S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Sélections du mois


Félicitations à AliceJeanne et TeddyLunard, qui remportent la Sélection Action/Aventure !

Vous voulez revenir dans le Futur ? Lors du mois de novembre c’est possible avec la Sélection Next-Gen ! Vous avez jusqu'au 30 novembre pour lire les 10 textes proposés par les lecteurs et les lectrices et voter ici.

Et pour le mois de décembre, le thème et les textes vous attendent déjà avec la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez découvrir ces 12 histoires jusqu’à la fin de l’année et vous pourrez voter à partir de décembre. Pour en savoir plus, rendez-vous ICI !


De L'équipe des Podiums le 01/11/2022 19:00


15ème Échange de Noël


Le traditionnel Échange de fics de Noël est de retour pour sa 15ème édition !



Et cette année, vous pouvez écrire et recevoir : des fanfictions Harry Potter, des histoires originales... mais aussi des fanfictions sur d'autres fandoms ! Envie de nous rejoindre ?


Ça se passe d'ici le 31 octobre sur ce topic du forum HPF !


De L'équipe de modération le 23/10/2022 17:22


126ème Nuit d'HPF


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 126 édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 21 octobre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De L'équipe des Nuits le 16/10/2022 11:07


L'esprit de Potter par Toopil New!

[4 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Salut !

Nouvelle fic, nouveau Drarry ! Parce qu'on ne s'en lasse pas...

C'est une fic plutôt simple, pas trop sombre et assez courte !

Bonne lecture :)

Je relus le courrier une nouvelle fois, juste pour être sûr. Pas de doutes possibles. C'était bien Potter. Potter qui me demandait un rendez-vous. Mais enfin, il devait bien comprendre ce qu'il était en train de faire, non ? Il ne pouvait pas me prendre pour un autre Malefoy, quand bien même il y en aurait en Grande Bretagne. Je mettais un point d'honneur à toujours bien indiquer "Drago Malefoy" partout sur ma plaque et mes cartes de visite afin que personne ne soit surpris de me rencontrer lors de la première séance. Ce n'était vraiment pas bon pour les patients de se retrouver sans prévenir face à un ancien Mangemort. C'était l'une des règles que je m'étais fixé en acceptant de me lancer dans les études de psychomagie. Cela faisait partie de mon éthique professionnelle, et j'y tenais comme à la prunelle de mes yeux à cette éthique. Après tout, c'était grâce à elle que je m'autorisais à exercer, et j'adorais mon métier. C'était même ma plus grande fierté. J'avais réussi à construire quelque chose par moi-même, et à me reconstruire moi par la même occasion. Aujourd'hui, je faisais quelque chose d'utile, qui avait du sens et dans lequel j'étais visiblement doué au vu de ma notoriété grandissante dans le milieu de la psychomagie.

C'est donc avec un intense réflexion éthique que je me penchai sur le cas de Potter et sa demande de rendez-vous. Je ne l'avais pas vu depuis des années. 9 ans pour être exact. Depuis mon procès en fait. Mon procès où il avait témoigné en ma faveur, et un peu en celle de ma mère au passage. Bon, il avait témoigné en défaveur de mon père, mais je ne pouvais décemment lui en vouloir. Même à l'époque j'avais compris pourquoi il l'avait fait. Je n'avais en revanche pas du tout compris pourquoi il m'avait aidé moi. J'aurais pu penser qu'il s'agissait seulement d'une manière de satisfaire son sens du devoir, en disant ni plus ni moins que ce qu'il savait et ce à quoi il avait assisté. Mais il avait eu cette attitude lors de mon procès qui m'avait fait douter. Il m'avait lancé un regard sans aucune animosité et m'avait fait un petit signe de tête d'encouragement. Dès lors, j'avais compris que nous avions enterré la hache de guerre tous les deux. Certes, mais de là à me vouloir comme psychomage, c'était tout de même un pas de géant. Après un bon moment de réflexion, je saisis un parchemin et une plume et lui écrivis ma réponse. J'allais accepter de le recevoir pour une première et unique séance. Il était de toute façon très impoli de refuser une thérapie par courrier. Non, j'allais le rencontrer en face à face, écouter les raisons pour lesquelles il souhaitait me voir et le rediriger vers un autre professionnel plus adéquat. J'avais déjà quelques noms en tête. Voilà, c'était une bonne décision, me dis-je en griffonnant ma signature en bas du courrier.


Potter arriva dans mon cabinet à l'heure prévue. Il semblait un peu intimidé, mais absolument pas perturbé par le fait de se retrouver face à moi. De toute évidence, il avait bien pesé le pour et le contre avant de prendre rendez-vous.

- Bonjour Potter, le saluai-je poliment.

J'avais longtemps hésité sur comment m'adresser à lui. Le vouvoiement habituel envers mes patients aurait été bien trop étrange après des années passées à se tutoyer. Et je ne pouvais décemment l'appeler "Monsieur Potter" si je ne le vouvoyais pas. "Harry" étant hors de question, j'avais fini par me rabattre sur "Potter", en espérant que cela ne ravive pas trop de mauvais souvenirs.

- Salut Malefoy, me répondit-il bien plus familièrement.

Parfait, ces appellations semblaient convenir.

- Merci d'avoir accepté de me recevoir, marmonna-t-il.

Je hochai la tête d'un air compréhensif et je l'invitai à s'asseoir sur la chaise en face de mon bureau. Je m'installai à celui-ci.

- Alors. Pour quoi exactement voulais-tu prendre rendez-vous ?

Il se tortilla légèrement, réfléchissant par où commencer.

- Je... J'ai des problèmes qui ne passent pas et je ne sais plus trop quoi faire. Ça fait des années que je tente des choses et que rien ne fonctionne.

- Quel genre de problèmes exactement ?

Il soupira et se mit à me réciter une liste de symptômes qu'il avait visiblement fini par apprendre par cœur.

- Insomnies, crises d'angoisse, cauchemars, crises de colère, isolement, anxiété quasi constante, troubles alimentaires et absences.

Je pris note de tout cela, plus par politesse que par besoin pour un dossier que je n'allais de toute façon pas ouvrir.

- Troubles alimentaires ?

- J'ai des phases où je n'arrive pas à manger, et si j'essaie je vomis tout, expliqua-t-il un air las.

- Je vois. Et ces absences ?

- C'est... Un peu comme du somnambulisme, mais lorsque je suis réveillé.

- Ça t'arrive en dormant aussi ?

- Non, jamais.

- Mmh, murmurai-je en griffonnant à nouveau sur ma feuille.

Aucun doute, tous ses symptômes faisaient clairement penser à du stress post-traumatique, ce qui dans son cas était un passage quasi obligatoire. Mais c'était cette évidence qui me fit un peu tiquer. Le traitement de ce type de troubles était une des bases du programme de psychomagie, surtout depuis la guerre. Si cela faisait des années qu'il errait de thérapeute en thérapeute, c'était soit qu'il avait dû très mal tomber, soit que son cas était particulièrement difficile. Je reposai ma plume et posai mes avant-bras sur le bureau pour lui parler sérieusement.

- Écoute, Potter. Je te remercie de m'accorder ta confiance et d'avoir partagé cela avec moi. Mais je ne peux malheureusement pas te prendre en tant que patient. Prendre quelqu'un que l'on connaît est extrêmement déconseillé, encore plus avec un passé aussi compliqué que le nôtre. Ce ne serait pas éthique et ça risquerait de nous mettre tous les deux en difficulté.

La déception de Potter fut si évidente que j'aurais pu la sentir se répandre dans l'atmosphère. Ce n'était pas agréable, mais c'était nécessaire.

- Malefoy... tenta-t-il.

- Je connais d'excellents spécialistes qui sont parfaitement formés pour t'accompagner, l'interrompis-je en commençant à noter des noms sur une feuille vierge. Je te recommande particulièrement Mrs Yashim, c'est la meilleure pour tout ce qui est...

- Je l'ai déjà vue, m'interrompit-il à son tour d'un air toujours aussi las.

Je le regardai avec étonnement.

- Bon... Mrs Kooley est également excellente pour...

- C'est elle qui m'a conduit vers toi.

Ah. Je me sentis un peu dépassé, je dus bien l'avouer. Quant à Potter, il s'était assombri au fur et à mesure de notre échange. Je ne sus pas immédiatement comment renchérir, et il dut le sentir car il sauta sur l'occasion.

- Malefoy, j'ai tout essayé, il n'y a rien qui a fonctionné sur moi. J'ai réussi à limiter un peu la casse, mais je commence à être à court d'idées et à être très fatigué par tout ça. J'ai tenté je ne sais combien de professionnels, de méthodes... Même des trucs moldus ! soupira-t-il.

Il avait en effet l'air épuisé. De grandes cernes violettes transparaissaient derrière ses lunettes et il donnait l'impression de faire beaucoup plus vieux que son âge.

- On m'a dit que tu avais développé des techniques que tu étais le seul à maîtriser. Je voudrais essayer, affirma-t-il. C'est très prometteur à ce qu'il paraît.

Je relevai légèrement un sourcil. Il tentait visiblement la carte de la flatterie. Il me connaissait décidément bien, même si là c'était assez grossier. Et pourtant, je sentis que ça fonctionnait un peu, que je le veuilles ou non. Morgane, c'est justement pour ce genre de choses qu'il ne fallait pas que je sois son thérapeute ! Il savait que j'étais un véritable Serpentard jusqu'au plus profond de mes veines. J'étais fier et orgueilleux. Et j'avais bel et bien développé une technique thérapeutique innovante. Bien entendu, je ne pouvais pas me contenter de suivre un cursus et d'appliquer des méthodes apprises en cours. Non, il fallait que je cherche à révolutionner la pratique. L'ambition serpentardesque dans toute sa splendeur.

- Allez, Malefoy, poursuivit-il devant mon hésitation. On peut au moins essayer, non ? Et si ça ne va pas on arrête.

Je soupirai.

- Potter, tu ne comprends pas. La méthode que j'utilise est encore plus... Intime. Personnelle. C'est d'autant plus déconseillé avec des gens que je connais.

- Je me suis déjà fait triturer dans tous les sens par une bonne dizaine d'inconnus, grogna-t-il. Honnêtement, l'intimité, je commence à la voir comme secondaire.

- Bien sûr que non que ce n'est pas secondaire.

- Non, bon, ok. Ce n'est pas secondaire. Mais je ne sais vraiment pas quoi essayer d'autre !

Il me regardait d'un air désespéré que je savais sincère. Je soupirai une fois de plus.

- Bon. Je veux bien te montrer une fois à quoi ça ressemble. Tu comprendras pourquoi ce n'est pas possible. Après ça, je te trouverai un autre spécialiste.

- D'accord, mais si ça me convient on continue ensemble, tenta-t-il de négocier.

- Non, je continuerai de me réserver le droit d'arrêter quand j'estimerai que cela sera nécessaire, tranchai-je d'un ton sans appel.

Il me fixa d'un air désapprobateur, mais il finit par abdiquer, sentant qu'il ne gagnerait pas cette bataille.

- Bon, d'accord. Explique-moi ce que tu fais alors.

Je hochai la tête.

- Le principe c'est d'explorer ton esprit. Je veux dire, l'explorer réellement. Être dedans.

Il fronça les sourcils.

- C'est basé sur un sortilège inspiré de la legilimancie. Mais contrairement à cette dernière qui est particulièrement intrusive, c'est à toi de me laisser rentrer dans ta tête et de m'y guider. Je n'aurai aucun pouvoir dedans, hormis celui d'en sortir.

Cette fois-ci, il haussa les sourcils.

- Comme une super introspection en gros ?

- Oui, mais en plus poussé et accompagnée par moi.

- Et c'est à moi de nous guider ?

- Oui. Mais Potter, la partie de toi qui nous guidera sera une projection de ton esprit. Tu n'auras pas les mêmes réactions et attitudes qu'en temps normal. Dans ton esprit, tes défenses se manifestent différemment. Autrement dit, tu seras à la fois plus authentique, mais aussi plus vulnérable. Il est... Difficile de cacher des choses dans sa tête. Beaucoup de choses sont inconscientes et tu n'auras pas le recul ni le jugement pour les traiter comme tu le ferais en temps normal.

Il fronça à nouveau les sourcils et réfléchit intensément.

- Je pourrais être amené à te dire où te montrer des choses que je ne souhaiterais pas, en gros ?

Je hochai la tête. Il comprenait vite.

- C'est pour ça que c'est plus intime. Et c'est pour ça que tu seras plus vulnérable. Et c'est aussi pour ça que je dois être particulièrement à cheval sur l'éthique. Potter, tu n'as peut-être pas envie de me donner accès à ton esprit de cette manière, et je le comprendrais parfaitement.

Il me dévisagea un long moment, pesant certainement le pour et le contre.

- Ok, je veux tester.

Je le dévisageai à mon tour.

- Tu es certain ?

- Oui. Dis-moi ce que je dois faire.

Après une ultime hésitation, je me levai et l'invitai à faire de même.

- Installe-toi sur le divan.

- Le divan ? C'est pas un peu cliché ? ricana-t-il.

- Potter, tu vas quasiment t'endormir. Alors je préférais éviter que tu te rompes le cou en tombant.

- Ah.

- Allonge-toi et mets-toi à l'aise. Voilà. J'arrive.

Je sortis de mon armoire le matériel dont j'avais besoin avant de m'asseoir sur un fauteuil près de la tête de Potter.

- Bon, voilà comment je vais procéder. Tu vas boire une gorgée de cette potion, lui dis-je en lui tendant une fiole au liquide bleuté. Ça va te faire rentrer dans une sorte de sommeil qui te permettra d'explorer ton esprit.

- Comme de l'hypnose ?

- Tu connais l'hypnose ?

- Je t'ai dis, j'ai aussi essayé des techniques moldues.

- Je vois. Oui ça ressemble un peu à de l'hypnose si on veut. Les effets durent une quarantaine de minutes tout au plus avant que tu ne te réveilles, mais la plupart du temps, nous revenons avant ça.

- Comment est-ce qu'on reviens ?

- En le voulant. C'est ton esprit, Potter. C'est toi qui le contrôle, même si tu n'en auras pas forcément l'impression. J'ai aussi ça pour aider.

Je lui tendis un casque audio. Il le fixa d'un air stupéfait.

- C'est... C'est de la technologie moldue ?

- Oui. La musique t'aidera à te relaxer et fera un lien avec le monde physique. C'est plus facile pour revenir.

Il fixa un peu plus longtemps le casque d'un air songeur. Puis, il me dévisagea.

- Oui, Potter, soufflai-je agacé. J'utilise de la technologie moldue dans ma thérapie.

Il finit par détourner les yeux, et je préférais ne pas trop savoir ce qu'il se disait. Mes évolutions de mentalité depuis la guerre ne le concernaient pas.

- Une fois que tu seras dans ton esprit, je lancerai le sortilège dont je te parlais. Ce sera à toi d'accepter ou non de me laisser rentrer. Et souviens-toi que tu peux arrêter à tout moment.

- D'accord.

- Tu as des questions ?

- Non.

- Commence par boire une gorgée de ça alors.

Il obtempéra. Je lui plaçai ensuite le casque sur les oreilles et il ferma les yeux. Je m'assis dans mon fauteuil. Dès que je le sentis partir, je pointai ma baguette vers son front et murmurai la formule de ma création. Je sentis aussitôt l'esprit de Potter m'accueillir et m'attirer dans sa tête.

 

Le sol était d'une couleur difficile à définir. Claire. Mouvante. Moirée. Il semblait bouger et être statique en même temps. Des pulsations le parcouraient en vagues régulières, se déplaçant lentement tout le long de sa surface. Droit et tendu, Potter, au milieu de la pièce, semblait être l'épicentre de ces pulsations. Je compris qu'elles correspondaient aux percussions de la mélodie qui se diffusait dans ses oreilles et qu'il était le seul à entendre. Bien. C'était bon signe. Il avait gardé le lien avec la musique. C'était toujours plus facile lorsque cela se passait ainsi.

Du bout du pied, je vérifiai que le sol était stable avant de m'avancer dans sa direction. Il avait les yeux grands ouverts et regardait un point indéfinissable droit devant lui. On aurait dit l'un de ces mannequins de magasins moldus au regard éteint, dont j'ignorais pourquoi ils persistaient à vouloir les faire ressembler à de véritables humains.

- Potter ? Tu peux m'entendre ?

Comme s'il reprenait vie, il tourna doucement sa tête vers moi. Il semblait calme et distant. Il n'eut pas l'air surpris de ma présence, ce qui me mit en alerte. Les esprits sont toujours un minimum perturbés par ce qui leur est étranger habituellement.

- Malefoy ?

- Oui, c'est moi. Tu peux me voir et m'entendre ?

- Oui, répondit-il parfaitement serein.

- Bien. Tu sais où on est ?

Il leva doucement les yeux et parcouru la pièce du regard.

- Dans ma tête ?

- C'est ça. Tu veux bien me faire visiter ?

Cette approche fonctionnait toujours très bien sur les patients. Cela me permettait d'ancrer que j'étais un invité dans leur esprit, tout en les laissant me conduire là où ils le désiraient. Ils commençaient toujours par des endroits où ils se sentaient en confiance, ce qui était plus simple. Potter sourit d'un air absent, puis la commissure de ses lèvres retomba petit à petit.

- Drago, souffla-t-il doucement. Je dois rester ici.

- Pourquoi ? demandai-je en notant l'utilisation de mon prénom.

- Je suis bloqué.

Je baissai les yeux. À ses pieds, le sol avait commencé à se mouvoir davantage. Des entrelacs de matière s'enroulaient lentement autour de ses chevilles, le maintenant fermement au sol. Comme des lianes autour du tronc d'un arbre, ils grimpaient de plus en plus et menaçaient de l'engloutir petit à petit.

- Harry, répondis-je en tentant d'adopter un ton apaisant. C'est ton esprit. Tu ne crains absolument rien ici. C'est toi qui en est le maître. Tu peux bouger autant que tu veux.

- Non, Drago, poursuivit-il de son ton lointain comme si cela ne le concernait pas vraiment. Je dois rester ici. C'est dangereux.

Merlin, ça n'allait pas être facile. Non pas que je m'attendais à ce que ça le soit. Les esprits traumatisés étaient toujours remplis de défenses, et celui de Potter était sans aucun doute particulièrement meurtri. Mais être bloqué dès le début était rare.

- Tu n'es pas en danger, Harry. Tu es en sécurité, dans mon cabinet. Tu t'en souviens ?

Il marqua un silence.

- Non.

- Tu entends la musique ?

Il tendit l'oreille.

- J'entends un cœur qui bat.

- C'est ça. Il y a d'autres instruments avec, n'est-ce pas ?

Il tendit à nouveau l'oreille, les sourcils froncés cette fois-ci.

- Oui.

- C'est une musique que tu es en train d'écouter. Ça te permet de garder un lien avec le monde extérieur. Tu t'en souviens ? Tant que tu l'entends, c'est que tu es dans ta tête et que tu peux revenir à tout moment.

Il me fixa sans ciller. À ses pieds, le sol s'enroulait à présent autour de ses genoux. J'hésitai un instant. Il fallait abaisser encore un peu plus ses défenses. Je m'approchai de lui. Il ne réagit pas vraiment. Je tendis la main et attrapai la sienne. Il baissa les yeux vers celle-ci.

- Je reste avec toi, Harry. Je peux te faire revenir si besoin, tu as juste à me demander. Si tu le souhaites, si quelque chose t'embête, tu peux revenir en te concentrant sur la musique ou bien en me demandant. Mais tant que tu l'entends et tant que tu sens ma main c'est que tu n'es pas perdu ici et que tu peux t'en aller. D'accord ?

Le sol répondit pour lui. Ses pieds furent libérés sans que je ne puisse dire quand exactement. Il me regarda d'un air satisfait et hocha la tête.

- D'accord. Où est-ce que tu veux aller ?

- Je ne sais pas Harry. C'est chez toi ici. Vas où tu veux.

- D'accord, répéta-t-il.

Tenant toujours ma main, il avança droit devant lui. Il marcha un bon moment, me tirant dans son sillage. C'était assez étrange à vivre, je devais bien l'avouer. Oh, j'avais l'habitude de côtoyer des projections de personnes au sein de leur propre esprit. Cette vulnérabilité, ces réactions basiques et enfantines, cet air haguar et indifférent, rien de cela ne me surprenait. Mais une partie de moi ne pouvait ignorer le fait qu'il s'agissait de Harry Potter et qu'il me guidait tranquillement dans son inconscient en me tenant la main. Je secouai la tête et me reconcentrai. Je devais conserver une posture professionnelle.

Le monde avait changé. Mon corps n'existait plus, pas plus que celui de Potter. Devant moi, une image fixe, comme un écran duquel je ne pouvais détacher mes yeux. Comme si je ne pouvais plus tourner la tête. Ma tête n'existait plus, ce qui dans un sens rendait cela logique. La sensation de la main de Potter dans la mienne m'assura de sa présence malgré tout. Des images défilaient devant moi. Des souvenirs. Non. Des sensations. Une branche de pin et l'humidité d'une forêt. Un sorte de cristal qui roule en faisant un bruit de cliquetis. Le goût de la vanille. Ou son odeur peut-être, je ne sus le dire.

- Harry ? continuai-je à utiliser son prénom avec lequel il se sentait visiblement à l'aise. Où sommes-nous ?

- Je ne sais pas, dit-il avec un sourire dans la voix. Mais j'aime bien.

Je retins moi-même un sourire devant cette réaction innocente. De toute évidence, nous étions à un endroit où il stockait ses sensations plaisantes. C'était une bonne chose. Plus il se sentirait à l'aise et plus cela serait simple de progresser.

- Tu veux rester un peu ici ?

- Oui.

J'assistai alors à tout un tas de sensations qui défilaient en essayant de ne pas toutes les définir afin de ne pas trop les retenir. C'était l'intimité de Potter après tout. Un mélange de saveurs, de bruits, d'images, de lumières, de touchers, de musiques, de parfums assaillirent mes sens. L'une de ces sensations attira toutefois mon attention sans que je ne puisse l'ignorer. Celle de ma main dans la sienne, en cet instant. C'était étrange de sentir la même chose de deux points de vue différents en même temps. C'était difficilement descriptible, comme si la main de Potter était bien dans la mienne mais que la mienne en revanche était partout dans mon être. Je ne pus m'empêcher de trouver cela touchant qu'il soit apaisé par une sensation aussi basique, aussi primitive qu'une peau humaine. D'autant qu'il s'agissait de la mienne.

- Harry ? finis-je par l'appeler doucement au bout d'un moment. Tu veux bien me montrer d'autres endroits ?

- Si tu veux, répondit-il docilement.

Je sentis son bras me tirer à nouveau. Il me fit faire demi-tour et je me trouvais à présent dans un endroit parfaitement rouge dans toutes les directions que je pouvais percevoir. Je me sentis aussitôt tiré en tous sens, comme si des milliers de cordes émanaient du plus profond de moi et m'attachaient à l'espace où je me trouvais, me crucifiant au passage. Me forçant à garder mon calme, je fermais les yeux et respirais lentement en me répétant mon nom, mon prénom et ma date de naissance. C'était simple, mais efficace comme technique. Je rouvris les yeux beaucoup plus sereinement et entreprit d'analyser ce nouvel endroit. Quelque chose émanait de l'air autour de moi. Une vibration ? Non. Une crispation. De l'agacement. C'était une "pièce à émotion", comme je les appelais. Visiblement, ici, la colère. L'espace qui m'entourait semblait se contracter, se condenser, se densifier à certains endroits. Certainement des colères plus fortes que d'autres. Bien que l'atmosphère était menaçante autour de moi, rien ne me blessa directement. Était-ce un signe que Potter n'avait plus d'animosité envers moi ? C'était impossible à dire. L'esprit avait toujours été capable de bien plus de complexité que cela après tout. La voix murmurante de Potter me tira de mes réflexions.

- Drago... Je n'aime pas être ici... Je veux partir...

Saisissant cette opportunité, je réagis aussitôt.

- Tu le peux, Harry. Je te l'ai dit, tu as le contrôle ici. Tu veux bien qu'on aille dans un endroit important ?

- Un endroit important ? répéta-t-il.

- Celui de ton choix.

Sa main me tira à nouveau et m'arracha aux milliers de cordes qui me retenaient comme s'il ne s'agissait que de fils de soie.

Je me sentis ensuite écrasé au sol comme si je venais de tomber de très haut. Je relevai la tête et observai autour de moi. C'était une grande salle vide aux murs d'une couleur terne, oscillant entre le gris et le beige. Puis, Harry se plaça à côté de moi et sa présence fit apparaître autre chose. Un miroir. Une grande glace qui flottait en face de nous. Sans cadre, sans ornements, rien qu'une surface lisse dans laquelle nous nous reflétions tous les deux. Une fois passée la surprise de m'apercevoir tenant la main de Potter, je me tournai vers lui pour observer sa réaction. Il avait les yeux fixés sur le miroir et semblait chercher quelque chose d'un air contrarié.

- Harry ? Qu'est ce que tu cherches ?

- Moi, souffla-t-il.

- Toi ?

- Je ne suis pas là.

Je sentis que nous commencions à arriver à quelque chose d'effectivement important.

- Tu ne te vois pas ? demandai-je.

- Je ne suis pas là, répéta-t-il en fronçant les sourcils.

- Et moi ? Tu me vois ?

- Oui.

Il tendit alors la main vers le miroir. Dès que l'extrémité de son doigt atteint sa surface, celle-ci se mit à onduler comme de l'eau. Le miroir dégoulina alors doucement depuis le haut, ses reflets brillants coulant petit à petit sur le sol. À son emplacement se trouvait à présent une flaque argentée semblable à du sang de licorne.

Nous restâmes immobiles un petit moment. Je préférais ne pas trop brusquer les défenses de Potter, ne sachant pas exactement ce que tout ceci évoquait chez lui.

- Je sais ce que tu veux voir, chuchota-t-il soudain.

Je le fixai un instant, hésitant. Son regard semblait perdu très loin devant lui.

- C'est pour ça que tu viens, non ?

- Pour quoi, Harry ?

En guise de réponse, il tira une fois de plus sur ma main. Il fit un pas en avant et sauta dans la flaque brillante que le miroir avait laissée. Je fus aussitôt happé dans un nouvel espace de l'esprit de Potter.

Lorsque j'atterris, je sentis mon cœur s'accélérer furieusement et mon souffle devenir chaotique. Tout mon être m'alertait. Ce n'était pas bon. C'était dangereux. Me concentrant de toutes mes forces, j'explorai les environs. Rien. Pas simplement le noir ou l'obscurité. Rien. Une absence oppressante qui me comprima violemment, me laissant suffoquant, replié sur moi-même. Comme dans un réflexe de survie, mon esprit s'accrocha à la main de Potter. J'avais rarement été aussi heureux de ressentir un contact humain. Par Merlin, mais qu'est ce que c'était que cet endroit ? Jamais je n'avais encore perçu quelque chose de semblable. Jamais il n'y avait eu un tel vide dans l'esprit de quelqu'un. L'esprit n'aime pas le vide. Il s'arrange toujours pour le remplir d'une manière ou d'une autre. Dans un effort désespéré pour retrouver des repères, je me tournais vers là où devait se tenir Potter. Je le vis, droit, tendu, le regard planté devant lui dans une parfaite tétanie qui me rappela ses allures de mannequin moldu du début. Hormis que ses yeux semblaient hurler de détresse. Sa voix en revanche fut tout aussi calme que d'habitude lorsqu'il s'exprima.

- Ce n'est pas chez moi. Il faut partir. Je veux partir, Drago. S'il-te-plaît. Ramène-moi. Ce n'est pas chez moi. J'ai peur ici.

Des larmes s'étaient mises à couler sur ses joues. Aussitôt, en plus de l'oppression du vide de l'espace, je ressentis alors une immense peur me gagner et marteler tout mon être. Potter paniquait. Au loin, je perçus un bruit de tambour. Un cœur qui bat. La volonté de Harry de s'enfuir d'ici de toute urgence en s'accrochant à la musique, comme je le lui avais dit.

Je rompais alors le sortilège, me retrouvant aussitôt projeté très loin jusque dans mon corps, dans mon cabinet, dans le monde réel. J'étais revenu.

Note de fin de chapitre :

Petit clin d'oeil à ma fic "Un pas de plus" pour les nom des psychomages :p Faire une référence à soi-même, c'est commencer à prendre la grosse tête, non ? Tant pis...

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.