S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Sélections du mois


 

Nous affichons sur la page d’accueil de HPFanfiction les textes de Les Nerles et Catie qui ont remporté la Sélection Drago Malefoy de juin 2023 !

Pour le mois de septembre, venez lire la Sélection Eté des Fiertés LGBQTIA+ ! Vous pouvez découvrir six histoires bienveillantes et voter jusqu'au 30 septembre ici.

Et pour continuer dans une bulle de douceur, rien de tel que la sélection Feelgood, qui attend vos propositions de textes jusqu’au 30 septembre sur cette page ou en commentaire de cette news ! Vous aurez ensuite le mois d’octobre pour lire les textes et voter.

Intéressé.e par un projet de changement de format des Aspics ? Venez postuler auprès de l'Équipe, par MP à Lilychx, CacheCoeur, Tiiki ou PititeCitrouille, en réponse à cette news, ou par mail à podiums[at]herosdepapierfroisse.fr !

 

 

 

 


De L'équipe des podiums le 10/09/2023 15:53


135e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 135e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 30 septembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits et à vous inscrire !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !


De L'équipe des Nuits d'HPF le 05/09/2023 20:21


Mise à jour du règlement d'HPFanfiction


Afin de continuer de vous proposer du contenu de qualité et de renforcer notre position concernant le traitement des violences sexistes et sexuelles, le règlement du site HPFanfiction a été mis à jour ! Ces modifications sont avant tout faites pour faire du site un espace le plus sécurisant et agréable possible pour le plus grand nombre.

Les modifications concernent les points 24, 25 et 27.

Les Trigger Warnings (TW) et Content Warnings (CW) sont désormais obligatoires et les avertissements doivent être ajoutés dans les warnings de la fic et en début de chapitre. Nous comptons sur vous pour bien relire les points concernés (et pourquoi pas tout le règlement, tant qu'à faire !), ainsi que pour veiller à appliquer ces consignes.

Nous avons également créé un nouveau warning Relation toxique / abusive, et nous vous invitons à en lire la définition sur la page de définition des ratings et warnings.


De Equipe de modération d'HPFanfiction le 14/08/2023 16:59


134e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 134e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 25 août à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !

Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.

A très bientôt !


De L'équipe des Nuits d'HPF le 01/08/2023 12:14


133e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 133e édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 22 juillet à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les Nuits d'écriture en vous inscrivant ici !


Pour en savoir plus sur les Nuits, on vous explique tout sur ce topic.
A très bientôt !


De L'équipe des Nuits d'HPF le 06/07/2023 18:54


Sélections du mois


Félicitations à Amnesie et Wapa qui remportent la Sélection Personnages secondaires et tertiaires de mai 2023 !

Pour le mois de juin, venez lire la Sélection Drago Malefoy ! Vous pouvez découvrir sept histoires sur notre Serpentard préféré, et voter jusqu'au 15 juillet (prolongation de 15 jours) ici.

Pour faire suite au TransHPF Month, les Podiums vous proposent une sélection LGBTQIA+ sur trois mois. Cette sélection été des Fiertés attend vos propositions de textes jusqu’au 31 août sur cette page ou en commentaire de cette news ! Vous aurez ensuite le mois de septembre pour lire les textes et voter.


De L'équipe des Podiums le 03/07/2023 22:20


Si vis pacem, para bellum par Lyssa7

[12 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Bonjour, 

Cette fiction a été écrite en réponse au concours de Fleur d'Epine sur les Univers Alternatifs.

Pour ma part, j'ai choisi d'écrire sur un University UA, ce qui me permet également d'exploiter un sujet de société qui me tient à coeur. Comme explicité dans le résumé, il s'agit du harcèlement et de ses conséquences à travers les rumeurs infondées qui se propagent au sein des campus. J'espère être juste dans mes propos et traiter le sujet avec le sérieux qui lui est dû. 

La date du 1er mai 1998 (date de la bataille de Poudlard) est totalement voulue ! ;)

Je me suis renseignée sur certains élements d'Oxford, mais je tiens à préciser que ce récit est purement fictif donc que la grande majorité du texte n'aura aucun lien avec la réalité des lieux. Cette fiction comptera trois chapitres (mon plan est déjà conçu donc je pense partir sur du 10 000 mots max). 

Les contraintes auxquelles j'ai répondu sont les suivantes : 

 

University AU

Vos personnages sont à l'université. La magie n'existe pas.   

Contraintes :

- Une party étudiante a lieu = chapitre deux

- Une rumeur enfle = elle concerne Luna. 

- Votre personnage principal est tiraillé (par des sentiments amoureux, ses études, son job alimentaire, son avenir...) = leur avenir et leurs études opposés à leurs valeurs. 

Contraintes personnages :

- Une fratrie a une place importante dans l'histoire = Les Weasley, notamment les jumeaux, Ginny et Ron bien entendu.

- Votre texte est écrit de plusieurs points de vue différents (au moins trois points de vue) = Ronald Weasley, Susan Bones, Theodore Nott.

Contraintes temporelles :

- Le temps défile à l'envers

- L'histoire se déroule en une journée

Contraintes de lieux :

- Un de vos personnages a une cachette secrète = chapitre trois

- Une scène cruciale a lieu dans une laverie automatique = chapitre trois 

Note de chapitre:

Attention, cette fiction se lit à l'envers, c'est-à-dire que vous lirez la dernière scène et la fin de cette histoire en premier, avant de dérouler lentement le fil jusqu'au début. ;)

Vous commencerez donc par la fin de la journée avant de revenir au début. 

Point de vue de Theodore Nott
Hall du collège Christ Church
1er mai 1998
23h58


Comment en suis-je arrivé là ?


Je placarde la dernière affiche sur la porte du hall du collège Christ Church – où je suis étudiant en troisième année – avec l’air d’un condamné à mort. Comment ai-je pu me laisser entraîner là-dedans sans broncher ? Lorsque mon père – l’un des plus éminents membres de la congrégation d’Oxford – en entendra parler et saura que je suis mêlé à toute cette histoire, nous serons foutus. Morts et enterrés. Notre avenir, aussi brillant qu’il ait pu être un jour, sera définitivement détruit. Je n’aurais plus qu’à espérer qu’il ne m’envoie pas à des milliers de kilomètres d’ici. A l’heure actuelle, je prie pour devenir un magicien, un sorcier, un mage. Tout ce que vous voulez, du moment que je puisse arrêter le temps d’un simple coup de baguette magique.

― Putain, putain, putain…

A ma droite, Ronald Weasley marmonne des insultes en continu depuis quinze minutes, la tête entre les mains. Lui aussi commence à prendre conscience de l’ampleur de ce que nous venons de faire. Du fait que nous ne pouvons pas revenir en arrière. Même si nous le voulions – et ce n’est même pas le cas – nous sommes allés beaucoup trop loin. Luna Lovegood, appuyée contre l’une des poutres de l’arche qui surplombe le hall où nous nous trouvons, fume sa cinquième cigarette, les yeux dans le vague. Susan Bones, les mains tremblantes, m’observe du coin de l’œil, mais je ne cille pas. Les mots, sur cette affiche, me narguent littéralement.


Theodore Nott, prince ou imposteur ?
L’héritier aurait-il été adopté ?


Nous sommes les créateurs de cette rumeur, le point de départ. Nous quatre. Theodore Nott, Ronald Weasley, Susan Bones et Luna Lovegood. Nous en sommes les détenteurs, ainsi que de toutes celles inscrites sur des affiches et placardées dans l’université ce soir, alors que le campus est plongé dans le noir. Elles nous concernent – nous, des amis, des membres de la famille, des connaissances – et demain matin, elles circuleront dans les couloirs de chaque département, de chaque collège d’Oxford. Elles seront sur toutes les lèvres. Certaines des rumeurs que nous colportons sont vraies, mais la plupart sont fausses, amplifiées, exagérées. Vulgaires ragots de couloir visibles à la vue de tous.



Susan Bones, brillante étudiante en droit, se serait-elle dopée pour booster ses notes ?
La meilleure de sa promotion est-elle une falsificatrice accro aux médocs ?

Ronald Weasley, est-il devenu strip-teaseur pour aider ses parents à faire face aux problèmes financiers ?
Le gentil garçon cacherait-il un côté sombre ?

Pansy Parkinson, reine du campus, est-elle aussi la marquise de l’infidélité ?
Ses fiançailles vont-elles être reportées ?

Drago Malefoy, fils à papa ou vulgaire dealer de drogue ?
Pourquoi son affaire est-elle un secret de polichinelle parmi les étudiants ?

Harry Potter, faux Don Juan ?
L’élu de ces demoiselles aurait-il une préférence pour les hommes ?

 



Susan, les yeux rivés sur notre dernière affiche – celle qui vante mes mérites – glisse sa main dans la mienne. Je ne bouge pas d’un pouce, mais mes doigts se resserrent nerveusement autour des siens. Elle tente de me sourire, mais ne réussit à produire qu’une grimace. Une larme roule sur sa joue et elle l’essuie rageusement de l’index.

― Tu regrettes ? me demande-t-elle à voix basse.
― Non. Il faut au moins ça pour que ces connards comprennent et pour faire évoluer les mentalités.
― On va se faire renvoyer.
― Je sais, Susan. Je sais…
― Mais cela en valait la peine, pas vrai ? Pas vrai ?

Je ne réponds pas. Je me contente de garder la main de Susan dans la mienne et de réclamer une cigarette à Luna. Elle me doit bien ça. J’inspire une pleine bouffée de nicotine, les yeux fermés. Avec un peu de chance, je réussirais à convaincre mon père et la congrégation du bien fondé de notre action. De cette notion de justice que nous voulions amener au reste du monde, ou du moins à l’université d’Oxford. Pour que tous comprennent à quel point les mots, les rumeurs, peuvent atteindre l’intégrité d’une personne et détruire une existence en quelques phrases assassines.


Il a suffi de douze heures.
Pour que nous décidions de privilégier la justice et nos valeurs.
Au détriment de notre bel avenir.
A cause d’une seule rumeur.
Et de Luna Lovegood.

Si vis pacem, para bellum,
Si tu veux la paix, prépare la guerre.



***


Point de vue de Susan Bones
Salle d’informatique du collège St Hugh’s
1er mai 1998
22h30


Comment ai-je pu prendre une telle décision ?


Je fais signe aux trois autres d’entrer rapidement à ma suite. Nous ne devrions pas être là. Je ne devrais pas avoir pris les clés de la salle d’informatique dans la commode de ma colocataire et amie, Hannah Abbot. Elle est responsable de cette pièce et de ses équipements auprès du département et, quand elle saura ce que j’ai fait, elle me tuera. Littéralement. Je me mords les lèvres, m’excuse intérieurement envers ma meilleure amie, adresse un regard à Luna, et me dirige droit vers l’ordinateur le plus proche, Ronald et Theodore sur mes talons. Je m’installe sur la chaise de bureau et appuie sur le bouton de démarrage. L’ordinateur, dans un drôle de râle, se met en route.

― Allumez l’imprimante, ordonné-je à mes camarades. Le veilleur de nuit ne fait pas de rondes dans cette partie du collège avant 23h, mais nous ne pouvons pas nous permettre de perdre une seule minute.
― Tu comptes vraiment faire ça ? s’enquiert une dernière fois Ronald, peu rassuré, en allumant l’imprimante.
― Si tu veux faire demi-tour, Weasley… assène Theodore, en posant une main sur mon épaule dans un geste de soutien.
― Ce n’est pas ce que j’ai dit ! conteste Ron, son visage prenant une teinte rougeâtre. Nous avons fait un pacte…
― Et nous l’honorerons, terminé-je d’un ton déterminé, jetant un œil à Luna qui surveille l’entrée de la salle d’informatique.

Nous savons tous les trois pourquoi nous sommes là et pourquoi nous avons pris cette décision, même si nous courons obstinément à notre perte. Luna, qui se tient sur le seuil de cette pièce, en est l’illustration même. Si je décidais de renoncer, je serais incapable de croire en une quelconque justice, de poursuivre mes études de droit en sachant parfaitement ce qui se passe ici, à Oxford, et dans toutes les universités, les lycées, les collèges du monde entier. Et je refuse de baisser la tête, de courber l’échine face à cette réalité, à cette violence quotidienne, devenue banale, jamais comprise ni prise au sérieux par nos doyens. Et s’il faut, pour éveiller les consciences, frapper un grand coup à la manière des bourreaux, je le ferai. Nous le ferons. Il est trop tard pour Morag, et des tas d’autres étudiants qui ont préféré abréger leurs souffrances, mais il n’est pas trop tard pour elle. Luna.

La création d’une dizaine d’affiches différentes me prend une vingtaine de minutes. Nous les imprimons en quarante exemplaires, en cinq minutes de plus. Sur chacune d’elles s’étalent des rumeurs sordides. Des rumeurs qui peuvent briser une vie. Sauf que les nôtres n’ont pas pour vocation de détruire des existences, seulement d’éveiller les consciences. Dès demain, nous nous dénoncerons. Dès demain, la congrégation et l’intégralité des étudiants d’Oxford saura qui nous sommes et pourquoi nous avons fait cela. Sur chacune des affiches que je serre dans mes bras, sous chaque rumeur, s’étalent un avertissement en grosses lettres.


Et si c’était nous ?
Et si c’était vous ?
Les rumeurs tuent des étudiants !


Tandis que nous sortons de la salle d’informatique, que je la referme à clé, et que nous rejoignons rapidement le couloir d’un pas aussi silencieux que possible, Luna s’empare de ma main et me sourit. Sur ses paupières, le bleu pailleté de son maquillage luit à la faible luminosité de ma lampe torche. Devant nous, Ronald nous fait signe de nous arrêter et d’éteindre toute source de lumière. Mon coeur bat à un rythme effréné dans ma poitrine alors que je me retrouve plaquée contre le mur de pierres froides et que j’entends le veilleur de nuit siffloter dans l’un des couloirs adjacents. Dans l’ombre, nous attendons qu’il s’éloigne.



Pour que cela cesse.
Pour dénoncer les mensonges, le harcèlement, la violence, la dépression, le suicide.
Pour que tous voient enfin les traces sanglantes sur les poignets de Luna.
Pour qu’ils n’oublient pas que les mots ont un prix.


Si vis pacem, para bellum.
Si tu veux la paix, prépare la guerre.

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.