S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Loved and lost par jukava

[3 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Que l'immense Alena soit remerciée pour sa brillance et sa patience.

New-York – Brooklyn - 5 mai 2012

Après une douche bien chaude pour détendre ses muscles endoloris et un petit passage devant le miroir pour rendre à son visage son apparence habituelle, Hermione s’habilla avec précaution.
La plaie dans son dos était toujours très douloureuse, mais après qu’elle l’eut longuement tapotée avec une serviette, elle semblait enfin s’être arrêtée de saigner. Puisant dans son sac, Hermione en sortit une potion anti-douleurs et un pansement. Elle but la moitié de la potion et soupira d’aise quand les effets commencèrent à se faire sentir. La douleur atténuée, elle put, en se contorsionnant devant le miroir, appliquer le pansement dans son dos pour protéger sa plaie.
Elle avait pensé un instant demander l’aide de Bucky, mais considérant la gêne qu’elle avait sentie émaner de lui quand il avait mis du dictame dans son dos, elle préféra se débrouiller toute seule.

De quelques enchantements ménagers, Hermione remit les lieux en état : elle sécha la salle de bains d’un coup de baguette magique et effaça toutes traces de sang sur la serviette éponge dont elle s’était servie ainsi que sur les draps du lit où Bucky l’avait installée quand elle était inconsciente.
Alors qu’elle s’apprêtait à ranger dans son sac la tenue qu’elle avait portée pendant la Bataille, elle constata que ses vêtements et même ses sous-vêtements étaient imbibés de sang, de poussière et de cette odeur de brûlé qui lui rappelait la Bataille de Poudlard. Elle fit tout disparaître d’un Evanesco.

Puis elle plongea le bras dans sa besace pour prendre une nouvelle tenue : elle privilégia le confort en enfilant un boxer short, d’épaisses chaussettes, un jean confortable, une légère brassière qui maintenait son pansement en place sans trop le compresser et un maillot de Quidditch à manches longues arborant le blason des Harpies de Holyhead.
Pendant qu’elle s’habillait, elle jeta un coup d’œil par la fenêtre, observant les toits et les immeubles de Brooklyn qui semblaient s’étendre à perte de vue. Au loin, elle voyait la fumée qui provenait de Manhattan, là où les combats avaient fait rage.

Les cheveux encore humides, elle ouvrit la porte timidement et passa la tête dans ce qu’elle découvrit être le salon de l’appartement de Steve et Bucky. Elle eut l’impression d’avoir remonté le temps ou d’être dans une sorte de club pour gentlemen : en face d’elle se trouvait une grande fenêtre qui donnait sur une grande étendue verte, les murs étaient beiges et ornés de quelques photos, une imposante table basse trônait au milieu de la pièce, couverte de livres et de boules de papiers ainsi que d’un carnet à croquis.
De part et d’autre de la table se trouvaient deux fauteuils clubs en cuir marron et un canapé assorti. Dans un coin de la pièce, elle remarqua un vieux tourne disque et des dizaines de 33t.

Ne souhaitant pas être indiscrète et avoir l’air de fouiner dans l’appartement, elle avança de quelques pas, ses chaussettes glissant doucement sur le parquet. Elle fut soudain attirée par une délicieuse odeur de nourriture qui fit encore une fois gargouiller son estomac.
Elle se tourna vers sa gauche, en direction de l’odeur et tomba nez à nez avec Bucky qui venait de sortir de ce qui devait indubitablement être la cuisine. Il était pieds nus, simplement vêtu d’un jean, d’une chemise entr’ouverte qui laissait voir le t-shirt clair qu’il portait en dessous. Il guida la jeune femme jusqu’à une table haute, flanquée de deux tabourets, et la pria de s’asseoir avant de faire de même.

- « Je ne suis pas le meilleur cuisinier du monde, mais j’espère que ça te plaira. » conclut-il en désignant ce qu’Hermione reconnut être un plat américain typique : sandwichs grillés au fromage et soupe à la tomate. Les britanniques avaient leurs fish and chips, les Américains leur fameux fromage grillé…

- « Ça a l’air délicieux ! » lui répondit-elle avec un sourire en prenant une cuillérée de soupe dans le bol qui se trouvait devant elle.

Ils mangèrent en silence durant un moment, chacun appréciant ce repas simple mais qui leur semblait pourtant parfait. Ce n’est qu’en se délectant de la soupe qu’Hermione réalisa combien elle avait froid, elle ne put retenir un frisson.

- « Tu es sûre que ça va ? » lui demanda Bucky, sourcils froncés.

- « C’est certainement l’adrénaline qui retombe ou le contre-coup de mes blessures... Rien de grave. » Bucky eut l’air dubitatif un instant, mais ne dit rien. Hermione décida de changer de sujet. « La dernière fois qu’on s’est vus, j’avais promis de te parler des elfes de maison, tu te souviens ? »

Bucky demeura pensif quelques instants et secoua la tête.

- « Je suis désolé, mais après notre séjour prolongé dans la glace, il y a des trucs dont Steve et moi avons du mal à nous souvenir… Les médecins ont parlé d’une amnésie traumatique… »

- « Vous vous souvenez clairement de certaines choses et d’autres sont beaucoup plus floues ? » hasarda-t-elle.

- « Oui, c’est ça ! » répondit-il aussitôt. « Tu connais ? »

Hermione hocha la tête.

- « C’est assez courant après des évènements bouleversants... Mon ami George a perdu son frère jumeau, d’une manière extrêmement violente… Tout s’est déroulé sous ses yeux… Il lui a fallu des années avant de se souvenir de certains évènements qui ont eu lieu pendant les jours qui ont suivi… Il savait que son frère était mort, mais il était incapable de se rappeler ses obsèques… »

- « Le pauvre. Ça a dû être horrible. »

- « Ça l’a été. » soupira Hermione. « Je suis navrée que vous deviez traverser ça. »

Bucky sembla se perdre dans ses pensées durant quelques instants et soudain se remémorer certaines choses.

- « Je me souviens de ta première mission, quand tu es apparue dans le train, que tu m’as empêché de tomber. C’est limpide… » Hermione hocha la tête pour l’encourager à continuer. « Je me souviens aussi de ta deuxième mission, de Delage, Tarcento et Holdenried, que nous avons capturés ensemble. De ton Retourneur de Temps fêlé que Morita a réparé, mais pas des- » Il s’interrompit et le rouge lui monta soudain aux joues. Il se souvenait des elfes maintenant. De cette inscription sur la clavicule de la jeune femme, de la façon dont sa curiosité l’avait emporté et du regard qu’il avait jeté dans son décolleté. « Le Hobbit ! Je t’ai parlé du Hobbit ! » se rattrapa-t-il.

- « Oui ! » s’exclama Hermione, ravie de constater qu’il était capable de recouvrer certains souvenirs. « Je l’ai lu depuis notre dernière rencontre, j’ai adoré ! » s’enthousiasma-t-elle. « Dis-moi que quelqu’un t’a parlé du Seigneur des Anneaux ! »

- « Le SHIELD s’est chargé de nous faire une mise à jour historique : la Guerre Froide, la chute du Mur de Berlin, les guerres au Moyen-Orient, la chute des empires coloniaux, Steve et moi sommes au top en géopolitique… Par contre, l’aspect culturel, ils s’en foutent… J’ai passé un temps fou à la Bibliothèque de New-York, il y a tellement de chef-d’œuvres qui ont été publiés ou filmés depuis 1945 ! »

- « Qu’est-ce que tu as préféré jusque-là ? » demanda-t-elle en agitant sa baguette presque inconsciemment pour envoyer la vaisselle vers l’évier où elle commença à se nettoyer toute seule.

Bucky fixa un moment l’éponge qui frottait l’intérieur d’un bol, tandis que l’assiette qui venait d’être rincée se dirigeait lentement vers l’égouttoir avant de se retourner vers Hermione avec un sourire.

- « Ça nous éviterait quelques disputes Steve et moi si tu pouvais enchanter la vaisselle en permanence. » Hermione ne put retenir un petit éclat de rire et le laissa poursuivre. « Pour répondre à ta première question : évidemment que j’ai lu le Seigneur des Anneaux. Steve a cru que j’étais mort, d’ailleurs, je ne suis pas sorti de ma chambre pendant plusieurs jours. » Hermione rit à nouveau et son visage sembla s’éclairer d’une lumière nouvelle, d’une légèreté qu’il ne lui avait jamais vue auparavant. « Tu devrais faire ça plus souvent, tu sais ? »

Elle le fixa un instant, les sourcils froncés :

- « Voyager dans le temps pour participer à une bataille contre des extra-terrestres ? »

- « Rire. » lui répondit-il, ses joues se colorant légèrement. « Je crois que je ne t’avais encore jamais vue aussi détendue. »

Ce fut au tour d’Hermione de rougir.

- « Disons que ces derniers temps, je n’ai pas eu l’occasion de me détendre beaucoup… Et encore moins de rire. » répondit-elle franchement.

Bucky hocha la tête. Il mourait d’envie de lui demander ce qui se passait à son époque et qui justifiait les missions qu’elle effectuait, mais elle ne lui répondrait pas, il le savait. Elle ne le pouvait pas.

- « Maintenant que tu sais que ma culture concernant les Terres du Milieu est à jour, de quels elfes voulais-tu me parler ? » demanda-t-il, préférant changer de sujet.

- « Les elfes de maison. Qui n’ont rien à voir avec Galadriel, Thranduil ou les autres, crois-moi. »

Ils restèrent ainsi ce qui leur sembla des minutes mais qui aurait aussi bien pu être des heures, à parler des elfes de maison, du monde sorcier en général, de littérature. A tel point que Bucky s’excusa pour aller chercher son carnet et nota plusieurs titres d’ouvrages que lui conseillait Hermione.

Alors que le jour décroissait, Steve rentra enfin et se laissa tomber dans l’un des fauteuils du salon, la tête rejetée en arrière sur le dossier, fixant le plafond. Hermione et Bucky étaient sortis de la cuisine dès qu’ils avaient entendu le bruit des clefs dans la porte et l’observèrent un instant.

- « Ça va, Steve ? » demanda Bucky alors que son ami restait muet et immobile.

- « Oui, je suis juste- » mais il ne termina pas sa phrase, complètement surpris de voir Hermione chez lui. « Oh bon sang ! Hermione ! Je suis tellement désolé, j’ai complètement oublié ta blessure ! Le débrief avec Fury a duré des heures, et puis il y a eu Loki et avant ça, Stark a tenu à ce qu’on mange un shawarma… »

Il s’était levé pendant qu’il parlait et Hermione voyait qu’il était contrarié, mais elle comprenait parfaitement la situation.

- « Ne t’inquiète pas, Steve. Bucky m’a amenée jusqu’ici et… On a réussi à me soigner. »

- « Ravi que tu aies retrouvé ton visage en tout cas, c’était étrange de parler à quelqu’un qui avait ta voix, ton comportement, mais pas tes traits. »

- « M’en parle pas. » marmonna Bucky derrière elle.

Comme Steve avait mangé avec les autres Avengers et que Hermione et Bucky avaient fini leur repas depuis bien longtemps, ce dernier proposa de s’installer au salon pour boire un café ou un thé.

- « Tu es en train de me dire que l’un de vous boit du thé ? » s’étonna Hermione.

Bucky lui sourit et haussa les épaules.

- « Je suis sûr que je peux aller en chercher en moins de cinq minutes dans ce petit magasin à l’angle de Dean Street et Kingston Avenue qui est ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. »

Alors qu’Hermione allait répondre, Steve s’éclaircit la gorge et annonça :

- « Je vais d’abord aller prendre une douche. » Regardant sa tenue sale et endommagée, il ajouta : « Et je crois que le SHIELD va devoir me trouver un nouvel uniforme… »

Il lança un regard appuyé à son meilleur ami et encore une fois, Hermione eut l’impression d’assister à une de ces conversations muettes, mais sans la comprendre. Elle réalisa soudain pourquoi cela frustrait souvent Ginny lorsque Harry et elle communiquaient ainsi.
Une fois Steve parti en direction de sa chambre, Hermione se retourna vers Bucky et le taquina :

- « Quelle anglaise serais-je si je ne partais pas en expédition temporelle sans mon thé ? »

Il la dévisagea, incrédule.

- « Tu plaisantes ? »

Elle secoua la tête et fit venir à elle son fidèle sac en perles qu’elle avait laissé dans un coin de la chambre qu’elle savait dorénavant être celle de Bucky. Sous les yeux ébahis de celui-ci, elle sortit de sa besace, une théière, plusieurs boîtes de thé ainsi qu’une petite passoire.

- « La magie peut vraiment être très pratique… Par contre, impossible de conjurer de la nourriture. On peut la stocker, éventuellement la transformer un peu, mais rien de plus… » expliqua Hermione.

- « C’est absolument fascinant ! » s’émerveilla Bucky avec un immense sourire. « Je vais mettre de l’eau à bouillir et préparer un peu de café pour Steve et moi. » lui dit-il avant de retourner dans la cuisine.

Hermione hocha la tête avant de métamorphoser une vieille tasse à thé qui trainait dans son sac en un plateau en métal pour protéger la table basse sur laquelle elle déposa ses affaires. Elle prépara son Earl Grey favori, celui avec de petits éclats de sucre candi qui lui donnaient un goût si gourmand, et s’assit ensuite sur le canapé.

Rapidement, Bucky revint avec une bouilloire qui sifflait faiblement et, suivant attentivement les indications d’Hermione, fit couler l’eau bouillante sur les feuilles de thé. Il repartit en cuisine pour aller chercher le café qui avait eu le temps de s’écouler. Il reparut rapidement, déposant deux mugs de café et un vide sur la table basse avant de rassembler quelques-uns des livres qui étaient éparpillés dessus pour en faire un tas qu’il déposa à côté de son fauteuil.

- « Désolé pour le désordre… » s’excusa-t-il.

- « Si tu voyais l’état de mon appartement… » s’amusa Hermione. « Votre salon ressemble à une vitrine de magasin à côté du mien. »

Bucky lui adressa un clin d’œil complice avant de boire une gorgée de café tandis qu’Hermione versait son thé dans le mug vide qu’il avait amené à son intention.
Ils patientèrent encore quelques minutes, Hermione humant les arômes du thé qui lui rappelait tant la maison de son enfance, les yeux clos. Elle sentait la fatigue la gagner peu à peu. Maintenant qu’elle était soignée, lavée et nourrie, les bras de Morphée lui paraissaient de plus en plus attractifs. Elle était en train de glisser dans cet état où l’on n’est ni tout à fait conscient, ni tout à fait endormi quand Steve pénétra à nouveau dans la pièce, la faisant sursauter. Il n’était pas pieds nus contrairement à Bucky et portait des chaussettes, un jogging et un t-shirt sur lequel il était écrit « Camp Lehigh – Birthplace of Captain America », ce qu’Hermione trouva plutôt amusant.

Il s’excusa de l’avoir surprise, mais Hermione le rassura d’un sourire. Avant de dormir, elle voulait entendre le débrief pour comprendre ce qui s’était déroulé. Steve fit de son mieux pour expliquer toute la situation : Loki et le Tesseract renvoyés sur Asgard sous la surveillance de Thor, le sceptre entre les mains du SHIELD, Manhattan ravagé par les Chitauris, les semaines voire les mois et les millions de dollars qui allaient être nécessaires à la reconstruction…

- « Donc, Loki va être emprisonné sur Asgard ? » demanda Hermione après avoir bu une longue gorgée de thé.

- « C’est ce qu’a affirmé Thor. » répondit Steve en hochant la tête.

- « Il y a une évaluation des pertes ? » s’enquit ensuite Bucky.

- « Pour l’instant, cinquante-trois civils tués. La police, les pompiers et la Garde Nationale n’ont pas encore fait l’appel… »

Ils restèrent un instant silencieux, pensant aux vies qu’ils n’étaient pas parvenus à protéger. Steve soupira lourdement et lâcha :

- « Hermione, tu as été filmée en train de nous aider. Tu as bien fait d’altérer tes traits… » Il la regarda droit dans les yeux et poursuivit : « Fury est complètement focalisé sur toi, il te veut dans l’équipe. »

- « L’équipe ? » répéta Bucky.

- « Les Avengers. C’est comme ça qu’il nous appelle… Stark, Banner, Barton, Romanov, Thor, Hermione, toi et moi. »

- « Ce type est cinglé. » souffla Bucky avec agacement. « J’en ai marre de me battre d’une guerre à l’autre… On a perdu soixante-dix ans dans la glace, toi et moi, ça ne suffit pas au gouvernement ? »

- « Quoi que Fury veuille me concernant, il ne l’aura pas. » assena Hermione en croisant les bras, l’air soudain buté.

- « Parce que tu penses qu’il nous croirait si on lui disait réellement qui tu es ? » lui demanda Bucky avec un sourire complice.

- « Thor a refusé de donner ton nom, il a dit que tu étais une Seiðr et que ton intervention devait être vue comme un miracle, pas comme un dû. »

Hermione fut, encore une fois, complètement désarçonnée par le comportement du Dieu nordique.

- « Si vous pouviez vous en tenir à la même histoire ce serait parfait. » glissa-t-elle, sachant que c’était beaucoup demandé.

- « Je ne sais pas… Pourquoi mentir ? Pourquoi ton gouvernement n’aiderait pas le nôtre ? » demanda Steve avec espoir.

- « Parce que la dernière fois que les miens ont essayé de vivre parmi les tiens, ça a fini en procès et de nombreuses innocentes ont été brûlées vives. » rappela Hermione un peu plus sèchement qu’elle ne l’aurait voulu. « Et tu peux me dire que les temps ont changé, que les mentalités ont évolué…. La vérité, c’est que ni vous, ni nous, ne saurions vivre ensemble aujourd’hui. »

Steve resta un long moment muet, réfléchissant visiblement à ce qu’Hermione lui avait dit.

- « On peut peut-être dire à Fury que tu es comme Banner ou nous, le résultat d’une expérience ? »

- « Je ne peux pas rester ici, Steve. Et tu sais aussi bien que moi que de nombreux scientifiques ont essayé de reproduire les travaux d’Erskine. » Il hocha la tête à contre cœur. « Hydra y est parvenu et a créé Bucky… Banner a échoué et se transforme en une immense créature sur laquelle il n’a aucun contrôle… Et combien sont morts en essayant ? » Elle planta ses yeux dans ceux de Steve, avant d’ajouter : « Même si je pouvais rester, est-ce que tu crois sincèrement que Fury n'essaierait pas… Je ne sais pas… De me cloner, d’essayer de répliquer ma magie pour pouvoir en équiper d’autres personnes ? » Elle vit le doute grandir dans le regard bleu du Captain. « Je ne peux pas rester. Et vous ne pouvez pas parler du Monde Sorcier. Personne n’est encore prêt pour ça. »

- « Je sais, je… » admit Steve dans un soupir. « Je suis désolé, Hermione. » ajouta-t-il en voyant les larmes qui coulaient sur les joues de la jeune femme. « Je te promets que je ne dirai rien. »

Hermione s’essuya rapidement les yeux avec le revers de sa manche.

- « C’est moi qui suis désolée, je ne veux pas que mes larmes t’apitoient... » s’excusa-t-elle rapidement. « Je suis fatiguée, c’est tout. La journée a été longue. »

Steve lui adressa un sourire en demi-teinte et finalement se leva, expliquant qu’il avait besoin de dormir et leur souhaitant une bonne nuit à tous les deux.

Hermione réalisa que si Steve avait finalement consenti à ne rien dire, Bucky lui, était resté silencieux depuis un certain temps. Elle se tourna vers lui et l’observa. Il s’était rencoigné dans le fauteuil, les bras croisés et le regard au loin, visiblement en pleine réflexion. Soudain, il se tourna vers elle, et demanda :

- « Quand est-ce que nos mondes seront prêts à vivre ensemble ? »

- « Je… Je ne sais pas. » balbutia-t-elle, complètement prise au dépourvu.

- « Tu ne sais pas ou tu ne peux pas me le dire ? » insista-t-il tandis que le coin de sa bouche se levait en un demi sourire ni tout à fait charmeur, ni tout à fait moqueur.

- « Disons que de l’époque dont je viens, les frontières sont devenues plus floues. » expliqua Hermione.

Bucky émit un petit son d’approbation, et se pencha en avant, les coudes posés sur ses genoux pour mieux regarder Hermione.

- « Tes cheveux ont poussé depuis ta dernière mission. » observa-t-il sans se départir de son demi-sourire. « Tu viens de quelle période maintenant ? »

- « Avril 2022. »

Les yeux de Bucky s’écarquillèrent.

- « Donc d’ici dix ans, il se sera produit quelque chose qui va rapprocher nos sociétés, mais tu ne peux pas dire quoi. » Hermione ne put s’empêcher de se mordiller la lèvre avec nervosité. Elle avait envie de lui dire toute la vérité, peut-être que cela mettrait plus de chances du côté des Avengers quand Thanos arriverait…. Mais si au contraire, la situation empirait ? Elle avait fait ce voyage pour permettre à l’Initiative Avengers de naître, si elle en disait trop, cela risquait de tout mettre en péril… Voyant mille émotions passer sur le visage si expressif de la jeune femme, Bucky la rassura : « Je ne te demanderai rien. J’ai compris que quelque chose d’important se produira… Plus important encore que ce qui s’est passé aujourd’hui. Et je ne dirai rien de ton monde, ne t’inquiète pas. » Hermione relâcha une longue respiration qu’elle n’avait pas réalisé retenir. Bucky s’avança un peu dans son fauteuil, plantant ses yeux dans ceux d’Hermione. « Mais je veux que tu me promettes quelque chose… » La jeune femme, curieuse, lui demanda aussitôt de quoi il s’agissait. « Dès que cet évènement dont je ne peux rien savoir sera passé, viens me voir s’il te plait… » Hermione vit le haut de ses joues s’empourprer légèrement et il ajouta d’un air bien plus détaché : « J’ai toujours besoin de bons conseils en littérature. »

Hermione se contenta de hocher la tête avec force. Elle ne pouvait pas parler, sa gorge était complètement serrée de larmes à l’idée que Bucky serait snapé et qu’elle ne pourrait certainement jamais tenir cette promesse.
Elle s’essuya à nouveau les yeux avec la manche de son t-shirt et Bucky, visiblement désireux d’alléger un peu l’atmosphère, lui demanda à quoi correspondait ce maillot. Il n’avait jamais entendu parler d’une équipe de rugby ou de foot avec « HH » pour initiales.

Epuisée, Hermione lui expliqua que c’était une équipe d’un sport sorcier qui s’appelait le Quidditch. Elle vit les yeux de Bucky s’éclairer d’une nouvelle lueur de curiosité, mais il ne put retenir un bâillement.

- « Je crois que je ferais mieux d’aller dormir, moi aussi. » dit-il en s’étirant avant d’aller déposer les mugs à la cuisine.

De quelques gestes de sa baguette, Hermione rangea tout son service à thé et commença à chercher son lit de camp dans sa besace. Elle sortit le lit, un oreiller, une couette et les déposa non loin de la fenêtre.
Bucky revint de la cuisine tandis qu’elle cherchait un des foulards de soie qu’elle mettait sur ses cheveux pour dormir.

- « Mais qu’est-ce que tu fais ? »

- « Je… Je pensais dormir aussi. » lui répondit-elle. Elle se sentit soudain affreusement présomptueuse, jamais elle n’avait été invitée à rester... « Je suis désolée, je vais aller à l’hôtel, je ne sais pas pourquoi, j’ai pensé que- »

Bucky prit doucement l’avant-bras de la jeune femme dans sa main et l’attira un peu vers lui.

- « Il est hors de question que tu ailles à l’hôtel ou que tu dormes dans le salon. » Hermione le fixait visiblement interloquée. Il soupira. « La galanterie est vraiment morte à cette époque. » râla-t-il en l’enjoignant à le suivre. Il rejoignit en quelques pas la porte de sa chambre et ajouta : « Je t’en prie, prends ma chambre, c’est le moins que je puisse faire. »

- « Mais je ne veux pas te chasser de ta propre chambre… Où vas-tu dormir ? »

Il haussa les épaules.

- « J’ai dormi avec des pierres pour oreillers pendant la guerre, ton lit de camp me conviendra parfaitement, crois-moi. »

Hermione sembla hésiter, mordillant sa lèvre en un signe de nervosité qui devenait étrangement familier à Bucky. Puis elle sourit et sans réfléchir, se hissa sur la pointe des pieds et déposa un petit baiser sur la joue de l’ancien Sergent avant de glisser dans l’embrasure de la porte qu’elle ferma derrière elle avec un petit clic.

Bucky déglutit péniblement. Il était complètement foutu et il le savait. Levant les yeux au ciel pour à la fois maudire et remercier les saints d’avoir envoyé une telle femme sur sa route, il retourna vers le salon et s’allongea sur le lit de camp d’Hermione. Il laissa ses pensées dériver.
Il savait bien ce qu’en pensait Steve : tout était trop compliqué, Hermione était une sorcière, Bucky devait éviter de s’impliquer.

Sauf que ce n’était pas comme s’il pouvait s’empêcher d’être attiré par elle. Elle était courageuse, intelligente, avait un sourire à damner un ange et une passion pour la lecture qui rivalisait la sienne. Il se passa une main lasse sur le visage pour essayer de s’éclaircir les idées, mais c’était peine perdue. Tout s’enchevêtrait dans son esprit : la méfiance qu’il avait tout d’abord éprouvée pour elle, la reconnaissance et finalement, tout cela c’était transformé en un indubitable béguin, il était obligé de l’admettre.

Et puis Steve était bien hypocrite de lui dire d’être raisonnable. Bucky connaissait son meilleur ami par cœur, il ne serait jamais capable d’oublier Peggy. Elle serait à jamais son grand amour et le fait qu’il lui rende visite à la maison de retraite n’en était que la preuve.
Bucky avait sincèrement de la peine pour Steve et s’il le pouvait, il volerait le Retourneur de Temps d’Hermione pour lui permettre de couler des jours heureux auprès de Peggy.

Sentant la fatigue le gagner, Bucky ôta sa chemise pour rester en débardeur et repoussa la couette. Contrairement à Hermione qui avait frissonné une bonne partie de la soirée, la chute d’adrénaline lui donnait l’impression d’étouffer.
L’esprit toujours hanté par le fantôme des lèvres d’Hermione contre sa joue, Bucky se laissa doucement glisser vers le sommeil.

-O-

Bucky avait l’impression qu’il venait de fermer les yeux quand le couinement d’une latte de parquet le réveilla, ses sens en alerte. Il s’assit lentement dans le lit, laissant ses yeux s’habituer à la pénombre et distingua une silhouette qui avançait à tâtons dans le noir.
Il était à deux doigts d’appréhender l’ombre suspecte, quand il réalisa que ce devait tout simplement être leur hôte.

- « Hermione ? » murmura-t-il.

- « Merde. » entendit-il pour toute réponse avant qu’elle ne prononce un mot en latin et que de la lumière n’émerge de sa baguette. « Désolée de t’avoir réveillé, je… Je cherchais les toilettes. » chuchota-t-elle en retour.

Bucky se leva et se rapprocha du canapé pour allumer la petite lampe qui se trouvait à côté du tourne-disque. Il vit Hermione cligner des yeux à plusieurs reprises et dut prendre une longue inspiration pour garder son calme. Elle était complètement désarmante : en chaussettes, portant un immense t-shirt à manches longues qui lui arrivait presque aux genoux et ses cheveux formant un halo autour de son visage, elle lui parut tellement vulnérable à cet instant, qu’il avait envie de la prendre dans ses bras pour la protéger de la noirceur du monde.
Mais il se ressaisit rapidement et lui indiqua les toilettes, avant de se diriger vers la cuisine pour se servir un verre d’eau, il fallait qu’il s’occupe les mains, et surtout l’esprit.

Après avoir utilisé les toilettes et s’être lavé les mains, Hermione remarqua que la cuisine était allumée et s’y rendit. Bucky lui faisait dos, en train de laver les mugs qu’ils avaient utilisés un peu plus tôt.

Elle allait lui dire qu’elle pouvait s’en charger d’un simple sort, mais alors qu’elle s’approchait, elle distingua des ombres sous le débardeur blanc de Bucky. Juste là, dans le prolongement de son épaule, il lui semblait percevoir quelque chose.
Complètement focalisée, elle n’entendit même pas Bucky lui demander ce qui se passait et avant qu’elle ne le réalise, elle avait posé les doigts juste en dessous de son omoplate droite, là où les côtes apparaissaient, et tirait doucement sur son t-shirt pour dévoiler ce qu’elle avait aperçu : des runes.

Là, sur la peau de Bucky, était la marque qu’elle s’était imaginée cent fois : Pertho, la prédestination, Neid, la volonté, Uruz, la force et Dagaz, la fin et le commencement.

- « Hermione, je ne sais pas ce que tu penses faire, mais il va falloir que tu arrêtes, s’il te plaît. » lâcha Bucky d’une voix blanche.

Hermione recula aussitôt d’un pas et comme un écho, plaça sa main sur sa propre marque, touchant sa clavicule où l’inscription en haut-elfique se trouvait.

Bucky se retourna immédiatement et la fixa avec une intensité qui faillit faire reculer Hermione, mais elle n’avait pas été répartie à Gryffondor pour rien. N’écoutant ni la raison qui lui sommait d’aller se recoucher, ni son esprit qui lui criait qu’elle ne pouvait pas, ne devait pas, elle se dressa à nouveau sur la pointe des pieds et posa ses lèvres sur celles de Bucky.

Durant un instant, elle crut qu’elle s’était fourvoyée et qu’il allait la repousser, mais il lui répondit avec une ferveur qui la surprit plus qu’agréablement. Un bras serré autour de sa taille et une main enfoncée dans son épaisse chevelure, Bucky l’embrassait avec une passion qu’Hermione n’aurait jamais pensé pouvoir susciter.

A bout de souffle, ils se séparèrent. Les cheveux d’Hermione étaient encore plus fous qu’avant, ses lèvres rougies d’avoir été embrassées mais ses yeux brillaient d’une lueur nouvelle dont Bucky était certain qu’elle se reflétait dans son propre regard.

- « Je sais que ce n’est pas raisonnable et que c’est tout sauf- » commença-t-il à dire, mais elle le rendit muet simplement en caressant sa joue, laissant son pouce glisser jusqu’à ses lèvres.

- « Ça fait des années que je suis raisonnable et que je fais ce qu’on me dit. Pour une fois, je crois que je peux penser à moi d’abord, non ? »

Il hocha la tête avec ferveur avant d’abaisser son visage vers celui de la jeune femme. Il voulait encore goûter ses lèvres si douces, se nourrir de ses soupirs, garder en lui l’empreinte de leurs baisers jusqu’à ce qu’ils puissent enfin se retrouver.

-O-

Le lendemain matin, Steve se leva, s’habilla pour son jogging matinal avant de se souvenir qu’il serait certainement plus utile à Manhattan pour aider à évacuer les débris.
Il sortit de sa chambre et eut la surprise de découvrir Bucky et Hermione endormis sur le canapé. Bucky était en jean et débardeur, Hermione était cachée sous un plaid, appuyée contre Bucky dans une position bien trop intime pour être innocente.

Steve soupira, Bucky en pinçait pour cette fille et pas qu’un peu. Il leva les yeux au ciel, se demandant ce qu’il pouvait bien faire pour protéger son ami. Parce qu’elle allait partir, c’était certain, et elle laisserait derrière elle les miettes du cœur de Bucky. Et il n’y aurait que Steve pour l’aider à les ramasser.

Décidant finalement de rester en dehors des évènements qui allaient inévitablement se produire, Steve griffonna un petit mot à la hâte pour indiquer qu’il était parti donner un coup de main à Manhattan et s’éclipsa.

Quelques temps plus tard, Hermione se réveilla. Un sourire s’étira aussitôt sur ses lèvres quand elle réalisa que Bucky et elle s’étaient endormis sur le canapé. Ils avaient parlé une bonne partie de la nuit : de leurs enfances, de leurs goûts, de leurs amis, le tout entrecoupé de baisers qui lui laissaient toujours un goût de trop peu.

Et pourtant, elle n’avait pas osé parler à Bucky de leurs marques. Quand il avait demandé à Hermione pourquoi elle lui avait ainsi touché le dos, elle avait simplement dit qu’elle avait vu une ombre étrange, elle n’avait pas eu le cœur de lui expliquer de quoi il retournait en réalité.

Elle se releva doucement et sentit aussitôt le bras qui était autour de sa taille se serrer pour qu’elle reste au creux de lui.

- « Non, encore un peu. » râla Bucky sans ouvrir les yeux.

- « J’adorerais rester plus, mais c’est trop risqué… Si le SHIELD me trouve… »

- « Oui, je sais, je sais. » concéda Bucky en se relevant et penchant la tête d’un côté et de l’autre jusqu’à ce que ses cervicales craquent.

Il déposa un baiser sur le front d’Hermione avant de se lever et de se rendre à la cuisine. La jeune femme entendit les bruits distinctifs puis l’odeur du café en train d’être préparé et sourit. Elle avait déjà enfreint tellement de règles, elle pouvait bien rester encore un peu, juste le temps d’un café…

- « Steve est parti à Manhattan pour donner un coup de main. » lui dit-il en montrant le petit mot que son ami lui avait laissé.

- « Et ils ne vont pas se demander pourquoi tu n’es pas avec lui ? »

Bucky haussa les épaules en s’asseyant sur un des tabourets et lui demanda si elle préférait un thé ou un café le matin. Déposant un baiser sur son épaule en passant, Hermione récupéra deux mugs qu’il avait lavés durant la nuit et qui séchaient sur l’égouttoir avant de le rejoindre à table.

- « Café le matin, thé toute la journée. » répondit-elle avec un sourire.

Hermione ferma les yeux un instant, laissant les arômes du café finir de l’éveiller. Lorsque le café fut prêt, Bucky se leva et les servit tous les deux, se repaissant lui aussi du calme et du silence.

Ils sursautèrent tous les deux lorsqu’on frappa à la porte. Bucky, visiblement suspicieux, se rendit jusqu’à la porte et regarda par l’œilleton.

- « C’est Sharon, une voisine. Je ne sais pas ce qu’elle veut. »

Le sang d’Hermione ne fit qu’un tour. Sharon était une agente du SHIELD en charge de la surveillance de Bucky et Steve, nul doute qu’elle avait vu Steve partir ce matin… Est-ce qu’elle avait vu Bucky arriver alors qu’il la portait la veille ?

Sharon frappa à nouveau et Hermione ne put empêcher les larmes de lui venir aux yeux, c’était la preuve, si elle en avait besoin, qu’elle ne pouvait plus rester. Elle fit signe à Bucky de la suivre jusqu’à sa chambre et lui expliqua la situation.
Même si celui-ci demeurait sceptique sur l’appartenance de sa voisine au SHIELD, il dut reconnaître, qu’elle insistait beaucoup.

- « Bucky, Steve ! » appela-t-elle à travers la porte. « J’ai vu les images de ce qui s’est passé hier, je voulais juste savoir si vous aviez besoin d’aide. »

Posant un doigt sur les lèvres d’Hermione pour lui signifier le silence, Bucky ouvrit doucement la porte, faisant semblant de se tenir les côtes.

- « Bonjour Sharon. » dit-il avec une grimace douloureuse. « Désolé, j’ai mis du temps à te répondre, j’étais couché. »

- « Vous êtes sûr que ça va aller, je suis infirmière, je peux peut-être vous aider ? » insista-t-elle.

- « Non, ça ira. Ne vous inquiétez pas pour moi. Ni pour Steve, il est déjà reparti à Manhattan. »

Elle se contenta d’émettre un petit reniflement qui semblait indiquer qu’elle ne croyait pas réellement ce qu’il disait, mais ne put argumenter plus.

- « N’hésitez pas à venir me voir si vous ne vous sentez pas mieux d’ici quelques heures. » Puis jetant un coup d’œil à sa montre, elle ajouta : « Je repasserai vous voir vers midi. Juste pour m’assurer que vous allez bien. »

Bucky ne fut pas fâché d’enfin refermer la porte derrière elle. Hermione sortit immédiatement de la chambre, habillée pour la journée, les cheveux attachés avec dans une main son sac en perles et dans l’autre sa baguette magique.

- « Tu es sûre que tu ne peux pas rester encore un peu ? » lui demanda-t-il en s’approchant d’elle et en la prenant dans ses bras.

- « Elle fait partie du SHIELD. Je suis en danger et pire je te mets en danger en restant ici. » soupira la jeune femme en se pelotonnant contre lui.

Après une étreinte qui leur sembla bien trop courte à tous les deux, Hermione utilisa quelques sortilèges pour remettre dans son sac tout ce qu’elle en avait sorti. Elle prit ensuite le temps de régler le Retourneur de Temps, en prenant en compte l’heure de décalage qu’elle avait eu à son arrivée en 2012.

Elle embrassa une dernière fois Bucky et ne résista pas à faire courir ses doigts là où se trouvaient les runes qui le désignaient comme son âme sœur. Il lui lança un regard étrange et elle se contenta de lui dire :

- « Achète un plus grand miroir et… » Elle prit dans son sac un des livres que la Professeure Babbling avait conseillé pour ses élèves débutants. « J’espère que ça t’aidera. »

Tandis que Bucky la fixait avec un air d’incompréhension la plus totale, elle lâcha la goupille et disparut dans un éclat de lumière.

 

Londres- Département des Mystères – 16 avril 2022

Contrairement à son arrivée à New-York en 2012, son retour en 2022 fut loin d’être discret et apprécié.

Lorsqu’elle se matérialisa, Hermione se retrouva en face du Directeur Croaker qui avait l’air absolument furieux. Avant même qu’elle n’ait eu le temps d’ouvrir la bouche, il lui avait ôté le Retourneur de Temps et était allé le replacer dans le bureau d’Andrew en intimant à Hermione l’ordre de rester sur place.

Tandis que la jeune femme essayait de rassembler ses esprits et surtout de vérifier si l’intégralité de son corps avait fait le voyage, il faisait des allers-retours devant elle, grommelant des mots inintelligibles.
En dehors de son épaule gauche qui continuait à la lancer, Hermione perçut rapidement une douleur pulsatile au niveau de son mollet. Quand elle jeta un œil, elle vit que le bas de son jean était trempé de sang. Elle soupira, résignée au fait de devoir certainement rester à Sainte Mangouste quelques temps.

Croaker s’immobilisa soudain devant elle, et commença à parler. Hermione était certaine qu’il allait crier, tempêter, mais au contraire, il était d’un calme qui laissait présager le pire.

- « Langue-de-Plomb Granger, vous avez, en toute connaissance de cause, désobéi à un ordre direct de votre supérieur. Vous avez pris des risques absolument insensés avec un artefact sur lequel vous n’étiez plus supposée travailler. Et enfin, vous avez mis en péril le Monde Sorcier en étant photographiée et filmée en pleine bataille en 2012. » Il lui lança un regard empli d’une telle déception qu’Hermione eut soudain honte. « Vous avez beau avoir quelque peu changé vos traits, c’est un miracle que personne ne vous ait identifiée. » Il croisa les bras, soupira longuement et ajouta : « En considérant ces éléments, je n’ai d’autre choix que vous renvoyer immédiatement. » Hermione sursauta, elle n’avait jamais imaginé qu’il en vienne à une telle extrémité. « J’ai convoqué les Oubliators, ils ne devraient pas tarder à arriver pour vous ôter tout souvenir de votre travail dans ce Département. »

- « Non ! » protesta aussitôt Hermione. « Tout ce que vous voulez : une suspension sine die, une amende, une enquête officielle du Magenmagot, mais par pitié, ne m’enlevez pas les souvenirs de ce que j’ai fait ici depuis tant d’années. »

Sans méchanceté, mais avec détermination, Croaker lui répondit :

- « Malheureusement, c’est impossible. Croyez-le ou non, je le regrette autant que vous, vous étiez un élément brillant. »

Hermione avait l’impression qu’un étau venait de lui enserrer le cœur. Les Oubliators allaient effacer des années entières de travail, ses collègues qu’elle appréciait tant et pire que tout : elle ne se souviendrait plus de ses missions dans le passé, elle oublierait Bucky.

Alors qu’une escouade de trois Oubliators pénétrait dans la pièce, Hermione entendit un petit crépitement, comme une étincelle et rapidement, elle vit un cercle se dessiner sous elle. Elle fixa Croaker et ne put que pousser un cri alors qu’elle était happée dans l’inconnu.

New-York- Sanctum Sanctorum – 16 avril 2022

Hermione atterrit avec un bruit mat sur un tapi richement orné. Elle releva aussitôt la tête pour rencontrer le regard observateur du Sorcier Suprême : Wong. Elle ne l’avait jamais rencontré, mais elle avait vu des photos et elle le reconnaissait parfaitement.

- « Miss Granger. Navré de la manière un peu brusque dont je vous ai conviée au Sanctum, mais il semblerait que Saul Croaker était sur le point d’effacer vos souvenirs. » Muette, la jeune femme se contenta de hocher la tête. « Ne vous inquiétez pas, pas de ça ici. La magie qui touche à la mémoire rend la réalité bien trop fragile… Je n’aime pas ça. »

- « Pourquoi suis-je ici ? » demanda Hermione en se redressant un peu plus mais sans parvenir à se mettre debout.

- « Parce que j’ai décidé de vous protéger. » annonça Wong d’une voix solennelle. Puis un peu plus simplement, il ajouta : « Je vais être franc, j’ai essayé, par le truchement de votre équipe, d’améliorer nos chances de battre Thanos, mais dès que j’améliorais quelque chose d’un côté, j’en empirais une autre. » Devant les yeux ébahis d’Hermione, il s’expliqua : « Le Retourneur de Temps que vous a donné Mr. Malfoy est un artefact exceptionnel, mais il semblerait que malgré toutes mes bonnes intentions, il y ait certains éléments immuables dans le cours du temps. » Remarquant qu’Hermione palissait, il demanda : « Vous souhaitez boire quelque chose ? »

- « Non, mais si vous pouviez arrêter l’hémorragie au niveau de mon mollet, je suis sûre que je serais plus à même de poursuivre cette conversation… » répondit Hermione en serrant les dents face à la douleur.

- « Vous avez ce fameux dictame par lequel jurent vos Médicomages ? » demanda Wong en s’approchant d’elle pour mieux voir la plaie.

Hermione hocha la tête et sortit une fiole de sa besace en perles, la tendant au Sorcier Suprême. Il enfila son double anneau, récita une sorte de mantra qui fit apparaître un cercle de signes semblables à un mandala autour de la petite bouteille. Puis le flacon sembla s’illuminer quelques instants et quand Wong se tut, tout disparut et le dictame reprit son apparence habituelle.

- « Relevez votre pantalon s’il vous plait. » demanda-t-il poliment en s’asseyant en tailleur auprès du membre meurtri de la jeune femme.

Elle s’exécuta et grimaça en constatant qu’il manquait un large morceau de chair sur son mollet. Wong récita à nouveau un mantra ou peut être une formule en tibétain avant de verser plusieurs gouttes du dictame qu’il avait enchanté sur la plaie d’Hermione.
A la grande surprise de celle-ci, elle vit son mollet se reconstituer couche après couche, puis disparaître à nouveau et ainsi de suite à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’enfin les muscles réapparaissent puis se recouvrent de peau. Comme si rien n’avait eu lieu.

Elle remercia le Sorcier Suprême et lui demanda s’il pouvait faire de même dans son dos car elle n’avait pas réussi à soigner son omoplate. L’homme acquiesça immédiatement et aida Hermione à remonter son t-shirt. Il enleva précautionneusement le pansement qu’elle y avait déposé la veille et reproduit le rituel qu’il avait exécuté sur sa jambe quelques minutes auparavant.

Une fois la jeune femme soignée, elle se redressa et utilisa sa baguette pour faire disparaître les taches de sang sur son jean. Se souvenant soudain de ce dont parlait Wong avant qu’il ne la soigne, elle demanda :

- « Vous parliez d’éléments immuables dans le cours du temps ? »

Wong hocha la tête.

- « Maintenant que vous allez mieux, puis-je vous proposer un thé ? »

- « Avec plaisir… »

De quelques gestes, il fit apparaître une table basse sur laquelle trônaient une théière fumante ainsi que des biscuits. Il fit signe à Hermione de s’installer dans le fauteuil qui lui faisait face et entama sa longue explication.

- « Comme vous le savez, puisque j’ai créé une bulle pour permettre à votre équipe de se souvenir de ce qui était changé sur la ligne temporelle, initialement, Bucky Barnes était le Winter Soldier et a tué, entre autres, Maria et Howard Stark. Contrairement à ce que la plupart des gens pensent, ce ne sont pas les Accords de Sokovia qui ont fait éclater les Avengers, c’est la loyauté de Steve Rogers envers son meilleur ami. »

- « J’ai toujours pensé que les Accords auraient pu être amendés. »

- « Peut-être, peut-être pas. Mais l’application des Accords aurait immédiatement entraîné un emprisonnement à vie pour le Winter Soldier. Alors que Rogers savait qu’il avait subi plusieurs lavages de cerveau pour l’obliger à accomplir les funestes desseins d’Hydra. »

- « C’est pour cela que ma première mission a été d’empêcher Bucky de tomber du train. Sans lui, plus de scission puisque le Winter Soldier était une autre personne… » Hermione réfléchit un instant. « Sauf que ça n’a pas fonctionné comme vous l’escomptiez puisque c’est Steve qui a été kidnappé par Hydra... D’où ma seconde mission. »

- « Tout à fait, Miss Granger. » concéda Wong avant de boire une gorgée de thé. « Mission parfaitement réussie si ce n’est votre désartibulation spatio-temporelle. »

- « Mais pourquoi avoir arrêté alors que vous saviez que l’Initiative Avengers n’allait jamais voir le jour puisque Steve allait être tué pendant la Bataille de New-York contre les Chitauris ? »

- « Je pensais qu’une nouvelle intervention allait encore empirer la situation… Après deux échecs, je n’ai pas voulu reprendre de risques et encore moins vous les faire porter. » expliqua Wong.

- « Mais je suis partie quand même. » pondéra Hermione.

- « Il valait mieux vous que Croaker, il aurait tout fait capoter… Il n’y connait rien aux No-Maj. » Hermione ne put retenir un petit rire nerveux. « Et vous avez bien fait, vous avez remis l’histoire sur les rails, même si ce ne sont pas tout à fait les mêmes. »

- « Le Snap a été annulé, Thanos a été vaincu en 2018 ? » Hermione avait l’impression que son cœur venait d’entamer une cavalcade folle.

- « Malheureusement non. » la détrompa aussitôt le Maître des Arts Mystiques. « Mais les évènements sont à nouveau en place : les Avengers ont émergé victorieux de la Bataille de New-York, le monde a appris à vivre avec des héros hors du commun, ils ont combattu ensemble à plusieurs reprises, mais la scission a tout de même eu lieu. »

- « S’il n’y avait plus Bucky dans l’équation, comment les Accords ont-ils pu créer une telle partition entre eux ? » s’étonna Hermione.

Wong la regarda attentivement et posa une main sur celle d’Hermione, en signe de compassion.

- « C’est vous qui avait été la pomme de la discorde. »

- « Moi ? » répéta Hermione, incrédule.

- « Rogers et Barnes ont tous les deux lu très attentivement les Accords, et ils ont compris que la rédaction même du texte excluait la population sorcière. » Hermione hocha la tête pour l’enjoindre à poursuivre. « Ils ont continué à garder le silence, mais Tony Stark et d’autres vous ont vue lors de la Bataille de New-York et ont commencé à poser des questions sur les Seiðr. Thor absent, la tension est montée entre les Avengers, d’un côté, ceux qui voulaient que vous répondiez de vos actes et signiez les Accords, de l’autre, ceux qui avaient connaissance de l’existence de la magie et souhaitaient la garder secrète. »

- « Je suis la raison pour laquelle les Avengers se sont séparés ? »

Wong secoua la tête.

- « Le SHIELD a créé lui-même le problème en trahissant ses propres agents… Fury a mis Barnes et Rogers au pied du mur en utilisant des enregistrements qui avaient été pris dans leur appartement à leur insu. Je ne sais pas exactement ce qui a été enregistré, mais Stark n’a pas supporté de savoir que les deux hommes qu’il considérait comme ses amis lui avaient menti. »

Hermione ne put retenir ses larmes, tout cela n’avait servi à rien. Bucky était perdu avec toutes les autres personnes snapées, coincé dans des limbes inatteignables, les Avengers s’étaient déchirés et maintenant, elle n’avait plus de travail et certainement un mandat d’arrêt international sur le dos.

Elle s’excusa et demanda à Wong s’il pouvait lui montrer ses quartiers. Prenant son bras avec délicatesse, il la conduisit vers une vaste chambre au premier étage, décorée de rouge et d’or, mais dans un style oriental qui devait certainement rappeler Kamar-Taj aux Maîtres des Arts Mystiques.

A bout de force, Hermione se laissa choir sur le lit, posant ses coudes sur ses genoux, elle enfouit son visage entre ses mains, fermant les yeux avec force comme pour effacer ce qui venait de se produire.

Comment avait-elle pu passer dans la même journée de la chaleur des bras de Bucky à l’horreur de ce qui était dorénavant sa réalité ?

Elle était en exil, sans aucun espoir d’en voir la fin. Elle ne savait même pas si elle pouvait sortir du Sanctum Sanctorum sans prendre le risque d’être arrêtée… Elle avait l’impression qu’une énorme épée de Damoclès la surplombait.

Elle soupira, résignée. La fuite, échapper à ceux qui la traquait, Hermione connaissait déjà ce sentiment et s’il le fallait, elle en repasserait par là. Elle irait en justice auprès de l’ICW si cela s’avérait nécessaire.

Alors qu’elle se préparait à un nouveau combat, un souvenir balaya la mémoire d’Hermione. Ces runes qu’elle avait vues sur la peau de Bucky, qu’elle avait effleurées du bout des doigts. Ces runes qui marquaient Bucky comme son âme-sœur, et elle avait à peine eu le temps d’en effleurer la perfection qu’il lui avait été enlevé.

Elle savait que ceux qui avaient été snapés n’étaient pas morts, mais que pouvait-elle faire pour le retrouver ? Elle avait fait l’impossible, l’avait trouvé trois fois à travers le temps et pourtant le destin se moquait d’eux et les séparait encore et encore.

Les larmes, brûlantes et amères, commencèrent à couler des yeux d’Hermione, elle avait envie que tout s’arrête, que le monde hurle avec elle sa douleur. Que les étoiles se retirent, que la lune et le soleil se cachent car elle ne pouvait plus voir le monde continuer alors qu’elle l’avait perdu.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.