S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

138e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 138e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 15 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !



De L'équipe des Nuits d'HPF le 30/11/2023 17:32


137e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 137e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Samedi 18 novembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !



De L'équipe des Nuits d'HPF le 12/11/2023 21:45


Journées reviews


Aux membres d'HPF,

Les prochaines Journées Reviews auront lieu du vendredi 17 au lundi 20 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page jusqu'au mercredi 15 novembre.

A bientôt !


De Equipe de modération d'HPFanfiction le 12/11/2023 21:43


Journées Reviews - octobre 2023


Aux membres d'HPF,

Les prochaines Journées Reviews auront lieu du vendredi 20 au lundi 23 octobre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page jusqu'au mercredi 18 octobre.

A bientôt !


De Equipe de modération d'HPFanfiction le 16/10/2023 16:00


136e Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 136e édition des Nuits d'HPF se déroulera le Vendredi 27 Octobre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !



De L'équipe des Nuits d'HPF le 15/10/2023 11:38


Changement de règlement sur la place des avertissements de contenu (TW et CW)


A partir d'aujourd'hui, la place des avertissements de contenu dans une fiction sera au choix de l'auteur·ice. Trois solutions possibles :


1 - Comme ce qui est fait actuellement, vous pourrez continuer à préciser les avertissements de contenu en note du début de chapitre concerné
2 - Ecrire la liste complète des avertissements de contenu dans la note d'histoire du premier chapitre
3 - Ecrire la liste complète des avertissements de contenu dans un premier chapitre à part, à mettre au tout début de votre fic

Dans les cas 2 et 3, nous vous demanderons d'indiquer, au début de chaque chapitre concerné "Contient un avertissement de contenu", avec le lien menant à la liste complète, afin de faciliter le travail de la modération, tout en permettant aux lecteur·ices de ne pas s'y référer s'iels le souhaitent.

Merci à vous et bonne lecture sur nos sites !


De le 06/10/2023 18:34


Dans le Cercle des Chimères par Terry

[5 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note de chapitre:

Et voici ma nouvelle fanfic ! J’espère que l’intrigue vous plaira ! Le chapitre est un peu long....Bonne lecture !!!! ^^
La pluie tombait drue. Il faisait un triste temps pour une fin de Juillet. Un temps au moral de L’Angleterre, côté sorcier. Il y avait à peine deux semaines que Albus Dumbledore avait disparu, victime de l’Avada Kedavra, le sort de la mort lancé par, à présent, un traître aux yeux de tous, Severus Rogue. Tout le monde des sorciers était en deuil, mais les plus atteints par cette tragédie était bien sûr les proches de Dumbledore. A savoir : les professeurs de Poudlard, l’Ordre du Phénix, le trio Harry/Ron/Hermione, et n’oublions pas Abelforth Dumbledore, directeur du bar « La Tête de Sanglier », dernier parent du directeur.
Chacun de son côté essayait de reprendre une vie normale après cet horrible événement, mais rien n’était plus sûr. La peur et la terreur régnaient dans tous les cœurs. Minerva Mcgonagall, devenue directrice de Poudlard désormais, se demandait si elle devait rouvrir l’école.
Après avoir été le théâtre d’une invasion de Mangemorts, les parents d’élèves seraient sûrement plus réticents à y laisser leurs enfants. Mais le plus atteint par toute cette histoire était bien le jeune Harry Potter. Il venait de perdre son mentor, la seule personne que Voldemort ait jamais craint. Il serait désormais seul dans sa lutte, seul dans sa recherche des Horcruxes. Même si Ron, Hermione, et Ginny souhaitaient l’accompagner, pour lui il n’en était pas question. Il saurait se montrer intransigeant quoique qu’il arrive. Même si il se sentait faiblir.

Un peu plus loin, dans un petit bourg, dans une maison délabrée, une jeune femme se tenait accoudée à une fenêtre. Elle regardait, sans vraiment les voir, les gouttes de pluie s’abattre sur la fenêtre du salon du 12 Square Grimmaurd.
Cela faisait un mois. Un mois que Dumbledore était mort, un mois que le Ministère de la Magie lui avait donné ce congés suite aux événements survenus à Poudlard auxquels elle avait participé – ce qui ne l’enchantait guère car elle s’ennuyait à mourir – et surtout, un mois qu’Il était parti, qu’Il ne lui avait donné aucune nouvelles de lui. Enfin, aucunes….il avait bien envoyé des Patronus pour l’Ordre du Phénix dans lesquels il rapportait les derniers événements « palpitants » de sa mission. Pour ainsi dire, très ennuyeux. Même si ses recherches n’avançaient pas vite, au moins il prenait la peine d’avertir l’Ordre continuellement. Mais pour elle, rien. Pas un mot. Comme si il pensait que le fait d’envoyer des missives pour l’Ordre suffisait pour elle. C’est vrai que ça lui permettait de savoir si il allait bien, mais ça ne suffisait pas. Pas après ce qui s’était passé.

« Flash Back »

- Nymphadora, que fais-tu ici ?

- Qu’est-ce que ça peut te faire ? Laisses-moi !

- Il ne va pas tarder à pleuvoir. Viens !

Il s’était approché d’elle. Elle était de dos, faisant face au lac. Il avait entouré sa taille de ses bras et elle s’était adossée contre lui. Elle tremblait. Il se rendit compte qu’elle pleurait. Il la rejoignit et ils pleurèrent ensemble la disparition du dernier des plus grand sorcier du monde magique.
Ils ne surent pas combien de temps ils restèrent là, à regarder l’étendue du lac. Ce n’est que quand la pluie commença à tomber, qu’ils se décidèrent à rentrer. Il l’avait prise par la taille et serré contre lui. Il n’avait jamais fait cela auparavant. Pour cacher sa surprise, elle avait fait de même. Et c’est ainsi qu’ils étaient rentrés dans l’école. Sans rien échanger. Mais parfois, les mots ne sont pas utiles. Seuls les gestes comptent.
Une fois dans le hall, il lui avait dit brusquement.

- J’ai eu peur pour toi.

Elle lui avait sourit. Elle avait compris. Néanmoins, il s’était lancé dans un long discours, traduisant l’erreur qu’il avait faite en voulant l’éloigner de lui, qu’il n’arrêtait pas de penser à elle, qu’il voulait bien mettre tous ses arguments de côté si ils n’étaient d’aucune importance pour elle, tout ça pour dire à quel point il tenait à elle. Elle l’avait écouté attentivement, et enfin, il lui avait ces trois mots qu’elle n’espérait plus entendre un jour sortir de sa bouche :

- Je t’aime Nympha.

C’était la première fois qu’il l’appelait comme ça. Par contre, ce n’était pas la première fois qu’il l’embrassait. Elle avait déjà réussi à lui soutirer deux ou trois baisers, de gré ou de force. Mais celui-ci était différent. A partir de cet instant, elle savait qu’elle ne serait plus jamais seule. Qu’il serait à présent près d’elle. Elle était loin de se douter qu’elle se trompait.
Plus tard, après avoir partagé le dîner des professeurs de Poudlard, ils étaient rentrés au QG et ne s’était pas quittés. Le lendemain, ils avaient passé la journée ensemble, loin de tout et de tous, pour oublier. Le jour suivant, en se réveillant à ses côtés, elle avait remarqué qu’il la regardait dormir depuis longtemps sans doute. Elle n’avait pas envie de se lever. Elle était bien tout contre lui, mais il le fallait. C’était le jour de l’enterrement de Dumbledore. Il l’avait serré dans ses bras, lui murmurant des paroles réconfortantes. Lui faisant remarquer par la même occasion, que ses cheveux avaient retrouvés leur couleur d’origine. C’est-à-dire rose. Mais à sa demande, elle accepta de se montrer sous sa véritable apparence. Les cheveux noirs, bouclés, lui cachant à moitié le visage. Elle lui avait sourit quand il lui avait assuré qu’elle était beaucoup plus belle ainsi. Puis, il lui avait parlé de sa mission. Lui disant ce en quoi elle consistait, que c’était pour cette même mission qu’il s’était si souvent absenté durant l’année. Elle avait eu peur en l’écoutant, mais avait été un peu plus rassuré quand il lui avait promis de lui écrire souvent. Et c’est main dans la main qu’ils s’étaient rendus à Poudlard pour l’enterrement.

Fin « Flash Back »

Une porte claqua. Sans doute celle de la cuisine. Cela la sortit de ses pensées. Ca ne servait à rien de ressasser le passé. Mais il lui manquait horriblement.

- Tonks….

Kingsley venait d’arriver. Il semblait être très embarrassé.

- Qui y a-t-il ? C’est au sujet de Remus ?

Oui. Tout le monde était au courant. Remus n’avait pas tenu à ce qu’ils se cachent et cela avait vraiment été au-delà de ses espérances.

- Non. Nous avons reçu un Patronus de sa part. Tout va bien.

Ah oui. L’éternel Patronus.

- Non. C’est à propos….de….tes parents.

Nymphadora se raidit brusquement à l’entente de ces mots.

- Mes….parents ?

Qu’allait-il lui annoncer ? Pas encore une catastrophe, par pitié ! Il n’allait pas lui dire….ce qu’elle s’imaginait. C’était impossible.

- Je suis désolé Tonks.

Non. C’était impossible. Pas ses parents. Pas après Sirius. Devrait-elle perdre toutes les personnes à qui elle tenait ?

- Comment ?.....Que s’est-il passé ?

- Bellatrix. Elle venue chez eux. Ta mère a juste eu le temps de nous envoyer un appel par la poudre de Cheminette, mais nous ne sommes pas arrivés à temps. Je suis vraiment désolé.

Elle avait du mal à assimiler. Ces parents….morts ? Bellatrix ? A cette pensée, une haine sans nom ressurgit. Celle qu’elle avait essayé d’enfouir quand son horrible tante avait tué Sirius. Kingsley préféra la laisser seule. Mais ce n’était pas du tout l’avis de Molly qui se précipita pour la prendre dans ses bras quand elle apprit la nouvelle.
Deux jours plus tard, l’enterrement de Ted et Andromeda Tonks eu lieu. Nymphadora n’arrivait pas encore à croire qu’elle avait perdu les derniers membres de sa famille qui lui restait. Elle s’était refermée sur elle-même, plus encore qu’à la mort de Sirius. Et Remus qui ne lui donnait toujours pas de nouvelles. Toujours ces Patronus à la noix. Elle avait tant besoin de lui. Elle fut tirée de ses pensées par Molly.

- Tonks ? Tu ne devrais pas rester ici sans rien faire, à te morfondre. Ce n’est pas bon.

- Que veux-tu que je fasse ? Si encore je pouvais reprendre mon travail.

- Le Ministère t’a donné le mois.

- Je sais. Mais j’ai l’impression d’être inutile. De toute façon, ça ne va pas durer longtemps.

- Comment ça ?

- Parce que je vais partir.

- Partir ?! Mais où ça ?

- Pas besoin d’être en service pour aller à la chasse aux mangemorts. Et j’ai déjà ma proie.

- Nymphadora….Ne va pas faire de bêtises.

- Je ne peux pas supporter de savoir ce monstre en vie ! Ca fait déjà 3 personnes qu’elle m’enlève. Je n’attendrais pas qu’elle m’enlève une quatrième !

- Comme, par exemple….Remus ?

- Celui là….commença-t-elle, menaçante. Je ne veux plus en entendre parler !

Molly prit un air exaspéré.

- Qu’est-ce qu’il a fait encore ?

Nymphadora ne répondit pas et sortit.

- Où vas-tu ?

- Faire un tour

- Tu viendras dîner ce soir ?

- Je verrais

- Viens ! Ce n’est pas bon de rester seule.

Une heure de marche, sous la pluie de Londres, lui permit de se remettre les idées en place. Mais elle ne pouvait s’empêcher de penser à la vengeance. Bellatrix avait beau être sa tante, les souvenirs d’elle qu’elle lui avait laissé n’arrangeaient en rien son cas. Avant qu’on ne sache qu’elle et son mari étaient de fervents Mangemorts, elle la voyait assez souvent.
Son autre tante, Narcissa Malefoy, et sa mère étaient très proches. Si Narcissa était une Mangemort, c’est plus parce qu’elle avait suivi son mari qu’autre chose. Quand son mari travaillait au Ministère, elle l’invitait avec sa mère à prendre le thé. Si Lucius avait été là, il n’aurait certainement pas apprécié de voir sa belle-sœur, considérée comme une traître à son sang par sa belle-famille, avec sa nièce au sang mêlé dans son salon. Même si Lucius la terrifiait étant enfant, Narcissa avait toujours été douce et tendre avec elle et même si c’était difficile à croire aujourd’hui, étant enfant elle adorait jouer avec Drago qui, avant, n’avait pas encore été pourri-gâté par son père. La jeune femme savait qu’ils devaient sûrement être en danger à l’heure qu’il était.
Si seulement elle savait où sa tante et son cousin se cachaient, elle aurait bien aimé les aider. Pour en revenir à Bellatrix, sa tante l’avait toujours traitée avec froideur et dureté. Elle ne la rencontrait que chez les Malefoy et cela lui suffisait amplement. Elle ne cessait de les insulter, elle et sa mère, et Narcissa avait bien du mal à séparer les deux sœurs qui en venaient généralement aux mains, ou plutôt à la baguette. Dès qu’elle le pouvait, Bellatrix ne se gênait pas pour la frapper. Et quand elle avait été arrêtée, peu de temps après la torture des Londubats, elle n’avait eu aucun regret de la voir partir pour Askaban. Non, décidément, il n’y avait rien qui pourrait lui faire regretter de se débarrasser de ce monstre. C’était tout ce qu’elle méritait.
Tout en marchant, elle se rendit soudainement compte qu’elle n’était pas très loin du quartier où se trouvait la maison des ses parents, la maison de son enfance.
Malgré quelques appréhensions, Nymphadora céda à la curiosité et se rendit dans ce qui était avant son ancien quartier. La maison de ses parents se dressait devant elle. C’était une maison toute simple, aux murs blancs et volets turquoise – elle et sa mère les avaient repeints, partageant leur goût pour les couleurs vives – et avec un petit jardin derrière. Rien n’avait changé, sauf peut-être le portail de l’entrée, se trouvant être à moitié défoncé.
La jeune femme pénétra dans la maison. Tout était exactement à sa place, sauf le salon, se trouvant être à moitié dévasté, signe que ses parents et sa tante s’étaient battus ici même.
Nymphadora pensa, avec amertume, que cela n’avait pas dû être difficile pour sa « chère » tantine de se débarrasser de son père. Sans magie, se battre était impossible. Surtout contre cette….femme, si c’en était bien une.
Nymphadora sortit sa baguette et entreprit de remettre un peu d’ordre. Un bruit derrière elle la fit interrompre son rangement. Elle se retourna brusquement, la baguette à la main.

- Désolé si je t’ai fais peur. Je t’ai cherché partout.

Kingsley Shacklebolt venait d’entrer.

- Pourquoi me cherchais-tu ?

- On m’a chargé de te remettre ceci.

Il lui tendit une enveloppe.

- Qu’est-ce que c’est ? demanda-t-elle en prenant l’enveloppe à l’étrange couleur bleutée.

- Une lettre que tes parents t’ont laissé. Les Aurors qui sont arrivés, suite à l’appel de ta mère, l’ont trouvé dans une de ses poches.

- Si elle l’avait sur elle, c’est qu’elle devait se douter qu’elle était en danger, murmura-t-elle pensivement en observant la lettre.

- Je préfère te prévenir, ce n’est pas une lettre ordinaire.

- Ah bon ? Qu’est-ce que c’est alors ?

- Une sorte de Beuglante. Mais ce n’est pas une lettre de reproche, se précipita-t-il d’ajouter en voyant la tête de Tonks. Les défunts laissent souvent ce genre de lettre dans lesquelles ils font part à leur famille de leurs dernières volontés.

- Ah oui, j’en avais déjà entendu parler, mais je n’en avais encore jamais vu.

- Bon, je vais te laisser l’ouvrir. N’oublie pas que Molly t’attend pour dîner ce soir au QG.

Nymphadora soupira en le regardant partir. Elle n’avait aucune envie de passer la soirée avec autant de monde. Elle aurait préféré rester seule chez elle. Comme d’habitude. Mais cela aurait fait de la peine à Molly, ou plutôt l’aurait rendu folle de rage.
La jeune femme, après plusieurs minutes perdue dans ses pensées, se décida enfin à ouvrir cette lettre. Quand elle la décacheta, la lettre lui échappa des mains, s’envola et se mit à flotter juste devant elle. Un parchemin de la même couleur que l’enveloppe en sortit et Nymphadora sursauta quand elle entendit une voix. Celle de sa mère.

- Bonjour ma chérie. Si tu reçois cette lettre, c’est que ton père et moi ne sommes plus de ce monde. Ecoutes attentivement ce que nous allons te dire. Tout d’abord, il faut que tu sache que cette lettre est un peu spéciale. Nous avons beaucoup de choses à te dire et je crois que beaucoup vont t’amener à te poser quantité de questions, et c’est là que cette lettre intervient. Il s’agit en réalité d’un enregistrement de nos voix, nous y avons mis une quantité d’informations. Pour les connaître, il te faudra poser les bonnes questions. Si tu n’as aucune réponse, c’est que ta question n’a pas été prévue dans l’enregistrement.

- Tu as tout suivi ? demanda une voix rieuse, celle de son père. Parce qu’avec ta mère qui explique, c’est compréhensible….il va falloir t’accrocher pour la suite !

- Ted !!!!

- C’est bon, j’ai rien dit !

- Tssss !!!!! Bon, voilà. Il y a plusieurs choses que tu dois savoir. Plusieurs choses que je t’ai caché, tu me pardonneras j’espère, je n’avais pas pensé utile de te les dire….avant. Mais il y a quelques jours, quand tu es venue nous voir à la maison, j’ai entendu une de tes conversations par poudre de Cheminette avec Molly Weasley. Elle te donnait des nouvelles d’un certain loup-garou, nouvelles qui n’avaient pas l’air de te plaire tant que ç….

- Un loup-garou ? Quel loup-garou ?

- Remus Lupin

- Quoi ?! Ma petite fille sort avec un loup-garou ?!

- Oh Ted, je t’en prie ! Et puis, tu me sembles en bien mauvaise position pour donner ton avis.

Nymphadora esquissa un sourire.

- Bon, reprit la voix de sa mère. Je vous ait aussi entendu parler du jeune Harry Potter et de ses amis, mais ce qui a capté mon attention c’est quand j’ai entendu Molly prononcer le mot « Horcruxe ». Cela m’a rappelé un vieux souvenir que je pensais avoir oublié depuis.
Il y a pas mal d’années, un après-midi, j’ai reçu ce que l’on pourrait appelé une visite « inattendue ». Regulus, mon cousin, se tenait dans le foyer de ma cheminée. Il était en sang et semblait terrifié. Il s’est littéralement effondré dans le salon. Je l’ai installé sur le canapé et je l’ai soigné.

- Regulus ? Le frère de Sirius ?

- Oui. Je sais ce que tu penses. Ce n’était qu’un traître, un Mangemort, mais c’était avant tout un membre de ma famille et il m’était impossible de le laisser ainsi, agonisant. Quand il a repris connaissance, il m’a assuré avoir quitté les mangemorts, dans une position plutôt délicate. En volant quelque chose de précieux à Tu-Sais….à Vol….à Voldemort.

- Quelque chose de précieux ?

- Un médaillon. Le médaillon de Salazar Serpentard.

- Le médaillon de Serpentard ?! Harry nous a révélé que
lui et Dumbledore étaient partis le chercher dans la caverne où Voldemort l’avait caché ! Mais c’était un
leurre dans lequel….

- Dans lequel avait été laissé un message par mon cousin. Dans sa fuite, il avait laissé croire aux Mangemorts qu’il avait abandonné le médaillon, le remplaçant en réalité par un leurre.

- Que s’est-il passé en suite ?

- Il fallait que Regulus trouve un endroit où se cacher car il était en danger. La trahison n’est pas pardonnée par Vol….Voldemort. Il m’a donc confié qu’il allait rejoindre le Cercle des Chimères.

- Le quoi ?

- Le Cercle des Chimères. Il y a de cela de nombreux siècles, nos ancêtres avaient trouvé au fond d’une forêt, une vallée chargée d’un étrange forme d’énergie. Ils s’y sont installés et comme ceci se passait à l’époque celtique, ils ont érigés des dolmens, symboles de leur culture. Ils les ont érigés sans se douter que la magie contenue dans les terres allait bientôt s’incarner dans les pierres. Bien plus tard, leurs descendants s’en aperçurent sans bien savoir ce que c’était. Ils pensaient à un don de leurs dieux et ils continuèrent de vénérer ces pierres et d’inculquer à leurs enfants le devoir de les vénérer à leur tour et de veiller sur elles.

- Attends, attends. J’ai du mal à te suivre là. Déjà, comment se sont-ils aperçus qu’il y avait de la magie sur leurs terres ?

- Un jour, on suppose, un de ces hommes a dû toucher une pierre à un endroit précis. Ceci a fait sortir de terre une pierre gigantesque, plus grande que les autres. Nos ancêtres ont encore cru à un miracle des dieux et ont taillés cette roche. Cela leur a pris de nombreuses décennies et au fil du temps, les générations défilaient et les époques aussi. Au XIVe siècle, nos ascendants ont finit par tailler dans cette roche une sorte de table circulaire autour de laquelle se réunissait les membres de notre famille. C’est là qu’avait lieu le Conseil de Famille. Mais un jour, alors qu’ils se rendaient au village le plus proche, ils ont mystérieusement disparu.

- Tous ?

- Non. Seulement les gardiens du Conseil. Ils ont disparu alors qu’ils allaient chercher de la nourriture au village voisin. C’est une des tâches que doivent accomplir ces gardiens.

- Combien sont-ils ?

- Dix. Ce sont les seuls à pouvoir s’asseoir dans le Cercle.

- Qui sont-ils aujourd’hui ?

- Aucune idée. Sûrement des personnes qui ont toujours vécu là-bas et que je n’ai jamais connues.

- Et comment ont-ils pu disparaître ainsi ?

- Personne ne le sait. Une immense forêt sépare la vallée de la civilisation. C’est en la traversant que cela est arrivé. On l’appelle la Forêt des Chimères, ou de manière moins poétique, la Forêt-Dont-On-Ne-Revient-Pas.

Nymphadora sourit.

- Je ne suis quand même pas sûre d’avoir tout bien compris. Pourquoi « Forêt des Chimères » ?

- La forêt est vivante

- Pardon ?

- La forêt est vivante. Elle ne se laisse traverser que
par des membres de notre famille.
Elle sonde tous les gens qui tentent d’y pénétrer. Si elle ne reconnaît pas un membre de la famille Black, elle s’en débarrasse.

- Quoi ?! Mais de quelle manière ?

- De la plus horrible qui soit. Elle leur envoie des images…..de toute sorte. Parfois ce sont leurs plus grandes peurs, parfois ce sont des choses pires….La forêt fait tout pour effrayer ces gens….

Andromeda s’arrêta un instant, avant de reprendre :

- Et finit par les conduire à leur perte. Ceux qui arrivent à s’en sortir sont pour la plupart en état de choc, ou deviennent fous.

- Charmant !

- N’est-ce pas ? La famille de ta mère est tout ce qu’il y a de plus « civilisé » !

- Et pour les membres de notre famille, la forêt les laisse passer sans problèmes ?

- Oui….et non. Elle s’amuse d’abord avec eux avant de les reconnaître, mais il n’est pas rare qu’elle continue à leur jouer des tours pour les tester, sans pour autant bien sûr, les tuer.

- Génial ! Pourquoi tu ne m’en as jamais parlé ? demanda-t-elle d’un ton, rempli de reproches.

- Parce que je ne pensais pas que ça te serait utile de le savoir, et puis….ce n’est pas quelque chose de très réjouissant….

- J’aurais quand même aimé être au courant ! C’est tout ?

- Non. Regulus est donc parti là-bas et on ne l’a plus
revu jusqu’à ce que l’on apprenne sa mort. Avant de partir, il m’a dit que le médaillon était un Horcruxe - sans pour autant me révéler ce que c’était - et si un jour quelqu’un cherchait le véritable médaillon de Serpentard, je devrais dire à ceux qui le cherchent que c’est lui qui l’a prit et emmené dans la vallée de nos ancêtres. Avec le temps, j’avais oublié cette rencontre. Nymphadora, si j’ai bien compris, cet Horcruxe peut vous aider à combattre Tu-Sais-Qui et comme tu es la dernière des Black, tu es la seule à pouvoir aller le récupérer !

- QUOI ?! Mais….mais….je ne suis pas la seule Black !

- Vraiment ? Tu aurais préféré que je m’adresse à Cissy ou à Bella ? Et puis, tu es la seule non corrompue ! Tu dois savoir une chose, c’est que Tu-Sais-Qui avait prit connaissance de l’existence du site mégalithique par Bellatrix et a toujours voulut s’emparer de la magie qu’il contenait. Il pensait que cela augmenterait sa puissance. Comme seul un membre de la famille Black pouvait pénétrer à l’intérieur du Cercle, il avait chargé Bella de s’y rendre et de s’emparer de cette magie. Seulement, elle ne savait pas que les pierres n’acceptaient que les personnes pures.

- Le Cercle l’a rejeté ?

- Oui et ça ne lui a pas plu, alors elle a cherché quelqu’un qui pourrait…..

La voix de sa mère s’étrangla.

- Maman ?

- Mais ta tante ne savait pas non plus que la magie dont regorgeaient les pierres n’était pas le genre de magie auquel elle croyait.

- Quel genre de magie est-ce alors ?

- Je n’en sais rien, mais pas le même genre que la notre. Ce que je sais, c’est que les gardiens devaient souvent toucher les dolmens autour du Cercle pour renforcer leur protection. Les pierres puisent la magie de leurs gardiens. Je crois que le fait que la forêt soit en vie vient de la magie des pierres. Tu arrives à suivre ?

- Oui, je crois. Si j’ai bien compris, il faut que je me rendre là-bas pour récupérer le médaillon ? Mais c’est mission impossible Maman !

- Il n’a que toi qui puisses le ramener.

- Je dois y aller seule ?

- Oui. Autrement tu mettrais en danger la vie des personnes qui t’accompagne.

La jeune femme soupira.

- Bon, je n’ai pas vraiment le choix n’est-ce pas ?

- Chérie, je pense qu’il faudrait lui dire. Elle le saura de toute façon.

- Oui, je le sais.

- Apparemment, il y a autre chose que je devrais
savoir….fit Nymphadora, d’une voix amère.

- Pour le savoir, montes au grenier et ouvre la vieille malle.

- Celle dont je n’avais pas le droit de m’approcher pour une raison parfaitement inconnue ?

- Aujourd’hui, tu sauras pourquoi.

- Mais elle est fermée à clé.

- La clé est dans le double fond de ma boîte à bijoux.

- Elle a un double fond ? Pfff !!!! C’est fou ce qu’on peut apprendre en une seule journée.

- Et tu n’es pas encore au bout de tes surprises ! annonça son père, d’une voix éteinte.

La jeune femme, après avoir trouvé la clé, monta au grenier et s’approcha de la vieille malle. Elle repoussa tous les cartons posés sur celle-ci comme si on avait essayé vainement de la cacher derrière tout un fatras. Elle ouvrit la malle et en ressortit tout un tas de paperasses et une petite boîte rose et violette.

- Qu’est-ce que c’est ?

- Ouvres la, lui dit son père d’un voix légèrement tremblante.
Nymphadora ouvrit la petite boîte. Elle contenait des photos, de très vieilles photos à en juger par l’apparence de ces parents qui avaient l’air….plus jeunes.
Tonks continua à regarder des photos, photos qu’elle n’avait jamais vu et qu’elle découvrait. Il y avait des photos montrant ses parents à différentes périodes de leur vie, des photos où elle était dans les bras de sa mère ou sur les épaules de son père, mais une photo attira brusquement son attention. Elle était différente des autres. Ses parents étaient là, affichant un grand sourire, elle était là aussi. Elle ne devait pas avoir plus de 2 ou 3 ans. Elle se trouvait sur les genoux d’un petit garçon de 6 ou 7 ans. Il avait les cheveux noirs des Black, les mêmes que les siens. Celui-ci la serrait fort dans ses bras et, de temps à autre, lui déposait un baiser sur ses cheveux ou sur sa joue. Elle riait et le serrait fort contre elle.
Nymphadora fut troublée par cette image. Elle respirait le bonheur. On était bien loin de la guerre Sorciers/Mangemorts et de tous ces massacres, de tous ces meurtres. Nymphadora éparpilla les photos. Il y en avait d’autres où le petit garçon apparaissait. Mais qui pouvait-il bien être ? Elle ne se rappelait pas de l’avoir déjà vu.
Une autre photo attira son regard. Ils étaient tous les deux assis par terre dans sa chambre.
Le garçon riait aux éclats en faisant changer son apparence, pendant qu’elle-même peinait à faire de même. Apparemment, c’était aussi un Métamorphomage. Une autre photo le montrait en train de la bercer dans ses bras alors qu’elle ne semblait pas avoir plus d’un an. La jeune femme sourit, attendrie par la scène, mais son sourire se changea vite en une expression troublée. Elle avait l’impression que quelque chose lui échappait. Et pourtant ces photos….ce petit garçon….son visage….ses expressions si familières.

- Maman ? Papa ?

- Oui….

Leurs voix semblaient moins assurées que tantôt.

- Qui….qui est ce petit garçon sur les photos ?

- Lis les articles qui sont dans la malle, lui répondit sa mère.

Nymphadora prit les morceaux de papiers à côté d’elle. C’était des articles de journaux.
Elle en prit au hasard. C’était une Une de la « Gazette du Sorcier ». Elle la lut à voix haute :

« LES MANGEMORTS ONT ENCORE FRAPPE »
« Un petit garçon enlevé dans un quartier de Londres »

Nymphadora ne se sentit pas très bien, ne sachant pourquoi. Comme un automate, elle prit un autre article :

« NOUVEL ENLEVEMENT »
« Les mangemorts s’en prennent aux enfants »

Le cœur de la jeune femme manqua un battement en lisant l’article suivant :

« LE SENS DE LA FAMILLE, PAS CHEZ LES MANGEMORTS »

« Duncan Tonks, un petit garçon âgé de 7 ans, a été enlevé par la Mangemort reconnue, Bellatrix Lestrange, alors qu’il se trouvait chez lui en compagnie de ses parents et de sa petite sœur. La Mangemort étant sa tante, Andromeda Tonks, sœur cadette de cette dernière, pense qu’il existe un lien entre l’enlèvement de son fils et l’effraction des Mangemorts dans son domicile la semaine dernière, mais a refusé de nous dire lequel. Le couple ne s’attend pas à revoir un jour leur enfant. Mais pour quelle raison ? Que cherche à nous cacher cette étrange famille ? » Suite en page 4.

- Nous ne pouvions pas leur dire la vérité. Cela impliquait trop….fit la voix de sa mère.

Nymphadora ne put empêcher ses larmes de couler.

- Comment avez-vous pu ? Comment avez-vous pu me cacher ça ? Pourquoi l’as-tu laissé faire ? Quand on la voyait….tu faisais comme si de rien n’était !!!! Et de quelle effraction parlent-ils ?

- Nous n’avions pas la force de t’en parler, reprit la voix de son père. Nous t’avons fait boire une potion d’Amnésie pour que tu oublies l’existence de Duncan. Vous étiez tellement proche l’un de l’autre et puis tu étais trop petite pour qu’on te dise la vérité. Nous avions pensé que c’était la meilleure solution. Tu étais en danger également. Quant à ta tante….

- Quand je la croisais chez Narcissa, crois-moi que j’étais prête à la tuer ! Mais j’avais peur. Elle menaçait de nous tuer tous si on la livrait aux Aurors et surtout, elle menaçait de tuer ton….frère….Pour l’effraction, reprit sa mère d’un voix plus sure, ta tante et des Mangemorts nous ont voler un parchemin que m’avait laissé Regulus et qui indiquait où se trouvait la vallée.

Nymphadora était complètement sonnée. Comment cela pouvait-il être possible ? Comment avait-elle pu oublier qu’elle avait un frère ? Elle qui avait toujours voulu avoir un aîné.

- Mais qu’est-ce que c’est que ce bins ?!

Pas de réponse. Evidemment ! Comme si il y avait une réponse à ce genre de question.

- Est-ce que….si je vais là-bas…..je le reverrais ?

- Je n’en sais rien, lui dit son père. Nous n’avons jamais eu de ses nouvelles. Bellatrix nous disait que tant que nous ne disions rien, il ne lui serait fait aucun mal, qu’il se trouvait là-bas avec les gardiens.

- Mais….quand elle a été arrêté….vous auriez pu dire la vérité aux Aurors !

- Ce n’est pas aussi simple que ça Nymphadora….

Tonks ne savait plus que faire. C’était une mission vraiment importante et périlleuse en même temps. Elle avait peur. Peur de ce qui l’attendait, peur de ce qu’elle rencontrer….là-bas.
Mais en même temps, savoir que son frère était peut-être encore en vie et la possibilité de le revoir l’attiraient fortement. Elle respira un grand coup.

- Où se trouve cette vallée ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

J'espère que ce premier chapitre vous aura plu et donner envie de lire les autres.
Je m'en vais pendant quelques jours, donc je ne mettrais pas le 2e chapitre avant le week end prochain je pense....Laissez plein de review en attendant !!!! ^^
A Bientôt !!!!
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.