S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

32ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 32e édition des Nuits Insolites se déroulera le samedi 18 février à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits en ce mois de Saint-Valentin. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic. A très bientôt !

 


De Les Nuits le 06/02/2023 15:45


128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Quand Remus rencontre Nymphadora par Nymphy

[5 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

Ah, depuis le temps que j'avais envie d'écrire sur Remus et Tonks ! Voila, il s'agit de leur rencontre. Se sera court, soit trois chapitres, cela dit, autant j'écrirai une suite mais se sera sans doute sur les moments fort de leur histoire.
Remus regarda sa main bandée. Un peu de sang avait coulé et tachait la gaze blanche. Sa dernière transformation avait encore été horriblement douloureuse. Il se sentait tellement fatigué de tout ça, de cette douleur constante, avec l'âge son corps avait de plus en plus de mal à se remettre de ses transformations successives.

Tom, le barman du Chaudron Baveur lui jeta un regard compatissant. Le bandage à sa main et les cicatrices sur son visage le faisait passer pour un type venant de se battre. Son apparence n'arrangeait rien, depuis combien de temps portait-il ces vêtements ? Un seul et même qualificatif revenait en boucle dans son esprit pour qualifier ce qu'il était : Vieux. Vieux pull, Vieille veste, prématurément vieilli, vieilles cicatrices, et il était capable d'en trouver encore beaucoup comme ça.

- Si tu veux on joue à celui à qui il est arrivé le plus de calamités mon vieux Lunard, je suis à peu prés sur d'arriver à te battre à plate couture !

- Arrête je vais pleurer, répondit-il à son vieil ami. Sirius était en train de refaire le bandage à sa main droite meurtrie par une énième morsure qu'il c'était infligée à lui-même.

Quand Sirius en eu terminé avec sa main, il reposa la petite boite en fer où été rangé les bandages sur le buffet derrière lui.

- Qu'est ce qui c'est passé ? Tu es arrivé comme une furie ?

Remus fit une grimasse.

- Bad timming. Je n'ai pas eu la potion tue-loup à temps. Il frotta ses yeux pleins de fatigue. C'est complètement idiot, heureusement que tu étais là. Arthur n'est pas trop fâché ? Au moins il n'est rien arrivé.

Cela faisait longtemps que Sirius n'avait pas eu à tenir compagnie à son ami dans son apparence de chien. Les deux jours qu'ils venaient de passer avaient été éprouvant pour tous deux.

- Pourquoi ne t'installe tu pas définitivement ici ? Je sais que ce n'est pas parfait mais tu dis toi-même que tu vis dans un appartement minable. Et ça serait quand même mieux pour toi de rester ici pendant les périodes de pleine lune, et puis avec la potion tue-loup, on t'entendrai à peine plus q'une chouette !

- Et risquer la vie des enfants ? Tu es fou, imagine s'il se passe quelque choser... Remus se renfrogna... je ne me le pardonnerai jamais... Déjà là, je n'aurais jamais du venir, c'était une erreur.

Sirius secoua la tête.

- Non tu te trompes, Arthur pense comme moi, les Mangemorts pourraient profiter de tes transformations pour essayer de te capturer. Tu es vulnérable dans ses périodes là.

Remus esquissa un sourire au mot vulnérable.

- Oh oui, c'est tout a fait mon problème ça, être vulnérable !

Mais Sirius était tout à fait sérieux, Remus le lu dans ses yeux.

- Ecoute, je ne peux pas t'obliger à emménager ici si tu ne le veux pas, mais je compte bien secouer Servilus pour que ça ne se reproduise pas, je me demande même s'il ne la pas fait exprès. Crois moi, il n'y aura aucun problème. Et puis je pourrait te tenir compagnie, un peu comme au bon...

- ...non n'évoque pas cette période, j'en ai marre de la nostalgie. Depuis le temps, on en a suffisamment fait le tour.

Sirius bailla bruyamment. L'horloge de la cuisine du 12 square Grimmauld venait juste de sonner minuit. Remus n'était pas très bavard ce soir, ce qu'on ne pouvait pas trop lui reprocher. Sirius aurait aimé en faire plus pour son ami, mais tant qu'il s'y refuserait, il ne pouvait rien faire à part être là pour soigner une énième blessure de plus.

Pensif, Remus continua son monologue.

- On ne peut pas constamment revivre en arrière. Et quand on voit ce qui reste de nous, un mort, un traître, un cloîtré, et... Il jeta un coup d'œil à son ami. Moi ? Je suis quoi moi dans tout ça ?

Sirius s'avança et lui fit une tape amicale sur l'épaule.

- Oh toi mon vieux Lunard ? Et bien, dit-il, faisant semblant de chercher aux tréfonds de son esprit quoi lui répondre. Un indécrottable optimiste ! Je te laisse, je suis levé depuis trois jours et j'ai à peine pu dormir quelques heures, entre les réunions de l'Ordre, Buck, et Kreattur que je dois empêcher de récupérer tout ce qui lui tombe sous la main... Tu sais que la chambre du troisième n'attend que toi, tu devrais aller dormir un peu. On réfléchira à tout ça demain, mais ça me ferait vraiment plaisir que tu viennes t'installer avec moi, je ne serais pas contre un peu de compagnie, ce n'est pas avec Molly que je vais boire des coups moi !

Remus acquiesça d'un signe de la tête. Il attendit que le bruit de ses pas dans l'escalier se soit tue pour attraper sa veste et sortir. Ce dont il avait envie ce n'était pas de dormir, c'était d'oublier un peu toute cette merde ambiante. La maison était remplie de membres de la famille Weasley, Sirius pouvait bien dire le contraire, Arthur aussi, il représentait un danger à chaque pleine lune. Bien sur il y avait la potion tue-loup, et un peu de compagnie ne lui aurait pas déplu. Ses pensées se mélangeaient dans sa tête, il avait vraiment besoin de prendre l'air.

- J'vous sers quoi ?

Tom restait planté devant lui, attendant qu'il se décide à commander quelque chose. Il c'était tellement plongé dans ses pensées qur'il n'avait pas fait attention à la présence du barman en face de lui depuis plusieurs minutes.

- Quelque chose de fort, j'en ai bien besoin ce soir.

Le type posa un petit morceau de carton publicitaire à l'effigie d'une marque de spiritueux sorciers devant lui. Dessus un galion apparaissait et disparaissait régulièrement, avec écrit dessus le nom de la marque en lettre de feu.

- Pur feu ?

Remus acquiesça silencieusement.

Il attrapa un verre sous le comptoir et le déposa sur la petite rondelle de carton. Puis il farfouilla derrière son comptoir et en sortit une bouteille contenant un liquide ambré. C'était une drôle de bouteille, rectangulaire à la base, ronde au centre et à nouveau carré au niveau du goulot. L'étiquette représentait une tête de sphinx rugissant constamment.

- C'n'est pas tout à fait de l'ordinaire. J'sais pas trop ce qu'ils y rajoutent, mais... Il ouvrit grand la bouche comme s'il s'apprêtait à cracher du feu. Ah ! C'n'est pas à mettre entre toutes les mains ! Mon fournisseur qui m'a dégoté ça m'a dit que j'n'avais qu'à servir ça aux types qui paraissaient un peu trop louche, que ça les calmerait vite.

La bouche de Remus forma un rictus, il était donc si pitoyable que ça ?

Le barman compris qu'il était allé un peu trop loin, et se rattrapa comme il put.

- Oh non ! Z'inquiétez pas, j'dis pas ça pour vous, mais vu votre état, ça peut pas vous faire de mal.

Remus tendis le verre pour qu'il le lui remplisse. Tom attendit qu'il en ai avalé une gorgée, curieux de l'effet que son breuvage aurait sur le sorcier.

Le liquide était sec, très fort et lui brûla la gorge, mais c'était exactement ce dont il avait besoin ce soir.

Tom satisfait de sa petite arme secrète pour sorcier déprimé (c'est ce qui était écrit sur la bouteille) s'apprêtait à la remettre là où il l'avait trouvé, mais Remus l'arrêta. Il allait garder la bouteille ce soir. Il regrettait presque que Sirius ne soit pas là, ça lui aurait plut.

Tom abandonna la bouteille sur le comptoir et repartit de l'autre coté de la salle pour suivre la discussions entre plusieurs sorciers sur les derniers résultats du Quidditch.

Remus, le regard plongé dans le fond de son verre il ne prit pas attention à celle qui venait juste de franchir la porte du pub.

- La place est libre ?

Remus releva les yeux. C'était un peu comme une apparition, il balbutia une réponse inaudible entre ses dents qui convint très bien à celle qui était devant lui. Elle se posa sur le tabouret et sans lui laisser le temps attrapa la bouteille de whisky.

Un sourire illumina son visage.

- Ah ! Celui là je le connais, la première fois que j'en ai bu j'avais volé la bouteille dans le bureau de mon père, avec une copine on c'était mise complètement raide ! On c'est pris un de ces savons quand ils nous ont découvert ! Comme on pouvait plus rentrer on avait passé la nuit à la belle étoile au beau milieu d'un champ, ils étaient tous mort d'inquiétude !

La nouvelle venue passa la tête par-dessus le bar pour attraper un verre. Elle allait se servir quand elle se rendit compte qu'elle ne lui avait même pas demandé si elle pouvait. Remus acquiesça d'un geste de la tête avant de boire d'un trait le reste du whisky et le tendit pour qu'elle remplisse le sien également.

Remus était surpris mais ne dit rien. Lui aussi avait quelques bonnes histoires de beuverie à raconter.

Il prit le temps de regarder celle qui c'était assis à ses cotés. Elle était habillée d'une façon assez spéciale, mais qui, toute compte fait lui allait plutôt bien. Une longue jupe à volant noire tombait jusqu'à ses chaussures, d'épais godillots en cuir avec toute sorte de boucles en métal. Elle portait sous sa veste de velours noir un tee-shirt violet à l'effigie des Bizzarr'sisters, un groupe de rock sorcier, sur lequel tombait un gros ceinturon d'où pendant des chaînes. N'importe qui aurait déjà trouvé son accoutrement suffisamment bizarre si un détail bien plus insolite n'avait pas attiré l'attention ailleurs que sur ses vêtements. En effet, elle avait les cheveux complètement roses. Un beau rose fuchsia vif.

Elle c'était servit un fond de verre de l'alcool et l'avala d'une seule traite, poussant un juron explicite.

- Ca c'est pas du jus de bulbe !

Remus sourit et resservit une tournée pour lui et son inconnue. Il voulait dire un truc idiot pour détendre l'atmosphère mais rien ne lui vint à l'esprit, il se trouvait même un peu ridicule. Après tout, il ne savait rien d'elle. Et si c'était une ennemie ? Son expression se figea instantanément. La jeune femme juste en face le vit bien quand il replongea la tête dans son verre ne disant plus rien.

Maintenant chacun se retrouvait devant un verre, silencieusement. C'était un peu ridicule de penser que quelqu'un viendrait l'espionner maintenant. Mais il était un peu tard, et avait fait tomber l'ambiance. Il ne savait plus quoi dire, gêné de s'être refermé comme une huître. Les quelques paroles un peu sensées qu'il lui passait par la tête s'évaporaient de sa bouche dès qu'il l'ouvrait.

Finalement ce fut elle qui rompit ce silence gênant.

- Je vous ai déjà vu par ici. Je viens de temps en temps, je... Si l'endroit avait été plus éclairé, Remus aurait pu voir la jeune femme rougir. J'aime bien l'ambiance... c'est calme le soir...

- Ca m'arrive de venir quand j'ai besoin d'un peu de tranquillité... et d'un bon verre.

Elle sourit à nouveau.

- Oui ! Et si j'avais sut qu'ils servaient des trucs comme ça, dit-elle en désignant le contenu de son verre, je serais peut-être venue plus souvent ! Je me demande comment il s'en procure tiens !

Son regard faisait des aller retour constant entre ses mains et son visage, essayant de l'observer autant qu'il pouvait sans que ça devienne trop évident. Ses mèches roses tombaient sur son front. Son visage était aussi joyeux que le sien devait être triste. Elle était habillé d'une façon excentrique, mais qui lui allait à merveille. Les volants de sa jupe s'envolait légèrement autour de ses chevilles quand un client ouvrait la porte et provoquait un courant d'air.

Ca faisait longtemps qu'il n'avait pas eu une conversation aussi anodine avec quelqu'un. Il ne fréquentait plus que des membres de l'Ordre du Phénix parlant sans cesse du retour de Vous-Savez-Qui.

En sa compagnie il discuta de tout un tas de choses. Des résultats de Quidditch, des dernières idioties qui paraissaient dans les pages du Chicaneur et même de ce qui passait dans le monde moldu. Tous deux faisant soigneusement attention à ne pas parler de ce qui pourtant agitait leur monde en coulisse.

Elle riait à ses blagues un peu idiotes et il aimait bien son sens de la répartie. Peu à peu le pub c'était vidé, il ne restait plus qu'eux et le patron qui attendait l'heure pour enfin les mettre dehors.

Une sensation étrange c'était emparé de lui.

Peut-être était ce du à l'alcool, ils avaient pratiquement vidé la bouteille, à la lueur tamisée, à cette jeune femme si particulière, mais il se sentait beaucoup plus à l'aise que tout à l'heure en face de Sirius. Plus calme, plus ouvert. Il ne saurait dire pourquoi, mais il avait confiance, un sentiment très rare ses derniers temps, où même, ces dernières années en fin de compte. Qui que cette jeune femme était, elle ne pouvait être dans l'autre camps, là-dessus ses premières craintes avaient totalement disparues.

La jeune femme avait terminé son verre. Il la resservit, et se servit ce qu'il restait de la bouteille.

- Nous n'avons même pas trinquée lui dit-elle.

- Et bien, rectifions cette erreur tant qu'il en ai encore temps.

Les verres s'entrechoquèrent provoquant un petit bruit aigu. A cet instant, alors qu'ils discutaient ensemble depuis plus de deux heures leurs yeux se croisèrent pour la première fois et il plongea dans son regard.

En une seconde il sentit que quelque de spécial venait de se passer. Un sentiment étrange et agréable, comme si ce passé qui le rongeait n'existait plus.

Et si ce soir il renonçait à porter tout ce poids sur ses épaules ? Au diable la douleur, la tristesse, le retour de Qui-Vous-Savez, et si ce soir il était juste lui, un sorcier un peu trop rapiécé à l'image de ces vêtements mais qui faisait comme si de rien n'était. Celle qu'il avait en face de lui n'avait pas l'air de faire attention à tout ça, il n'était pas si vieux en fin de compte, à trente-cinq ans on n'est pas non plus un vieillard.

En face de lui il eu l'impression qu'il c'était passé la même chose. Il ne savait même pas son nom ni elle le sien, mais cette femme était assurément spéciale, vraiment pas comme les autres.

Mais alors qu'il s'apprêtait à lui dire quelque chose que de son coté elle attendait aussi, il n'eu pas le courage de transformer les pensées en actes.

Toutes ses belles idées s'envolèrent, arrêtée par un profond sentiment de ridicule. Son âge ? Il paraissait dix ans de plus, avec ses mèches blanches, même Sirius après douze ans de cachot n'avait pas aussi usé que lui. Ses problèmes ? Allons, ça ne l'empêcherait pas à la prochaine pleine lune de redevenir cette immonde bête sauvage, quand au reste, qui sais, faire parti de l'Ordre impliquait de grandes responsabilités, il n'avait pas le droit de fuir quand d'autres risquaient leurs vies.

Non, même pour un soir il ne pouvait pas oublier. C'était impossible. Il ne pouvait fuir qui il était.

Précipitamment, il posa le verre encore plein et attrapa sa veste. Autant rentrer directement chez Sirius et enfin accepter de s'y installer.

- Désolé, on m'attend balbutia t'il. Ce n'était pas très élégant de la laisser en plan comme ça, mais il n'y avait pas d'autre solutions.

- Hé !

Il était parti comme un voleur, tant pis. Mais la jeune femme aux cheveux roses n'avait pas dit son dernier mot, il tournait au coin de la rue quand le pas de ses grosses chaussures résonna sur les pavés.

- Non mais pourquoi vous êtes parti comme ça ? Qu'est ce que j'ai fait ?

Maintenant elle lui bloquait le passage.

- Je...

Qu'est ce qu'il allait lui dire ? Désolé, mais je ne peux pas ? Et puis d'abord, qu'est ce qu'il ne pouvait pas ? Il avait imaginé toutes ces choses...

- Vous ne pouvez pas comprendre, je ne peux pas faire semblant d'être... comme vous, je ne suis pas du tout celui que vous croyez, je...

La jeune femme le regardait maintenant d'un tout autre œil, elle n'était pas fâchée, juste un peu gênée d'avoir provoqué tout ça. Etonné de cette réaction à laquelle elle ne s'attendait pas du tout. Elle le sentait tellement gêné.

- De toute façon le pub allait fermer, venez, on va marcher un peu. L'air est frais mais ce n'est pas désagréable. Elle avait dit ça d'un air malicieux. Elle lui attrapa le bras et l'entraîna dans les rues désertes de Londres. Allez, je vais vous montrer mon coin préféré, j'y vais quand j'ai pas le moral, c'est imparable !

Remus se laissa entraîné dans la course par cette fille qu'il ne connaissait pas et qu'il ne reverrait peut être jamais plus. Elle au moins ne se posait pas toutes ces questions.

Il réalisa qu'il se privait dr'être en vie depuis si longtemps maintenant.

Après plus d'une demi heure d'une course effrénée, ils arrivaient devant les grilles d'un petit parc. Remus du prendre un peu de temps pour retrouver son souffle, de son coté, elle ne paraissait même pas fatiguée.

Elle sortit une baguette et à voix basse lança un sort contre la serrure de la porte. Un cliquetis se fit entendre, la grille était ouverte.

Remus la regardait, stupéfait qu'elle n'ai pris aucune précaution devant lui. Elle le remarqua mais ne paraissait pas plus gênée que ça, haussant les épaules.

- Oh ! J'avais bien compris à qui j'avais à faire, pas vous ? Allez, venez.

Il se sentit un peu bête. A nouveau elle l'entraîna par le bras.

Le spectacle était à la hauteur, sans conteste. Il ne s'en était pas rendu compte, mais pendant tout le trajet ils avaient pris de la hauteur et de cet endroit on surplombait tout. Les lumières se transformaient en une multitude de petits points scintillants, certains clignotaient, d'autres s'évanouirent dans le noir pendant que de nouveau apparaissaient. Devant ses yeux il y avait tout le réseau de la ville, une sorte de quadrillage complexe. Chaque point de lumière était comme une vie. Certains immobiles, certains en mouvement constant. Un spectacle véritablement grandiose que ce soir elle partageait avec lui.

- J'aime beaucoup venir là à la nuit tombée, c'est si calme. Et puis, elle se retourna désignant un petit immeuble victorien, j'habite juste en face, alors, je peux y aller tout le temps.

Alors Remus Lupin fit ce qu'il n'avait pas fait depuis une éternité, il rassembla tout son courage, attrapa son inconnue par la taille pour l'attirer tout contre lui et là, à l'abris des regards, tous deux enveloppés par la nuit, il l'embrassa tendrement.
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.