S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

Le Savant Fou - Effraction au Ministère - Deuxième Edition du concours !


Vous aviez aimé le concours du « savant fou » ? Les aurors Scamender et Gaunt sont de retour avec une nouvelle mission pour les cadets en formation!

Votre histoire sera cette fois centrée sur la médicomagie, et plus précisément sur les maladies sorcières et les accidents magiques. En effet, la communauté sorcière est en danger à cause d’un virus qui s’attaque aux noyaux des sorciers, et les forces de l’ordre ont besoin de mains supplémentaires. Etes -vous donc prêt à relever le défi et à rejoindre le bureau des aurors ? »

Les inscriptions seront ouvertes jusqu’au 16 mars 2024 . Une fois que vous serez inscrit, vous devrez choisir votre POV : écrire du côté des médicomages ou des patients.
Venez nous rejoindre au bureau des aurors . Nous avons vraiment besoin de vous ! C'est par ici pour transplaner ! !

A très vite, les cadets !


De Le Savant Fou - Effraction au Ministère ! le 24/02/2024 21:24


Journées Reviews de Février 2024 !


Aux membres d'HPF,

Les prochaines Journées Reviews auront lieu du vendredi 23 au lundi 26 février. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page jusqu'au jeudi 22 février.

A bientôt !


De Equipe des JR le 15/02/2024 22:17


141e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 141e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 23 février à partir de 20h. Venez fêtes avec nous la fête des amoureux. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !



De L'équipe des Nuits le 11/02/2024 10:09


Nuit érotique de février !


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 140e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 16 Fevrier à partir de 20h. A l'occasion de la St-Valentin, il s'agira d'une nuit érotique. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De L'Equipe des Nuits le 09/02/2024 19:58


JR de Janvier


Aux membres d'HPF,

Les prochaines Journées Reviews auront lieu du vendredi 26 au lundi 29 janvier. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page jusqu'au jeudi 25 janvier.

A bientôt !


De Journées Reviews le 23/01/2024 19:51


139e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 139e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 20 Janviet à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !



De L'équipe des Nuits d'HPF le 09/01/2024 19:07


James Sirius Potter : L'Aîné - Saison 2 par Portus New!

[25 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Deuxième partie des aventures de James Sirius Potter à Poudlard. Il est fortement recommandé de lire la saison 1 avant d'attaquer la 2.

 

 

 

N'hésitez pas à reviewer pour me donner la foi de continuer ce grand projet :)

Note de chapitre:

Hello,

 

Je suis de retour, un petit prologue pour lancer la saison 2. Il détonne un peu du reste de l'œuvre, mais j'espère que ça vous plaira  :)

       Ce premier jour de novembre était particulièrement froid et venteux sur le port de Kirkwall. Bien que son smartphone indiquait une température de -4°C, le sergent Donovan Pyke n'osait pas imaginer le niveau atteint par les températures ressenties. C'était là tout le problème de Kirkwall …

 

       Cela faisait dix ans qu'il s'était retrouvé muté comme garde-côte dans ce trou perdu. Lui qui rêvait du sud, de Douvres, et des arrivées massives de petites françaises par de chaudes journées d'été, voilà qu'il avait été envoyé au beau milieu de rien : à Kirkwall, sur l'archipel des Orcades, tout au Nord de l’Ecosse. Dix mille habitants répartis sur une centaine d'îles, et voilà que lui, le pur produit du Kent se retrouvait à surveiller des îles où il était de bon ton de parler de canicule lorsque la température atteignait les 15°C. Et cela ne se produisait que deux fois dans l'année. Le reste du temps, c'était pluie, vent, grève, brouillard et parfois les quatre d'un coup, et la neige de mi-novembre à fin février.

 

         Cette année, au vu des températures exceptionnelles basses pour un début novembre, peut être auraient ils le luxe de voir la neige se figer et geler dans le paysage avec quinze jours d'avance.

 

         Le sergent Pyke ne supportait plus rien. Pas même son équipe de bras cassés, comme il se plaisait à les appeler. Une dizaine d'hommes du rang ne pensant qu'à dormir et manger du haggis, horrible spécialité écossaise à base de panse de veau. Il classait d'ailleurs sept des dix gardes dans la catégorie “alcoolique”, tant ils faisaient une consommation excessive de bière brune d’Inverness. Pyke fumait sa cigarette sur un ponton gelé du port, sa vedette était complètement recouverte par le gel. Et ce n'est pas le soleil qui viendrait lui rendre son aspect d’origine. Il ne poindrait que vers onze heures, du moins, s'il parvenait à percer les nuages gris du ciel écossais. Et il s'en irait peu avant quinze heures. 

 

        Dans ses lettres à ses parents et amis, le sergent Pyke insistait beaucoup sur l'effet du manque de soleil sur la fatigue et la santé mentale. Il fallait y avoir été confronté pour comprendre à quel point voir au moins huit heures de soleil par jour était vital. D'ailleurs, Pyke avait récemment appris en escortant un médecin sur l'île d’Hollandstoun que les Orcades était l'endroit en Ecosse où il se consommait le plus d’anti-dépresseurs. Lui n'en prenait pas encore, il se cantonnait aux cigarettes pour calmer ses moments d'ennui intense.

 

        Il faut dire que le travail des garde-côtes dans les Orcades n'était pas des plus intenses. Outre le remorquage de quelques navires de pêche, et l'escorte de personnel de service public d'île en île, le sergent Pyke et son équipe ne croulaient pas sous le travail. D'ailleurs, ses équipiers qui tenaient la garde avec lui, par ce début de matinée, ne lui tiendraient pas rigueur s'il restait fumer une deuxième cigarette consécutive, action qu'il exécuta aussitôt qu'il en eut l'idée.

 

 

        Machinalement, il fit les cent pas le long du ponton où étaient amarrées les vedettes. Peut-etre irait-il prendre un café au bar attenant à la bicoque délabrée qui leur servait de capitainerie. Ses collègues avaient déjà dû y passer pour se siffler quelques pintes de bon matin. Après tout, la journée ne promettait pas d'être très chargée. Les remoux rendaient la pêche impossible, aucun bâteau n'était parti en pêche. La journée se résumerait à accueillir le nouveau pasteur de la paroisse de Logtell pour l'emmener vers son nouveau poste.

 

       -Il faut vraiment aimer le Seigneur pour accepter de finir sur Logtell, songea le garde-côte en ricanant tout seul.

 

        De toutes les îles des Orcades, Logtell était sans doute la pire. Paysages inexistants hormis les pythons rocheux, de vieilles masures en bois délabrées abritant une soixantaine d'habitants qui vivaient en communauté. Très pieux, ils étaient toujours rassemblés au temple. L'athée convaincu qu'était Pyke avait toujours froid dans le dos lorsqu'il devait rendre des visites sur Logtell. Il avait l'impression d'entrer en immersion dans une communauté de Hamish ou de Quakers. La population était vêtue à la mode du siècle précédent, ils s'exprimaient aussi dans un anglais d'un autre temps, et ils n'avaient de considération que pour les fêtes religieuses. Pyke n'était même pas sûr qu'un seul de ces habitants ait accès à la télévision. Le mois précédent, il dut d'ailleurs répéter plusieurs fois le nom du Premier Ministre car personne ne semblait le connaître.

 

         Après avoir enchaîné une troisième cigarette, le sergent Pyke retourna à ses affaires dans la capitainerie avant de commencer à faire chauffer la vedette aux alentours de midi. Le soleil devait supposément être à son zénith, caché quelque part par d'épais nuages noirs. Pyke s'assurait que tous les instruments de navigation étaient présents dans la vedette. Ce serait bien compliqué de naviguer en se fiant au seul ciel opaque. Heureusement, Logtell n'était qu’à une heure de navigation de Kirkwall, il n'avait donc même pas besoin de refaire le plein de carburant. Il s'alluma donc une nouvelle cigarette en attendant le clerc.

 

         Comme convenu, il était midi et demie lorsque l'homme d’Église se présenta à la capitainerie. C'était un homme de haute taille, d'âge moyen, aux longs cheveux d'un blond presque blanc et au teint hâlé. Il s'appuyait sur un long bâton orné d'un œil doré, pour marcher, et il était vêtu d'une robe de clerc de couleur pourpre. Son taxi le suivait en tirant une énorme malle de cuir montée sur roulettes.

 

        -Bien le bonjour, mon … Père ? tenta Pyke en tendant sa main pour saluer le religieux.

 

        Celui-ci éclata d'un rire aimable.

 

       -Je ne suis pas prêtre, cher ami. Dans nos coutumes, M. Le Pasteur suffit pour me parler, lui répondit le clerc en lui serrant la main avec ferveur. Enchanté, je suis le révérend Farouk Al-Khatatni.

 

       -Enchanté, M. Le Pasteur, je suis le sergent Donovan Pyke. C'est moi qui vais vous conduire qur Logtell. Vous êtes déjà venu dans les Orcades ?

 

       -C'est un baptême pour moi ! Cher ami, répondit vivement le révérend Al-Khatatni. Je viens d'Égypte. Là-bas le soleil nous fait d'horribles brûlures. Cette retraite au frais me fera le plus grand bien.

 

        Le clerc avait l'air vraiment enjoué de rejoindre ce trou à rat. Donovan Pyke n'eut pas le cœur à répliquer avec ce qu'il pensait de l'endroit où il effectuerait son ministère, après tout, ce n'étaient pas ses affaires. Le garde-côte se contenta de hausser les épaules et indiqua au religieux qu'il était temps d'embarquer.

 

         Étrangement, la traversée se déroula sans encombres. Malgré les nuages noirs gorgés de pluie et d'orage, Pyke eut l'impression qu'ils s'écartaient au passage de la vedette. Le clerc était assis en tailleur sur la banquette derrière le poste de navigation. Toujours vêtu de sa simple robe pourpre.

 

         -Vous n'avez pas froid ? Je crois que les collègues ont laissé des polaires dans la caisse à votre gauche.

 

         Mais le religieux se contentait de sourire aimablement et de rejeter sa proposition.

 

         -Je trouve votre climat … Comment dit-on chez vous ? “Vivifiant”, cher ami !

 

         Pyke se retint de répondre quoi que ce soit. Comment diable pouvait-on considérer la grêle, la foudre et le froid glacial comme vivifiants ?

 

         Il etait quatorze heures, et le soleil commençait à se coucher lorsqu'ils aperçurent les rivage rocheux de la petite île de Logtell. Pyke n'eut pas de mal à se mettre en position pour s’aligner sur l'embarcadère. Les habitants de Logtell, vêtus de leurs habituels costumes coupés à la mode du XIX ème siècle s'étaient tous rassemblés au port. Malgré le froid et la pluie, les enfants de l'île, une vingtaine, âgés de deux ans environ à l'adolescence, entreprenaient de chanter des chants choraux, dirigés par l'institutrice de l'île, une vieille dame corpulente toute vêtue de gris et portant un jabot jaune moutardes qui détonnant avec son habit terne. L'une des enfants, qui semblait âgée de sept ou huit ans, était sur un fauteuil roulant. Elle se tenait devant et battait la mesure avec une cloche. Le maire, un petit homme replet vêtu d'une queue de pie marron en velours se tenait également devant l'assemblée. 

 

        Le Pasteur semblait ravi de l'accueil et ils se précipita pour saluer le maire et remercier les petits chanteurs.

 

        -Nous désespérions d'avoir enfin un Pasteur ! s’exclamait le maire d'une voix sifflante.

 

        -D'où venez-vous ? demanda l'institutrice. D'Égypte ? Je ne savais pas qu'il y avait des chrétiens là …

 

         Visiblement gêné de la remarque, le maire poussa légèrement l'institutrice et tâcha, d'une voix forte, de continuer ses vœux de bienvenue au nouveau religieux de l'île.

 

          Ne souhaitant pas du tout s'attarder sur l'île rocheuse, le sergent Pyke commença à tourner les talons en marmonant de brefs saluts au maire et à l'institutrice, mais l'orage qu'ils avaient pu éviter à l'aller semblait s'être réveillé de plus belle. Il serait impossible de naviguer au travers dans l'autre sens.

 

          -Vous n'allez pas rentrer avec cet orage, cher ami ! Venez avec moi au temple, vous pourrez vous y reposer, vous passerez la nuit ici et vous rentrerez demain matin quand le ciel se sera calmé. Ainsi, vous pourrez assister à l'office de ce soir ! Nous célébrons la Toussaint. Tandis que tous les iliens approuvaient avec ferveur la perspective de célébrer la Toussaint, Pyke ne put s'empêcher de buffer de dégoût. Mais n'ayant pas d'autre choix, il suivit le Pasteur jusqu'au centre du hamas de masure en bois délabrées. L'une d'entre elle, plus imposante, et mieux peinte (tout en blanc) était ornée d'une croix. 

 

        -C’est donc ici ! Ce sera parfait ! s'exclama le Pasteur tandis qu'un villageois moustachu à l'air bourru tirait sa malle pour lui.

 

        Le temple était organisé autour d'une grande salle où était célébré l'office. Un autel était disposé au fond, face aux rangées de bancs en ferraille. Derrière l'autel, une porte menait aux quartiers du pasteur. Une minuscule cuisine, une chambre toute aussi minuscule permettant de juste faire tenir un petit lit en fer rouillé, et une salle d'eau attenante seraient les seuls lieux d'intimité du pasteur .

 

          -Vous n'avez qu'à vous reposer ici, lui sourit le pasteur égyptien. Je vais aller faire un tour en ville, histoire de me familiariser avec mes nouveaux amis.

 

          -Après l'office, vous n'aurez qu'à venir dormir chez moi ! J'ai une chambre toujours libre pour les hôtes de passage, je vais demander à mon épouse de vous la préparer, lui ajouta le maire de sa voix sifflante. 

 

           Et le notable et le religieux prirent congé du garde-cote tandis que celui-ci avait des sueurs froides à l'idée de passer une nuit dans cette sordide communauté.

 

           Il se força à dormir toute l'après-midi. Il ne fut réveillé qu'à l'heure du dîner par des coups frappés légèrement à la porte de la minuscule chambre du temple.

 

           Le révérend Al-Khatatni leur avait fait porter de la soupe de poisson pour dîner. Le garde-côte avala en silence sa pitance, puis alla se debarbouiller dans la salle d'eau avant de rejoindre l'office qui allait commencer.

 

          Tous les villageois étaient déjà là lorsqu'il prit place au fond de la salle.

 

           Les enfants, toujours menés par l'institutrice et la fille handicapée chantaient de nouveaux des chants religieux de leurs voix de crécelle.

 

            Ce n'est que lorsqu'ils entonnèrent le troisième couplet de leur chant que le révérend Al-Khatatni sortit de ses quartiers. Il avait troqué sa robe pourpre pour une dorée pour l'occasion. Toujours appuyé à son bâton, il traversa l'allée principale pour bénir les villageois. Il prit ensuite place devant l'autel et laissa les enfants finir leur chant avant de déclarer :

 

             -Logtell, charmante Logtell. Quelle bénédiction de pouvoir officier ici. Chargée d'histoire et peuplée de gens charmants, je suis certain que nous communierons et nous trouverons le chemin de Dieu tous ensemble, ici ! Cette arrivée ici est pour moi, un réel miracle. Ces derniers jours sont une bénédiction pour moi. Et, je veux partager avec vous tous, cette bénédiction. Tel le Christ offrit son sang à ceux qu'il aimait, buvons, car nous sommes en communion. Buvons, et ayons foi aux miracles de l’existence.

 

             Le révérend remplit plusieurs coupe de vin rouge et il s'affaira à les faire passer dans les rangs. Puis, il sortit de l'autel une dernière coupe, dorée et ornée d'émeraudes. Un tour chacun, les paroissiens prenaient une gorgée de vin avant de faire passer à leur voisin. Le pasteur se versa à son tour du vin dans sa coupe dorée. Il en but lui même une gorgée, et se dirigea vers la petite fille handicapée qui était restée sur sa droite avec la chorale. Il lui tendit avec tendresse la coupe. Un peu étonnée, la petite fille plongea ses lèvres dedans. Elle ne sembla pas vraiment apprécier le goût du vin puisqu'elle grimaça furtivement.

 

            -Logtell, l'île de tous les possibles. Logtell, l'île où les miracles s'enchaîneront !

 

           D'un geste de la main, il demanda à la chorale de redémarrer un tour de chant, cette fois rejoints par l'ensemble des adultes, il rebrandit sa coupe au dessus de sa tête, en but une nouvelle gorgée, puis s'approcha de nouveau de la petite fille handicapée. Celle-ci tendit la main pour reprendre la coupe, mais le pasteur leva de nouveau sa coupe haut vers le ciel. Interloquée, la petite fille lui fit des hochement de tête gênés pour lui indiquer que c'était impossible pour elle de se lever. Alors, le pasteur tapa le sol avec son bâton, et d'une voix rauque qui trancha avec les voix de crécelle de la chorale, il ordonna :

 

          -Lèves-toi mon enfant !

 

          Et aussitôt, et à la stupeur générale, la petite fille se leva. Tenant fermement sur ses deux jambes, elle semblait elle même étonnée de réaliser cette prouesse qui lui avait jusque là toujours été impossible.

 

          La chorale s'arrêta aussitôt de chanter. Tout le monde observait la petite fille desormais valide. Tout le monde était trop stupéfait pour hurler de joie ou de surprise, car en ce jour de la Toussaint, un miracle venait de se produire à Logtell ...

 

Note de fin de chapitre :

J'espère que vous aurez tous reconnu de qui il s'agissait ;) n'hésitez pas à me le dire en review 

Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.