S'identifier | | Identifiants perdus | S'enregistrer |
Lien Facebook

En savoir plus sur cette bannière

News

128ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 128e édition des Nuits d'HPF se déroulera le vendredi 20 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits comme bonne résolution pour 2023. vous inscrire !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A très bientôt !


De Les Nuits le 12/01/2023 23:25


Sélections du mois


Félicitations à MadameMueller, Lossifovna, CacheCoeur et Juliette54qui remportent la Sélection Fanfictions Longues !

Et pour le mois de janvier, venez lire la Sélection Remus Lupin ! Vous pouvez découvrir ces cinq histoires et voter jusqu'au 31 janvier ici.

Persévérance, loyauté, courage… Les valeurs de Hermione Granger vous inspirent-elles ? Lors du mois de février mettez-les à l’honneur lors la Sélection Hermione Granger ! Vous avez jusqu'au 31 janvier pour proposer des textes (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/01/2023 19:18


31ème Nuit Insolite


Chers membres d'HPF,


Nous vous informons que la 31e édition des Nuits Insolites se déroulera le vendredi 16 décembre à partir de 20h. N'hésitez pas à venir découvrir les nuits pour la dernière de 2022. vous inscrire !


Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.


A très bientôt !



De Les Nuits le 16/12/2022 12:52


Sélections du mois


Félicitations à CacheCoeur, Bloo et Kuli qui remportent la Sélection Next-Gen !

Et pour le mois de décembre, venez lire la Sélection Fanfictions longues ! Vous pouvez encore découvrir ces 12 histoires et voter jusqu'au 31 décembre ici.

Vous aimez les fourrures à poil doux ? Lors du mois de janvier vous en trouverez une toute douce avec la Sélection Remus Lupin ! Vous avez jusqu'au 31 décembre pour proposer des textes sur notre loup-garou favori (vos deux fanfictions favorites, ou votre favorite si elle fait plus de 5000 mots) sur ce thème. Pour ce faire, rendez-vous ici ou bien répondez directement à cette news.


De L'équipe des Podiums le 02/12/2022 20:53


127ème Nuit d'écriture


Chers membres d'HPF,

Nous vous informons que la 127 édition des Nuits d'HPF se déroulera le samedi 19 novembre à partir de 20h. Vous pouvez dès à présent venir vous inscrire.
Profitez du nanovember pour (re)découvrir les nuits !
Pour connaître les modalités de participation, rendez-vous sur ce topic.
A bientôt !


De Les Nuits le 15/11/2022 18:50


Journée Reviews de novembre !


Les reviews, vous aimez en écrire et en recevoir ?

Entre deux textes pour le nano, nous vous invitons à participer à la Journée Reviews de novembre qui aura lieu du vendredi 18 au lundi 21 novembre. Vous pouvez venir vous inscrire sur cette page du forum jusqu'au mercredi 16 novembre. On a hâte de vous accueillir avec une bonne tasse de thé, des gâteaux et de nouveaux textes à découvrir !

A très vite !


De Le duo des Journées Reviews le 05/11/2022 20:37


Les lèvres bleuies par Dud

[26 Reviews]
Imprimante Chapitre ou Histoire
Table des matières

- Taille du texte +
Note d'auteur :

On les appelait les enfants de la neige. Parce qu'hormis leurs lèvres bleuies, aucune touche de couleur n'habitait leur pâle visage... Très pâle... Trop pâle pour être naturel...

On les appelait les enfants de l'espoir. Parce qu'étant condamnés, ils possédaient une envie de vivre débordante. Parce que sans l'ombre de la mort qui plane au dessus de soi, on ignore ce que signifie être vivant...

On les appelait les enfants de l'oubli. Parce qu'on ne parlait jamais de leur cas en public, de cette réalité qui dérange. Parce qu'ils grandissaient seuls dans leur chambre, au fin fond de leur hôpital, entre des murs d'ignorance...

On les appelait les étoiles filantes. Parce qu'ils illuminaient la vie sans s'y attarder. Parce qu'ils repartaient aussitôt vers l'infini néant...

On les appelait des malades. Parce qu'un cancer de la magie vitale les rongeait de l'intérieur. Parce qu'un tuyau habitait leurs veines et qu'un respirateur gonflait leurs poumons...

On les nommait des enfants avant tout. Parce que Côme et Aylee-Rose n'auront pas le temps de grandir. Enfants de l'éternité...

Ephémères flocons de neige tombés sur des draps immaculés...

Ephémères.
Note de chapitre:

Disclaimer: Si vous êtes anglaise, blonde, riche et si vous vous appelez JK Rowling, veuillez me pardonner pour vous avoir emprunté vos personnages et de les avoir massacré avec ma plume indélicate. Je tenterai de les remettre en état après cette ébauche de texte...

Avertissement: Si vous êtes particulièrement crétin, mou du cerveau, petit d'esprit, si vous n'avez pas vu les signes Slash, PG-12 et UA avant de venir ici, si vous ne supportez pas l'idée que deux hommes puissent faire autre chose ensemble qu'une partie de foot et si vous êtes homophobes, veuillez contacter d'urgence le poste de police le plus proche en appuyant sur la croix rouge au coin supérieur droit de votre écran.

Remerciements: Si vous avez une patience d'ange, un oeil vif pour détecter mes fautes et une boite mail saturée par mes harcèlements incessants et si vous vous appelez Carmy, alors je suis ravie de vous apprendre que ce texte vous est dédié de la première majuscule au dernier point. Merci.

Note de la gribouilleuse: Bonjour à tous!

Certains d'entre vous reconnaîtront certainement cette fic. Elle avait en effet été postée un quart de jour à la réouverture du site, mais il m'était apparu que je n'avais guère de temps à l'époque pour la remettre totalement à jour (elle est plus avancée sur d'autres sites), donc elle avait rejoint le monde des fics mortes...

Bref, ceci n'a pas la prétention d'être du grand art. Ceci n'a même pas la prétention de mériter être lu ou commenté, pas plus que le prologue placé en note d'histoire (le truc informe en italique, oui...)

Pour conclure, que Molière, Baudelaire, et tout un tas d'autres auteurs français finissant en "ère" pour la rime, m'excusent de tuer ainsi leur belle langue. Sachez seulement que contrairement à eux, on ne parlera plus de moi après ma mort, donc j'ai tout le loisir de tuer ces si jolis mots, cela n'aura aucune incidence majeure par la suite!

Enjoy!


oOo
• Chapitre un •


Drago Malefoy était l'incarnation même de la distinction. Né avec une baguette en or dans la main et élevé dans la plus pure tradition aristocratique, il s'était tout naturellement tourné vers l'université et des études de prestige. Il avait obtenu son diplôme de médicomage en quatre ans seulement et deux années supplémentaires lui avaient été nécessaires pour se faire un nom dans la profession, le plaçant ainsi dans la courte liste des espoirs de la médecine.

Drago Malefoy était talentueux et passionné. Et par-dessus tout, il connaissait le prix à payer dans ce métier. Il savait qu'il n'arriverait nulle part sans sacrifice. Mais Drago Malefoy donnerait tout pour son travail. Quoi de plus normal pour le fils d'un des médicomages les plus côtés d'Angleterre?

Rien ne semblait donc pousser le jeune Malefoy à songer à la mutation professionnelle, dans un pays où sa réputation était toute à refaire, qui plus est. Et pourtant, le voici à présent face à son destin: l'hôpital national de Sydney, en Australie.

La bâtisse était camouflée aux yeux des moldus par un bras de mer, étant située sur un îlot uniquement accessible via les quelques Portoloins disséminés dans toute l'Australie. Entouré de plages et de palmiers, l'endroit avait tout d'une île paradisiaque, hormis le fait que des centaines de gens s'éteignaient là chaque mois.

Les murs de l'hôpital avaient été ensorcelés d'un charme régénérateur visant à accélérer le rétablissement des malades. Ce sortilège n'était visible que par les fines rainures dorées qui entouraient le bâtiment et reflétaient le soleil océanien. Le seul signe extérieur de modernité de cet hôpital était la verrière servant d'accueil aux visites.

Sous ce soleil de plomb matinal, Drago se baffa mentalement d'avoir revêtu un col roulé noir avant de transplaner d'Angleterre. Drago mit cela sur le coup de la précipitation, se jurant de ne plus commettre pareille erreur à l'avenir. Drago Malefoy détestait l'échec. Tout devait toujours se passer comme prévu... Même si cela n'était jamais le cas.

Drago Malefoy rajusta sa besace sur son épaule et entreprit de se rendre vers les portes vitrées de ce nouveau lieu de travail, encore inconnu pour lui et faisant certainement deux fois la taille de Sainte Mangouste. La porte transparente se volatilisa à son arrivée et il pénétra dans la salle d'accueil en quelques claquements de talons. Les lumières tamisées de la salle se reflétèrent sur mes chaussures vernies de Drago et une odeur aseptisée envahit ses narines.

Devant lui, une secrétaire s'affairait à ses papiers, ne daignant même pas lui adresser un coup d'œil. Drago fit claquer le bout de ses doigts contre le bureau de bois ciré afin de signaler sa présence. En retour, il ne reçut qu'un "Qu'est-ce que vous voulez?" agacé.

-Bien, Mrs Lavande, c'est...

-Comment vous connaissez mon prénom? coupa virulemment la secrétaire. Vous êtes des Aurors, encore? Je vous ai déjà dit que je n'ai rien à voir avec les trafics de Seam'!

-Votre prénom était inscrit sur votre badge!

La voix de Drago claqua dans l'air tel un fouet et fit refroidir la température ambiante de quelques degrés. Un froid polaire s'abattit entre les deux adultes. La secrétaire ravala sa salive, s'étant trouvé un adversaire trop for pour elle, et s'excusa:

-Oubliez ce que je viens de dire! Qu'est-ce qui vous amène, mon mignon? fit-elle en mâchant son chewing-gum.

-Je suis là pour mon premier jour...

-Et voilà! Encore de la bleusaille!

-Et je voudrais savoir où dois-je me présenter, continua Drago sans se laisser démonter par ces interruptions intempestives.

-Quel service? s'enquit la jeune femme d'une oreille distraite.

-Cancérologie pédiatrique, c'est ma spécialisation.

-Contente pour vous!

-Je me passerai de votre ton sarcastique! tonna Drago, de plus en plus irrité de perdre ainsi son temps.

-Quatrième étage. Vous l'auriez su si vous aviez regardé les panneaux à l'entrée avant de venir me déranger! Demandez le médicomage Granger, elle vous renseignera votre casier et votre tenue de travail...

-Merci de votre aide. Bonne journée, conclut Drago en tournant les talons, sa besace flottant toujours à ses côtés.

-Et faites attention à l'ascenseur, il est parfois mou du ciboulot, si boulot il y a... Ha, elle est bonne, hein? s'esclaffa la femme dans le vide.

Drago reçut parfaitement le message. Fidèle à sa volonté de ne jamais confier sa vie entre les mains d'un tas de ferraille, il partit à la conquête des escaliers aux murs couverts de panneaux indicatifs. Effectivement, regarder lesdits panneaux lui aurait fait économiser un temps considérable. Drago serra les points. Encore une imperfection à cette journée!

En chemin, Drago ne croisa que quelques familles de malades. L'hôpital était étonnement calme, l'heure des visites n'étant arrivée que depuis une petite dizaine de minutes en ce début de journée. Pour Drago qui avait quitté l'Angleterre en pleine nuit, le décalage horaire de neuf heures était déstabilisant.

Arrivé au quatrième étage, le médicomage arrêta la première personne qu'il croisa. La jeune femme en question portait la cape et le chapeau blancs typiques aux médicomages. Ses cheveux bruns étaient recouverts dudit chapeau et son visage, sévère et carré était en partie masqué par souci anti-bactérien. Drago n'eut donc aucun mal à l'identifier comme étant du personnel médical.

-Excusez-moi, je cherche le médicomage Granger, s'il vous plait, fit poliment Drago.

-Mr Malefoy je présume?

-Lui-même! Comment savez-vous qui je suis?

-Vous êtes en retard, tonna la jeune femme. Et pour votre information: le médicomage Granger, c'est moi!

-Oh, s'étonna Drago.

-Cela vous surprend? s'enquit la femme d'une voix froide. Laissez-moi deviner. Encore un de ces machos qui croient que seuls les hommes sont admis dans le cercle très privé des médicomages qualifiés!

-Je ne me permettrais pas, croyez-moi.

-Tant mieux. Le travail, c'est le travail. Vos idées préconçues, vos problèmes personnels et votre fierté, vous la laissez au casier avant de prendre votre service. Est-ce clair?

-Limpide!

-Bien, dans ce cas, il est temps pour moi de vous indiquer votre casier et la salle du personnel. Vos patients de sont pas encore réveillés, vous ferez leur connaissance plus tard dans la journée. Les potions les assomment, ces pauvres gosses.

La médicomage les conduisit dans une salle minuscule à proximité des escaliers. Les murs avaient une horrible couleur turquoise, mais il y avait des fauteuils confortables, un distributeur de café et des casiers munis d'un sort d'inviolabilité. Drago se dit que ce n'était pas le grand luxe pour les pauses, mais comme il n'en prenait que rarement, cela ne lui pausait pas de problèmes.

-Bien, passons dès à présent aux dossiers de vos patients... Premièrement, celui de la jeune Leann Marshall. Elle a douze ans et a subi il y a peu une injection de magie pure. Elle semble s'adapter assez bien. Elle semble avoir fait une crise involontaire de magie. Pour une ancienne Cracmol, c'est bon signe...

-Ses constantes?

-Elles sont bonnes et elle pourra certainement sortir très vite. Il faudra seulement veiller à ce qu'elle ne reprenne pas trop de poids. Elle avait subi un régime pour pouvoir subir l'intervention, précisa Granger.

-Bien, je verrai par moi-même son évolution... coupa Drago, ayant assez de données pour le moment.

- Ensuite, nous avons Ashton Cramer, deux ans, atteint d'une tumeur à la partie du cerveau donnant l'information pour le flux de magie...

Drago Malefoy écouta d'une oreille attentive les explications de la jeune femme. Les patients et les informations à assimiler défilèrent à une vitesse impressionnante mais il ne s'en inquiéta pas. Il était dans son élément et un coup d'œil dans les dossiers comblerait ses trous de mémoire.

-Passons maintenant au sujet qui, je me doute, vous intéresse le plus. Les enfants de la neige...

-Je préfère les enfants de l'espoir, corrigea Drago d'un ton sec.

S'il y avait bien un point sur lequel il était susceptible, c'était celui-là. Les enfants de l'espoir. Drago se redressa dans son siège. La partie la plus intéressante -et celle pour laquelle il était là- avait commencé.

-Bien, contentons-nous de leurs prénoms, dans ce cas. Aylee-Rose Davidson, un an, est arrivée ici peu avant qu'on ne vous contacte pour vos services. Ses parents sont encore sous le choc du diagnostic. Sa maladie est à un stade encore peu avancé et ses sautes de magie sont rares.

-Le calme avant la tempête... nota calmement Drago.

-Ensuite, le petit Côme Antwon Potter, dit Commy pour les intimes. Il a cinq ans, maîtrise le jargon médical à la perfection et connaît cet hôpital mieux que quiconque. Normal, il n'a jamais vécu qu'ici. Il est sous transfusion et aide respiratoire en permanence. Son état est déjà très avancé. La magie vitale a déjà rongé un de ses reins et sa tension se dégrade...

-Espérance de vie?

La médicomage ne répondit pas mais son silence en disait long. La jeune femme baissa la tête et chercha ses mots un instant, ne sachant trop par où commencer.

-Ecoutez, il faudra prendre des gants pour ce dernier dossier. Vous savez, Côme, on l'a tous vu grandir ici. Même si on sait tous comment cela va finir, on ne veut jamais en parler. De plus, le père du petit est célèbre...

-Riche héritier? Homme politique?

-C'est un monument du Quidditch australien. Harry Potter, je suppose que vous en avez déjà entendu parler...

-Bien sûr! Même à l'autre bout du monde il est connu pour ses pointes de vitesse! répondit Drago d'un ton enthousiaste.

-Tiens donc, c'est la première fois dans cette conversation que vous montrez un tant soit peu d'énergie. Le sport vous botte, apparemment! s'étonna Granger.

-Je suis juste un admirateur de la beauté du Quidditch. Les hommes sur les balais sont tellement plus élégants! Le phénix qui déploie ses ailes...

-Mais qui sur terre boite comme un infirme!

-Ha, vous connaissez aussi Baudelaire? s'étonna Drago.

-Disons que la littérature m'intéresse plus que ces sports de barbares, aussi élégants soient-ils. Quoiqu'il en soit, prenez vos pincettes avec Côme Potter. Jamais ici la notion de secret médical n'a été aussi importante. Rien ne doit filtrer à la presse. Ce gosse est déjà assez sous les feux de l'actualité comme cela...

-Message reçu, confirma Drago en se levant de son siège.

-Bienvenue dans notre service, Mr Malefoy. Nous sommes ravis d'accueillir quelqu'un de votre envergure parmi nous, fit la jeune femme en lui tendant la main.

-Vous savez que la seule raison pour laquelle j'ai accepté votre proposition, ce sont les enfants de l'espoir. J'ai fait de cette maladie mon ennemi principal et je compte bien l'abattre...

-Vos nouveaux collègues devraient bien en prendre de la graine! Vous ferez leur connaissance demain. Pour le moment, une réunion les occupe. Mais croyez-moi, ils étaient impatients de savoir à quoi ressemblait le petit nouveau.

-Que les choses soient claires, prévint Drago. Tout ce qui m'importe, ce sont leurs compétences! N'attendez pas de moi d'aller prendre un pot entre collègue, pas plus que de discuter des potins du jour autour d'un café durant l'heure de pause. Je n'en prends jamais, ça casse mon élan et surtout, je n'ai que faire de la vie des autres médecins.

-Vous n'avez pas l'air de vouloir avoir une bonne entente entre collègue!

-Je ne mélange jamais vie privée et travail!

-C'est un bon état d'esprit. Mais croyez-moi, une fois que vous aurez croisé Aylee-Rose et Côme, vous aurez du mal à ne pas vous y attacher!

Drago se jura à cet instant de ne pas s'y attacher. Il ne referait pas deux fois la même erreur. Drago était du genre à retenir la leçon car les imperfections, il les bannissait de sa vie. Tout devait être un long fleuve tranquille et prévisible. Et par-dessus tout, il ne voulait pas fuir une fois de plus.

Parce que la fin de cette histoire, il ne la connaissait que trop bien. La neige finit toujours par fondre. Mais si les sentiments s'en mêlaient, il perdrait une fois de plus contrôle de la situation. Et ça, il se le refusait! Tout devait filer droit.

Lentement, Drago se leva lentement, mettant ainsi fin à cette entrevue. La jeune femme le suivit dans son geste puis lui serra professionnellement la main. Elle se permit ensuite le luxe de laisser échapper un sourire.

-Je sais que vous voulez rester le plus professionnel possible. Mais par pitié, appelez moi Hermione. Les conventions sont faites pour être enfreintes!

-Très bien, Hermione. Je vous reverrai demain pour le début des festivités.

La jeune femme regarda Drago Malefoy sortit avec distinction de la salle. Avec son visage fin, son caractère bien trempé, ses vêtements de marque et sa besace, Drago Malefoy ne ressemblait en rien aux médicomages qu'elle avait pu croiser auparavant.

Hermione en était sûre, ce nouveau venu dans le monde de l'hôpital allait leur réserver de sacrées surprises. C'était les infirmières qui s'en donneraient à cœur joie durant leur pause. Le nouveau sujet de commérage était entré dans l'arène... ne restait plus qu'à attendre la suite de l'histoire...

oOo

L'homme entra à pas de loups dans la salle. L'enfant semblait dormir, mais il savait qu'il n'en était rien. Elle l'avait certainement attendu toute la journée, ce n'était pas pour s'endormir maintenant.

Effectivement, à peine eut-il relevé la couverture pour cacher les épaules de l'enfant que le frêle corps se retourna vers lui. Deux yeux quasi transparents le fixèrent un instant et une fine bouche bleuie trouva la force de murmurer:

-Dites, Mr Drago? Est-ce que je vais mourir?

-Les anges ne meurent jamais, Libby...


To Be Continued...
Vous devez s'identifier (s'enregistrer) pour laisser une review.