs derniers retranchements.

A bout de souffle, Black Widow s’adressa à Steve :

- « Captain, tout ça est inutile si on ne ferme pas ce portail. »

Mais pour avoir une chance de fermer ce trou béant dans le ciel, il fallait trouver un moyen de rejoindre le sommet de la Tour Stark. Comme s’ils avaient combattu côte à côte depuis des années, Steve et Black Widow se coordonnèrent et il la propulsa sur un des chariots Chitauri.
Tandis qu’elle tentait d’en prendre le contrôle, l’offensive au sol reprit de plus belle. Hermione avait l’impression que lorsqu’elle éliminait un ennemi, deux apparaissaient. Elle était essoufflée, pleine de poussière et son dos recommençait à la lancer.
Après s’être débarrassé d’un énième fantassin, Steve se releva et demanda à Bucky en désignant son oreillette :

- « Tu as entendu ? Civils otages dans la banque, après Madison. »

Bucky hocha la tête, prenant déjà la direction indiquée. Il fit quelques pas et se retourna vers Hermione :

- « Tu te joins aux festivités, je suppose ? » lui demanda-t-il avec un petit sourire.

- « Evidemment. » répondit-elle en le rattrapant.

Visiblement pas du genre à tenter une approche furtive, Steve se hissa jusqu’au premier étage du bâtiment et sauta par l’une des fenêtres, Bucky sur les talons.
Hermione avait opté pour une approche plus subtile et s’était glissée par la porte d’entrée, un doigt posé sur les lèvres pour signifier aux otages qu’ils devaient demeurer silencieux.
Tandis que Steve et Bucky neutralisaient les combattants à l’étage, Hermione métamorphosa un des murs pour y créer un trou pour permettre aux civils de fuir vers le bâtiment attenant.

Elle se retourna brusquement lorsqu’un Chitauri tomba depuis l’étage, mais il était inerte. Elle entendit la voix de Steve intimer l’ordre aux otages d’évacuer les lieux. Elle perçut de nouveaux bruits de lutte puis soudain, Bucky s’écria :

- « Où est la bombe, Steve ? »

Le sang d’Hermione ne fit qu’un tour. Elle hurla aux gens de sortir et transplana vers l’étage. Elle entendit aussitôt les bips successifs qui ne pouvaient provenir que du compte à rebours d’une bombe. Elle avait vu suffisamment de films pour reconnaître ce son.
Après une lutte désespérée, elle vit le Chitauri s’emparer d’un appareil qui clignotait et le jeter en direction de Steve et Bucky.
Hermione eut brusquement l’impression que le temps ralentissait alors qu’elle voyait Steve tenter de parer l’attaque en mettant son bouclier devant Bucky et lui, mais cela ne suffirait pas, ils allaient être déchiquetés. Elle sut immédiatement ce qu’elle avait à faire. Pointant sa baguette, sur les deux hommes, elle lança un Protego alors que la bombe explosait.
Elle fut emportée par son souffle, atterrissant lourdement au rez-de-chaussée, sur plusieurs civils qui avaient eu la bonne idée de se recroqueviller juste avant l’explosion.

Complètement sonnée, Hermione avait les plus grandes difficultés à se concentrer, ses oreilles sifflaient. Un homme qu’elle ne connaissait pas lui parlait, elle voyait ses lèvres bouger mais n’entendait rien. Il arracha une manche de sa chemise pour la presser sur son front. S’était-elle blessée ?
Les gens l’aidèrent à s’asseoir doucement tandis que la porte s’ouvrait à la volée, laissant entrer les pompiers qui venaient assister les blessés et évacuer les civils.
Dans un état quasi-second Hermione plongea sa main dans son sac et en ressortit deux fioles : une potion anti-douleurs et une autre pour l’aider à vaincre son étourdissement et surtout à prévenir toute complication cérébrale.
Cette dernière potion était une toute récente invention destinée aux Joueurs de Quidditch, qu’Hermione avait obtenue grâce à Ginny. Evidemment, maintenant que le Monde Sorcier était en paix, personne n’avait imaginé que cela pourrait aider en temps de guerre. Mais alors que la douleur s’estompait et que son ouïe lui revenait, la jeune sorcière remercia Merlin et les Fondateurs d’avoir pensé à en emporter quelques fioles.

Elle discerna deux silhouettes qui venaient de l’étage pour s’approcher d’elle et en quelques instants, Bucky et Steve furent à ses côtés, visiblement soulagés de la voir relativement saine et sauve.

- « Comment tu te sens ? » s’inquiéta aussitôt Bucky, puis voyant le tissu imbibé de sang qu’elle tenait contre son front, il lui demanda : « Tu as du dictame pour ça ? »

- « Oui, bien sûr. »

Elle sortit aussitôt une fiole de son sac et la tendit à Bucky qui délicatement, en fit couler quelques gouttes sur la plaie, grimaçant quand de la fumée s’échappa de sa peau à l’endroit où les tissus se régénéraient.

- « Je suis désolée, ça ne fonctionne pas sur les Moldus. » expliqua Hermione en rangeant le dictame dans son sac en perles.

- « Considérant que tu viens encore une fois de nous sauver la peau, je suis prêt à laisser glisser, pour cette fois. » se moqua gentiment Steve en lui tendant la main pour l’aider à se relever.

Lorsqu’Hermione fut debout, elle réalisa qu’elle avait tellement serré sa baguette dans sa main, que le bois décoré avait laissé une empreinte dans sa paume. Elle examina celle-ci d’un peu plus près et remarqua quelques fissures dans le bois de vigne. Il faudrait qu’elle trouve quelqu’un pour la réparer… Depuis le décès de Garrick Ollivander et la disparition de son successeur lors du Snap, la Grande-Bretagne rencontrait de grandes difficultés d’approvisionnement en baguettes.

- « Tu as fait une sacrée chute, tu es certaine que ça va ? » la questionna Bucky alors qu’ils sortaient du bâtiment.

Pour toute réponse, Hermione lança un maléfice sur un chariot qui passait juste au-dessus d’eux, faisant dévier sa course jusqu’à ce qu’il s’écrase sur la façade d’un building voisin.

- « Je crois que ça ira. » sourit Bucky avant de s’emparer d’une arme Chitauri abandonnée pour reprendre l’offensive.

Bientôt, ils furent rejoints par Thor qui grâce à Mjølnir sembla leur donner un peu de répit. Les Chitauris arrivaient par vagues incessantes et l’un après l’autre, les Avengers commençaient à faiblir.
Hawkeye avait disparu de sa position en hauteur, les rugissements de colère et de douleur de Hulk résonnaient entre les buildings, comme ceux d’une bête prise au piège. Jusqu’à ce que soudain, Steve s’écrie :

- « Fais-le ! » puis après une pause. « Ils arrivent encore ! » Le visage soudain grave, le Captain ne se battait plus, comme si ce qu’il entendait dans son oreillette était plus important que tout ce qui se déroulait autour de lui.

Heureusement, Thor invoqua à nouveau les éclairs et put repousser des dizaines de guerriers simultanément.

- « Que se passe-t-il ? » s’agaça le dieu. « Pourquoi vous arrêtez de combattre ? »

- « Stark… C’est un aller simple, vous le savez. » lâcha Cap d’une voix blanche.

Et soudain, Iron Man traversa le ciel à toute vitesse, portant au-dessus de lui un missile qu’il dirigeait directement vers le portail.

- « Qu’est-ce que c’est que cet engin blanc que porte Stark ? » demanda Thor.

- « Un missile à tête nucléaire. » répondit Steve. Devant le regard interloqué de l’Asgardien, il expliqua : « Une bombe d’une puissance inimaginable. »

Alors que leurs yeux étaient rivés sur Stark qui s’apprêtait à franchir le portail, une nouvelle escouade Chitauri les attaqua. Steve dressa immédiatement son bouclier pour parer les tirs, tandis que Thor et Bucky attaquaient chacun avec leurs armes.

Stark traversa le portail et quelques instants plus tard, tous les Chitauris s’effondrèrent, comme des poupées dont on aurait coupé les fils.
Tous retinrent leur souffle, espérant voir revenir Stark, mais le portail ne pouvait demeurer ouvert, le risque était trop grand. Steve, à contrecœur, donna l’ordre de le fermer. Mais alors que le vortex se réduisait à néant, Iron Man apparut, tombant à une vitesse vertigineuse.

Thor réalisa rapidement que quelque chose n’allait pas quand Stark sembla ne pas ralentir sa course et était prêt à s’envoler au moment où Hulk apparut, attrapant le corps inerte du millionnaire et amortissant sa chute.

Alors qu’ils s’apprêtaient à rejoindre l’endroit où Hulk venait de déposer Stark, Steve, Bucky et Thor se retournèrent ensemble vers Hermione et constatèrent avec surprise qu’elle était assise par terre, en train de serrer un garrot autour de sa propre cuisse.

- « Lady Granger ! » s’exclama aussitôt Thor en se précipitant vers elle. « Il faut vous emmener à l’hôpital immédiatement ! »

- « Non ! » répondit-elle, le souffle court, une couronne de sueur froide s’était formée sur son front. « Je ne peux pas aller à l’hôpital. Je ne suis pas d’ici. »

Elle vit Bucky et Steve échanger un long regard, tellement identiques à ceux qu’elle pouvait partager avec Harry quand ils se parlaient sans rien dire. Et aussitôt, le Captain enjoignit le dieu à le suivre pour voir si Stark avait besoin d’aide. Avec un regard en arrière et une légère inclinaison du buste pour marquer son respect, Thor suivit Steve.

- « Je t’emmène chez nous immédiatement. Il faut laver ta plaie et après tu pourras mettre tranquillement tes trucs magiques dessus. Compris ? » demanda Bucky en la soulevant dans ses bras comme si elle ne pesait pas plus lourd qu’un oisillon.

- « Il faut d’abord que je prenne une potion de Régénération sanguine. » répondit Hermione d’une petite voix. « Et il faut réparer la veine. J’ai un sort pour ça, je... »

Mais parler lui devenait de plus en plus difficile. Ses oreilles sifflaient, elle sentait ses tempes battre au rythme de son cœur : chaotique et erratique. Alors qu’elle luttait pour garder les yeux ouverts, pour aller prendre cette fichue potion dans son sac, sa vision s’étrécit peu à peu, jusqu’à ce qu’elle ne discerne plus rien et qu’elle perde connaissance.

New-York – Brooklyn - 5 mai 2012

Hermione avait l’impression d’émerger de profondeurs abyssales, elle avait la bouche pâteuse, ses yeux refusaient de s’ouvrir et une migraine martelait sa tête.
Avec difficulté, elle entrouvrit les yeux et sentit aussitôt un linge frais se poser sur son front tandis qu’une main lui tapotait doucement les joues.

- « Hermione, il faut que tu te réveilles. » lui dit une voix qu’elle connaissait mais n’arrivait à identifier. « Je t’ai donné ta potion sanguine, mais je ne peux pas arrêter l’hémorragie sans toi. »

Hermione prit une inspiration profonde pour essayer de se ressaisir et peu à peu, les souvenirs remontèrent à la surface : elle était en mission en 2012, et elle avait été blessée à la cuisse.

- « Ma... Ma baguette. » balbutia-t-elle en ouvrant un peu plus les yeux, revenant à ses sens.

Elle croisa immédiatement le regard d’acier de Bucky qui ne cachait pas son inquiétude. Elle le vit chercher autour de lui puis finalement extraire la baguette de la jeune femme de la poche de son pantalon avant de la déposer dans sa main droite.

Hermione réalisa soudain qu’elle ne savait pas où elle était. Avisant son regard qui semblait presque apeuré, Bucky la rassura immédiatement :

- « Tu es chez Steve et moi, à Brooklyn. Ne t’inquiète pas, personne d’autre ne sait que tu es là. Steve est encore à Manhattan pour le débrief, il nous couvrira. » Réalisant que le bandage compressif qu’il avait mis sur la cuisse d’Hermione continuait à se rougir de son sang, il ajouta : « J’ai coupé ton pantalon pour accéder à la plaie. Elle est assez profonde, mais ton artère fémorale n’est pas touchée. »

Hermione, toujours pâle, mais complètement revenue à elle, hocha la tête. Elle essaya de s’appuyer pour se redresser, mais était encore trop faible. Aussitôt, Bucky passa un bras derrière ses épaules et l’aida à se mettre en position presque assise.

- « J’ai un sort de soin pour ça. » répondit Hermione. « Mais je vais avoir besoin que tu m’aides, il faut défaire le pansement pour que le sort soit lancé exactement sur la blessure. Et je ne peux pas m’évanouir à nouveau avant d’être parvenue à me soigner. »

Bucky hocha la tête. Il s’assit rapidement sur le lit, entre les jambes d’Hermione et se pencha légèrement jusqu’à ce que ses mains soient de part et d’autre du pansement compressif.

- « Ok, je l’enlève dès que tu es prête à faire ta magie. »

Ce sortilège était habituellement pratiqué sur des patients inconscients ou endormis, Hermione n’était pas certaine de pouvoir endurer la douleur sans perdre à nouveau connaissance. Mais elle n’avait pas d’autre solution, personne d’autre ne pouvait être impliqué dans cette histoire.

Elle fit un petit signe de tête à Bucky qui ôta rapidement le bandage, laissant voir les chairs à vif d’Hermione. La jeune sorcière ne réfléchit pas, elle lança immédiatement l’enchantement et eut l’impression que les muscles de sa cuisse étaient en feu.

Elle ne put retenir un cri de douleur mais se mordit la main gauche pour le faire taire tandis qu’elle lançait à nouveau le sort, parachevant la fusion de ses tissus.
A bout de souffle, la tête lui tournant et avec une vague envie de vomir, Hermione regarda à nouveau sa cuisse : il ne restait que des plaies superficielles que le dictame soignerait. Elle se laissa lourdement retomber sur l’oreiller, épuisée.

Elle mit du temps à retrouver son calme et lorsqu’elle ouvrit à nouveau les yeux, Bucky la fixait, complètement muet.

- « Tu es une putain de dure à cuire, Hermione. » lui dit-il avec une admiration dans la voix qui aurait presque fait rougir la jeune femme. « Qu’est-ce que je peux faire pour toi ? » compléta-t-il aussitôt en attrapant un de ses sacs de soin. « Il reste du dictame dans celui-là et une potion étiquetée « Coups et bleus » ».

- « Il me faut une autre potion de régénération sanguine, il doit en rester dans l’autre sac. Et du dictame sur ma jambe. » Elle sembla réfléchir un instant et ajouta : « Et dans mon dos aussi. »

Aussitôt Bucky sortit de la besace en perles d’Hermione une seconde trousse de soins.

- « Je suis désolé, j’ai dû fouiller dans tes affaires pour trouver ta première potion. » s’excusa-t-il en ouvrant la sacoche. « Ma mère et ma sœur me tueraient si elles savaient que j’ai osé regarder dans le sac d’une dame, mais les circonstances l’exigeaient… »

- « Aucune importance, tu sais déjà que je suis une sorcière et que j’ai voyagé dans le temps. Je crois que je n’ai plus grand-chose à te cacher… »

Le traitreux esprit d’Hermione sauta immédiatement sur l’occasion pour lui rappeler que Bucky était son âme sœur et que c’était peut-être le moment de l’en informer mais elle le fit taire. Ce n’était définitivement pas un sujet qu’elle avait envie d’aborder dans de telles circonstances. Si tant est qu’elle parvenait à l’aborder…

Après avoir examiné attentivement toutes les étiquettes, Bucky sortit un nouveau flacon de Potion de Régénération Sanguine qu’il l’aida à boire. Puis il prit le dictame et commença à couvrir délicatement les plaies sur la cuisse d’Hermione avec le liquide.

Une fois qu’il eut fini, Bucky se redressa et constata avec plaisir qu’Hermione semblait reprendre des couleurs.

- « Tu es blessée dans le dos aussi ? Un Chitauri ? »

- « Non… Mon Retourneur de Temps a eu un petit souci… » répondit-elle honnêtement en espérant qu’il ne pose pas plus de question. Ayant repris quelques forces grâce à ses soins et à la potion, Hermione ôta son pull et se tourna à plat ventre sur le lit avant de relever son t-shirt légèrement. « Juste en dessous de mon omoplate gauche. »

Elle entendit Bucky déglutir bruyamment avant qu’il ne relâche un long soupir et qu’elle ne sente ses doigts effleurer sa peau à l’endroit où il soulevait délicatement son vêtement pour accéder à la zone à soigner.

- « Ah oui, je vois, c’est… » Il n’ajouta rien et versa quelques gouttes de dictame sur la longue plaie qui formait une sorte d’étrange virgule le long de l’omoplate d’Hermione. Mais à sa plus grande surprise, quelques instants seulement après que les chairs se soient reconstituées, elles disparurent à nouveau. « Hermione. Le dictame ne marche pas… Qu’est-ce que- »

- « Ne t’inquiète pas, c’est déjà arrivé. Je ferai avec. » déclara-t-elle un peu lapidairement avant de rouler à nouveau sur le dos, une grimace marrant ses traits lorsque son côté gauche s’appuya sur le lit.

Bucky la fixa quelques instants, perplexe. S’il considérait ce qu’elle venait de dire et qu’il y ajoutait les quelques éléments qu’elle avait laissé filer durant ses soins, il craignait de comprendre ce qu’elle avait fait :

- « Hermione, est-ce que tu es en train de me dire que ton Retourneur de Temps a provoqué des blessures qui ne guérissent pas, et que c’est déjà arrivé ? » Il se souvint de leur dernière rencontre et des réparations que Morita avait effectuées. « Tu n’as pas réussi à le faire réparer à ton époque ? »

Hermione grimaça. Elle pouvait lui mentir, inventer n’importe quoi qui relève de la sorcellerie et il n’en aurait rien su… Mais elle avait été franche avec Gabe et lui dans le passé, et maintenant qu’elle savait qu’il était son âme sœur, elle se sentait incapable de ne pas lui dire la vérité.

- « Malgré les réparations de Morita, le Retourneur a été affecté lors de ma dernière mission, à Marseille. » Il hocha la tête, l’enjoignant visiblement à continuer. « Je suis arrivée deux semaines après la date prévue et… Disons que j’ai perdu une petite partie de mon corps. » avoua-t-elle en désignant son côté gauche. En voyant les yeux de Bucky s’écarquiller d’horreur ou de surprise, elle ne savait pas, elle ajouta aussitôt : « Mais tout a été réparé par nos médecins. C’est juste un peu plus compliqué… »

- « Et tu as quand même pris le risque de revenir pour… »

- « Pour vous sauver. » conclut-elle en se mordillant la lèvre, visiblement nerveuse.

Bucky resta interdit. Il avait envie de se mettre en colère, de crier qu’elle n’aurait jamais dû courir de tels risques pour lui ou pour Steve... Mais la vérité, c’est qu’au-delà de sa colère, il y avait aussi de la gratitude. Parce que cette sorcière avait bien plus de courage qu’un bataillon entier de soldats.

- « Mais pourquoi ? Quand ? » balbutia Bucky. « Pourquoi Steve et moi ? »

- « Je ne peux pas te l’expliquer pour l’instant, je suis désolée. » lui répondit-elle aussitôt. « Mais je veux que tu saches que je ne fais pas ça que pour toi ou pour Steve… Tu n’as pas à culpabiliser… C’est… Tout ça est tellement plus grand que toi, moi ou même Captain America. »

Il ne put retenir un petit reniflement incrédule.

- « J’ai du mal à y croire. » Il se perdit dans ses pensées pendant un temps qui sembla infiniment long à Hermione avant de se relever et de déclarer : « Promets-moi au moins que tu ne vas pas repartir avant d’être suffisamment rétablie. »

- « Il ne me faudra pas longtemps, la potion fait son effet, je me sens déjà bien mieux. »

- « Tu es pâle comme un fantôme. Et je suis sûr que tu as besoin d’un bon repas. » Comme si on lui en avait donné l’ordre, l’estomac d’Hermione se mit à gargouiller à cet instant précis. « Tu vois ! Ton corps te trahit ! » s’amusa Bucky tandis qu’il rejoignait la porte. « Il y a une douche dans la salle de bains attenante et les serviettes propres sont dans le placard gris foncé. » ajouta-t-il en désignant une porte qu’Hermione n’avait pas remarquée jusqu’alors. « Je pense qu’aucun de nos pantalons t’ira, mais je peux te prêter- »

- « J’ai de quoi me changer dans mon sac. » l’interrompit Hermione avec un sourire. « Je te remercie de ton hospitalité. »

Il lâcha un petit rire incrédule et répondit :

- « C’est le moins que je puisse faire. » Avant de s’éclipser hors de la pièce.

Hermione demeura immobile quelques instants. Elle sentait ses forces lui revenir peu à peu. Si ce n’était cette plaie dans son dos qui continuait à l’élancer de manière sourde et pulsatile, elle serait presque prête à retourner en 2022. Mais elle avait envie d’être un peu égoïste et de passer du temps en 2012, cachée au cœur de Brooklyn auprès de Bucky. Après tout, elle avait promis de lui parler des elfes de maison la prochaine fois qu’elle le verrait…

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.