S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


L'Animation des Sentiments par Tiph lAndouille

[1 Reviews]
Imprimante
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Coucou mes p'tits zozios gazouillants (*j'ai besoin de verduuuuure !*)

Je vous présente le texte que j'ai soumis au concours de Chalusse et qui m'a fait gagner la troisième place :D Je suis aux anges !

J'espère pouvoir très vite lire vos pitites reviews pour savoir ce que vous en pensez !

En attendant, bonne lecture à tous !

 

Un jeune homme roux regarda avec satisfaction ses étagères pleines de marchandises avant de frapper joyeusement dans ses mains.

- Eh bien, ce fut une collaboration pour le moins efficace…

- … Attendons la mise en vente avant de crier victoire, il ne faudrait pas mettre la calèche avant les Sombrals, le coupa un homme un peu plus jeune et beaucoup plus guindé.

- Vous êtes toujours si pragmatiques, vous, les Serpentards… Allez, viens donc prendre un verre pour fêter ça, on s'inquiètera bien assez lors de l'ouverture de la boutique lundi prochain.

- Dois-je te rappeler que je ne suis pas très bien vu par la plupart des habitants du coin ? Ce qui inclut une bonne partie de ta famille si ma mémoire ne me fait pas défaut.

- Qui a dit qu'on allait rester ici ?

- Où allons-nous dans ce cas ?

- Ça c'est un secret. Donne-moi la main.

- Je déteste le transplanage d'escorte.

- Alors débrouille-toi pour ne pas me vomir dessus à l'arrivée, s'il te plaît.

Un coup d'œil offensé lui répondit, puis une main finit par agripper la sienne.

Les deux jeunes gens disparurent dans un discret clac ! pour réapparaître au milieu d'une petite ruelle pavée d'un Londres très différent de celui qu'ils côtoyaient habituellement.

- Le Londres moldu ? Sérieusement ?

- Au moins, là, nous devrions être tranquilles. Allez, suis-moi au lieu de bougonner, sinon tu vas te perdre.

- Il ne manquerait plus que ça ! Les Weasley auront ma peau, c'est moi qui vous le dis ! annonça très sérieusement le second homme au lampadaire juste devant lui.

 


 

Le lundi de l'ouverture, une foule immense se massait face à la devanture bigarrée du magasin. En lettres brillantes et clignotantes, l'inscription « Potion Animus - Achetez votre émotion en bouteille ! » semblait vouloir traverser la vitre et prendre son envol pour alerter toute la Grande-Bretagne de la bonne nouvelle.

George Weasley, caché derrière la porte d'entrée, se frottait les mains en regardant les aiguilles de la grande horloge du magasin se rapprocher doucement de l'heure fatidique. Son associé, beaucoup plus inquiet, remettait quelques flasques en place ou modifiait les couleurs des pancartes pour les rendre plus attractives.

- Arrête, tu vas finir par faire tomber quelque chose…

Un dernier mouvement de baguette décala une potion d'un demi-centimètre avant de terminer sa course dans la poche arrière d'un pantalon en flanelle. Une main nerveuse monta jusqu'à des cheveux parfaitement coiffés.

- Bon, je vais aller vérifier nos stocks ! Je te laisse ouvrir le magasin à l'heure.

George ne put s'empêcher de soupirer.

- Tu avais fini par promettre que tu le ferais avec moi.

- Après avoir bu quatre Vodka du Dragon… Je pense qu'il y a des circonstances atténuantes qui me permettent de ne pas respecter ma parole pour cette fois.

- J'aurais bien aimé voir la tête de mes parents en comprenant enfin qui est mon associé si secret, sourit George.

- C'est drôle, hein, mais moi pas du tout. Je me sens beaucoup plus en sécurité autour de mes chaudrons de tests prêts à exploser. Ou même quand j'ai dû braver un cyclone sur mon balai pour attraper des noix de coco durant la lune balsamique à Samhain afin qu'elles aient les propriétés adéquates pour la potion...

- Je ne sais pas vraiment comment prendre cette information…

- Tu te débrouilles. Sur ces mots pleins de sagesse, je vais disparaître dans la réserve. A bientôt.

Et il sortit sans plus de cérémonie, la porte se refermant sans un bruit.

- Quelle tête de gnome, grommela George.

- Je t'entends tu sais ?! cria son associé depuis sa retraite.

- Menteur.

George se frotta une nouvelle fois les mains, souffla un bon coup et leva la tête vers l'immense tableau qui surplombait l'entrée du magasin. Ceux qui ne le connaissaient pas auraient pu prendre la toile pour un autoportrait commandé spécialement pour l'occasion, signe d'un ego démesuré. Les autres savaient très bien de quoi il retournait.

Fred lui manquait. A chaque instant de chaque jour.

C'était comme un trou béant dans sa poitrine qui refusait de se refermer, continuant de saigner des années encore après le drame. Une moitié de lui était morte avec son jumeau, et il s'en était fallu de peu que l'autre moitié suive. Comment survivre avec une âme brisée, irréparable ? Comme des millions de petits morceaux de lui-même éparpillés sur le sol, coupant quiconque essayait d'en recoller deux. La réponse avait été très longue à trouver. Presque trop. Combien de fois avait-il songé à rejoindre son frère ? Combien de fois avait-il écrit des lettres d'adieu à sa famille ? La réponse était venue de deux personnes que tout opposait. Deux personnes qu'il n'aurait jamais imaginé prendre autant de place dans sa vie. Deux personnes qui lui avaient redonné goût à la vie en lui réapprenant à aimer. Aimer quelqu'un. Aimer son travail.

A la mort de Fred, il avait failli fermer le magasin de Farces et Attrapes. A quoi bon vendre des choses qui faisaient rire les autres alors que lui-même broyait un noir sans fond ? C'était à cause de son petit frère, Ron, qu'il l'avait laissé ouvert. Ou plutôt, grâce à Ron, qui était venu l'aider à tenir le magasin pour ne pas sombrer non plus dans la dépression. En y repensant, George ricana. Pour se sauver de lui-même, Ron s'était associé à la seule personne encore plus désespérée que lui. Un peu comme deux manchots frigorifiés se collant l'un à l'autre pour se tenir chaud et survivre. Et pourtant, ça avait fonctionné. Grâce à Ron, il était sorti boire un verre un soir, dans un bar, avec Harry, Hermione, Ginny, Neville et Luna. Et en ramenant les choppes de Bièraubeurre à la table qu'ils avaient réquisitionnée, Angelina lui était rentrée dedans. Enfin, d'après elle, c'était lui qui ne regardait pas où il allait, perdu dans ses pensées, et par conséquent, c'était lui qui lui était rentré dedans. En fait, peu importait qui avait raison. Le contenu des choppes avait fini sur le sol, et Angelina sur les fesses. Il s'était empressé de l'aider à se redresser et de lui demander si elle ne s'était pas fait mal. Lorsqu'elle avait levé les yeux vers lui, la peine qu'il ressentait avait trouvé un écho. Il s'était assis avec elle à la première table libre qu'il avait trouvée. Ce fut la première soirée d'une longue série qu'il passa en sa compagnie. Autant dire que Ron et ses amis ne virent jamais la couleur de leur Bièraubeurre… Et Angelina fut le premier pilier de sa seconde vie.

Revenant à l'instant présent, George jeta un coup d'œil vers l'horloge.

Plus que 3, 2, 1…

La porte du magasin s'ouvrit en grand, libérant le passage à une foule d'enfants excités, d'adolescents curieux et de parents perdus.

- Bienvenue dans le nouveau magasin Weasley, Farces Pour Sorciers Facétieux ! s'exclama George, la voix magiquement amplifiée pour couvrir le brouhaha ambiant.

- Approchez, approchez ! N'hésitez pas à regarder, tester les différents bonbons et leurs effets… Avec l'accord de vos parents pour les mineurs, bien sûr ! s'empressa de rajouter le rouquin en voyant l'éclat meurtrier dans le regard de sa femme qui tenait fermement leur premier né par la main.

Prudence est mère de sûreté. Voilà ce qu'il avait appris auprès de sa chère et tendre. Plus le droit de laisser traîner des bonbons tests partout dans la maison, au risque que son fils passe une journée entière à hoqueter des bulles multicolores et à traîner une queue de raton laveur derrière lui. Et au risque encore plus accru de passer une très mauvaise nuit sur le canapé après une gueulante (amplement méritée) d'Angelina.

Il profita du temps que prenaient ses visiteurs à s'extasier devant ses produits pour scanner la foule et saluer brièvement les membres de sa famille. Tous étaient venus pour l'ouverture de son second magasin. Même Charlie, qui avait mis son travail à la réserve de dragon entre parenthèses pour quelques jours. Et Bill, de retour d'une expédition au Mexique pour le compte des Gobelins, et qui tenait dans ses bras sa deuxième fille. Harry aussi était là. Il essayait tant bien que mal de réfréner l'enthousiasme débordant de son filleul, tandis que sa femme, Ginny, après avoir réussi à décaler un entraînement des Harpies, se tenait aux côtés de Fleur, de Victoire, d'Hermione, de Ron, de Percy, d'Audrey et de leurs enfants. Ses parents étaient également présents, légèrement en retrait mais souriants, émus de voir leur fils si plein de vie après les années difficiles qu'il avait traversées. Oui. Ils étaient tous là. Pour lui. Pour fêter une grande journée. George eut un petit pincement au cœur en pensant à son associé, caché dans l'arrière-boutique. En voilà un qui aurait eu bien besoin d'une potion de sentiments euphoriques ou heureux…

- Je suis sûr que la plupart d'entre vous a toujours rêvé de pouvoir rire sur commande à l'énoncé d'une blague nulle de son patron ou de son beau-père. Ou de faire semblant de s'extasier devant la beauté d'un nourrisson parfaitement hideux. Voire même de pleurer des larmes de crocodiles à l'enterrement de son infernale belle-mère…

Quelques chuchotements moqueurs et faussement choqués l'interrompirent. Il attendit que le silence revienne à nouveau avant de poursuivre.

- C'est maintenant chose possible avec notre nouvelle potion Animus ! Qui sera assez courageux pour tenter l'expérience face à nous tous ? Si possible des personnes majeures, je ne voudrais pas avoir de problèmes avec les représentants de l'ordre qui sont parmi nous, ajouta George avec un petit clin d'oeil.

Que c'était dur de garder un ton jovial et de raconter des blagues et des bêtises pour faire rire l'assemblée alors que l'idée même de cette potion s'était nourrie de ses sentiments morbides et de ceux de son associé. Alors qu'il avait voulu créer une potion pour oublier. Sa douleur, sa peine, sa rancœur. Heureusement qu'il était moins doué que lui en potion et qu'il avait échoué dans cette réalisation. Sinon, qui sait ce qu'il aurait pu oublier d'autre ?

De nombreuses mains enfantines se baissèrent avec un soupir de tristesse et plusieurs « c'est vraiment pô juste » le firent sourire doucement. Il finit par choisir un jeune homme au hasard et l'invita à monter sur la petite estrade depuis laquelle il parlait.

- Alors, quelle émotion souhaitez-vous ressentir ?

- De la surprise, répondit le jeune homme sans hésiter, vous savez comme quand quelqu'un vous fait une surprise mais qu'en fait vous aviez deviné depuis longtemps et que la personne s'en rend compte parce que vous êtes un très mauvais acteur ?

- Oula ! Cela sent le vécu, je me trompe ?

Son invité rougit légèrement et acquiesça, gêné.

- Eh bien ! Les potions sont là pour répondre à tous vos besoins ! Voici celle qui vous convient.

Et George lui tendit un petit flacon rapidement englouti.

 


 

- Tu vois, je te l'avais dit que cette journée serait une réussite ! sourit son associé en trinquant avec George, qui faillit s'étouffer devant tant de mauvaise foi.

- Mais bien sûr… réussit-il à articuler entre deux respirations sifflantes.

- Tout ça grâce à mon talent en potion.

- Si tu continues comme ça, tu vas me faire cracher tout mon Whisky !

- Si tu ne comprends pas l'autodérision aussi…

- Excuse-moi d'avoir du mal à m'y habituer quand cela provient d'un Malfoy. En tout cas, ça fait plaisir de te voir plus détendu. Tu viens manger au Terrier dimanche ?

Ce fut au tour de Draco de manquer s'étouffer dans son verre.

- Tu sais, le comique de répétition c'est drôle les premières fois, après ça devient usant…

- Je ne suis pas sûr que tu aies bien saisi le concept dans ce cas, répliqua George en croisant les jambes.

Ils étaient tous les deux installés dans le duplex de George, situé au-dessus de sa boutique du Chemin de Traverse. Confortablement assis, l'un dans un fauteuil, l'autre dans le sofa, ils avaient choisi de fêter la réussite de leur nouvelle potion en petit comité. Enfin, choisi… Même au bout d'une année en tant qu'associés, Draco refusait toujours de côtoyer les amis de George. Sans parler de sa famille.

Draco prit le temps de siroter son verre avant de répondre.

- Si je venais chez toi, ne penses-tu pas que ta mère me fermerait la porte au nez ?

- Viens avec Asto ? Elle a toujours eu le don d'apaiser les tensions, c'est fou.

- Tu es au courant qu'elle déteste ce surnom, n'est-ce pas ? demanda-t-il en soupirant, voyant le regard pétillant de malice de son associé.

En un instant, le sourire de George se fana et il repartit sur un ton plus sérieux.

- Tout comme je ne t'ai pas pardonné au premier regard, ma famille ne t'accueillera pas à bras ouverts dès ta première visite. Mais de l'eau a coulé sous les ponts. On a tous grandi, évolué. On a changé. Et regarde tout ce que tu as accompli avec moi ! argua George en englobant d'un geste du bras l'espace qui l'entourait.

- Je veux bien te croire là-dessus… Mais tu penses sincèrement qu'ils feront ne serait-ce que l'effort d'apprendre à me connaître ? Je ne leur ai pas laissé cette chance à Poudlard, pourquoi le feraient-ils pour moi maintenant ?

- Parce que vous êtes des adultes ? Calmes et réfléchis ? Vous êtes censés être plus raisonnables qu'à 11 ans.

- Ça dépend pour qui, il semblerait… Les Gryffondors ont-ils déjà réfléchi un jour dans leur vie ? Excepté face à un miroir bien sûr, ajouta-t-il rapidement en voyant George ouvrir la bouche pour répliquer.

- Arrête avec ton sarcasme à deux Mornilles. Dois-je te rappeler qu'Hermione était major de votre promotion ?

- Tu veux que je parle sérieusement ? D'accord. Comment veux-tu que Granger, que je me suis acharné à humilier et insulter pendant sept ans, puisse me pardonner ? Comment veux-tu que Weasmo… ley, accepte de me serrer la main après les moqueries qu'il a subies par ma faute ? Comment veux-tu que Potter oublie ce que je lui ai fait, après tout ce qu'il a enduré ? Et même la petite Weaslette a de quoi m'en vouloir…

- Hého, ma sœur n'est pas si petite que ça…

- C'est tout ce que tu daignes retenir de mon magnifique discours ?

- Que veux-tu que je dise ? Oui, tu as été un petit con narcissique, hautain et incroyablement pourri gâté en tant qu'enfant, rien ne pourra changer cela…

- … Merci ?

- … C'est toi qui a commencé. Mais tu as grandi. Comme tout le monde. Tu as évolué, tu as appris, tu t'es détaché de tes croyances idiotes, il faudra vraiment que je pense à remercier Asto pour ça. Tu crois qu'un télescope frappeur lui ferait plaisir ? J'ai cru comprendre que tu lui donnais des cours d'astronomie.

- Surtout pas de cadeaux par pitié. En tout cas pas provenant de ta boutique… Ou de n'importe quelle autre boutique de farces et attrapes ! J'aimerais bien que ma femme reste saine et sauve le plus longtemps possible, merci bien.

- Quel rabat-joie aussi… grogna George en boudant.

- Tu veux que je te rappelle la scène de ménage que t'a fait Angelina lorsqu'elle s'est rendu compte que tu lui avais offert une boîte à flemme ? Et qu'elle en a donné une à son employeur qui s'est évanoui en pleine réunion avec l'administration ?

- Je l'aimais pas, lui, de toute façon, bougonna George, pas très heureux qu'on lui rappelle une des colères épiques de sa compagne.

Son visage s'éclaira quand il ajouta :

- Mais je me suis bien rattrapé avec le petit Boursouflet jaune.

- Je t'accorde ce point. Ce bidule qui saute partout et se met tout le temps dans nos jambes a l'air de particulièrement bien lui plaire. Je me demande pourquoi.

George haussa les épaules.

- Tant qu'elle est heureuse, le reste m'importe peu.

- Trinquons à ça alors.

Les deux hommes entrechoquèrent leurs verres avant de boire.

- Et du coup, vous venez dimanche ?

- Tu ne t'arrêtes jamais hein ?

 


 

Des rires retentissaient partout dans le Terrier, résonnant dans les recoins tortueux de la maison et provenant aussi bien du coin jeux des enfants que de la tablée des adultes. C'était le dernier repas qu'ils partageraient tous ensemble avant longtemps. Charlie repartait dans la soirée pour la Roumanie, Ginny devait aller en stage avec les Harpies au Brésil et Fleur retournait en France pour conclure un contrat important. Tous profitaient de ce moment de détente avant de commencer à manger. Seul George, les yeux transperçant l'horloge du salon, comme s'il espérait pouvoir arrêter le temps, ne semblait pas partager la bonne humeur de la maisonnée.

Une main se posa doucement sur sa cuisse. Surpris, il releva les yeux avant de sourire à sa femme.

- Tu ne peux pas le forcer à venir, tu le sais n'est-ce pas ? lui dit-elle en prenant garde de ne pas se faire entendre des autres adultes.

George acquiesça, mais ne put s'empêcher d'esquisser une discrète moue boudeuse.

- Bien sûr que je le sais… Mais j'aurais tellement aimé qu'il finisse par comprendre qu'il a le droit de commencer une nouvelle vie. Qu'il doit arrêter de porter les erreurs de ses parents comme si elles étaient les siennes.

- Tu demandes à un Serpentard d'être prêt à mettre son honneur de côté pour s'excuser auprès de personnes dont on lui a rabâché toute son enfance qu'elles lui étaient inférieures. Il faut que tu lui laisses du temps et que tu arrêtes de le presser. Tu ne feras que le conforter dans sa certitude qu'il ne pourra pas nous supporter.

George haussa les épaules avec une certaine tristesse.

- Tu as sans doute raison. S'il ne vient pas aujourd'hui, j'arrêterai de le lui proposer.

Une nouvelle fois, Angelina pressa la cuisse de son mari avec un sourire, fière de lui. Combien de personnes auraient été capables de mettre de côté leur ressenti pour accepter de côtoyer et même de devenir ami avec quelqu'un qu'elle avait toujours considéré comme un ennemi ? George l'avait fait. Peut-être poussé par l'amitié naissante entre Angelina et Astoria qui travaillaient ensemble, sûrement parce qu'il savait quel pourrait être l'apport d'un Maître des Potions pour ses affaires. Peu importait finalement, pourquoi George avait accepté d'ouvrir sa porte à Draco Malfoy. Seul le résultat importait. De deux hommes prisonniers de leur passé et de leur douleur était née une amitié. Deux amis qui se soutenaient et se comprenaient bien mieux qu'ils ne l'auraient imaginé.

- Je suis tellement fière de tout ce que tu as réalisé, chuchota Angelina à l'oreille de son mari, tandis qu'un petit frisson traversait le corps dudit mari à ces paroles.

Un éclair amusé et un brin aguicheur traversa le regard de George qui se pencha à son tour vers l'oreille de sa femme pendant que sa main se posait discrètement sur le haut de sa cuisse.

- Ah oui ? Et vous êtes fière de moi jusqu'à quel point, petite lionne ?

Angelina frissonna à ce surnom avant d'hausser les sourcils de manière suggestive.

- A un point que vous n'imaginez pas, mon cher monsieur…

- Peut-être pourriez-vous m'en donner un aperçu avant le début du repas, dans ce cas ? proposa George de la manière la plus innocente possible.

La jeune femme jeta un rapide coup d'œil autour d'elle, vérifiant que tout le monde était toujours aussi concentré sur leurs discussions.

- Fuyons discrètement tant qu'il en est encore temps, lui dit-elle en l'attrapant par la main.

Ils avaient presque atteint la première marche de l'escalier quand la sonnette de la maison retentit.

- On attendait encore quelqu'un ? s'étonna Molly en recomptant la marmaille qui jouait sous ses yeux.

George grogna en se donnant un petit coup sur le front.

- Toujours pile à l'heure pour m'ennuyer celui-là…

Un fou rire saisit Angelina.

- Allez file, avant qu'il ne se fasse déchiqueter par ta mère sans autre semonce.

George lui vola un dernier baiser avant de s'élancer vers l'entrée du Terrier au moment même où un surpris « Malfoy ? » traversait l'air du salon. Le jeune homme ne put s'empêcher de pouffer en imaginant la tête de sa famille et pressa le pas, espérant ne pas rater tout le spectacle. Finalement Draco était venu, prêt à faire table rase du passé pour continuer à avancer. Apprendre de ce qu'ils avaient vécu sans se laisser dévorer par leurs souvenirs. Il leur en avait fallu du temps pour trouver cet équilibre. Ce jeu du saltimbanque qu'ils devaient réaliser jour après jour. Ils s'étaient soutenus l'un l'autre à chaque instant, pas toujours de la bonne manière, rarement de la mauvaise, mais ce qui comptait c'est qu'ils n'avaient jamais abandonné. Et cette confiance qu'ils s'étaient offerte mutuellement, c'était tout ce qui importait aujourd'hui.

Arrivé à l'entrée, il se faufila entre Harry et Ginny et se posta aux côtés de Draco et Astoria, tous deux silencieux et légèrement anxieux.

- Papa, maman, la famille, je vous présente Astoria et Draco Malfoy, mon associé.

Après tout, tout le monde avait droit à une seconde chance, non ? Et celle de Draco commençait à partir de ce moment. Ce moment où il avait fini par comprendre que lui aussi avait droit à cette rédemption. Bien sûr, il y aurait encore beaucoup à faire, tout ne serait pas effacé du jour au lendemain. Mais ça, ce serait un travail pour plus tard. Pour l'instant, il s'agissait de sauver Draco des griffes de sa mère et de le présenter convenablement au reste de sa famille.

Et seul l'avenir lui dirait s'il avait eu raison d'insister ainsi. Mais, quoi qu'il advienne, George ne pourrait jamais regretter aucune des actions qui l'avaient amené à apprécier Draco et sa femme. Jamais.

 

Note de fin de chapitre :

Et voilààààà :D

Alors qu'en pensez-vous ? :)

A bientôt pour de nouvelles aventures !

 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.